Les albums

79,99 €

Classique - Paru le 15 mars 2019 | Profil

Livret
69,99 €

Classique - Paru le 1 mars 2019 | Orfeo

89,91 €

Classique - Paru le 1 février 2019 | BR-Klassik

Livret
59,99 €

Classique - Paru le 19 octobre 2018 | Profil

Livret
On venait de loin, entre les années 1958 et 1986, pour suivre l’enseignement du violoncelliste André Navarra à l’Académie de Detmold, en Allemagne. Cet immense interprète était alors, avec ses collègues Pierre Fournier et Maurice Gendron, un des principaux représentants de la grande École du violoncelle français reconnue pour la clarté du jeu et la beauté de la sonorité. Initiée par des musiciens comme Duport, Levasseur ou Jeanson, la pratique du violoncelle remonte en France au XIXe siècle, complétée par l’invention de la « pique » qui facilite la position de l’instrumentiste et des fameux archets de Tourte ou de Lupot. La pratique du violoncelle en France, comme celle de la flûte, a longtemps été considérée comme référent mondial. De nombreux jeunes interprètes honorent aujourd’hui encore leur pays. Ce vaste album consacré à André Navarra propose des enregistrements de studio pour des organismes de radiodiffusion et des enregistrements de concert. Réalisés de 1941 à 1981, on y retrouve partout la sonorité puissante et le style si engagé du violoncelliste né à Biarritz en 1911 et disparu en 1988. Les principaux concertos du répertoire sont au rendez-vous, Haydn, Boccherini, Schumann, Dvořák, Elgar, Khachaturian avec des chefs aussi divers que Bernhard Paumgartner, Rudolf Schwarz, André Cluytens, Pierre Dervaux ou Sir John Barbirolli. Le récitaliste n’est pas oublié dans ce coffret avec de nombreuses sonates et des partenaires plaisants à retrouver, comme le pianiste d’origine polonaise Artur Balsam, un élève de Schnabel qui a émigré aux États-Unis pour fuir le nazisme ou encore le pianiste français Jean Hubeau qui forma tant de pianistes au Conservatoire de Paris. Des belles retrouvailles proposées par ce label allemand spécialisé en enregistrements inédits dormant dans les archives des radios nationales et qui vivent ainsi une seconde existence. © François Hudry/Qobuz
69,99 €

Musique symphonique - Paru le 9 mars 2018 | SWR Classic

Livret
« [...] Hans Rosbaud (1895-1962) fut un frère d’armes d’Hermann Scherchen. Même militantisme en faveur de la musique du XXe siècle, même approche incisive, philologique avant l’heure, du répertoire classique, Haydn en tête. Une anthologie, composée d’enregistrements effectués dans le studio du Südwestfunk de Baden-Baden de 1952 à sa mort, se concentre sur ce domaine d’élection. La Symphonie n° 87 constitue l’emblème de ces lectures franches, vertes même, à l’opposé du dramatisme et du pathos de Furtwängler. [...] L’intérêt documentaire et historique de l’ensemble est indéniable, le plaisir qu’on prend à l’écouter un peu moins, d’autant que les solistes des concertos – Maurice Gendron excepté – ne sont que d’honnêtes seconds couteaux. La perle du coffret est dans ses marges : une Symphonie n° 45 « Les Adieux » de 1958, enregistrée en stéréo pour Electrola avec les Berliner Philharmoniker. Interprétation sensiblement plus fouillée, d’une charge poétique plus prononcée, qui nous rappelle que Rosbaud avait signé, en 1956 et 1957, avec les mêmes, d’électrisantes Symphonies n° 92 « Oxford » et n° 104 pour DG.» (Diapason, septembre 2018 / Hugues Mousseau) 
55,99 €

Classique - Paru le 17 novembre 2017 | Australian Broadcasting Corp (ABC)

55,99 €

Musique de chambre - Paru le 29 septembre 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or
63,99 €
55,99 €

Classique - Paru le 16 juin 2017 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama
55,99 €

Classique - Paru le 16 juin 2017 | Warner Classics

69,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1979 | Decca Music Group Ltd.

Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Record of the Year
55,99 €

Classique - Paru le 3 juillet 2015 | Australian Broadcasting Corp (ABC)

