Catégories :

Les albums

CD29,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2010 | Decca Music Group Ltd.

Livret Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
Dans ce coffret, Decca a regroupé toutes les gravures en solo du pianiste roumain Radu Lupu. Enregistrements célèbres (ses Sonates de Schubert comme ses Brahms sont universellement célébrées) mais dont le charme, la grâce, la beauté ne s'est pourtant pas évanouie en quarante ans. Exceptionnel !
CD35,99 €

Classique - Paru le 28 juin 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or
« Le génie du ténor suisse Ernst Haefliger (1919-2007) se révèle aussi dans ses premiers albums de lieder, enfin republiés, qui se joignent aux fameux Bach, Mozart, Mahler, Janacek... du ténor suisse. Et partout l'humble rayonnement d'un chant éclairé par le mot. [...] Timbre unique, cantabile soutenu, mais acuité implacable du rythme et de la langue, Haefliger s'impose dans les cantates de Bach avec une éloquence forte [...] Comme Elisabeth Grümmer, Ernst Haefliger fait partie des artistes humbles dont le chant, si humain dans sa tenue, respire la dignité morale [...] Un bel hommage [...]. » (Diapason, octobre 2019 / Jean-Philippe Grosperrin)
CD45,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2010 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - Choc de Classica
Dietrich Fischer-Dieskau demeure l’un des plus grands chanteurs de la deuxième moitié du XXe siècle. Il a révolutionné l’approche du lied allemand, et ses Schubert, Beethoven, Schumann, Brahms sont autant de témoignages de sa suprême intelligence. DGG réédite sa grande œuvre, son intégrale des Lieder de Schubert, qui marqua fortement les musiciens comme les mélomanes.
CD41,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2012 | Decca Music Group Ltd.

Livret Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
Le legs de Rostropovitch pour DECCA est inestimable et même historique par la nature même du violoncelliste russe et par les partenaires rassemblés ici : Benjamin Britten dont il était un ami très proche et Sviatoslav Richter pour les 5 Sonates de Beethoven. Ecouter les Suites pour violoncelle solo de Britten par le dédicataire et sous la bienveillante attention du compositeur est un privilège unique. FH
CD35,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1988 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or
HI-RES39,99 €
CD33,99 €

Classique - Paru le 9 mars 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
Ce coffret de onze heures de musique célèbre le 90e anniversaire de la mezzo-soprano allemande Christa Ludwig, dont la phénoménale carrière entre 1950 et 1990 n’a cessé de susciter l’admiration d’un nombre grandissant de mélomanes et bien sûr de ses collègues. Elle a collaboré avec les plus grands musiciens de son temps, on garde en tête les noms d’Herbert von Karajan, Leonard Bernstein, Otto Klemperer ; elle s’illustra aussi dans le genre du lied avec un génie comparable à celui d’Elisabeth Schwarzkopf ou Dietrich Fischer-Dieskau – avec lesquels elle put travailler régulièrement – comme en témoignent ici ses enregistrements avec Gerald Moore ou Geoffrey Parsons. Remarque sur les inédits de la présente édition : certaines interprétations se trouvent ici publiées pour la toute première fois*. Il s’agit des lieder avec orchestre d’Alban Berg (pistes 144 à 146), Max Reger (piste 137) et Richard Wagner (piste 124) ainsi que des lieder avec piano d’Hugo Wolf (piste 14), Franz Schubert (pistes 15 et 16, 62 à 66) et du Chant de Noël (piste 89), lesquels avaient été en leur temps laissés de côté soit en raison de la durée limitée des 33 tours, soit par simple décision du directeur artistique. Sont publiés pour la première fois depuis l’ère du LP l’Air de Gluck (piste 88), plusieurs lieder de Brahms (pistes 15 à 19, pistes 104 et 107). Le récital Brahms que Christa Ludwig enregistra aux côtés de Walter Berry apparaît ici – depuis sa publication originelle – pour la première fois dans son intégralité (à partir de la piste 67 jusqu’à la piste 89 déjà mentionnée ci-dessus). © Qobuz
HI-RES29,99 €
CD21,49 €

