Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD10,99 €

Chanson française - Paru le 1 janvier 2008 | Universal Music Division Capitol Music France

Distinctions 4F de Télérama - Grand Prix de l'Académie Charles Cros
Nouvel album aux sonorités "andalourock" de Christophe avec la participation d'Isabelle Adjani, Sara Forestier et Daniel Filipacchi (voix de Denise Colomb) / Erik Truffaz et Jac Berrocal, trompettes - Carmine Appice, batteur - Moraito Chico & Christophe Van Huffel, guitares
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 8 avril 2016 | Universal Music Division Capitol Music France

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Huit ans après son précédent album, le magnifique Aimer ce que nous sommes, l’extra-terrestre Christophe redescend sur notre planète avec ces Vestiges du chaos. Comme à l’accoutumé chez notre dandy-ovni célébré par la plèbe comme par les hypsters, les genres se croisent et se décroisent. Electro, pop, blues, new age, rock, tout y passe. A 70 ans passés, le dernier des Bevilacqua, capable de signer une friandise limite kitsch ou un trip expérimental et déjanté, est une fois de plus impressionnant dans ses errances lunaires et belles. Christophe a toujours en ligne de mire la mélodie. Quel que soit l’habit qu’il lui offre, elle est centrale à son art. Cette fois, il embarque notamment avec lui dans son équipée sauvage Alan Vega du groupe Suicide, son vieux complice Jean-Michel Jarre (qui fut le co-auteur des Mots bleus et des Paradis perdus), Boris Bergman ou bien encore la comédienne Anna Mouglalis. Il signe également un touchant hommage au couple Lou Reed/Laurie Anderson. Pas de doute : Saint Christophe a encore frappé ! © MD/Qobuz
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 1 janvier 2001 | Universal Music Division Capitol Music France

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A mille lieues de l'idole des jeunes des années 60, c'est un chanteur introspectif, flirtant avec l'électro, qui s'exprime sur le fil du rasoir. Comme'si la terre penchait est une oeuvre sombre et belle, un grand disque d'un musicien attachant en constante remise en cause.
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 8 avril 2016 | Universal Music Division Capitol Music France

Livret Distinctions 4F de Télérama
Huit ans après son précédent album, le magnifique Aimer ce que nous sommes, l’extra-terrestre Christophe redescend sur notre planète avec ces Vestiges du chaos. Comme à l’accoutumé chez notre dandy-ovni célébré par la plèbe comme par les hypsters, les genres se croisent et se décroisent. Electro, pop, blues, new age, rock, tout y passe. A 70 ans passés, le dernier des Bevilacqua, capable de signer une friandise limite kitsch ou un trip expérimental et déjanté, est une fois de plus impressionnant dans ses errances lunaires et belles. Christophe a toujours en ligne de mire la mélodie. Quel que soit l’habit qu’il lui offre, elle est centrale à son art. Cette fois, il embarque notamment avec lui dans son équipée sauvage Alan Vega du groupe Suicide, son vieux complice Jean-Michel Jarre (qui fut le co-auteur des Mots bleus et des Paradis perdus), Boris Bergman ou bien encore la comédienne Anna Mouglalis. Il signe également un touchant hommage au couple Lou Reed/Laurie Anderson. Pas de doute : Saint Christophe a encore frappé ! © MD/Qobuz
CD10,99 €

Chanson française - Paru le 1 janvier 2008 | Universal Music Division Capitol Music France

Livret Distinctions Grand Prix de l'Académie Charles Cros
Le compositeur, producteur et chanteur Christophe a sorti Aimer ce que Nous Sommes en juin 2008. Considérant la rareté de ses enregistrements, les nouveautés constituent toujours un événement. Cela dit, cet enregistrement, peut-être le plus ambitieux à ce jour, le place dans la catégorie des expérimentalistes, iconoclastes de la variété aux côtés de Robert Wyatt, Scott Walker, Kevin Coyne et compagnie. Baigné de mélodies et de fragments de mélodies sublimes, cet opus à la production généreuse est riche en textures, en atmosphères et en sons électro joliment intercalés. Cet album fantomatique héberge des éléments de souvenirs (pas de nostalgie) doux amers. On remarquera notamment le récitatif ambiant "Magda", la pop décadente et entraînante de "Tonight, Tonight", l’envoûtant jazz-flamenco d’"Odore de Femina" (avec Erik Truffaz à la trompette) et la majestueuse "Parle-Lui de Moi". Cet album est la preuve que Christophe, tel le bon vin, gagne à prendre de l’âge. © Thom Jurek /TiVo
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 1 janvier 2006 | Disques Dreyfus

