Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Agnes Obel - Myopia

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Myopia

Agnes Obel

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Studio Sublime

Avant tout, reconnaissons à Agnes Obel le bon goût d’avoir intitulé son quatrième opus Myopia plutôt qu’Acouphenia – même si la Danoise exilée à Berlin tente à l’occasion de transposer musicalement cette déformation de l’œil à travers certains traitements sonores plus ou moins sourds. L’exemple le plus frappant a pour titre Roscian, un instrumental à trois temps, habillé d’un piano sépulcral. De manière moins anecdotique, Myopia évoque la démarche aventureuse qui consiste à opérer un déplacement afin de percevoir plus nettement une réalité lointaine que l’on voyait floue au départ. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’un des morceaux s’intitule Camera’s Rolling. Métaphoriquement, à travers cet effort de mise au point, Obel met naturellement en valeur l’idée de s’ouvrir au monde et de ne pas se contenter d’un environnement étriqué.

À ses yeux, le principal outil de cette ouverture se nomme « expérimentation ». Myopia ressemble à un laboratoire extravagant et éthéré qui a pour principal cobaye la voix de la chanteuse, laquelle est accompagnée d’un piano et de synthés globalement mélancoliques. Certains donnent leurs corps à la science, Agnes Obel donne, quant à elle, sa voix à la musique, en testant un maximum d’effets. Comme les alambics d’un savant fou, ses lignes de chant se croisent et se mélangent audacieusement, mais toujours harmonieusement. Son organe est trituré de multiples manières, au sein de compositions qui se situent quelque part entre Kate Bush et Scott Walker. C’est toute seule dans son studio berlinois qu’Agnes Obel s’est adonnée à cette recherche, même si, tout le long de l’album, quelques cordes jouées par d’autres se greffent à l’ensemble. Qu’ils soient angoissants (Drosera et ses accords répétitifs dignes d’un film de Dario Argento) ou aériens (Won’t You Call Me avec des chœurs ouatés), évocateurs des affres de l’insomnie (Broken Sleep) ou de ceux de la mort (Island of Doom), ses morceaux frappent avant tout par leur extrême élégance. Avec Myopia, Agnes Obel nous tend une longue-vue chromée grâce à laquelle il est possible de voir avec netteté la beauté de ce pour quoi cette femme semble exister : la musique. © Nicolas Magenham/Qobuz

Plus d'informations

Myopia

Agnes Obel

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Camera's Rolling
00:04:43

Agnes Obel, Producer, Mixer, Percussion, Piano, Vocals, Recording Engineer, Celesta, MainArtist, AssociatedPerformer, StudioPersonnel, ComposerLyricist - Martin Englert, Mastering Engineer, StudioPersonnel - John Corban, Violin, AssociatedPerformer

℗ 2020 Strange Harvest Limited, under exclusive license to Deutsche Grammophon GmbH, Berlin

2
Broken Sleep
00:04:55

Agnes Obel, Producer, Mixer, Keyboards, Piano, Vocals, Recording Engineer, MainArtist, AssociatedPerformer, StudioPersonnel, ComposerLyricist - Martin Englert, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Kristina Koropecki, Cello, AssociatedPerformer - Charlotte Danhier, Cello, AssociatedPerformer - John Corban, Violin, AssociatedPerformer

℗ 2020 Strange Harvest Limited, under exclusive license to Deutsche Grammophon GmbH, Berlin

3
Island Of Doom
00:05:29

Agnes Obel, Producer, Mixer, Keyboards, Piano, Vocals, Recording Engineer, MainArtist, AssociatedPerformer, StudioPersonnel, ComposerLyricist - Martin Englert, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Kristina Koropecki, Cello, AssociatedPerformer

℗ 2019 Strange Harvest Limited, under exclusive license to Deutsche Grammophon GmbH, Berlin

4
Roscian
00:02:17

Agnes Obel, Composer, Producer, Mixer, Piano, Recording Engineer, MainArtist, AssociatedPerformer, StudioPersonnel - Martin Englert, Mastering Engineer, StudioPersonnel

℗ 2020 Strange Harvest Limited, under exclusive license to Deutsche Grammophon GmbH, Berlin

5
Myopia
00:05:16

Agnes Obel, Producer, Mixer, Keyboards, Percussion, Piano, Vocals, Recording Engineer, Computermusic Percussion, Synthesizer Programming, MainArtist, AssociatedPerformer, StudioPersonnel, ComposerLyricist - Martin Englert, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Kristina Koropecki, Cello, AssociatedPerformer - Charlotte Danhier, Cello, AssociatedPerformer - John Corban, Violin, AssociatedPerformer

℗ 2020 Strange Harvest Limited, under exclusive license to Deutsche Grammophon GmbH, Berlin

6
Drosera
00:02:27

Agnes Obel, Composer, Producer, Mixer, Percussion, Piano, Recording Engineer, Mellotron, MainArtist, AssociatedPerformer, StudioPersonnel - Martin Englert, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Kristina Koropecki, Cello, AssociatedPerformer - John Corban, Violin, AssociatedPerformer

℗ 2020 Strange Harvest Limited, under exclusive license to Deutsche Grammophon GmbH, Berlin

7
Can't Be
00:03:26

Agnes Obel, Producer, Mixer, Keyboards, Percussion, Vocals, Recording Engineer, MainArtist, AssociatedPerformer, StudioPersonnel, ComposerLyricist - Martin Englert, Mastering Engineer, StudioPersonnel - John Corban, Violin, AssociatedPerformer

