Les albums

16,49 €
10,99 €

Piano solo - Paru le 20 mai 2016 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - Choc de Classica
Excellente idée que de coupler l’une des dernières Sonates de Beethoven, la titanesque Hammerklavier de 1817, qui fait usage de toutes les possibilités des pianos d’alors (ainsi, d’ailleurs, que des pianos modernes… l’esprit visionnaire de Ludwig van) et les ultimes Bagatelles Op. 126 de 1825, ses adieux au piano solo et sa transmission du témoin à Schubert. Sous les doigts du pianiste argentin Nelson Goerner, les ouvrages dévoilent toute la palette de leurs coloris, de leurs dynamiques, de leur monde intérieur, sans la moindre emphase : est-ce aussi parce que le pianiste n’hésite pas à jouer parfois sur des instruments d’époque, comme cet Erard de 1849 sur lequel il enregistra les Concertos de Chopin avec l’Orchestre du XVIIIe siècle de Brüggen ? Clairement, il sait tirer des Bagatelles toute leur modernité, cachée derrière une apparente simplicité qui est bien trompeuse. Quant à son interprétation, très pensée, de la Hammerklavier, c’est une véritable symphonie pour piano qu’il nous dévoile là. Enregistré en mai 2015 au Studio Teldex de Berlin. © SM/Qobuz« Un Beethoven grandiose et maître de la miniature. Nelson comprend aussi bien la puissance de la grande forme beethovénienne que celle de l'instantané. Un disque qui fera date. » (Classica, septembre 2016 / Michel Le Naour)
30,99 €
21,99 €

Classique - Paru le 27 septembre 2013 | ECM New Series

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - Hi-Res Audio
17,99 €
11,99 €

Classique - Paru le 3 février 2015 | PentaTone

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Inclassable violoncelliste-star Matt Haimovitz (* 1970) : après une première décennie comme soliste sur la grande scène internationale, et comme artiste de la DGG où il entra dès l’âge de dix-sept ans, il décida de s’éloigner de ce monde trop formaté pour explorer d’autres répertoires – jazz, rock, pop, folk, crossover… – et d’autres lieux de concert : bars, cafés, clubs underground, restaurants, petites salles paumées à la campagne, pour y apporter les Suites de Bach et autres grands monuments à un public moins standardisé. Depuis 1999, son propre label discographique propose des œuvres différentes, des artistes moins marketés, et des visions inhabituelles du répertoire. C’est dans cet esprit quasiment frondeur qu’il nous offre l’intégralité des sonates et variations de Beethoven pour violoncelle et piano, ici jouées sur un pianoforte Thomas Broadwood de 1823, un modèle similaire à celui que le facteur offrit à Beethoven en 1817. Sonorités boisées de part et d’autre, pour une lecture hardie et beethovenienne, sans affectation ampoulée, de ces sublimes sonates.© SM/Qobuz
16,99 €
11,49 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 3 juin 2016 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice - 4 étoiles de Classica
En juillet 2015, soit huit mois seulement avant de s’éteindre, Nikolaus Harnoncourt dirigeait une dernière fois l’opus magnum spirituel de Beethoven, l’énigmatique et titanesque Missa solemnis qu’il n’avait abordé que très tard dans sa carrière, en 1988 pour la première fois : c’est ici l’enregistrement d’un concert public. À la tête de son Concentus Musicus et du Chœur Arnold Schönberg, il en donne une lecture épurée, débarrassée de tous les surcharges pondérales que lui ont infligées tant de chefs, y compris les plus célèbres : on croirait presque assister à une immense messe de chambre ! Beaucoup de pianissimos, beaucoup de silence, duquel émerge le monument dans toute sa grandeur transparente et aérienne. Soudain les lignes deviennent limpides et intelligibles, les « longueurs » acquièrent toute leur raison d’être et semblent bien courtes en vérité… Le vieux lion Harnoncourt donne ici ce qu’il a de plus extraordinaire, la capacité à nous livrer Beethoven tel que le compositeur entendait à l’intérieur de son âme. S’il n’est qu’un seul enregistrement à garder… © SM/Qobuz« L'esprit souffle sur ce qui restera son dernier enregistrement. [...] Clore sa vie publique, sa carrière discographique, prendre expressément congé avec la Missa solemnis ! Quel panache digne de celui qui nous a tous profondément changés. [...] En juillet 2015 à Graz, le monument était porté par un homme trahi par son corps mais compris et relayé à chaque instant par son orchestre extraordinaire. [...] Harnoncourt mène le combat — cuivres tonnants et percussions aiguillonnent en permanence le corps orchestral — avec une énergie qui n'est pas celle du désespoir (Quoniam). Il exacerbe le relief sonore et instrumental groupe par groupe, diffracte accents et contrastes, met à nu jusqu'au vertige les tensions internes, avant que l'innocence d'un cantabile merveilleusement phrasé irradie soudain (début de l'Et incarnatus, Benedictus) ; la sensibilité du Praeludium qui le précède est déjà hors de ce monde. [...] Merveilleux dernier rendez-vous, qui bouleverse, et laisse longtemps songeur.» (Diapason, juillet 2016 / Rémy Louis)
39,99 €