Ce récapitulatif de la carrière de Christophe laisse peut-être sur le carreau des titres de son chef-d’œuvre expérimental de 2008 Aimer ce que Nous Sommes, mais c’est tout bonnement parce que sa sortie remonte à 2002. Cette sélection de 21 titres contient ses meilleurs tubes en français et en italien des années 60, 70 et 80 ainsi qu'un ensemble de chansons d’album irréprochables. Les vétérans apprécieront les nombreuses excellentes occasions de se délecter de sa voix et de ses paroles d’un autre monde, et on notera la présence d’"Aline", "Les Mots Bleus" et "Les Paradis Perdus". Cette compilation constitue une excellente introduction à l’œuvre d’un véritable iconoclaste de la variété. © Thom Jurek /TiVo
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 17 mai 2019 | Capitol Music France

Ce qui différencie Christophe de ses confrères du même âge lorsqu’ils se penchent sur leur passé, c’est la manière dont le chanteur moustachu réinvente littéralement ses anciens tubes (tandis que d’autres se contentent généralement de les réorchestrer sagement). Cette relecture radicale et très moderne des chansons qui ont fait sa gloire vient entre autres du fait que, comme beaucoup d’artistes de la nouvelle génération, Christophe est, et a toujours été, un adepte des synthétiseurs. Chacun sait d’ailleurs qu’il a entreposé toutes ses machines dans son appartement/home studio de Montparnasse. Et c’est justement en duo avec une ribambelle de jeunes chanteurs qu’il a choisi de réinterpréter ces chansons mythiques, de la Libanaise Yasmine Hamdan (La Man) au doux-dingue de génie Sébastien Tellier (Señorita), en passant par le groupe américain Son Lux (Les Mots bleus).Mais il n’y a pas que des morceaux incontournables dans le tracklisting de cet album. C’est le cas de la confidentielle Petite Fille du soleil(1975), « apportée » et chantée en duo par Camille (c’était un morceau qu’elle avait l’habitude de chanter pour endormir sa fille). Mais on trouvera aussi des « aînés » dans cet album, comme Eddy Mitchell (Parfum d’histoires) et Etienne Daho (Le Petit Gars), avec qui Christophe n’avait curieusement jamais travaillé. Rempli de nappes planantes et de voix réverbérées, Christophe etc… est certes fidèle au style du chanteur. Mais l’apport de ces nouvelles têtes au sein de cet univers si personnel, ainsi que l’énorme travail de réorchestration accompli par Christophe, en font un objet dont on ne saurait dire s’il respire la nouveauté ou s’il est terriblement familier.  © Nicolas Magenham/Qobuz
CD13,49 €

Chanson française - Paru le 13 décembre 2019 | Universal Music Division Capitol Music France

Christophe remet le couvert. Ce second opus de duos fonctionne sur le même principe que le premier, à savoir une réinvention radicale et électro de ses anciens titres. Après Sébastien Tellier, Etienne Daho ou Eddy Mitchell, voici Arno (Les paradis perdus), Jeanne Added (La petite fille du 3e) ou Pascal Obispo (Le tourne-cœur). On trouvera aussi des noms plus surprenants, comme l’actrice Laetitia Casta (Daisy) ou le duo belge Vive la fête ! (Les marionnettes). La playlist comprend deux célèbres cris destinés à des amours perdus, La dolce vita et Aline. La première chanson a été confiée à Julien Doré et la seconde à Philippe Katerine, les deux hommes injectant une grande dose de second degré dans ces morceaux si typiques de l’univers de Christophe. C’est Arthur Teboul, chanteur de Feu Chatterton !, qui a la charge d’interpréter Le Beau bizarre. Un choix parfaitement conforme à ce qu’on pouvait attendre puisque, selon les propres mots de Christophe, « Arthur, il a quand même dans sa tête un film un peu bizarre». Enfin, dans cette compilation déguisée figure un titre que le chanteur moustachu n’avait pas interprété mais seulement composé, en 1986, pour Corynne Charby : le célébrissime Boule de flipper. C’est Juliette Armanet qui la chante avec lui, l’énergie de la version originale laissant ici la place à une atmosphère plus planante et nocturne. © Nicolas Magenham/Qobuz
CD7,99 €