℗ 2020 Strange Harvest Limited, under exclusive license to Deutsche Grammophon GmbH, Berlin

8
Parliament Of Owls
00:02:29

Agnes Obel, Composer, Producer, Mixer, Piano, Recording Engineer, MainArtist, AssociatedPerformer, StudioPersonnel - Martin Englert, Mastering Engineer, StudioPersonnel - Kristina Koropecki, Cello, AssociatedPerformer - John Corban, Violin, AssociatedPerformer

℗ 2020 Strange Harvest Limited, under exclusive license to Deutsche Grammophon GmbH, Berlin

9
Promise Keeper
00:04:29

Agnes Obel, Producer, Mixer, Piano, Vocals, Recording Engineer, Celesta, MainArtist, AssociatedPerformer, StudioPersonnel, ComposerLyricist - Martin Englert, Mastering Engineer, StudioPersonnel

℗ 2020 Strange Harvest Limited, under exclusive license to Deutsche Grammophon GmbH, Berlin

10
Won't You Call Me
00:04:16

Agnes Obel, Producer, Mixer, Piano, Vocals, Recording Engineer, Synthesizer Programming, MainArtist, AssociatedPerformer, StudioPersonnel, ComposerLyricist - Martin Englert, Mastering Engineer, StudioPersonnel

℗ 2020 Strange Harvest Limited, under exclusive license to Deutsche Grammophon GmbH, Berlin

Descriptif de l'album

Avant tout, reconnaissons à Agnes Obel le bon goût d’avoir intitulé son quatrième opus Myopia plutôt qu’Acouphenia – même si la Danoise exilée à Berlin tente à l’occasion de transposer musicalement cette déformation de l’œil à travers certains traitements sonores plus ou moins sourds. L’exemple le plus frappant a pour titre Roscian, un instrumental à trois temps, habillé d’un piano sépulcral. De manière moins anecdotique, Myopia évoque la démarche aventureuse qui consiste à opérer un déplacement afin de percevoir plus nettement une réalité lointaine que l’on voyait floue au départ. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’un des morceaux s’intitule Camera’s Rolling. Métaphoriquement, à travers cet effort de mise au point, Obel met naturellement en valeur l’idée de s’ouvrir au monde et de ne pas se contenter d’un environnement étriqué.

À ses yeux, le principal outil de cette ouverture se nomme « expérimentation ». Myopia ressemble à un laboratoire extravagant et éthéré qui a pour principal cobaye la voix de la chanteuse, laquelle est accompagnée d’un piano et de synthés globalement mélancoliques. Certains donnent leurs corps à la science, Agnes Obel donne, quant à elle, sa voix à la musique, en testant un maximum d’effets. Comme les alambics d’un savant fou, ses lignes de chant se croisent et se mélangent audacieusement, mais toujours harmonieusement. Son organe est trituré de multiples manières, au sein de compositions qui se situent quelque part entre Kate Bush et Scott Walker. C’est toute seule dans son studio berlinois qu’Agnes Obel s’est adonnée à cette recherche, même si, tout le long de l’album, quelques cordes jouées par d’autres se greffent à l’ensemble. Qu’ils soient angoissants (Drosera et ses accords répétitifs dignes d’un film de Dario Argento) ou aériens (Won’t You Call Me avec des chœurs ouatés), évocateurs des affres de l’insomnie (Broken Sleep) ou de ceux de la mort (Island of Doom), ses morceaux frappent avant tout par leur extrême élégance. Avec Myopia, Agnes Obel nous tend une longue-vue chromée grâce à laquelle il est possible de voir avec netteté la beauté de ce pour quoi cette femme semble exister : la musique. © Nicolas Magenham/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Agnes Obel
Aventine Agnes Obel
Philharmonics Agnes Obel
Citizen of Glass Agnes Obel
Myopia Agnes Obel

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Nick Cave, mauvaise graine de star

Nick Cave et ses Bad Seeds restent l’une des aventures les plus prolifiques de l’ère postpunk. Dès la fin des années 80, le magnétisme caverneux du chanteur australien atteignait un certain paroxysme, entre reprises furibardes, ballades au piano et rock’n’roll en sueur. Au fil des ans, le Cave s’est fait de plus en plus crooner, entre un Frank Sinatra punk et un Johnny Cash austère...

La britpop en 10 albums

« Si le but du punk était de se débarrasser des hippies, le nôtre est d’en finir avec le grunge. » Lorsque Damon Albarn assène cette phrase en 1993, l’Angleterre s’apprête à reprendre sa place sur un échiquier musical envahi par Seattle avec le grunge et Nirvana. Profondément liée à la vie politique et l’identité locale, la pop britannique se révèle au moment où Tony Blair et le New Labour entrent en scène. Le romantisme anglais redevient attractif par rapport à l’identité américaine, jugée trop creuse outre-Manche. Place à la « Cool Britannia ».

Le grunge en 10 albums

Il y a trente ans, Seattle devenait la capitale du rock. La faute au grunge. Cet esprit “sale” et je-m’en-foutiste né sur les cendres du punk, du heavy metal et du rock alternatif passa en un éclair de l’underground au succès mondial. Trop vite récupéré par un système qu’il reniait, le genre s’étouffa dans sa propre caricature à la fin des 90’s. Retour sur 10 albums qui ont marqué le mouvement.

Dans l'actualité...