Les albums

13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 8 juin 2018 | Matador

Distinctions Pitchfork: Best New Music
Les années 90 ont enfanté une belle armée de « filles pas contentes ». De Liz Phair à Fiona Apple, en passant par Courtney Love, Shirley Manson, Aimee Mann, PJ Harvey, Ani DiFranco ou Kristin Hersh, elles ont conjugué, chacune à leur manière, le syndrome de la postado révoltée, seule dans sa chambre, une guitare électrique en guise de doudou, et fait exploser au passage tous les clichés liés à ce type de profil. Ces années 90, Lindsey Jordan n’a pas vraiment connu… Celle qui avance masquée sous ce nom de Snail Mail a vu le jour en 1999 à Ellicott City, dans la banlieue ouest de Baltimore. Pourtant, l’ADN de sa musique est essentiellement composé de ce rock indé typiquement 90's. Lush sonne pourtant bien comme un disque de 2018, non comme une archive exhumée, de vingt ans d’âge. La voix n’est pas d’une grande originalité. Les riffs non plus. Mais dès la première écoute, impossible de ne pas être hypnotisé par la franchise de son ton, la sincérité de son propos et l’efficacité de ses mélodies. D’une certaine manière, Jordan vient rejoindre les Courtney Barnett, Angel Olsen et consorts qui ne se servent d’aucun artifice mais seulement de leur plume pour faire du bon rock’n’roll de facture classique. Une vraie révélation. © Marc Zisman/Qobuz
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 4 mai 2018 | Matador

Distinctions Pitchfork: Best New Music
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 16 février 2018 | Matador

Distinctions Pitchfork: Best New Music
Même si l’effet “Pavement avec la voix de Beck” est toujours de rigueur, Will Toledo alias Car Seat Headrest a sa propre personnalité. Et plutôt forte même… A 26 ans seulement, il enchaîne les enregistrements avec la rapidité d’un mangeur compulsif de pistaches. Vrai faux groupe né dans le cerveau en ébullition de ce natif de Virginie installé à Seattle, Car Seat Headrest ressuscite le rock indé américain des années 90. Les guitares titubent mais gardent la mélodie dans la ligne de mire, le chant vacille lui aussi en restant toujours juste et les paroles jonglent entre ennui quotidien, cynisme délicieux et humour décalé. Tout ça évoque Pavement et Beck donc, mais aussi Guided By Voices, les Silver Jews, Dinosaur Jr. ou bien encore Nirvana, bref un peu de tout ce que le rock’n’roll underground des années 90 compta de terroristes inspirés… Avec Twin Fantasy (Face to Face), onzième album studio de Car Seat Headrest, Toledo s’est amusé à réenregistrer un disque paru en 2011. Conscient du potentiel de ses chansons écrites alors qu’il n’avait que 19 ans, il les aborde ici plus “professionnellement”, offrant un écrin de rêve à sa plume introspective pleine d’intelligence et d’honnêteté. Les tracas des adolescents et des jeunes adultes ont toujours été le carburant efficace de grands disques. En voilà une preuve supplémentaire… © Marc Zisman/Qobuz
17,49 €
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 27 octobre 2017 | Matador

Hi-Res Distinctions Pitchfork: Best New Music
Une simple guitare. Un simple piano. Il n’est parfois pas nécessaire de réinventer la roue pour briller. Julien Baker le prouve aisément avec son second album qui paraît chez Matador. La songwriteuse originaire du Tennessee va ici à l’essentiel et touche l’essentiel sans le moindre artifice. Evidemment il y a cette voix, juvénile et d’une pureté tétanisante. Un chant qui délimite les contours d’un folk dépouillée et intimiste. Enregistré dans les fameux studios Ardent de sa ville natale de Memphis, Turn Out The Lightsjoue la carte de la confession. Sans lourdeur, l’Américaine médite sur ses propres expériences. Mais aussi celles de ses proches. Sur ses conflits intérieurs également… A seulement 22 ans, Julien Baker accouche d’un disque d’une profonde et sincère empathie. Un album qui embrasse les zones d’ombre et les vérités complexes de la nature humaine et de l'équilibre psychique : exprimer ses émotions les plus dures à travers la musique pour mieux tendre vers… la lumière ? © CM/Qobuz
17,49 €
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 5 mai 2017 | Matador

