Artistes similaires

Les albums

11,19 €
7,79 €

Electro - Paru le 28 août 2015 | Sony Music Catalog

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Après le succès d’Oxygène, Jean-Michel Jarre était attendu au tournant… Avec Equinoxe qui parait en 1978, le maître des synthés prolonge son voyage dans les textures sonores futuristes, mêlant avec ingéniosité les motifs qu’il manipule comme un horloger suisse. Les variations autour du thème central s’enchaînent ainsi brillamment sans jamais qu’un quelconque effet de surplace ou de redite ne vienne brouiller les pistes ou lasser l’auditeur. Avec Equinoxe Part V qui parait même en single, Jarre réussira également à plafonner à nouveau au sommet des charts du monde entier ! Au fil des années, Equinoxe imposera un peu plus son intemporalité. Avec cette version en Qualité Hi-Res 24bits, le trip prend même une nouvelle dimension. © CM/Qobuz
11,19 €
7,79 €

Electro - Paru le 28 août 2015 | Sony Music Catalog

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Avec Oxygène, Jean-Michel Jarre signe l’acte de naissance des musiques synthétiques entrant dans l’âge adulte. A l’époque, en 1974, seuls quelques bidouilleurs affectionnent ses sonorités électroniques planantes. Sans renier leur essence, Jarre les offre sur un plateau au grand public. Car sous le tsunami technologique éclate au grand jour une véritable écriture musicale qui atteint son zénith avec Oxygène Part IV. Ambiances futuristes à la saveur SF, thèmes épurés, enchevêtrements de couches et sons inédits, le résultat affiche une homogénéité hallucinante que cette version en Qualité Hi-Res 24bits, amplifie davantage. Un chef d’œuvre qui influence encore aujourd’hui des hordes de jeunes acteurs de la scène electro... © CM/Qobuz
9,99 €

Film - Paru le 3 mars 2003 | Disques Dreyfus

Bande Originale du film "Les Granges Brûlées" de Jean Chapot (1973), composée par Jean-Michel Jarre, avec Alain Delon, Simone Signoret, Paul Crauchet
15,39 €
11,69 €

Techno - Paru le 2 décembre 2016 | Sony Music Catalog

Hi-Res
Le 2 décembre 1976, Jean-Michel Jarre publia un album qui chamboulera évidemment sa vie mais aussi la planète électro pour toutes les raisons que l’on sait : Oxygène. 40 ans plus tard, jour pour jour, il livre Oxygène 3 en précisant les raisons qui l’ont poussé à le concevoir. « Je ne suis pas nécessairement un amateur des anniversaires, mais pendant l’enregistrement d’Electronica, il y a deux ans, j’ai composé un morceau de musique (aujourd'hui Oxygène 19) qui m'a fait me demander à ce que pourrait être Oxygène si je le composais aujourd'hui. J'ai pris comme prétexte la date du 40e anniversaire pour voir si je pouvais composer ce nouveau chapitre en six semaines, comme je l'avais fait pour le premier album : sans doute pour éviter de trop penser au fait que ce soit une bonne idée ou non, et aussi pour enregistrer le tout d’un seul trait… l'idée étant de ne pas copier le premier album, mais de garder le dogme d’embarquer les auditeurs dans un voyage, du début à la fin de l’album avec différents chapitres, tous reliés les uns aux autres. Ce qui rendait le premier Oxygène si différent à l'époque, est probablement son aspect minimaliste, et le fait qu'il n'y a presque pas de ‘’drums‘’… je voulais donc garder cette approche en créant le groove principalement avec les séquences et la structure des mélodies à travers une suite d’architectures sonores. Le premier Oxygène a été conçu à l’époque du vinyle et j'avais à l'esprit de ce fait une structure divisée en deux parties pour respecter les durées des faces A et B d'un album. J’ai voulu faire la même chose aujourd’hui avec une face A plus sombre et une face B plus lumineuse. Si bien que quand j’y pense aujourd’hui Oxygène 3 a en fait deux faces. J'ai enregistré le premier Oxygène sur un magnétophone 8 pistes avec très peu d'instruments sans autre choix que d'être minimaliste. J'ai essayé de garder cette même approche minimaliste pour Oxygène 3. Certaines parties étant construites uniquement autour d'un ou deux éléments, comme dans le premier volume. » A l’arrive, Jean-Michel Jarre a respecté le cahier des charges qu’il s’était fixé pour accoucher d’une œuvre ancrée dans son temps mais qui conserve l’esprit de ses créations du milieu des années 70 quand la techno n’existait pas vraiment. L’épure et le minimalisme de nombreuses séquences fascinent surtout le plus ici. Musicien d’une certaine démesure, c’est dans ce contexte que Jarre est finalement le plus incisif, pour ne pas dire le plus touchant © CM/Qobuz
25,99 €
22,09 €

