Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

2 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Classique, Ralph Vaughan Williams, Ralph Vaughan Williams, Halle Concerts Society et 24 bits / 44.1 kHz - Stereo
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 6 octobre 2017 | Halle Concerts Society

Hi-Res Livret
Deux des plus grandes symphonies du plus grand symphoniste anglais que fut Vaughan Williams, quel régal ! Pour la petite histoire, lui aussi composa neuf symphonies, comme quelques autres et non des moindres. La Sixième, terminée en 1947, est un véritable déluge orchestral dans lequel se rencontrent autant de saxophones hurlants et hystériques que de xylophones macabres, de cuivres délirants et de terrifiantes percussions martiales, en particulier dans le titanesque Scherzo que suit un sombre, fantomatique quatrième et dernier mouvement qui ne dépasse jamais le pianissimo (avec la fréquente précision « senza crescendo ») et dans lequel ne se rencontre ni thème ni développement, seulement une errance puissamment polyphonique faite de micro-cellules rythmiques et mélismatiques, dont certains moments parmi les plus désolés ne sont pas sans préfigurer la Troisième de Gorecki – bref, cette Sixième est un immense chef-d’œuvre. L’album signé du Hallé Orchestra dirigé par Mark Elder se referme avec la non moins imposante Quatrième de 1935, la première des symphonies de Vaughan Williams à ne porter aucun titre – musique pure donc, détachée de tout élément extérieur. Plus sévère que les trois précédentes, elle n’en est pas moins d’une grande profondeur et d’une sombre intensité, avec quelques amusantes réminiscences de Hindemith par moments, qui ne peuvent laisser personne indifférent. © SM/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 4 septembre 2015 | Halle Concerts Society

Hi-Res
D’une durée de quelque soixante-dix minutes, la Sea Symphony de Vaughan Williams – sa première, soit dit en passant – appartient aux grands « mammouths » symphoniques du répertoire. On y trouve pléthore de singularités. Le chœur est présent de bout en bout, pas seulement dans l’un des mouvements ; la voix de baryton apparaît dans trois mouvements, la soprano dans deux. Écrit entre 1903 et 1909, l’ouvrage appartient à cette « mouvance » d’œuvres maritimes de l’époque, telles que les Sea Pictures d’Elgar, The Sea de Frank Bridge, et bien sûr La Mer de Debussy ; l’influence de Ravel, non-maritime certes mais ô combien fondatrice dans la texture orchestrale, semble évidente. On notera que, pour une symphonie ayant la mer pour sujet, on n’entendra pas la moindre tempête ! Vaughan Williams livre là un ouvrage non pas de jeunesse – lorsque la symphonie est achevée, il a la trentaine bien entamée et c’est pourtant sa première œuvre majeure – mais bel et bien de première grande maturité, après des années de doutes et d’essais qui n’ont jamais été publiés. Mark Elder, à la tête de l’excellent Hallé Orchestra et Hallé Choir, Katherine Broderick et Roderick Williams, voilà un superbe plateau pour défendre cette œuvre qui hélas n’a guère droit aux honneurs des programmateurs en France ... comme toutes les symphonies de Ralph Vaughan Williams. © SM/Qobuz