Catégories :

Les albums

HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Musique concertante - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Prise de son d'exception - Hi-Res Audio
Ce nouvel enregistrement, venu du Pays de Galles, sous la direction de la violoniste Rachel Podger et de ses amis musiciens du Brecon Baroque, est dans la continuité du précédent consacré aux concertos pour violon de Bach. Cette fois, ce sont les doubles et triple concertos très proches des Concertos Brandebourgeois dans leur écriture, où chaque voix devient soliste à son tour. Une version lumineuse, intimiste, de la musique de chambre avec un seul musicien par partie dans le ripieno. Prise de son pleine de chaleur et de naturel. FH
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Quatuors - Paru le 26 avril 2019 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique - Choc de Classica
Formé au Royal College of Music de Londres en 1994, le Belcea Quartet a déjà une riche discographie, dont une intégrale des quatuors à cordes de Beethoven. Pour ce nouvel enregistrement, l’ensemble a choisi d'enregistrer trois quatuors de deux compositeurs emblématiques du XXe siècle, Leos Janáček & György Ligeti. Quinze après une première gravure chez Zig-Zag et alors que la composition de l'ensemble a évolué, ils ont choisi d'enregistrer à nouveau les deux quatuors de Janáček. Le premier s'inspire de la célèbre œuvre de Leon Toslstoï, La Sonate à Kreutzer : l'oeuvre en quatre mouvements suit la chronologie de la nouvelle, jusqu'au meurtre final. Le second quatuor est surnommé "Lettres Intimes", en hommage à Kamila Stösslova avec qui le compositeur eut une importante relation épistolaire dans ses dernière années, et qui marqua sa vie et son œuvre. Enfin, le premier quatuor de Ligeti est sous-titré "Métamorphoses nocturnes" en raison de sa forme : l'œuvre est décrite par le compositeur comme une sorte de thème et variations, mais sans "thème" spécifique qui soit ensuite varié. C'est plutôt un même concept musical qui apparaît sous des formes constamment nouvelles - c'est pourquoi les « métamorphoses » sont plus appropriées que les « variations ». © Alpha Classics
HI-RES27,00 €
CD17,99 €

Musique de chambre - Paru le 27 septembre 2015 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Les Sonates du Rosaire de Heinrich Ignaz Franz von Biber (1644-1704), cycle formé de quinze sonates pour violon avec basse continue et d'une passacaille pour violon seul, s'inscrivent dans un mouvement de création au XVIIe siècle, qui faisait la part belle à l'audace, à l'expérimentation, à l'exploration et à l'approfondissement de techniques instrumentales parmi les plus ardues – un courant rendu possible par les avancées instrumentales, directement exportées d'Italie, et qui trouva alors un terreau particulièrement propice en Europe centrale, avec Schmelzer, et quelques autres, puis dans la génération suivante, Westhoff ou bien sûr Biber. Les Sonates du Rosaire exigent du soliste une sérieuse capacité à l’abstraction : en effet, la plupart sont écrites selon le principe de la « scordat[t]ura », c’est à dire qu'une ou plusieurs cordes du violon sont accordées différemment de l’habituel sol-ré-la-mi. La partition ne correspond alors donc pas à ce que l’on entend, puisque les cordes désaccordées deviennent transpositrices. Autrement dit, certaines notes sonnent comme ce qui est écrit, d’autres différemment, selon la corde imposée par le compositeur. L’instrumentiste doit donc faire le même effort que vous devriez faire si une partie des touches de votre clavier d’ordinateur donnaient d’autres lettres que ce qui est écrit dessus, mais qu’il vous fallait faire comme si de rien n’était. Et ce, dans le but de modifier la sonorité de l’instrument, de permettre certains accords différents, de pouvoir utiliser des cordes à vide différentes des habituelles. Biber nous propose ici une musique infiniment déroutante, des sonorités parfaitement inouïes, des harmonies incongrues, un étonnant cheminement harmonique et mélodique qui le met tout à fait à part dans le monde baroque qui, en cette fin des années 1670, n’y comprit pas grand-chose, de sorte que l’ouvrage tomba dans l’oubli avant de connaître une éclatante résurrection au début du XXe siècle. C'est la violoniste anglaise Rachel Podger, véritable star de l'instrument baroque, qui, après ses incursions chez Mozart, Bach, Vivaldi, et quelques autres compositeurs importants des XVIIe et XVIIIe siècles, toutes auréolées de récompenses et autres succès, révèle ici les trésors enfouis de ce chef-d'œuvre. Entourée de quelques brillants amis instrumentistes (dont Marcin Świątkiewicz aux claviers et qui s’est distingué dans un excellent opus Müthel paru chez BIS il y a quelques mois, et le gambiste Jonathan Manson, un co-équipier régulier pour la violoniste et Trevor Pinnock), Podger exploite avant tout la poésie narrative du recueil, en distillant des phrasés d’une grande élégance et déployant une sonorité envoûtante. Une expérience authentiquement mystique ! © Qobuz« Dès les premières notes de l'Annonciation, elle saisit la partition et alerte l'auditeur du mystère à venir par des guirlandes de triples croches agitées comme un signal. La violoniste britannique parcourt les quinze stations de ce chemin sacré avec un aplomb sidérant et une technique magistrale qui lui permet de surmonter les embûches d'une partition difficile. Les passages en doubles cordes et polyphoniques sont ainsi maîtrisés comme rarement mais cette aisance insolente permet aussi d'apporter aux épisodes contraints — à variations, et libres, à caractère improvisé — comme aux nombreuses danses, une souplesse de phrasé et une éloquence de tous les instants, de l'abattement à l'espoir. [...] Il serait injuste de ne pas saluer les complices de Rachel Podger qui doivent souvent croiser son archet dans d'intenses moments d'écriture en imitation.» (Classica, décembre 2015 / Philippe Venturini)
HI-RES17,99 €
CD12,99 €