Techno - Paru le 2 décembre 2016 | Sony Music Catalog

Hi-Res
Avec cette trilogie Oxygène qui sort le 2 décembre 2016, quarante ans jour pour jour après la parution du premier épisode, Jean-Michel Jarre boucle la pierre-angulaire de sa carrière. Les chapitres de 1 à 6 datent donc de 1976, de 7 à 13 de 1997 et de 14 à 20 de 2016. « Je ne suis pas nécessairement un amateur des anniversaires, explique Jarre, mais pendant l’enregistrement d’Electronica, il y a deux ans, j’ai composé un morceau de musique (aujourd'hui Oxygène 19) qui m'a fait me demander à ce que pourrait être Oxygène si je le composais aujourd'hui. J'ai pris comme prétexte la date du 40e anniversaire pour voir si je pouvais composer ce nouveau chapitre en six semaines, comme je l'avais fait pour le premier album : sans doute pour éviter de trop penser au fait que ce soit une bonne idée ou non, et aussi pour enregistrer le tout d’un seul trait… l'idée étant de ne pas copier le premier album, mais de garder le dogme d’embarquer les auditeurs dans un voyage, du début à la fin de l’album avec différents chapitres, tous reliés les uns aux autres. Ce qui rendait le premier Oxygène si différent à l'époque, est probablement son aspect minimaliste, et le fait qu'il n'y a presque pas de ‘’drums‘’… je voulais donc garder cette approche en créant le groove principalement avec les séquences et la structure des mélodies à travers une suite d’architectures sonores. Le premier Oxygène a été conçu à l’époque du vinyle et j'avais à l'esprit de ce fait une structure divisée en deux parties pour respecter les durées des faces A et B d'un album. J’ai voulu faire la même chose aujourd’hui avec une face A plus sombre et une face B plus lumineuse. Si bien que quand j’y pense aujourd’hui Oxygène 3 a en fait deux faces. J'ai enregistré le premier Oxygène sur un magnétophone 8 pistes avec très peu d'instruments sans autre choix que d'être minimaliste. J'ai essayé de garder cette même approche minimaliste pour Oxygène 3. Certaines parties étant construites uniquement autour d'un ou deux éléments, comme dans le premier volume. » A l’arrive, Jean-Michel Jarre a respecté le cahier des charges qu’il s’était fixé pour accoucher d’Oxygène 3, une œuvre ancrée dans son temps mais qui conserve l’esprit de ses créations du milieu des années 70 quand la techno n’existait pas vraiment. L’épure et le minimalisme de nombreuses séquences fascinent surtout le plus ici. Musicien d’une certaine démesure, c’est dans ce contexte que Jarre est finalement le plus incisif, pour ne pas dire le plus touchant. Et déguster comme ici l’intégralité du voyage Oxygène est une expérience assez unique. © CM/Qobuz
2,59 €
2,09 €

Techno - Paru le 4 novembre 2016 | Sony Music Catalog

Hi-Res
8,39 €15,39 €
7,27 €10,39 €

Techno - Paru le 6 mai 2016 | Columbia

Hi-Res
La sortie d’Electronica 2 s’inscrit dans un projet aux faux airs de All Star Game de l’électro. En effet, ce 19ème album de Jean Michel Jarre est la suite directe d’Electronica 1. Pour les confectionner, le musicien français s’est rendu dans les différents studios où travaillent ses invités afin de collaborer avec eux. C’est donc aux quatre coins du monde qu’Electronica 2 a été composé et enregistré ! La démarche artistique est totale, les rapports humains étant privilégiés autant que la musique. La liste des invités de marque (Massive Attack, Air, Moby, M83…) était déjà bien remplie pour le premier opus, mais elle continue de s’agrandir : Jeff Mills, Hans Zimmer, Christophe, Rone, Sébastien Tellier… En résulte 15 titres co-composés sur les 19 pistes totales. Tout est merveilleusement bien mixé, parfaitement équilibré et de grande inspiration. Jean Michel Jarre vient une nouvelle fois rappeler qu’il est le grand maître de la French touch. © AR/Qobuz
2,59 €
2,09 €

