Les albums

470 albums triés par Plus distingués et filtrés par Classique et Maurice Ravel
17,49 €
12,49 €

Ballets - Paru le 17 mars 2017 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - Gramophone Award - Gramophone Editor's Choice - 4 étoiles de Classica
« Au plus près de l'œuvre originale et des instruments qui l'ont créée, l'ensemble Les Siècles révèle le ballet de Ravel dans tout sa magie. Nijinski revit. [...] L'ensemble Les Siècles joue par vocation sur instruments d'épo­que, et son directeur musical, François-Xavier Roth, en digne remplaçant de Pierre Monteux (le chef char­gé de la création), a veillé, comme pour son disque Stravinski (Le Sacre du printemps, Petrouchka) enregistré chez Actes Sud, à ce que la facture des cordes et des vents soit la plus proche possible des instruments de la création, tout en revenant aux sources pour chasser les erreurs d'une partition imprimée trop vite. Le résultat ? Un enchantement. La « symphonie chorégraphique en trois parties » voulue par Ravel fait ici valoir le chatoiement de ses timbres, la beauté et la variété de ses nuances, la précision et la vivacité de ses couleurs. [...] (Télérama, avril 2017 / Sophie Bourdais)
10,99 €

Classique - Paru le 22 janvier 2009 | Fuga Libera

Livret Distinctions Diapason d'or - 10 de Classica-Répertoire - 8/10 de Trax
Trio pour piano, violon & violoncelle - Sonate pour violon & violoncelle - Sonate pour violon & piano / Trio Dali (Amandine Savary, piano - Vineta Sareika, violon - Christian-Pierre la Marca, violoncelle)
17,49 €
12,49 €

Musique symphonique - Paru le 13 avril 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Enregistrer les œuvres de Ravel sur instruments d’époque pourrait prêter à sourire si la facture instrumentale n’avait pas autant évolué en moins de cent ans : c’est le retour des cordes en boyau, timbales et percussions en peau, bassons français (et non fagott allemand aujourd’hui dans tous les orchestres du monde), tailles des anches, trompettes et trombones de facture française. À la tête de son orchestre Les Siècles, François-Xavier Roth donne une nouvelle version historiquement renseignée, selon le terme orthodoxe, de Ma Mère l’oye (ballet intégral), du Tombeau de Couperin et de Shéhérazade, cette « ouverture de féérie » longtemps négligée et qui est déjà du pur Ravel. Ce retour aux sources est évidemment plus aisé et plus sûrement authentique pour cette période de l’histoire de la musique puisque, contrairement aux œuvres des époques précédentes, nous en possédons des enregistrements datant des années 1920, et même avant, pour nous renseigner sur le style, les couleurs, les phrasés et les tempi. Il ne suffit pourtant pas d’avoir en mains toutes ces données historiques pour être intéressant. Ce qui rend cet enregistrement passionnant c’est d’abord parce que tous les musiciens des Siècles sont excellents et que François-Xavier Roth est lui-même un interprète de talent, connaissant parfaitement cette musique. À cet égard, son enregistrement intégral de L’Oiseau de feu de Stravinski nous avait déjà frappés par sa qualité. Ce Ravel retrouvé sonne avec clarté et finesse, c’est un régal de timbres bien définis qui tranchent avec le côté « beau son international » qui prévaut aujourd’hui dans les orchestres du monde entier. © François Hudry/Qobuz
17,49 €
14,99 €

Musique symphonique - Paru le 24 avril 2015 | Erato - Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Victoire de la musique - Choc de Classica
« Jordan, beau héraut de Ravel. Après un remarquable enregistrement consacré à Wagner, Philippe Jordan continue de nous émerveiller à la tête de l'Orchestre de l'Opéra de Paris. L'Orchestre de l'Opéra national de Paris n'avait pas tenté l'enregistrement de l'intégrale du ballet depuis Manuel Rosenthal (1959) et Jean Martinon (1974). [...] L'arrivée de Philippe Jordan en 2009 n'a fait que renforcer la cohésion de l'orchestre dont la souplesse et la musicalité lui font atteindre un niveau international maintenant. Après avoir réécouté les versions de l'écoute comparée réalisée en février 2013 (Classica n° 149), nous plaçons aujourd'hui le Daphnis et Chloé de Jordan aux côtés de ceux de Boulez avec le Philharmonique de Berlin et de Chailly avec le Concertgebouw d'Amsterdam. Pour tout dire, en haut du "podium" ! Dès l'Introduction, l'auditeur est capté par l'évidence et l'intelligence de l'organisation des climats. De cette lecture émanent autant de mystère que de certitudes, d'émerveillement que de puissance pure. [...] Cette magistrale démonstration de tempérament et d'élégance ravit. [...] La Valse est volontairement épaisse. Elle se déploie, sorte de déesse sonore s'étirant vers Richard Strauss, fardée jusqu'à l'écœurement, "l'Apocalypse joyeuse" annoncée par Max Brod. Original, saisissant et magistral.» (Classica, mai 2015 / Stéphane Friédérich)
15,99 €
11,49 €