Trios - Paru le 23 septembre 2016 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Pour deux ouvrages écrits à Vienne en 1827 – une année avant la navrante disparition du compositeur donc – et enregistrés de nos jours, quoi de plus cohérent que d’utiliser un forte-piano viennois Conrad Graf de 1827, mais une copie réalisée de nos jours ! Avis donc aux mélomanes qui n’aiment pas trop le fortepiano et/ou qui sont habitués à des enregistrements plus traditionnels des Trios de Schubert sur piano moderne avec cordes jouant selon les techniques d’aujourd’hui, cet album risque de les dérouter. Les équilibres entre piano et cordes – elles aussi jouées selon le mode de l’époque de Schubert – s’en trouve radicalement modifié, le discours déplacé vers d’autres sphères. Andreas Staier au fortepiano, Daniel Sepec au violon et Roel Dieltens au violoncelle semblent nous permettre de « redécouvrir » ces deux sublimes Trios – auxquels s’ajoute le non moins superbe Nocturne, Op. 148, lui aussi de l’automne 1827, et dont on pense qu’il fut peut-être un mouvement lent rejeté pour le Premier Trio. Rejeté par Schubert, précisons-le, car l’auditeur est en présence de l’une des pages les plus magnifiques du compositeur. © SM/Qobuz« [...] Sur une copie de Graf (1996) par Christopher Clarke, Staier est bien le moteur du discours, sans pour autant dominer ses confrères. L’instrument, magnifiquement réglé, s’associe idéalement au Storioni du violoniste et au Cornelissen (1992, d’après Stradivarius) du violoncelliste. Les cinq pédales du pianoforte sont mises à contribution, jusqu’aux percussions de janissaires qui viennent secouer le Scherzo de l’Opus 100. Et la una corda, en un instant, nous fait basculer dans un rêve. [...] De cette vision qui outrepasse toute violence romantique, se dégage un sentiment général de paix et de contemplation, rare dans ce répertoire, et absolument inédit sur un tel instrumentarium. [...] » (Diapason, novembre 2016 / Michel Stockhem)
CD45,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2010 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz
Il est rare qu'un musicien puisse à ce point rejoindre par son art le compositeur qu'il entend honorer. A propos de Carlos Kleiber, on peut vraiment parler du génie de l'interprète, tant il transfigure tout ce qu'il touche. Cet homme inquiet, fantasque, éternellement insatisfait a laissé quelques perles discographiques enregistrées par la Deutsche Grammophon et réunies sur cet album. Peu de choses au fond, au regard d'une vie de musique : 2 Symphonies de Beethoven, 2 Symphonies de Schubert, la 4e Symphonie de Brahms et quatre opéras : La Traviata, Tristan, Le Freischütz et La Chauve souris qui sont autant de moments de bonheur rarissimes dans la vie d'un mélomane. L'impression d'approcher d'une certaine perfection instrumentale, du style et de l'émotion. FH
CD47,99 €

Piano solo - Paru le 29 septembre 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or
CD25,99 €

Classique - Paru le 19 août 2016 | RCA Red Seal

Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique
« Du Guilels connu, glorifié, à juste titre : Concerto n° 2 de Brahms avec Reiner, explosif Premier concerto de Tchaïkovski en compagnie du même (le remake avec Mehta en public vaut pour son bis, sublime Prélude de Bach/Siloti), une des plus belles Sonate D. 850 de Schubert qui soient… Mais la D. 784 de ce dernier fait son apparition en CD (New York, 1964), et le disque Chostakovitch-Bach est une pépite oubliée. Sonate de Liszt un peu monolithique, Concerto n° 1 de Chopin distancié. Du piano solide comme le roc. » (Diapason, octobre 2016 / Bertrand Boissard)
CD20,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1985 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Diapason d'or
Winterreise - Sonate pour piano, D 840 / Peter Schreier, ténor - Sviatoslav Richter, piano
HI-RES35,49 €
CD30,49 €

