Les albums

69,99 €

Classique - Paru le 19 juillet 2019 | Glossa

Livret
41,99 €

Classique - Paru le 28 juin 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

39,99 €

Classique - Paru le 19 juillet 2019 | Caprice

39,99 €

Classique - Paru le 12 juillet 2019 | G.O.P.

35,99 €

Classique - Paru le 5 juillet 2019 | G.O.P.

52,49 €
34,99 €

Musique concertante - Paru le 28 juin 2019 | Arcana

Hi-Res Livret
Girolamo Frescobaldi est une des figures les plus extraordinaires de l’histoire de la musique pour clavecin et pour orgue, et il a eu une très grande influence sur les autres compositeurs, jusqu’à Bach. Ses géniales toccatas révèlent un monde intérieur qui fascine l’auditeur d’aujourd’hui. L’inspiration de Frescobaldi naît à la cour de Ferrare et atteint sa maturité à Rome, ville où le compositeur se retrouve au milieu des plus grands artistes et crée un nouveau langage artistique. Ce coffret contient les quatre recueils de Frescobaldi qui, par leur exceptionnelle force d’innovation, ont laissé leur empreinte dans l’histoire de la musique pour clavier. Élève de Leonhardt et de Tagliavini, Francesco Cera est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands spécialistes de Frescobaldi, qu’il a contribué à défendre par des concerts et des classes de maître en Europe et aux États-Unis. Une partie des œuvres musicales a été enregistré dans l’acoustique exceptionnelle de la Sala della Vigna de la Delizia de Belriguardo, résidence d’été des ducs d’Este, fréquentée par le tout jeune Frescobaldi. Cera a choisi neuf instruments prestigieux, parmi lesquels l’orgue Guglielmi de 1615 en l’église de la Vallicella, à Rome, et un clavecin d’après Nicolò Albana, Naples, 1584. L’historien de l’art Denis Grenier se voit confier le commentaire de sept œuvres d'art qui témoignent du lien entre la musique de Frescobaldi et l’art dans la Rome de son temps. © Arcana
29,99 €

Classique - Paru le 21 juin 2019 | Accent

Livret
Il est assez difficile aujourd’hui d’imaginer l’immense importance et la popularité du luth dans l’histoire de la musique occidentale des XVIe et XVIIe siècles. En ce temps-là, on attendait de tout jeune homme cultivé une certaine adresse et compétence dans le jeu de luth. Comparé à d’autres instruments harmoniques, le succès du luth était dû à sa maniabilité qui permettait au musicien de jouer même en marchant ; d’autre part, ni le clavecin, ni l’orgue n’offraient une telle gamme de dynamiques différentes. Cet engouement exceptionnel pour cet instrument explique le nombre élevé de publications qui lui sont consacrées. Cet album reprend les enregistrements réalisés par Konrad Junghänel pour Accent entre 1978 et 1980. Divisé en trois volumes, il présente le répertoire italien avec des œuvres de Kapsberger et Piccinini, le répertoire allemand avec deux compositeurs qui ont largement prolongé l’utilisation du luth dans la première moitié du XVIIIe siècle comme Johann Sebastian Bach et, surtout, son exact contemporain, le grand Silvius Leopold Weiss qui occupe entièrement le troisième volume, dernier compositeur important pour cet instrument qui tombe peu à peu en désuétude alors que le clavecin règne en maître absolu sur tout le continent européen. Né en Allemagne en 1953, Konrad Junghänel demeure l’un des principaux artisans de la renaissance du luth dans le cadre des interprétations dites « historiquement informées ». En 1987, il fonde l’ensemble vocal Cantus Cölln avec lequel il a pu réaliser toute une série d’albums qui sont rapidement devenus des références avec des œuvres de Monteverdi, Buxtehude, Rosenmüller, Heinrich Schütz et Bach. Dans le présent enregistrement, il utilise le traditionnel luth à dix cœurs, mais également un chitaronne et un « liuto attiorbato » qui possèdent tous les deux un second chevillier avec une touche qui prolonge le manche. Konrad Junghänel compte parmi les plus célèbres luthistes de notre temps. Cette réputation est due notamment à son extrême virtuosité et à sa parfaite connaissance stylistique du répertoire pour luth, depuis les premières œuvres de la Renaissance jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. © François Hudry/Qobuz
29,99 €

Classique - Paru le 5 juillet 2019 | Tactus

Livret
34,99 €

Classique - Paru le 28 juin 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

38,99 €
27,99 €

Symphonies - Paru le 28 juin 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
24,99 €

Classique - Paru le 19 juillet 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

24,98 €

Classique - Paru le 5 juillet 2019 | Nimbus Records

24,98 €

Classique - Paru le 18 juillet 2019 | Ameritz Music Ltd

24,98 €

Classique - Paru le 4 juillet 2019 | Ameritz Music Ltd

24,98 €

Classique - Paru le 18 juillet 2019 | Ameritz Music Ltd

24,98 €

Classique - Paru le 4 juillet 2019 | Ameritz Music Ltd

24,98 €

Classique - Paru le 4 juillet 2019 | Ameritz Music Ltd

23,96 €

Classique - Paru le 21 juin 2019 | PentaTone

35,96 €
23,96 €

Mélodies - Paru le 5 juillet 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret
Chantant des rôles aussi divers que Tosca (Puccini), Mimi (La Bohème de Puccini), la Comtesse (Les Noces de Figaro de Mozart), Carmen (Bizet), Pamina (La Flûte enchantée de Mozart) ou Senta (Le Vaisseau fantôme de Wagner), la soprano américaine Melody Moore nous propose un récital de mélodies américaines (« An American Song Album ») qui constitue à lui seul une sorte de panorama des États-Unis comme symbole d’un grand creuset de cultures diverses, avec des mélodies inspirées par la poésie irlandaise, galloise, chilienne, allemande, arabe et afro-américaine. Le répertoire de cet album très original comprend les Hermit Songs de Samuel Barber, un beau cycle de dix mélodies composées en 1953 sur un recueil de poèmes anonymes écrits par des moines et des érudits irlandais du VIIe au XIIIe siècle, traduits au XXe par divers auteurs. On y trouve aussi le très récent cycle These Strangers (« Ces étrangers ») de Jake Heggie, composé en 2018 sur des textes engagés d’Emily Dickinson, Frederik Douglass, Martin Niemöller et Walt Whitman. Suivent une réflexion sur la maternité dans The Mystery de Carlisle Floyd et une sélection variée d’œuvres vocales de Gordon Getty. Melody Moore est accompagnée par son complice Bradley Moore, pianiste répétiteur du Metropolitan Opera de New York avec lequel elle collabore régulièrement. © François Hudry/Qobuz
22,49 €

Opéra - Paru le 5 juillet 2019 | Warner Classics

Le genre

Classique dans le magazine