Catégories :

Les albums

HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 décembre 2014 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
Rien de plus naturel et organique que de réunir sur un même CD Vivaldi et Bach. L’autre admirait l’un, l’un ne connaissait sans doute pas même le nom de l’autre, mais considérez : de son vivant, Vivaldi publia des dizaines d’œuvres, en France, aux Pays-Bas et en Angleterre, tandis que Bach ne vécut la publication que d’une dizaine de pièces, dans un circuit confidentiel ; et c’est Bach qui rendit un admiratif hommage à son contemporain vénitien en transcrivant une dizaine de ses concertos. La juxtaposition de leurs ouvrages « similaires » est des plus fascinantes : sombre mais mélodique Magnificat en sol mineur de Vivaldi contre éclatant mais contrapuntique Magnificat en ré majeur de Bach, Concerto en ré mineur pour clavier de Jean Sébastien contre Concerto en sol mineur pour deux violons et gambe d’Antonio, on assiste là à une sorte de joute aimable entre deux conceptions plus ou moins contemporaines l’une de l’autre certes, mais distantes d’années-lumière en termes de vision musicale. Et pourtant si complémentaires… Aux commandes, Jordi Savall et ses acolytes pour nous donner un véritable cours de musique comparée. (MT)
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique concertante - Paru le 13 septembre 2019 | Alpha

Hi-Res Livret
Autour de la pièce maîtresse qu’est le Concerto funebre de Karl Amadeus Hartmann, composé en 1939 en résistance au régime nazi, Patricia Kopatchinskaja a construit un programme intitulé Temps et Éternité. Avec la Camerata Bern – dont elle a pris la direction artistique –, elle trace un chemin de mémoire qu’elle éclaire depuis son violon. Les œuvres s’égrènent à la façon d’un chapelet syncrétique où les chants traditionnels (Kol Nidre, Elijahu Hanawi, une prière polonaise, une autre orthodoxe) sont prolongés par des partitions du répertoire : John Zorn et son Kol Nidre, dont les notes tenues en forme de bourdon sur plusieurs octaves enveloppent les fragments de la mélodie originelle et créent une caisse de résonance toute liturgique ; Frank Martin et son Polyptyque pour violon et orchestre, écrit en 1973 pour Yehudi Menuhin, dont le lyrisme douloureux est inspiré des scènes de la Passion du Christ du peintre Buoninsegna ; Machaut et le Kyrie de sa Messe de Notre-Dame, quasi contemporain dudit retable et arrangé ici pour cordes dans des modes de jeu d’une grande variété ; Bach et un choix de chorals, notamment le Ach großer König de la Passion selon Saint-Jean. Ce dialogue entre des pièces d’époques et de cultures éloignées – six cents ans de musique pour faire entendre la voix des victimes, résume Patricia Kopatchinskaja – est l’expression d’un pardon collectif. Il ménage des respirations consolatrices entre les mouvements des œuvres les plus exigeantes pour l’auditeur. La violoniste, qui enregistrait Poulenc, Bartók et Ravel pour le même label il n’y a pas si longtemps, n’en finit décidément pas de nous étonner. Cet album prouve à nouveau qu’elle est une musicienne d’une intelligence redoutable douée d’une imagination puissante ! © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 17 novembre 2017 | Alpha

Hi-Res Livret
Après plusieurs albums chez Ricercar et un premier disque chez Alpha, "Actus Tragicus", consacré aux cantates de jeunesse de Bach, « d’une profondeur, d’une pureté et d’une beauté sidérantes » (ffff Télérama), Lionel Meunier et son ensemble Vox Luminis consacrent ce nouveau projet à deux pièces de démonstration de Haendel et de Bach. Nés tous deux en 1685, le premier fait en 1707 le voyage d’Italie et impressionne fortement Rome lors de la création de son Dixit Dominus, tandis que le second fait entre 1723 et 1732-35 la preuve de tout son talent de compositeur dans le Magnificat. Deux oeuvres au coeur du répertoire de l’ensemble belge, ici encore vocal et instrumental, rompu à la rhétorique baroque, aussi bien dans le style que dans l’expression. © Alpha Classics
CD12,99 €