Piano solo - Paru le 24 mars 2014 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica - Hi-Res Audio
De la Pavane pour une infante défunte aux Valses nobles et sentimentales, Vanessa Wagner dresse le portrait de la première et féconde maturité de Ravel. Musicienne engagée dans la création, elle nous propose sa vision de Ravel. Dans la tradition romantique, Gaspard de la nuit, triptyque pianistique à programme, est inspiré des poèmes éponymes d'Aloysius Bertrand : l’Ondine, nymphe des eaux, le Gibet, illustration des dernières impressions d'un pendu, et Scarbo, gnome facétieux. Hommage à Schubert, les Valses nobles et sentimentales, composées en 1911, nous font à nouveau entrer dans la danse. Ma mère l'Oye illustre des contes (de Perrault entre autres) et montre toute l’affection qu’il porte à l’enfance. Un travail d’orfèvre a permis de restituer un son unique en Studio Masters et même en 5.1 !
14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2010 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama
Soutenu par Boulez et l’Orchestre de Cleveland, Pierre-Laurent Aimard offre un regard d’une précision méticuleuse sur les Concertos de Ravel. Enregistrées en "live" en février 2010, voici des interprétations fluides et d’un idoine équilibre sonore, complétées par le cycle des Miroirs, où le pianiste français fascine par son toucher épuré et son jeu, d’une clarté totale.
13,49 €
8,99 €

Mélodies & Lieder - Paru le 28 mai 2012 | Naive

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica - Hi-Res Audio
9,99 €

Classique - Paru le 7 octobre 2014 | SWR Classic

Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica
« Quel parcours discographique ! Stéphane Denève s'est imposé comme "le" jeune chef de référence dans le répertoire français. [...] Il consacre logiquement un nouveau cycle à Maurice Ravel avec l'Orchestre symphonique de la Radio de Stuttgart dont il est le directeur musical. [...] On retrouve ses grandes qualités, "la beauté des respirations, la finesse des phrasés, la densité des élans chorégraphiques", des interprétations racées, souples, fluides, organiques, bref, ravéliennes en diable." Nous avions quelques réserves au sujet de l'orchestre pour Boléro. Elles restent présentes dans Daphnis et Chloé et Ma Mère l'Oye, admirables d'élégance et de conduite, d'une grande unité structurelle, sans aucune baisse de tension. [...] Les Valses nobles et sentimentales sont un véritable coup de génie. Le chef sait comme personne y varier les climats, lyrique et expressif, mystérieux, fluide et léger. » (Classica, février 2016 / Bertrand Dermoncourt)
9,99 €

Piano solo - Paru le 1 avril 2014 | Ars Produktion

Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama
13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1987 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Il y a des disques qui ont marqué toute une génération et qui continuent à émerveiller les jeunes mélomanes d'aujourd'hui. Martha Argerich et Claudio Abbado étaient les jeunes artistes des années soixante-dix. Leur jeunesse, leur beauté, leur manière si décontractée de faire de la musique apportaient un vent nouveau dans le monde classique. Abbado a malheureusement disparu, mais la légende demeure, de même que la magie de ses interprétations. Quant à Martha Argerich, elle se meut comme personne dans l'univers si fantasque de Ravel qui lui va comme un gant. Voilà une adéquation rarement atteinte et qui rend ce disque vraiment précieux autant qu'indispensable. FH
15,99 €
11,49 €

Classique - Paru le 24 mars 2014 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
De la Pavane pour une infante défunte aux Valses nobles et sentimentales, Vanessa Wagner dresse le portrait de la première et féconde maturité de Ravel. Musicienne engagée dans la création, elle nous propose sa vision de Ravel. Dans la tradition romantique, Gaspard de la nuit, tryptique pianistique à programme, est inspiré des poèmes éponymes d'Aloysius Bertrand : l’Ondine, nymphe des eaux, le Gibet, illustration des dernières impressions d'un pendu, et Scarbo, gnome facétieux. Hommage à Schubert, les Valses nobles et sentimentales, composées en 1911, nous font à nouveau entrer dans la danse. Ma mère l'Oye, illustre des contes (de Perrault entre autres) et montre toute l’affection qu’il porte à l’enfance. Enregistré à l'église Saint-Pierre (Paris), un travail d’orfèvre a permis de restituer un son unique en Studio Masters et même en 5.1 !
12,49 €