Classique - Paru le 25 mars 2016 | RCA Red Seal

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4 étoiles Classica
« Nettement moins imposant que la somme monumentale de Warner à la gloire de Menuhin, ce coffret mérite néanmoins une attention toute particulière. Oserais-je écrire qu’il réunit l’essence même du génie de l’artiste et le meilleur de son art, à commencer par les premiers enregistrements ? Réalisés entre mars 1928 et février 1930, ils allaient forger sa légende. L’instinct musical et la technique du gamin ont de quoi sidérer. [...] À douze ans, il épousait l’esprit de chaque pièce (Handel, Bloch, Mozart) comme s’il les avait jouées dans une vie antérieure. Quatre concertos donnent la dimension émotionnelle du Menuhin trentenaire, tout d’abord une Symphonie espagnole et un Concerto n° 1 de Bruch (1945) sous la baguette vif-argent de Monteux. [...] Le soliste habite chaque phrase d’une âme volcanique dans laquelle se mêlent ivresse et sanglots ; son archet parle avec une urgence qui n’appartient qu’à lui. Menuhin est là au sommet de son art : son expression a trouvé sa profondeur imaginative tout en gardant la fraîcheur de son instinct de jeune homme.» (Diapason, mai 2016 / Jean-Michel Molkhou)« [...] Le meilleur de cette sélection se concentre incontestablement dans les œuvres concertantes : sa coopération avec Monteux et Munch est du plus haut niveau et ces interprétations surpassent ses autres enregistrements. Le reste est intéressant, quoique pas capital, mais l’on peut se laisser tenter par les nombreuses pièces brèves, qui ne manquent pas de charme et ne font pas double emploi avec le gros coffret Warner "Le Siècle de Menuhin" [...] » (Classica, mai 2016 / Jacques Bonnaure)
CD29,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2011 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or
Ce coffret regroupe les enregistrements que Carlo Maria Giulini réalisa à Chicago pour Deutsche Grammophon. Parmi ces interprétations où se déploie le style large et romantique, lyrique et profond du chef italien se démarquent particulièrement les Schubert (Symphonies n°4, 8 & 9), Mahler (Symphonie n°9), sans oublier la Sérénade de Britten, univers que Giulini a très tôt défendu, déjà sous la houlette de Walter Legge chez EMI. Un très beau coffret, avant de futurs autres, tout aussi complets !
CD25,99 €

Classique - Paru le 15 avril 2016 | Sony Classical

Distinctions Diapason d'or
Réédition des gravures américaines publiées en 2014 après un travail de restauration remarquable. « Dans notre ordre de préférence : un récital public à Carnegie Hall (dont il existe des images) avec une fulgurante Sonate «Funèbre» de Chopin, une «Pathétique» de Beethoven, une Rhapsodie espagnole de Liszt et une série de bis à tomber par terre. Sur les mêmes sommets, un disque de tubes capté en studio en 1976 : Préludes de Rachmaninov, Etudes de Chopin ou de Scriabine, transcriptions de Schubert/Liszt (Marguerite au rouet, à défaillir) entre autres. Egalement en studio, deux Sonates de Beethoven (nos 18 et 23) droites comme des «i», meilleurs témoignages possibles de ce mélange d’intégrité, de facilité, de simplicité, et de cette sonorité « coup de poing ». (Diapason, juin 2016 / Etienne Moreau)
CD47,99 €

Musique de chambre - Paru le 29 septembre 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or
CD38,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or
CD45,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or
CD33,99 €

Classique - Paru le 6 février 2012 | Warner Classics

Livret Distinctions Diapason d'or
Disparu en 1956, Guido Cantelli avait été adoubé par Toscanini comme son fils spirituel. Ses gravures de studio stupéfient par leur maîtrise technique et la magie des timbres.

Le genre

Classique dans le magazine