Classique - Paru le 16 avril 2013 | harmonia mundi

HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 16 mai 2014 | Sony Classical

Hi-Res Livret
La terre natale. Le pays de sa mère également. Comment comprendre ce Motherland qui sert de titre au troisième album de Khatia Buniatishvili qui parait chez Sony Classical. Pour cet enregistrement, la pianiste géorgienne ne s’est pas contentée d’un ou deux compositeurs mais d’une bonne dizaine. Après un disque Liszt en 2011 précédé d’un disque Chopin, elle réunit ici dix-sept pièces sous ce nom de Motherland. Un album sur lequel Jean-Sébastien Bach côtoie Arvo Pärt, Tchaïkovski, Mendelssohn, Debussy, Ligeti, Brahms, Chopin, Ravel, Scarlatti, Grieg, Kancheli, Dvorak ou bien encore Haendel...
CD7,49 €

Classique - Paru le 22 février 2013 | Sony Classical

Bach : Chorals BWV 645, 659, 734, 639 - Mendelssohn : 15 Romances sans paroles - Schubert (transcrit par Liszt) : Auf dem Wasser zu singen (D.774) - Chant du cygne : In der Ferne, D.957/6 & Ständchen, D.957/4 - Erlkönig, D.328 (Publication d'origine)
HI-RES8,49 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
CD9,99 €

Classique - Paru le 10 octobre 2011 | Warner Classics International

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 28 juillet 2017 | Sono Luminus

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 18 mars 2016 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
L’art de la transcription fut l’une des bases de la transmission musicale internationale de l’époque baroque. Bach transcrivait Vivaldi, Johann Gottfried Walther (un cousin de JSB) transcrivait Albinoni ou Torelli, l’éditeur John Walsh transcrivait Haendel… Une bonne partie des transcriptions ainsi proposées par l’organiste japonaise Kei Koito procède de l’engouement pour la chose italienne du début du XVIIIe siècle, les tout nouveaux concertos faisant alors rage. C’est pour l’orgue solo que toutes ces pièces sont « réduites », si l’on peut parler de réduction dans le cas d’un instrument tel que l’orgue. Kei Koito a choisi l’orgue de 1702 de l’église Aa à Groningue aux Pays-Bas, une merveille de palette et de contrastes sonore permettant, justement, de restituer – ou plutôt de transcender – les divers plans musicaux inhérents au genre du concerto. On notera que c’est Kei Koito elle-même qui a établi une « Suite en sol » de Haendel à partir d’œuvres isolées, souvent des mouvements uniques, pour clavier. Ainsi que l’aurait fait Haendel lui-même, s’il avait pu en tirer quelque intérêt ! L’intérêt, pour nous, est d’entendre ces petits bijoux dans une sonorité riche donnant une idée bien précise de ce qui pouvait chatouiller les oreilles des Européens du Nord en 1702. © SM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 18 septembre 2015 | Masterworks