Classique - Paru le 13 septembre 2010 | Warner Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
La référence absolue de la discographie ! Profitant des timbres fins et scintillants de l'Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire, André Cluytens demeure le peintre idéal de la poétique ravélienne. Samson François, lui, est l'esprit même. Concerto en sol virevoltant, Concerto pour la main gauche d'une rare noirceur.
14,99 €
9,99 €

Piano solo - Paru le 3 août 2018 | Toccata Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
14,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 16 mars 2012 | Warner Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
La référence absolue de la discographie ! Profitant des timbres fins et scintillants de l'Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire, André Cluytens demeure le peintre idéal de la poétique ravélienne. Samson François, lui, est l'esprit même. Concerto en sol virevoltant, Concerto pour la main gauche d'une rare noirceur.
13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2001 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Ces gravures Ravel de Pierre Monteux, à la tête du London Symphony Orchestra, réalisées en 1959 et 1961, restent un miracle d'équilibre poétique, notamment dans le ballet Ma Mère l'Oye, aux équilibres chambristes et magiques, d'un raffinement intense et inégalé (Introduction, Le Jardin féérique). La force narrative de cette gravure ne connait qu'un équivalent, avec Munch à Boston chez RCA (la Suite, 1958). Éblouissant, et bouleversant !
15,99 €
11,49 €

Classique - Paru le 7 octobre 2013 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Jean-Frédéric Neuburger offre une vision scintillante de trois oeuvres essentielles et si différentes de Maurice Ravel. Son interprétation de Gaspard de la nuit est plus virtuose que vraiment saisissante, les Valses nobles et sentimentales sont élégantes mais refusent de tomber dans le trop expressif. Dans le Tombeau de Couperin, le pianiste retrouve la rigueur des clavecinistes français qui ont inspiré Ravel. La fugue est menée dans un tempo rapide qui la rend beaucoup plus lisible que ce qu'on entend ordinairement et la Toccata finale est corsetée dans un tempo implacable qui souligne son écriture motorique plus que son caractère rêveur. Une approche personnelle, un peu distante, mais impeccable et très ravélienne par la pudeur de son expression. FH
11,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1996 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Une compilation qui reprend tout simplement les meilleures versions de chaque oeuvre de Ravel publiée par cet éditeur. La Sonate pour violon et piano avec Arthur Grumiaux et Istvan Hajdu, le Trio en la mineur dans la version lumineuse du Beaux-Arts Trio et le Quatuor en fa sous les archets du Quartetto Italiano qui a signé la version probablement la plus chantante de ce chef-d'oeuvre de jeunesse, dans une sonorité de rêve grâce à la qualité intrinsèque des musiciens et des prises de son aérées et naturelles. Trois en un, ce pourrait être le slogan accrocheur d'un supermarché, mais c'est tout simplement ce qu'offre cette intelligente réédition au couplage inédit. FH
9,99 €

Classique - Paru le 1 octobre 2013 | SWR Classic

Livret Distinctions 5 de Diapason
Après avoir signé une très belle intégrale Roussel (NAXOS) et une magnifique anthologie d'oeuvres symphoniques de Debussy (CHANDOS), voilà que Stéphane Denève s'attaque avec bonheur à Ravel dont il enregistre toute la musique d'orchestre. Sous sa baguette légère, il donne des couleurs diaphanes à l'Orchestre de la Radio de Stuttgart qui sonne "français" ! Une Alborada pleine de mystère, une Rapsodie espagnole colorée aux multiples sortilèges, un Tombeau de Couperin d'une vêture aux tons pastels, une Valse qui sans être assez tragique est chaloupée à souhait. Un Boléro au tempo tranquille et imperturbable voulu par Ravel. Voilà un premier volume qui laisse augurer d'une belle intégrale. FH
14,99 €
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 6 novembre 2015 | BR-Klassik

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
14,99 €
9,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 7 avril 2017 | BR-Klassik

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Enregistré en concert en avril 2016 au Prinzregententheater de Munich, avec l’Orchestre de la Radio Bavaroise, cette version de L'Heure espagnole de Ravel bénéficie, avant tout, d’un plateau exemplaire avec des voix uniquement francophones – quatre Français, Gaëlle Arquez en Concepción, Julien Behr comme Gonzalve, Mathias Vidal pour Torquemada, Alexandre Duhamel incarnant Ramiro – et un Belge, Lionel Lhote, chantant Don Iñigo Gomez. Autrement dit, et ce n’est pas si fréquent, le bienheureux auditeur pourra entendre l’ouvrage chanté par un plateau de grande jeunesse, de parfaite expérience, et d’une élocution absolument impeccable. Et comme il s’agit d’une captation en public, l’excitation du direct est au rendez-vous ; voilà bien une version qu’il convient de faire figurer au palmarès des meilleurs enregistrements du chef-d’œuvre de Ravel. © SM/Qobuz

Le genre

Classique dans le magazine