Les albums

102 albums triés par Date: Plus récent et filtrés par Musique vocale profane
8,99 €

Cantates (profanes) - Paru le 26 mai 2014 | harmonia mundi

Distinctions Choc de Classica
9,99 €

Musique vocale profane - Paru le 6 mai 2014 | Christophorus

Livret Distinctions 5 de Diapason
14,99 €
9,99 €

Musique vocale profane - Paru le 5 mai 2014 | Alia Vox

Studio Masters Livret Distinctions Qualité Studio Masters Garantie
"Sans éclats trompeurs, sans artifices superficiels, que ce soit à travers les mélodies si diverses mais toujours poignantes d’une berceuse portugaise, des villancicos du siècle d’or, de lamentations sépharades, du recitar cantando de Giulio Caccini ou de Claudio Monteverdi, d’airs en ostinatto de Tarquinio Merula, de chansons dansées de José Marin, des Lagrime d’affano de Ferran Sor, de la douce évocation de la Vierge Marie par Max Reger ou encore de la tendre berceuse catalane qui clôture la sélection, la voix de Montserrat Figueras nous caresse et nous enveloppe de mille douceurs, de mille larmes de tristesse nostalgique ou de joie lumineuse, de mille évocations qui resteront dans notre mémoire, comme des sommets de grâce et d’émotion partagées sans limite." Jordi Savall
12,99 €

Musique vocale profane - Paru le 5 mai 2014 | Decca Music Group Limited

Distinctions 4 étoiles Classica
17,99 €
11,99 €

Musique vocale profane - Paru le 8 avril 2014 | Phi

Studio Masters Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica - Qualité Studio Masters Garantie
Philippe Herreweghe livre ici le fruit de son travail et de ses réflexions avec une nouvelle version totalement aboutie des Saisons, le dernier oratorio que Haydn écrivit en 1801. Les couleurs mordorées de l’orchestre, la vitalité de l’ensemble et la qualité individuelle des solistes vocaux font de ce nouvel enregistrement un véritable événement. FH " Cette nouvelle version des Saisons de Haydn, haute en couleurs, narrative et enlevée, a tout pour séduire. Philippe Herreweghe a su une nouvelle fois associer plateau vocal et orchestre. " (Classica / Jean-Noël Coucoureux)
16,49 €
10,99 €

Musique vocale profane - Paru le 7 avril 2014 | harmonia mundi

Studio Masters Livret Distinctions 5 de Diapason - Qualité Studio Masters Garantie
Dès ses débuts, l’ensemble Anonymous 4 a frappé les esprits par la force et la beauté absolues de son chant. Sur sa terre natale nord-américaine, ses albums ont tiré le chant et la polyphonie de l’ombre et les ont propulsés en tête du Billboard, peu habitué à ce type de répertoire. Conquérant la popularité sans faire de compromis, les chanteuses ont exploré des siècles de musique, du Xe avec A Mass for the End of Time au XXIe dans Darkness into Light avec des œuvres de John Tavener, en passant par le répertoire sacré américain de tradition populaire dans American Angels. On a pu les entendre sur les scènes du monde entier et dans le cadre de nombreux festivals comme Tanglewood, Wolftrap, BBC Proms, Edimbourg, etc. Avec cet enregistrement, Anonymous 4 puise à nouveau dans le Codex de Montpellier pour offrir un programme de motets et chansons du XIIIe siècle français sur deux thèmes majeurs : l'amour et le désir pour la terrestre/terrienne Marion et la céleste/virginale Marie.
24,99 €

Musique vocale profane - Paru le 25 février 2014 | Music and Arts Programs of America

Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
20,00 €
13,99 €

Musique vocale profane - Paru le 24 février 2014 | ECM

Studio Masters Livret Distinctions 5 de Diapason - Qualité Studio Masters Garantie
6,99 €

Musique vocale profane - Paru le 9 février 2014 | naïve classique

Distinctions Choc de l'année du Monde de la Musique - Cannes Classical Music Award
De livre en livre, les Madrigaux de Monteverdi privilégient de plus en plus clairement la psychologie de personnages précis, car le compositeur italien s'intéresse d'abord à la vérité contenue dans les passions des hommes comme le note Rinaldo Alessandrini. Dans ce 8e Livre, il n'y a plus de règle et le jeu de l'invention est désormais total. Le Concerto Italiano et Rinaldo Alessandrini n'ont pas leur pareil pour théâtraliser et rendre vivants tous ces personnages épris d'amour et de guerre. On comprend dès lors comment le madrigal allait petit à petit concourir à l'avènement de l'opéra. FH
14,99 €
9,99 €

