Les albums

14,99 €

Rap - Paru le 1 janvier 2004 | Def Jam Recordings

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
Même s’il est livré en février 2004, le premier album de Kanye West a commencé à prendre forme dès 1999. Cinq années auront été nécessaires au rappeur d’Atlanta pour enfanter ce College Dropout, véritable secousse sismique sur une planète rap qui, à sa sortie, ronronne ou ne pense qu’à Eminem et ses clones… Kanye West n’est pourtant pas un bleu lorsqu’il débarque avec ce disque protéiforme et dense. Depuis le milieu des années 90, le bonhomme s’est fait un nom comme beatmaker et producteur, notamment aux côtés de Jay-Z et des poulains de son label Roc-A-Fella. Mais son envie démesurée de réussir et surtout de voir (très) grand l’a incité à prendre son temps. Le résultat est flamboyant et mêle aussi bien rap pour puristes que tradition soul, funk et gospel. Seul le tandem OutKast peut alors rivaliser avec Kanye dans cette vision à 360° d’une great black music contemporaine. Un départ sur les chapeaux de roue. © MZ/Qobuz
13,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 2010 | Roc-A-Fella

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music - Sélection Les Inrocks
Ce ne seront pas les invités qui manqueront sur My Beautiful Dark Twisted Fantasy, le cinquième album de Kanye West. On sait en effet qu’Elly Jackson (de La Roux), Jay-Z, MIA, Alicia Keys et Mos Def seront présents sur cet opus du rappeur américain. Ces derniers y rejoignent ainsi John Legend, Kid Cudi, Bon Iver et No ID.
16,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 2012 | Def Jam Recordings

Livret Distinctions Pitchfork: Best New Music
13,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 2012 | Def Jam Recordings

Livret Distinctions Pitchfork: Best New Music
Nas a certes enregistré des albums clés par le passé, mais Life Is Good est d'un tout autre type, voyant le vétéran du rap cracher sa bile sur son divorce d'avec Kelis le long d'un disque débraillé et teigneux né dans la douleur. Ni râleur ni brutal ne sont de formidables qualités, alors la meilleure façon d'aborder ce bombardement méthodique des notions d'amour et de mariage est de constater à quel point une peine de coeur peut rendre un homme froid (808s & Heartbreak) ou, dans ce cas, le pousser à allumer des feux de manière irresponsable. Mais quels feux, cela dit, grâce aux apparitions de feu Amy Winehouse, de Mary J. Blige ou Rick Ross. Pourtant Nas délivre son message avec tout l'aplomb d'un artiste culte persuadé de ne pas pouvoir tomber dans le piège de l'embarras. ~ David Jeffries
11,49 €

R&B - Paru le 28 septembre 2012 | ByStorm Entertainment - RCA Records

Distinctions Pitchfork: Best New Music
13,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 2013 | Rock The World - IDJ - Kanye - LP6

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
Au sommet de l’olympe rap, Kanye West signe ici un album sans concession et on ne peut plus osé. On ne pourra pas reprocher ici au rappeur né à Atlanta (mais ayant grandi à Chicago) de faire dans le commercial ou le racoleur et de se reposer sur ses lauriers… Production superbement épurée, sons electro tranchants et agressifs, flow percussif, Yeezus surprend de prime abord dans l’enchainement de ses changements de caps virulents, sa violence sonore et ses expériences tous azimuts. Mais au fil des écoutes, le climat oppressant sculpté par Kanye et sa horde de featurings cinq étoiles (Daft Punk, Kid Cudi, Justin Vernon de Bon Iver…) offre une réelle cohésion esthétique. Un vrai trip dont on se sort guère indemne. Tant mieux. © MD/Qobuz
15,49 €

Rock - Paru le 30 septembre 2013 | Polydor Records

Distinctions 5/6 de Magic - Pitchfork: Best New Music
13,49 €

Rock - Paru le 30 septembre 2013 | Polydor Records

Distinctions Pitchfork: Best New Music
Days Are Gone est le premier album de la formation soft rock américaine Haim. Les trois sœurs constituant Haim y font preuve du talent qui leur a valu la victoire au BBC's Sound of 2013 et une place sur les planches de la scène principale du festival de Glastonbury. Le trio a fait appel à deux poids lourds à la production, James Ford (Arctic Monkeys, Florence + the Machine) et Ariel Rechtsaid (Vampire Weekend, Usher), afin de mêler ses accroches pop à ses influences R&B comme sur les singles "Falling" et "The Wire".
16,99 €
11,49 €

R&B - Paru le 26 juin 2015 | ByStorm Entertainment - RCA Records

Hi-Res Distinctions Pitchfork: Best New Music
La soul music continue à faire bonne figure ces derniers temps avec ce sublime Wildheart. Trois ans après Kaleidoscope Dream, Miguel Jontel Pimentel alias Miguel tout court fait plus que confirmer tout le bien qu’on pensait de lui. Son alliage de soul, de funk soft teinté de rock voire d’electro propulse le Californien dans la cour des grands. On pense parfois à Frank Ocean, parfois à Marvin Gaye voire Prince tout au long de ce troisième album, joli coup de zoom sur sa ville, Los Angeles, sujet central de ce Wildheart sur lequel Lenny Kravitz a apporté sa guitare. Une Cité des Anges synonyme de luxure, d’évanescence, de sexe et de décadence. Que les compositions soient ultra-langoureuses ou carrément up-tempo, Miguel tient fermement le fouet d’un groove impeccablement contrôlé. Aucune faute de goût dans cette orgie de groove, juste la certitude que le Californien tient ici son plus bel album. © MD/Qobuz
14,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 30 novembre 2018 | Polydor Records

Distinctions Pitchfork: Best New Music
Pour leur troisième album, les Mancuniens de The 1975 n’auraient-ils pas accouché d’une certaine perfection pop et rock contemporaine ? Avec A Brief Inquiry Into Online Relationships, Matty Healy, George Daniel, Adam Hann et Ross MacDonald réussissent à convaincre qu’ils sont tout sauf un boys band étiqueté « rock ». Leurs fans le savaient déjà. Les autres un peu moins… Et même si l’éclectisme qu’ils proposent ici peut faire peur, il est surtout le reflet de l’époque. Car lorsque le charismatique Healy ne fait pas la une des tabloïds britanniques pour son addiction à l’héroïne et ses cures de désintox’, il réussit à concocter de tubesques hymnes qui encapsulent l’ère du temps. De l’électro pop avec Autotune, du rock de stade à guitares, de la synth pop 80’s façon Thompson Twins/China Crisis, des mélodies attachantes comme chez Phoenix, des sonorités dubstep et des ballades folk futuristes façon Bon Iver, The 1975 picore à tout-va, digère en moins de deux et accouche dans la foulée d’une B.O. efficace qui ressemble à une belle tranche de vie, avec ses hauts et ses bas. Comme le polaroid de quatre musiciens fraîchement trentenaire, entrant corps et âmes dans une certaine maturité artistique. © Max Dembo/Qobuz