59,99 €

Classique - Paru le 4 mars 2016 | SWR Classic

Livret
62,99 €

Classique - Paru le 30 octobre 2015 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
« Il suffit d’écouter son interprétation de la première Suite de Bach pour mesurer la subtile sobriété du jeu de Maurice Gendron (1920-1990). Ennemi de toute emphase, le violoncelliste allait droit au but, dessinait les contours d’une phrase sans appui, tel un peintre esquissant à main levée. C’est l’élégance suprême de son jeu qui fit comparer cet archet fluide, classieux et un rien distant au d’Artagnan des trois Mousquetaires – entendez Fournier, Navarra, et Tortelier, autres symboles de la glorieuse école française de violoncelle au XXe siècle. Un coffret généreux documente largement son art et son répertoire. [...] Perfectionniste soucieux du moindre détail, il se préparait pour chaque concert ou chaque enregistrement « comme si sa vie en dépendait » (propos de son épouse, dans un touchant hommage). [...] Son association avec l’excellent pianiste qu’était aussi Jean Françaix, illustrée dans Beethoven, Schubert, Debussy, Fauré, Messiaen révèle leur souci permanent de l’élégance dans la quête d’un idéal stylistique. [...] Et l’éditeur n’a pas oublié le bouquet de bis où, on l’aura compris, la virtuosité naturelle de Gendron ne s’encombre d’aucune pesanteur démonstrative. Somme splendide, hommage sans précédent à un grand esthète.» (Diapason, juin 2016 / Jean-Michel Molkhou)« De Bach à Messiaen en passant par Brahms et Lalo, le violoncelliste donne une leçon de style qui défie le temps. Plus qu’aucun de ses prédécesseurs français, Maurice Gendron incarna un style chic et élégant. [...] Le quatorzième CD est consacré à des bis de qualité. Peut-être faudrait-il commencer par là l’écoute de cet indispensable ensemble.» (Classica, juin 2016)
139,99 €

Classique - Paru le 1 septembre 2002 | Decca Music Group Ltd.

Sur les quelque 104 symphonies de Haydn, celles appartenant au groupe « Paris » et « Londres » sont clairement définies. « Paris », ce sont six symphonies écrites sur commande du Chevalier de Saint-Georges en 1785 et 86. « Londres », ce sont douze symphonies composées sur la demande de l’agent londonien de Haydn, Johann Peter Salomon : six symphonies écrites à Londres lors du premier voyage de Haydn de 1791-92 (symphonies 93 à 98), six autres destinées au second séjour du compositeur en ville de 1794 à 1795, écrites à Vienne puis à Londres (symphonies 98 à 104). C’est la le sommet des sommets de l’art symphonique de Haydn, qui a su jeter tous les fondements de l’art de la grande symphonie classique – un modèle qui, avec divers avatars, perdura jusque tard dans le XXe siècle et que ne dénigrent pas quelques compositeurs contemporains, preuve de l’extrême équilibre du genre développé par le génial Viennois. Par contre, la période haydnienne Sturm und Drang est plus floue, et l’observateur peut y ranger entre vingt et trente symphonies selon son humeur et son évaluation ; disons que ce sont des œuvres datant environ des années 1765 à 1775, d’inspiration inquiète, de forme délibérément errante – pour Haydn un splendide laboratoire d’essais qui seront transformés, justement, par les Parisiennes et Londoniennes. L’interprétation vivante, éclatante, bourrée d’énergie, qu’en propose Frans Brüggen avec l’Orchester Of The Age Of Enlightment est un immense plaisir de bout en bout, l’auditeur découvrant mille détails et cent mille éclats de génie que les lectures des années 50 à 80 ont souvent noyés sous un surcroît de mégaphilharmonisme berlino-viennois. Superbe ! © SM/Qobuz
53,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2006 | Decca Music Group Ltd.

83,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | Decca Music Group Ltd.

53,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1997 | Decca Music Group Ltd.

Quatuor Aeolian
74,99 €

Quatuors - Paru le 11 novembre 2014 | Music and Arts Programs of America

Livret Distinctions Diapason d'or
Pendant des décennies, le violoniste Alexander Schneider (né Abram Sznejder ; 1908 – 1993) fut l’un des plus considérables solistes de son temps ; soliste, mais encore plus chambriste, aux côtés par exemple de Casals, de Stern et tant d’autres de la même eau. Il fit partie du Quatuor de Budapest, du New York Quartet, et naturellement du Schneider Quartet dont voici quelques-uns des plus beaux enregistrements de Haydn, réalisés entre 1951 et 54. Car Schneider joua plus ou moins toute la musique que Haydn consacra à tant de formations de chambre, ce qui représente un corpus phénoménal. Parmi ce corpus, les quatuors à cordes sont sans doute le plus abouti de sa production ; on a tendance à les négliger un peu, serait-ce devant leur nombre impressionnant (soixante-huit, écrits tout au long de l’existence du maître) ? Toujours est-il que sans les quatuors de Haydn, point de quatuors de Mozart ni de quatuors de Beethoven ni de quatuors de Schubert, car le bonhomme a entièrement défriché le terrain pour fonder, tout seul comme un grand, le format, l’écriture spécifique, le langage intime de cette formation la plus idéale qui soit. Notez qu’en plus des quatuors à cordes, le Quatuor Schneider offre les Sept dernières paroles du Christ en croix, l’un des sommets de l’art de Haydn. Très soigneuse remastérisation à partir des matrices originales, pour une sonorité exemplaire. (MT)
59,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret

Le genre

Classique dans le magazine