Cantates (profanes) - Paru le 26 janvier 2014 | Zig-Zag Territoires

Studio Masters Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica - Qualité Studio Masters Garantie
7,99 €

Musique vocale profane - Paru le 2 décembre 2013 | harmonia mundi

Distinctions Choc de Classica
14,99 €
9,99 €

Cantates (profanes) - Paru le 21 novembre 2013 | Arcana

Studio Masters Livret Distinctions Qualité Studio Masters Garantie
5,99 €

Musique vocale profane - Paru le 7 novembre 2013 | Ina Archives

À force de cantonner - que dis-je, de reléguer ! - Roussel aux deux Suites de Bacchus et Ariane, à quelques fils de la toile d'araignée du Festin du même nom, et plus chichement l'une ou l'autre de ses symphonies, on en oublie complètement qu'il a écrit bien d'autres oeuvres tout aussi importantes, voire plus encore. Tel est le cas d'Evocations, un rare et somptueux triptyque pour orchestre, choeur et solistes vocaux de la première maturité de Roussel, écrit à l'époque du Festin de l'araignée, les années 1910-11. Le présent enregistrement radiophonique, réalisé en novembre 1962, suit d'à peine trois ans la précédente interprétation de la même oeuvre par les mêmes exécutants (Orchestre National & Rosenthal), preuve qu'à l'époque elle bénéficiait encore d'une solide reconnaissance y compris dans les plus hautes sphères musicales du pays. Puis. le néant ; les Evocations sont à peine jouées, à peine enregistrées - une seule version discographique semble disponible, réalisée en 1978 par Zdenek Kosler avec la Philharmonie tchèque ! -, une véritable descente aux enfers. Mais dorénavant l'aimable qobuzonaute disposera de deux autres versions, toutes deux signées Manuel Rosenthal, la présente de 1962 et, bientôt, la seconde évoquée plus haut, mêmes artistes trois ans plus tard. Que demande le peuple ? Mais en fait, qu'évoque donc le compositeur avec tant de bonheur ? Tout simplement la Cochinchine, où il a longuement séjourné en tant qu'officier de marine dans les années 1890. Oh, on cherchera vainement des transcriptions même approximatives de mélismes ou de rythmes orientaux : Roussel préfère se laisser inspirer par des réminiscences bel et bien françaises, et les quelques allusions orientalisantes restent tout à fait discrètes. On est loin de la carte postale à la Puccini, ou même de L'Impératrice des pagodes de Ravel. Des évocations, ce ne sont pas des souvenirs directs, ce sont des souvenirs de souvenirs, des ombres d'ombres. Roussel s'y entend à merveille, en tous les cas, pour développer une somptueuse sonorité d'orchestre qui réserve quelques clins d'oeil à Ravel, à Rachmaninov même par moments, à d'Indy sans doute, mais dans un langage déjà puissamment rousselien qui, s'il ne présente pas encore cette « angularité » des deux dernières symphonies, s'oriente déjà résolument vers un langage entièrement personnel. La seconde partie du concert est, elle-même, un morceau de choix, puisqu'il s'agit de L'Enfant et les sortilèges - fort judicieux couplage d'ailleurs entre les deux ouvrages. Autour de Manuel Rosenthal, on retrouve la fine fleur lyrique de l'époque ; et si l'on rappelle que le chef a travaillé avec Ravel pendant plusieurs années, on imagine bien que cette interprétation représente la parole même du maître. Une lecture hautement poétique, dénuée de tout effet gratuit tel qu'on le retrouve trop souvent dans les enregistrements plus récents très - trop - « flashy » et hyper philharmoniques. Les voix, déclamant à la française, permettent de suivre le texte mot à mot avec une caractérisation de chaque personnage de la plus exquise finesse.
9,99 €

Musique vocale profane - Paru le 27 août 2013 | CPO

Distinctions 5 de Diapason
9,99 €
9,99 €

Cantates (profanes) - Paru le 25 juin 2013 | BIS

Studio Masters Livret Distinctions Qualité Studio Masters Garantie
Nouvelle livraison de l'intégrale des Cantates de Bach par le Bach Collegium du Japon et son chef Masaaki Suzuki dont chaque parution est très attendue. On y trouve trois "Cantates profanes", dont la belle cantate de mariage "Weichet nur, betrübte Schatten" et une cantate festive destinée à la gloire du Prince de Köthen, un des principaux protecteurs de Bach. On découvrira aussi un savoureux Quodlibet, sorte de farce musicale mêlant la musique de divers compositeurs. Tout cela est enlevé avec joie et ferveur. SH