Chanson française - Paru le 18 mars 2013 | Disques Motors

Publié chez les Disques Motors en 1974 et succédant au succès public et critique rencontré par Les Paradis perdus (1973), Les Mots bleus constitue le cinquième album studio de l'auteur-compositeur-interprète français Daniel Bevilacqua, alias Christophe. Renouvelant un partenariat d'écriture initié sur son prédécesseur, l'album, enregistré aux Studios Ferber sous la houlette de Jacques Dutillet, bénéficie de la plume de Jean-Michel Jarre sur l'essentiel de ses huit titres et s'impose comme l'une des œuvres les plus abouties du chanteur et de la scène pop-rock hexagonale, porté par une ambition de tous les instants ainsi que par son inoxydable morceau titre, 45 tours décrochant des places dans les Top 10 français et wallon. © TiVo
HI-RES13,49 €
CD9,49 €

Chanson française - Paru le 1 janvier 2014 | Universal Music Division Capitol Music France

Hi-Res Livret
Voilà un disque qui ne peut que faire plaisir aux fans du chanteur dont on fait tous plus ou moins partie, rapport à la nostalgie... Christophe nous offre là un concert rien que pour nous, avec ses succès éternels mais dans des versions "comme à la maison", juste piano-voix. Enregistré en studio avec un public restreint et ami, défilent Les Mots bleus, Aline, Paradis perdu, Les Marionnettes... versions sensibles, intimes, d'où le titre logique de l'album, bien nommé Intime. © JMP/Qobuz
CD15,49 €

Chanson française - Paru le 1 janvier 2014 | Universal Music Division Capitol Music France

Livret
Voilà un disque qui ne peut que faire plaisir aux fans du chanteur dont on fait tous plus ou moins partie, rapport à la nostalgie... Christophe nous offre là un concert rien que pour nous, avec ses succès éternels mais dans des versions "comme à la maison", juste piano-voix. Enregistré en studio avec un public restreint et ami, défilent Les Mots bleus, Aline, Paradis perdu, Les Marionnettes... versions sensibles, intimes, d'où le titre logique de l'album, bien nommé Intime. © JMP/Qobuz
CD15,49 €

Chanson française - Paru le 1 janvier 2002 | Universal Music Division Capitol Music France

Enregistrement en concert effectué en 2002 / Olympia 2002
CD7,99 €

Chanson française - Paru le 18 mars 2013 | Disques Motors

CD13,49 €

Chanson française - Paru le 18 mars 2013 | Disques Motors

En 1965, Aline est peut-être le premier slow de l'été, avec Et j'entends siffler le train de Richard Anthony. Ce premier 33 tours est gorgé de sève, celle d'un fils d'immigré italien, néDaniel Bevilacqua, qui a grandi en écoutant Edith Piaf, Georges Brassens et Gilbert Bécaud mais aussi le blues de Robert Johnson et les pionniers du rock'n roll d'Elvis Presley à Chuck Berry tout en passant son temps au cinéma avec pour héros James Dean. On sourit d'influences évidentes comme celle de Brel dans Je t'ai retrouvé sur un rythme yéyé ou Bécaud dans Excusez moi monsieur le professeur ! Christophe s'impose des ce premier galop d'essai avec Aline et Les marionnettes, chansons dont il donnera, par la suite, des versions moins "idoles des jeunes" qui montre tout la force de mélodies qui ont pu paraître faciles ou niaises à l'origine.
CD7,99 €

