Les albums

3272 albums triés par Prix : du moins cher au plus cher et filtrés par Classique, Ludwig van Beethoven et 10,00 € à 20,00 €
16,99 €
12,99 €

Classique - Paru le 13 octobre 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret
14,99 €

Classique - Paru le 2 octobre 2015 | FM Records

14,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 2 mars 2018 | Sterling

Livret
14,99 €

Classique - Paru le 3 juin 2014 | Sterling

Livret
10,79 €

Classique - Paru le 24 août 2018 | Jayden & Smith

17,99 €
13,49 €

Musique symphonique - Paru le 14 mars 2014 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
17,99 €
13,49 €

Musique symphonique - Paru le 24 novembre 2017 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret
« [...] Ce double album présente le dernier concert de Furtwängler avec le Swiss Festival Orchestra le 26 août 1953 à Lucerne. Cet enregistrement, publié à plusieurs reprises mais dans une captation sonore privée réalisée avec un Revox, est maintenant disponible pour la première fois dans une bien meilleure qualité puisqu'il a été masterisé à partir des bandes originales de la Radio enfin récupérées. Et pour la première fois également, ce concert est donné ici dans son intégralité avec l'Ouverture de Manfred de Robert Schumann qui ouvrait le programme mais qui, présumée perdue, manquait dans les précédentes éditions. Le programme de ce concert est caractéristique du grand Furtwängler qui se voyait de plus en plus comme le garant du patrimoine classique et romantique dans la tradition musicale allemande. À son actif, plus d'un millier d'œuvres de Beethoven dirigées et plus de cinq cents de Brahms, qui sont révélatrices des préférences musicales du Maestro. Schumann figurera "seulement" 190 fois dans ses programmes. De toutes les œuvres de ce dernier, c'est l'Ouverture de Manfred, par l'image de sombre mélancolie qu'elle renvoie, qui correspond le plus aux idéaux philosophiques de Beethoven et à son concept de "Per aspera ad astra" ("Par des sentiers ardus jusqu'aux étoiles") que Furtwängler a fait siens.» (Extrait du texte du livret signé par Uwe Schweikert traduit par Qobuz)
17,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 1 septembre 2017 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik - 5 Sterne Fono Forum Jazz
10,79 €

Ballets - Paru le 23 octobre 2017 | Konstantin Mortensen Records

14,39 €
10,79 €

Classique - Paru le 20 octobre 2017 | Blue J Music

Hi-Res
10,79 €

Piano solo - Paru le 14 mars 2014 | audite Musikproduktion

Livret Distinctions 5 de Diapason
10,79 €

Classique - Paru le 19 novembre 2018 | Quiet Moods

10,79 €

Piano solo - Paru le 27 octobre 2008 | MONSIEUR CROCHE

Livret Distinctions 5 de Diapason - Pianiste Maestro - 4 étoiles de Classica - Qobuzissime
Henri Barda est le secret le mieux gardé du piano français. Dans les années 70, la parution de son album des Sonates 2 et 3 de Chopin chez Calliope, porté aux nues par la Tribune des critiques de disques sur France Musique, avait créé la sensation. D'ou pouvait donc bien venir ce discours musical si puissant et si doux, si évident et si convaincant ?On avait oublié ce type de piano, en ces années où la course à la technicité, engagée par la version Pollini/DG, juste publiée alors, des Etudes de Chopin, militait pour une foutue modernité qui a conduit à cet insupportable "pianisme international" sans chair et sans saveur qui a commis tant de désastres. Les années 80 et 90, grâce aux innombrables rééditions discographiques d'enregistrements anciens, nous ont permis de lever le voile sur le passé, et de découvrir que le piano tel qu'on le jouait et l'enseignait à la fin du XIXe siècle & début XXe n'était pas ce genre larmoyant, rubatisé n'importe comment, qu'on nous avait décrit, mais un Art où avaient excellé des artistes majeurs, instrumentistes supérieurs et personnalités imaginatives si libres.Pourquoi cette évocation ? Parce que Henri Barda, grandi au Caire, y a connu l'enseignement d'un certain Ignaz Tiegerman (1893-1968). D'abord élève de Leschetizky, Tiegerman a surtout eu comme Maître Ignaz Friedman, qu'il considérait comme son mentor. Et Friedman a un jour déclaré que Tiegerman était le plus grand talent avec qui il avait jamais travaillé. Pour beaucoup, Tiegermann fut un artiste qui n'avait d'égal que Vladimir Horowitz. Ces enregistrements, pour la plupart précaires, ont tous été réédités par le label Arbiter au cours des dernières années. La santé fragile de Tiegerman le conduisit à passer une grande partie de sa vie au Caire, où il fut donc le professeur de Barda, mais aussi de l'intellectuel palestinien Edward Saïd, cher ami de Daniel Barenboim avec lequel il a signé deux livres, de Mario Feninger ou du Prince Hassan Aziz Hassan. Voilà donc, d'où venait la manière, le son, la liberté d'allure de ce Henri Barda découvert avec ses sonates de Chopin. Henri Barda joue ici Brahms, Beethoven et Chopin, enregistré en concert en 2008 au Japon... où il est une véritable vedette ! © Qobuz / H.K.
10,79 €

Classique - Paru le 11 mars 2019 | Veraphon

10,79 €

Classique - Paru le 28 août 2018 | Quintone Records - Mediadub records

10,79 €

Classique - Paru le 25 mars 2017 | iM Claudio Colombo

10,79 €

Classique - Paru le 20 décembre 2017 | iM Claudio Colombo

10,79 €

Classique - Paru le 9 octobre 2017 | iM Claudio Colombo

10,79 €

Classique - Paru le 7 juillet 1998 | Music4License

10,79 €

Classique - Paru le 19 septembre 2006 | Esperanza

Le genre

Classique dans le magazine