Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

3 albums triés par Plus distingués et filtrés par Classique, Joseph Haydn, Joseph Haydn et Sony Classical
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Classique - Paru le 23 février 2018 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 2 février 2018 | Sony Classical

Hi-Res
La bonne humeur et le vent d’optimisme qui souffle souvent sur la musique de Joseph Haydn ne pouvait qu’attirer Leonard Bernstein, qui a réalisé de nombreux enregistrements des symphonies du grand compositeur autrichien, à New York comme à Vienne. Si ces interprétations ne sont pas « historiquement renseignées », elles dévoilent toutefois parfaitement « l’esprit » de cette musique, avec des tempos allant, une bonne dose d’humour et une vivacité de chaque instant. La Symphonie n° 88, en sol majeur, suit les six Symphonies « parisiennes » dont elle est le prolongement. En l’écrivant, Haydn pensait au public français et en avait d’ailleurs confié la publication à un éditeur parisien. Cette symphonie a toujours eu la faveur des chefs d’orchestre, probablement grâce à la clarté de son écriture et à son dernier mouvement, savant dans son écriture et pourtant si populaire de ton avec un thème principal qui reste dans l’oreille bien après son audition. Une vidéo montre Bernstein interprétant ce Finale à Vienne, en laissant malicieusement l’orchestre jouer tout seul tout en faisant des mimiques irrésistibles. La Symphonie n° 102 fait partie des douze Symphonies « londoniennes ». Plusieurs commentateurs ont souligné combien le premier mouvement avait largement inspiré Beethoven dans ses propres symphonies. L’Adagio qui suit possède une tristesse assez rare chez Haydn qui reprend toutefois son humeur joyeuse dans un Finale étincelant où des éléments burlesques sont placés pour faire sourire le public. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 2 février 2018 | Sony Classical

Hi-Res