Jazz - Paru le 18 mars 2013 | Disques Motors

Les Paradis perdus est le quatrième album de Christophe, paru en 1973. Pour réaliser ce disque, son producteur Francis Dreyfus lui a adjoint les services du jeune parolier Jean Michel Jarre.
CD7,99 €

Chanson française - Paru le 19 mars 2013 | Disques Motors

Ce Paradis retrouvé réunit treize inédits et expérimentations musicales enregistrés par Christophe durant les années 70 et 80 lorsque le chanteur était la monture de proue de l’écurie Motors de son ami producteur Francis Dreyfus. Avec cette compilation de morceaux inédits et stellaires, le dernier des Bevilacqua ouvre une belle malle aux trésors constituée de pépites conçues avec son armada de synthétiseurs en tous genres. Depuis les années 70, on sait l’intéressé plus que fasciné par toutes ces machines nommées Fairlight, Yamaha GS-1, Memory Moog, Odyssey de ARP… Un trip extra-terrestre comme seul Christophe sait en organiser, musique kaléidoscopique à l’image de la vie de son auteur. Bref, un disque fascinant, troublant et surtout passionnant.
CD7,99 €

Chanson française - Paru le 18 mars 2013 | Disques Motors

CD7,99 €

Chanson française - Paru le 18 mars 2013 | Disques Motors

CD13,49 €

Chanson française - Paru le 1 janvier 2014 | Universal Music Division Capitol Music France

Livret
Dans la continuation logique de sa tournée Intime Tour, l'auteur-compositeur-interprète français Christophe invite un public d'heureux élus aux Studios Davout de Paris le 16 décembre 2013 pour interpréter et enregistrer une quarantaine de titres issus majoritairement de son répertoire (exception faite de "La Non-demande en mariage" de Brassens et d'"Alcaline" de Bashung) dans des versions dépouillées essentiellement en mode clavier-voix, même s'il lui arrive bien d'empoigner sa guitare à l'occasion. L'exercice est multiple puisqu'il constitue une mise à nu de la part d'un artiste cultivant le mystère et que ce dernier s'est entiché avec le piano d'un instrument qui n'est pas son instrument de prédilection. C'est avec brio que Christophe offre une nouvelle vie à des chansons issues de ses cinquante années de carrière, des "Mots bleus" à "Aline" en passant par "Les Paradis perdus". © Olivier Duboc /TiVo
CD7,99 €

Chanson française - Paru le 18 mars 2013 | Disques Motors

Dans les années 70, Christophe a l’art de la pochette originale. Celle du Beau Bizarre n’échappe donc pas à la règle. Quel est le sens de cet immense escalier au cœur de l’image ? Et cette femme esseulée accoudée à la rampe tandis que Christophe semble s’en moquer ? C’est peut-être déjà répondre à une définition « christophienne » du « Beau Bizarre », expression à l’origine de Charles Baudelaire. Après Jean-Michel Jarre, Christophe a de nouveau fait appel à un jeune poète inconnu à l’époque, Bob Decout, devenu entre autres, réalisateur de films. Celui-ci écrit huit textes décalés et insolites, si proches de l’univers de Christophe. L’album s’ouvre sur « Un peu menteur », un titre qui résume l’œuvre de Christophe : donner de l’illusion au public. La majeure partie des musiques s’inscrit dans la lignée des précédents albums : atmosphère toute « lynchienne » à base de claviers et de synthés (« Histoire de vous plaire », « Le grand couteau »), un soupçon de rock and roll (« Ici repose », « Saute du scooter ») et la présence inédite d’un batteur de renom Joe Hammer. « Le Beau bizarre », la chanson titre, inqualifiable et sublime reste le petit chef d’œuvre de l’album. Difficile de décrire son long instrumental mélange d’un saxophone triste, de tango et de rumba ! Le texte court de la chanson reste également hors normes. Si Jean-Michel Jarre parle dans « les paradis perdus » d’une « veste de soie rose », Bob Decout fait dire à Christophe : « Si j’ai ma veste noire, ce n’est pas par hasard. Le blanc, c’était hier. » Pourtant, Christophe porte une veste blanche en bas de ce fameux escalier… Beau bizarre ? © Paula Haddad / Music-Story

L'interprète

Christophe dans le magazine