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
L’Arc de la vie, ou même l’Archet de la vie, voilà ce que le violoncelliste Yo Yo Ma et la pianiste Kathryn Stott entendent tendre tout au long de cet album de courtes pièces, plus ou moins toutes dédiées à la célébration de l’amour sous toutes ses formes – de l’amour parental jusqu’à l’amour céleste de Marie ou de Jésus (Messiaen !), en passant par les amours déçues, la jalousie, les dévorantes flammes de l’amour gitan ou les amours sentimentales-sans-aller-plus-loin de Tchaikovsky… Pour moitié des pièces originales, pour moitié des adaptations ou réécritures (généralement d’après des lieder ou des mélodies), ces petits bijoux représentent le summum de la forme ramassée mais efficace. Yo Yo Ma et Kathryn Stott s’entendent à merveille, le violoncelliste ne cherchant jamais à « faire son soliste » dans soin coin ; rares sont les ententes si parfaites. © SM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 26 février 2016 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Après un premier enregistrement L’Heure exquise, rassemblant des transcriptions de mélodies françaises au violoncelle, Christian-Pierre La Marca a souhaité une nouvelle fois mettre à l’honneur le répertoire vocal, celui de la musique sacrée, dont les transcriptions pour violoncelle sont assurément bien rares. Tellement rares, à la vérité, que celles ici proposées ont été réalisées pour bonne partie par La Marca lui-même ou sur son instigation. Certaines transcriptions sont même des transcriptions de transcriptions, comme par exemple l’Adagio de Barber, initialement prévu pour quatuor à cordes, transcrit ultérieurement pour chœur à huit voix sous forme d’Agnus Dei, et c’est cette version que La Marca a fait transcrire pour violoncelle solo et quintette à cordes. Certaines pièces gardent leur partie vocale originale, tout en intégrant un contrechant de violoncelle adapté d’après l’accompagnement initial, comme le Panis angelicus dans lequel chante Philippe Jaroussky, ou l’Ave verum corpus de Mozart où apparaît Patricia Petibon. En fin de programme, La Marca propose quand même une œuvre originalement conçue pour violoncelle, voix et orgue – et pour lui en personne ! – par Thierry Escaich qui, pour l’occasion, tient la partie d’orgue, un poignant Alléluia Enluminures. Outre la beauté pure du violoncelle de La Marca et des musiciens de l’ensemble Les Ambassadeurs qui l’accompagnent, l’intérêt principal de la chose est que le mélomane se demandera, piste après piste et avec grande curiosité, comment diable telle ou telle pièce sera arrangée : le Miserere d’Allegri, « Erbarme dich » de la Passion selon saint Matthieu, et tant d’autres. Enregistré en juillet et octobre 2015 respectivement à la Salle Colonne et à l’église d’Auvers-sur-Oise. © SM/Qobuz
CD9,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1984 | Deutsche Grammophon (DG)

Albinoni : Adagio en sol mineur - Pachelbel : Canon et gigue en ré mineur - Vivaldi : Concerto en sol Op. 10 - Mozart : Sérénade nocturne K.239 / Philharmonique de Berlin - Herbert von Karajan, direction
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 3 mai 2019 | Signum Records

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice - Le Choix de France Musique
Les amateurs des fastes de la royauté britannique seront comblés avec ce double album reproduisant la « Musique pour le couronnement » des quatre souverains du XXe siècle : Edward VII en 1902, George V en 1911, George VI en 1937 et l’actuelle souveraine Elizabeth II en 1953. Peu de cérémonies atteignent aujourd’hui ce degré de magnificence. Point de rencontre entre tradition et innovation, ces fêtes du couronnement se caractérisent musicalement par l’évocation d’œuvres patrimoniales du passé auxquelles sont confrontées de nombreuses musiques commandées pour l’occasion aux meilleurs compositeurs du royaume. Pour mener à bien une telle entreprise, il faut fermer l’abbaye de Westminster pendant plusieurs mois pour qu’une armée d’ouvriers puisse ériger des galeries monumentales capables de recevoir près de huit mille invités. Il faut ensuite répéter avec d’importants effectifs choraux forts de quatre cents voix dont la moitié rassemble des voix d’enfants, un immense orchestre et le grand orgue omniprésent. Le présent enregistrement est constitué d’une sélection des meilleurs moments de toutes ces cérémonies, présentées comme une seule structure liturgique. Cette vaste reconstitution dirigée par Paul McCreesh suit en grande partie la cérémonie de 1937, en abandonnant toutefois le style propre à cette époque dans l’interprétation de Haendel. L’approche de sa musique a tellement changé qu’elle est présentée ici dans le style « baroque » propre à notre début de XXIe siècle. Il a fallu opérer des choix douloureux, notamment dans le choix du Te Deum, pièce maîtresse et point culminant de la cérémonie. Choix cornélien entre celui de Stanford (1902), Parry (1911), Vaughan Williams (1937) et William Walton (1953). C’est finalement ce dernier qui a été choisi pour son éclat et son élan théâtral. © François Hudry/Qobuz
CD9,99 €

Classique - Paru le 21 juin 2013 | Parlophone France

CD6,49 €

Classique - Paru le 3 décembre 2012 | Mirare

Livret
CD11,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1976 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Issu d'une lignée d'organistes luthériens, Wilhelm Kempff revient au soir de sa vie à la musique de Johann Sebastian Bach qu'il jouait dans sa jeunesse, lorsqu'il était organiste de l'église Saint-Nicolas de Potsdam. Troisième Suite anglaise, Capriccio forment une sorte de testament musical complété par ses propres transcriptions de préludes de chorals, si émouvantes dans leur simplicité dépouillée. Un pas vers la sérénité et l’accord parfait avec soi-même. FH
CD9,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 12 février 2016 | ATMA Classique