Hi-Res Distinctions Pitchfork: Best New Music
Certains ont vu en Mike Hadreas une héritier d’Antony Hegarty d’Antony & The Johnsons, alors que le talent du cerveau de Perfume Genius est plus complexe que cette étiquette colée à la va-vite… La voix en apesanteur de l’Américain y est pour beaucoup dans cette comparaison mais son univers musical est plus dense voire plus kaléidoscopique. Paru en 2014, Too Bright, co-produit par Adrian Utley de Portishead, ne faisait que confirmer la richesse musicale de son art… Séquence minimaliste électro sombre à la Suicide, grandiloquence luxuriante et ballade à la R.E.M., Perfume Genius jonglait avec l’hédonisme ambigu du cabaret (comme chez PJ Harvey et Nick Cave), le minimalisme de certaines sonorités électroniques et ses démons intérieurs. Ce quatrième album ne modifie guère ses marqueurs. Car No Shape renferme lui aussi cet éclectisme très personnel. Une sorte d’androgénie musicale habite même cette cuvée 2017 qui si elle ne sonne pas comme du David Bowie du troisième millénaire en revêt certains habits. Dans les changements de rythme brutaux, Hadreas est assez génial. Et dans sa capacité à canaliser sa folie pour en faire de vraies chansons. Au point que l’on sorte de son disque avec la sensation d’avoir passé une soirée et surtout une nuit dans un lieu de débauche sonore fou dans lequel on rêve de retourner au plus vite… © MD/Qobuz
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 5 mai 2017 | Matador

Distinctions Pitchfork: Best New Music
Certains ont vu en Mike Hadreas une héritier d’Antony Hegarty d’Antony & The Johnsons, alors que le talent du cerveau de Perfume Genius est plus complexe que cette étiquette colée à la va-vite… La voix en apesanteur de l’Américain y est pour beaucoup dans cette comparaison mais son univers musical est plus dense voire plus kaléidoscopique. Paru en 2014, Too Bright, co-produit par Adrian Utley de Portishead, ne faisait que confirmer la richesse musicale de son art… Séquence minimaliste électro sombre à la Suicide, grandiloquence luxuriante et ballade à la R.E.M., Perfume Genius jonglait avec l’hédonisme ambigu du cabaret (comme chez PJ Harvey et Nick Cave), le minimalisme de certaines sonorités électroniques et ses démons intérieurs. Ce quatrième album ne modifie guère ses marqueurs. Car No Shape renferme lui aussi cet éclectisme très personnel. Une sorte d’androgénie musicale habite même cette cuvée 2017 qui si elle ne sonne pas comme du David Bowie du troisième millénaire en revêt certains habits. Dans les changements de rythme brutaux, Hadreas est assez génial. Et dans sa capacité à canaliser sa folie pour en faire de vraies chansons. Au point que l’on sorte de son disque avec la sensation d’avoir passé une soirée et surtout une nuit dans un lieu de débauche sonore fou dans lequel on rêve de retourner au plus vite… © MD/Qobuz
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 20 mai 2016 | Matador

Distinctions Pitchfork: Best New Music
Pavement avec la voix de Beck ! On pourrait aisément écrire ce genre de slogan putassier sur un sticker à placarder sur la pochette du treizième album de Car Seat Headrest. Oui treizième ! Will Toledo a beau n’avoir QUE 24 ans, il enchaine les enregistrements avec la rapidité d’un mangeur compulsif de M&M’s. Vrai faux groupe né dans le cerveau en ébullition de ce jeune natif de Virginie installé à Seattle, Car Seat Headrest fleure bon le rock indé des années 90. Les guitares titubent mais gardent la mélodie dans la ligne de mire, le chant vacille lui aussi en restant toujours juste et les paroles jonglent entre ennui quotidien et humour décalé (rien que le titre (Joe Gets Kicked Out of School For Using) Drugs With Friends (But Says This Isn't a Problem) mérite une couronne de lauriers). Tout ça évoque Pavement et Beck donc mais aussi Guided By Voices, Dinosaur Jr., Nirvana et Weezer, bref un peu de tout ce que le rock underground des années 90 compta de terroristes inspirés. Etonnamment, comme Toledo est assez doué, Teens Of Denial arrive à vivre sa vie et à imposer ses chansons malgré ses lourdes parentés stylistiques. Jouissif. © MZ/Qobuz
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 25 septembre 2015 | Matador