Piano solo - Paru le 17 novembre 2017 | APR

Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice
Cette édition des enregistrements complets des Sonates de Beethoven enregistrées pendant la guerre est une aubaine pour tous les amateurs du grand pianiste allemand, et ils sont encore très nombreux, toutes générations confondues. Pour tout dire, on se perd un peu dans la jungle de ses très nombreux enregistrements qui s’échelonnent de 1920 à 1975, soit durant 55 années, alors qu’il n’aimait guère jouer pour des micros. Mais Kempff l’a toujours fait de bon cœur, voulant polir sans cesse ses interprétations pour laisser une trace la plus fidèle possible de son art, au fur et à mesure des innovations technologiques qui lui ont fait connaître tous les procédés d’enregistrements, depuis l’acoustique à la stéréophonie, en passant par l’enregistrement électrique, le 78 tours et le microsillon 33 tours. Il enregistre beaucoup dès le début de sa longue carrière : Bach, Brahms, Schubert, mais, surtout, à 80%, son cher Beethoven dont il demeure un des meilleurs interprètes. Les enregistrements de cette époque ne sont pas toujours faciles à dater, car ils pouvaient reparaître sous de nouveaux numéros de matrice sans qu’il s’agisse de versions différentes. Certaines sonates célèbres ont toutefois été gravées à plusieurs reprises : la Pathétique et autres Clair de lune, Waldstein ou Appassionata. Les sonates figurant sur cet album, enregistrées à Berlin en 1942 et 1943, constituent certainement ce qui devait être une intégrale interrompue par la guerre. Malgré une édition française assez éphémère dans les années 80 sous le label Dante, ces enregistrements ont été oubliés à la faveur des deux intégrales postérieures, complètes, réalisées dans les années 50 pour la première et lors de la décennie suivante en stéréophonie pour la seconde. Même si le bruit de surface est omniprésent dans ces rééditions, il s’oublie très vite grâce à une restauration très soignée qui restitue à merveille la grande douceur du toucher de Kempff. Il est passionnant de suivre le parcours de cet immense musicien en le comparant à lui-même au fil des années. En fait, son art n’a pas vieilli au cours du temps, même si l’on perçoit de notables différences dans le discours, la sonorité (dépendant aussi du piano utilisé), les tempi et la construction formelle. Un document du plus haut intérêt musical. François Hudry (© Qobuz, octobre 2017)« Le premier Beethoven de Wilhelm Kempff n'aura bientôt plus de secrets pour les fidèles d'APR, puisqu'après les concertos et les dernières sonates, le reste de l'intégrale avortée du début des années 1940 nous revient avec une présentation et des reports exemplaires. [...] On peut y lire un acte de résistance, avec un Beethoven profondément humain [...] Kempff n'a jamais voulu faire de son Beethoven un titan ou un héros, mais un alter ego s'exprimant en toute liberté. [...] » (Diapason, juillet-août 2018 / Laurent Muraro)
17,99 €

Classique - Paru le 7 janvier 2014 | Chandos

Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
14,99 €
9,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 2 mars 2018 | Ondine

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
Comme son compatriote et aîné Christian Zacharias, le pianiste allemand Lars Vogt, né en 1970, s’adonne avec passion à la direction d’orchestre. Cet album est la dernière pièce composant sa nouvelle intégrale des concertos de Beethoven (y compris le Triple Concerto) qu’il dirige du clavier, à la tête du Royal Nothern Sinfonia, dont il est le directeur musical depuis 2015. Cet orchestre de chambre anglais de « formation Mozart » (quarante musiciens environ), basé à Newcastle, joue avec les plus grands musiciens de la jeune génération d’aujourd’hui. L’enregistrement des six concertos de Beethoven a été réalisé au cours de trois concerts pris d’assaut par le public. On y retrouve tout l’art du pianiste allemand démultiplié par les musiciens de l’orchestre auxquels il infuse sa façon de chanter par des phrasés larges et amples, mais aussi par cette manière particulière de faire rebondir la musique de Beethoven en accentuant systématiquement les syncopes au risque de la surarticuler. L’ensemble est très vivant grâce à un parcours musical constamment inventif au cours duquel le piano et l’orchestre s’adonnent à une brillante conversation. La prise de son privilégie le piano au point de souligner une certaine dureté de l’interprète qui sait heureusement doser le rêve, la réflexion et l’action, éléments essentiel du langage beethovénien. © François Hudry/QOBUZ/fév. 2018
62,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2017 | Decca Music Group Ltd.

Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
14,99 €

Classique - Paru le 2 mai 2011 | Warner Classics

Distinctions Gramophone Editor's Choice
Vainqueur du Gilmore Artist Award en 2006, l'Argentine Ingrid Fliter abandonne l’univers de Chopin pour celui de Beethoven avec ce nouvel album chez Emi. Elle aborde trois des célèbres sonates pour piano de Beethoven, la Pathétique, la Tempête et l’Appassionata. Encore une fois, elle fait entendre une large palette de couleurs et de nuances, une rare spontanéité, une fraîcheur bienvenue, tout en soignant l’articulation, fluide et aérienne.
14,99 €
9,99 €

Musique chorale (pour chœur) - Paru le 3 décembre 2013 | SDG

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice
" En 1989, John Eliot Gardiner et son chœur athlétique bouleversaient notre écoute de la messe monumentale de Beethoven : Diapason d'or auquel répond aujourd'hui une lecture encore plus intense, dans le feu du concert. [...] La battue du chef anglais, déjà alerte il y a vingt-cinq ans, a gagné près de deux minutes encore sur son temps de parcours. Choix qui ajoute à l'urgence de l'enregistrement sur le vif et promet bien des vertiges, comme dans la reprise de la fugue ("Credo"), d'une virtuosité haletante, presque inquiétante [...] ou dans un "Pleni sunt coeli" explosif, crevant le ciel bas qui pèse sur le début du "Sanctus". [...] Une apothéose, à l'heure où le Monteverdi Choir s'apprête à fêter son jubilé. " (Diapason, février 2014 / Benoît Fauchet)
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 4 janvier 2011 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
11,49 €

Concertos pour clavier - Paru le 14 février 2014 | Sony Classical

Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
Le pianiste norvégien ne laisse rien au hasard et n'entreprend rien à la légère. Son "Projet Beethoven" est un long voyage, au propre et au figuré, à travers les cinq Concertos et la Fantaisie chorale, Op. 80 de Beethoven. Au figuré d'abord, avec une immersion totale dans les œuvres pour en ressortir tout le suc et les mille et une inflexions stylistiques. Au propre ensuite, avec une tournée dans 19 villes d'Europe, des Etats-Unis et du Japon, avec les orchestres et les chefs les plus prestigieux pour jouer ce répertoire en concert. Un projet qui culmine avec l'enregistrement de ces concertos réalisés pour Sony Classical, sa nouvelle maison de disques, et l'Orchestre de Chambre Gustav Mahler qu'il dirige depuis son clavier. Ce deuxième volume confirme les bonnes impressions du premier, car Andsnes fait ici de la musique de chambre. La "concertation" n'est pas un vain mot ; ce n'est plus un soliste accompagné par un orchestre quelconque, mais des musiciens qui conversent en s'écoutant dans le respect de l'autre avec un chant intérieur très expressif. En musique, la démocratie prend tout son sens. FH
15,99 €
11,49 €

Duos - Paru le 24 février 2017 | Onyx Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - 4 étoiles de Classica
10,99 €

Musique symphonique - Paru le 21 mars 2011 | naïve classique

Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
17,99 €
13,49 €

Piano solo - Paru le 17 février 2017 | Accentus Music

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Invité régulier de la série Piano 4 Etoiles à Paris, Sunwook Kim s’affirme d’année en année comme l’un des pianistes de la jeune génération les plus passionnants. Ce jeune Coréen voue une passion au cycle des 32 sonates de Ludwig van Beethoven. Il a déjà gravé les Nos. 21 et 29, et regroupe dans ce nouveau volet trois autres œuvres ultra-jouées et ultra-enregistrées du maître de Bonn. Comment se distinguer dans un répertoire marqué par Backhaus, Schnabel, Kempff, Kovacevich, Grinberg, Richter, Gilels, et tant d’autres. Tout simplement en ne renonçant pas à s’y illustrer ! Dès l’ouverture de la Pathétique, Sunwook Kim impose une vision d’un lyrisme très soutenu, d’une grande clarté d’articulation et d’une sureté architecturale indéniable. Un album assez saisissant. N’hésitez plus, écoutez ! © PYL/Qobuz
15,99 €
11,49 €

Classique - Paru le 30 juin 2014 | Onyx Classics

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Gramophone Award - Gramophone Editor's Choice
C'est le premier enregistrement de Maria Joaõ Pires chez ONYX. Dédié à la mémoire de Claudio Abbado disparu en janvier 2014, il propose une vision particulièrement lumineuse et sereine des Concertos 3 & 4 de Beethoven. On retrouve toutes les qualités de la pianiste portugaise ; un toucher de velours, une expression d'une poésie infinie et d'un grand détachement. Daniel Harding, à la tête de l'Orchestre Symphonique de la Radio Suédoise, lui donne une réplique soigneuse et attentive. Un enregistrement témoin de la pleine maturité de deux artistes d’exception. FH
39,99 €

Classique - Paru le 14 octobre 2016 | CapriccioNR

Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
8,91 €

Musique de chambre - Paru le 11 avril 2011 | Wigmore Hall Live

Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
Beethoven : Sonates pour violon et piano Op.30 n°1, Op.12 n°3, Op.47 / Alina Ibragimova, violon - Cédric Tiberghien, piano
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 9 février 2018 | Wiener Symphoniker

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
14,99 €

Musique de chambre - Paru le 9 décembre 2016 | Wigmore Hall Live

Distinctions Gramophone Editor's Choice

Le genre

Classique dans le magazine