Quatuors - Paru le 4 février 2016 | Myrios Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
« [...] Est-ce leur génial cycle Beethoven, en 2013, qui a montré aux Hagen la voie d'un Mozart aussi expérimental ? Est-ce d'avoir à leur disposition depuis deux ans le "quatuor Paganini" ? Il faut croire que ce lot de Stradivarius, longtemps joué par le Quatuor de Tokyo, a stimulé jusqu'aux racines de leur imagination et ouvert de nouvelles possibilités sous leurs doigts. On devine partout, sous l'évidente sophistication, une tendresse plus épanouie qu'hier. Et la couleur s'émancipe. [...] La domination intellectuelle et technique du propos a de quoi sidérer, et pourtant elle se fait oublier derrière sa force magnétique de séduction. » (Diapason, février 2016 / Gaëtan Naulleau)« Le Quatuor Hagen semble avoir appris son Mozart auprès du compositeur. Il en révèle la singularité et la modernité dans cette interprétation aboutie au raffinement sonore inouï. » (Classica, février 2016 / Antoine Mignon)
HI-RES15,99 €
CD11,99 €

Quatuors - Paru le 10 mai 2011 | Myrios Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica - Prise de son d'exception
« [...] La parution, qui marque à la fois le trentième anniversaire du quatuor et le vingt-cinquième de son formidable opus primus (le Rosamunde de Schubert, 1986), enrichit sa discographie de trois œuvres nouvelles et tente, dans Mozart, une relecture osée. Dans Beethoven, la personnalité du discours impressionne. Avec un niveau d'exigence et une qualité de réalisation suprêmes, les musiciens revisitent chaque nuance, chaque indication dynamique, chaque tourment de l'écriture. [...] Dans Mozart, leur exploration déroute durablement [...] Cette rupture volontaire avec toute filiation stylistique s'exprime avec vigueur dans chaque mouvement : pas une ligne n'échappe à une métamorphose insolite [...] A contrario leur Webern éblouit par sa science et sa maîtrise des atmosphères [...] Précision millimétrique et palette foisonnante, de nuances comme de timbres, donnent à leur vision une puissance poétique, une richesse imaginative stupéfiantes. La note est une moyenne : le Diapason d'or s'imposait pour Beethoven et Webern.» (Diapason, mai 2011 / Jean-Michel Molkhou)

Le genre

Classique dans le magazine