Livret
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Classique - Paru le 27 novembre 2015 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica - 5 Sterne Fono Forum Jazz
« [...] Le cadre polyphonique de Bach n'est finalement qu'un prétexte [...] Il offre un théâtre de jeux et d'explorations entre cordes pincées et cordes frappées. Sur le papier, l'entente paraît illusoire. Mais elle aboutit parce que l'univers dans lequel la musique évolue est indéfini : en effet, ce que nous écoutons n'est ni de la musique baroque, ni du jazz, mais une sorte de choc entre deux univers musicaux qui se préservent, tout en quêtant les quelques points d'accroche possibles. Cela nous donne une série de dix pièces déhanchées, batailleuses, faites de questions et de réponses, croisant les récitatifs baroques avec les duos enamourés. [...] Les morceaux, qui naissent sous les doigts, n'en sont pas véritablement : il faudrait parler "d'élaboration d'atmosphères". [...] Rare et donc précieux. » (Classica, février 2016 / Stéphane Friédérich)
CD9,99 €

Classique - Paru le 26 octobre 2018 | X5 Music Group

Le genre

Classique dans le magazine
  • Trifonov/Rachmaninov, destination finale
    Trifonov/Rachmaninov, destination finale Avec l’Orchestre de Philadelphie dirigé par Yannick Nézet-Seguin, le virtuose russe boucle sa belle intégrale des concertos pour piano de Rachmaninov...
  • Cosma fait des Caprices !
    Cosma fait des Caprices ! Le mandoliniste Vincent Beer-Demander publie les "24 Caprices pour mandoline solo" du grand Vladimir Cosma...
  • Lucas Debargue | One Cover One Word
    Lucas Debargue | One Cover One Word Rencontre avec le jeune pianiste français pour la sortie de son album consacré aux sonates de Scarlatti. Une interview One Cover One Word pour mieux cerner son ADN musical.
  • Les Hanson sur la tombe d'Haydn
    Les Hanson sur la tombe d'Haydn Qobuzissime pour le splendide premier album du jeune Quatuor Hanson consacré à Joseph Haydn...
  • Il était une fois Jessye Norman...
    Il était une fois Jessye Norman... Aussi renversante dans la mélodie française que le lied allemand, les opéras de Wagner ou Strauss, la grande soprano américaine s'est éteinte à l'âge de 74 ans...
  • Focus Nouvelles Musiques 2019
    Focus Nouvelles Musiques 2019 Du 30 septembre au 4 octobre 2019, l’Institut français, le Bureau Export, la FEVIS, Futurs Composés, l’ONDA et la SACEM organisent un Focus consacré aux musiques de création. Ce parcours de repérag...
  • Florian Noack au pays de Baba Yaga
    Florian Noack au pays de Baba Yaga Tôt séduit par l'âpreté de la musique de Prokofiev, dont le piano percussif sied à l'adolescent bouillant qu'il est, le maintenant presque trentenaire Florian Noack enregistre le compositeur... mai...
  • Patricia Kopatchinskaja, un violon pour l'éternité
    Patricia Kopatchinskaja, un violon pour l'éternité Patricia Kopatchinskaja fait ce qu'elle veut. Chaque album est pour elle l'occasion d'emprunter un nouveau chemin. Loin d'être frivole, sa virtuosité au contraire est arrimée à un grand courage grâ...
  • Ainsi parlait Richard Strauss
    Ainsi parlait Richard Strauss Après Igor Stravinsky, Riccardo Chailly a choisi Richard Strauss pour l'Orchestre du Festival de Lucerne. Les œuvres du maître ès orchestration sont à cet ensemble éphémère, connu pour son art cons...
  • Imogen Cooper à l'heure espagnole
    Imogen Cooper à l'heure espagnole La pianiste britannique Imogen Cooper fêtait ce mercredi 28 août ses 70 printemps. Son nouvel album, radieux, s'aventure dans un répertoire qu'on ne lui connaissait pas.