Techno - Paru le 29 avril 2016 | Columbia

Hi-Res
2,59 €
2,09 €

Techno - Paru le 15 avril 2016 | Columbia

Hi-Res
2,59 €
2,09 €

Techno - Paru le 11 mars 2016 | Columbia

Hi-Res
2,59 €
2,09 €

Techno - Paru le 19 février 2016 | Columbia

Hi-Res
2,59 €
2,09 €

Techno - Paru le 19 février 2016 | Columbia

Hi-Res
10,49 €14,99 €
9,09 €12,99 €

Techno - Paru le 16 octobre 2015 | Columbia

Hi-Res
Quand le Parrain lance une invitation, difficile de refuser… C’est un peu ce que Jean-Michel Jarre a fait avec Electronica 1: The Time Machine. Aussi, le casting réuni par le grand gourou français des musiques électroniques pour son 18e album est un impressionnant who’s who à faire tourner la tête. Stylistiquement et générationnellement, Jarre a mis la barre très haut en conviant notamment à sa fiesta électronique des artistes aussi divers que M83, Air, Moby, Pete Townshend des Who, 3D de Massive Attack, Vince Clarke d’Erasure, Boys Noize, Gesaffelstein, les Allemands de Tangerine Dream, Laurie Anderson, Armin van Buuren, le cinéaste John Carpenter ou bien encore le pianiste classique Lang Lang. Réunir un tel casting à 360° était risqué, le syndrome esbroufe/poudre aux yeux pouvant aisément pointer le bout de son nom. Mais JMJ n’est pas un bleu et il esquive ce piège en faisant d’Electronica 1: The Time Machine une œuvre totalement cohérente, dotée d’une vraie homogénéité. Chaque invité apporte certes sa petite touche personnelle mais Jarre reste maître à bord. Et lorsque l’on redescend sur terre prédomine alors la sensation d’avoir effectué un fascinant voyage initiatique technoïde sculpté par un musicien plus inspiré que jamais. © CM/Qobuz
13,99 €
9,09 €

Techno - Paru le 28 août 2015 | Sony Music Catalog

Hi-Res
La nouvelle compilation du pionnier de la musique électronique française, Essential Recollection, contient, comme son nom l’indique, quatorze titres essentiels à quiconque voudrait redécouvrir ou se familiariser avec l’immense œuvre de Jarre. Difficile de résumer plus de quarante ans de carrière en seulement quelques chansons mais cet album remplit parfaitement son rôle de compilation et présente un panorama intelligent de titres dont le plaisir d’écoute est toujours au rendez-vous. La période 1976-1986 est tout de même légèrement privilégiée et on retrouve sur cet album quelques incontournables tubes tels que Oxygen et Magnetic Fields qui ont permis à Jarre de battre plusieurs records en rassemblant à maintes reprises des foules gigantesques. Cette compilation est une façon parfaite de se préparer avant la sortie du prochain opus de ce magicien électronique français. © LG/Qobuz
11,19 €
7,79 €

Techno - Paru le 28 août 2015 | Sony Music Catalog

Hi-Res
Rendez-Vous sort en 1986, juste après l’incroyable performance de Jean Michel Jarre à Houston devant près d’1,5 millions de spectateurs. Tout comme le concert, l’album constitue un hommage à la NASA et principalement aux astronautes de la navette Challenger qui venait d’exploser en plein vol quelques mois plus tôt. C’est donc un disque rempli d’émotion que le compositeur français délivre ici, parvenant à retranscrire avec brio des ambiances spatiales et épiques à l’aide de ses multiples synthétiseurs et de sa maitrise inégalée de la technologie. Jean Michel Jarre signe ici quelques-unes de ses plus belles compositions et opère un léger virage vers des sonorités plus rock qu’à ses habitudes. Le disque lui permet d’entrer dans le Livre Guiness des records de la plus élégante des manières. © LG/Qobuz

L'interprète

Jean Michel Jarre dans le magazine