Distinctions Pitchfork: Best New Music
En quelques albums d’apparence assez anecdotique, Kurt Vile a imposé sa voix désabusée, comme le firent à d’autres moments et dans des styles assez éloignés des Leonard Cohen ou des Jay Mascis de Dinosaur Jr.… Lorsqu’on s’appelle Kurt Vile, même orthographié de la sorte, mieux vaut assurer niveau plume. Pas la peine évidemment de se lancer dans un vain banc d’essai comparatif – Weill vs. Vile – entre le mythique compositeur de Dessau et le songwriter de Philadelphie. Avec ce déjà sixième album, l’Américain livre du toujours aussi bon folk rock, très Crazy Horse, Tom Petty, Bob Dylan, Bruce Springsteen et Beck acoustique dans l'âme, passé à la moulinette lo-fi. Une version alternative du classic rock pour laquelle Kurt Vile signe de belles chansons qu’on le sent vouloir intemporelles. Et tout au long de ce b'lieve i'm goin down..., c’est l’effet ressenti. On ne sait guère si nous sommes en 2015, en 2005, en 1995, en 1985, etc. Un peu de banjo ici, du piano un peu plus loin, beaucoup de guitares, rien de révolutionnaire en apparence et pourtant, écoute après écoute, chaque composition de b'lieve i'm goin down... s’impose un peu plus, chaque mélodie fait son petit bonhomme de chemin, bref Kurt Vile a réussi l’invasion du cerveau de celles et ceux qui ont accueilli son folk rock qui semblait si anodin au départ et s'avère si attachant à l'arrivée… © CM/Qobuz
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 6 octobre 2014 | Matador

Distinctions Pitchfork: Best New Music
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 22 septembre 2014 | Matador

Distinctions Pitchfork: Best New Music
Même si certains ont rapidement vu en Mike Hadreas une sorte d’héritier d’Antony Hegarty d’Antony & The Johnsons, le talent du cerveau de Perfume Genius est plus complexe que cette étiquette jetée à la va-vite… La voix en apesanteur de l’Américain y est pour beaucoup dans cette comparaison mais son univers musical est bien plus dense voire plus kaléidoscopique. Too Bright, troisième album co-produit par Adrian Utley de Portishead, ne fait que confirmer la richesse musicale de son art… Sur Grid, Hadreas se lance dans une séquence minimaliste électro sombre à la Suicide. Avec Queen, sa grandiloquence luxuriante prend une dimension incommensurable. Et puis No Good aurait pu être une ballade de R.E.M. Au bout du compte, Perfume Genius jongle avec l’hédonisme ambigu du cabaret (comme chez PJ Harvey et Nick Cave), le minimalisme de certaines sonorités électroniques et ses démons intérieurs. Too Bright est surtout son chef d’œuvre le plus abouti à ce jour. © MD/Qobuz
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 6 mai 2013 | Matador

Distinctions Pitchfork: Best New Music - Sélection du Mercury Prize
Derrière ce nom simple et beau de Savages se cache un quarteron de teigneuses Londoniennes prêtent à en découdre avec la terre entière. Tendues comme du Joy Division, sombres et prophétiques comme Siouxsie avec ou sans ses Banshees et aussi agitées que les premiers Birthday Party, la chanteuse Jehnny Beth, la guitariste Gemma Thompson, la batteuse Fay Milton et la bassiste Ayse Hassan livrent un rock anguleux et d’une noirceur implacable. Un uppercut post-punk et cold wave sans fioriture.
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 8 avril 2013 | Matador

Distinctions 5/6 de Magic - Pitchfork: Best New Music
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 18 février 2013 | Matador

Distinctions 4 étoiles du Monde de la Musique - Pitchfork: Best New Music
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 20 février 2012 | Matador

Distinctions Pitchfork: Best New Music
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 6 juin 2011 | Matador

Distinctions Pitchfork: Best New Music
Qu’on parle de son ou de notoriété dans les médias, Fucked Up fait beaucoup de bruit. Les punks canadiens, hardcore et intellectuels, ont notamment gagné le prix Polaris Music avec leur précédant opus The Chemistry Of Common Life paru en 2009. Pour leur troisième essai, ils ont concocté un opéra rock de 78 minutes qui se déroule en Angleterre sous l’administration Thatcher. Derrière ce concept-album, on retrouve Fucked Up, une formation explosive jouant un rock épique et brutal porté par les cris puissants de Damian Abraham.
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 7 mars 2011 | Matador

Distinctions Pitchfork: Best New Music - Disque Roi VoxPop
Le troisième méfait en solitaire de l’ex-membre du groupe The War On Drugs est un chef d’œuvre. La musique de ce Kurt Vile (quel nom !) ressemble à du bon rock institutionnel, très Crazy Horse, Tom Petty et Springsteen dans l'âme, passé à la moulinette lo-fi. Surtout que derrière cette version indie du classic rock, le songwriter originaire de Philadelphie signe de superbes compositions assez intemporelles. A découvrir d’urgence !