Les albums

2214 albums triés par Date: du plus récent au moins récent et filtrés par Musique de chambre
14,99 €
9,99 €

Trios - Paru le 5 février 2016 | ABC Classics

Hi-Res
7,99 €

Musique de chambre - Paru le 5 février 2016 | Musical Concepts

17,99 €
12,99 €

Quatuors - Paru le 4 février 2016 | Myrios Classics

Hi-Res Livret
« [...] Est-ce leur génial cycle Beethoven, en 2013, qui a montré aux Hagen la voie d'un Mozart aussi expérimental ? Est-ce d'avoir à leur disposition depuis deux ans le "quatuor Paganini" ? Il faut croire que ce lot de Stradivarius, longtemps joué par le Quatuor de Tokyo, a stimulé jusqu'aux racines de leur imagination et ouvert de nouvelles possibilités sous leurs doigts. On devine partout, sous l'évidente sophistication, une tendresse plus épanouie qu'hier. Et la couleur s'émancipe. [...] La domination intellectuelle et technique du propos a de quoi sidérer, et pourtant elle se fait oublier derrière sa force magnétique de séduction. » (Diapason, février 2016 / Gaëtan Naulleau)
7,99 €

Quatuors - Paru le 22 janvier 2016 | Musical Concepts

16,79 €
11,99 €

Musique de chambre - Paru le 22 janvier 2016 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
De Dowland au XXIe siècle, voici l’Angleterre musicale vu du côté de l’alto – certes, le XIXe siècle est assez absent, le victorianisme n’ayant guère été une époque de grande création locale, le pays préférant alors importer des Mendelssohn, des Liszt ou des Dvořák… – par l’altiste français Adrien La Marca, « Révélation soliste instrumental » aux Victoires de la musique cuvée 2014. Ajoutons que ce fin musicien, qui s’est perfectionné auprès de Tabea Zimmermann, Yuri Bashmet et Kim Kashkashian, fait partie du quatuor formé par Renaud Capuçon en hommage à Adolf Busch, et que ses autres partenaires de musique de chambre s’appellent Michel Portal, David Kadouch, Frank Braley et tant d’autres. C’est là son tout premier disque en tant que soliste. On y découvrira quelques raretés, telle la très impressionniste Sonate de Rebecca Clarke, compositrice trop négligée de la génération de Vaughan Williams, le même Vaughan Williams avec ses six délicieuses Études sur des chansons folkloriques anglaises, l’incontournable Britten avec son aussi incontournable Lacrymae d’après Dowland, le Dowland en question et l’incontournable Purcell. Oui, les pièces baroques sont jouées avec accompagnement de piano ; La Marca et son complice Thomas Hoppe assument pleinement ce choix et ils ont bien raison. © SM/Qobuz « Disque remarquable, ardu, secret, comme le Guadagnini qui le porte, aux couleurs tranchées, à l'ampleur d'un quasi-violoncelle.» (Diapason, février 2016 / Jean-Charles Hoffelé)
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 18 janvier 2016 | L'Autre Monde

Livret Distinctions Diapason d'or
« Alice et Nikolaus Harnoncourt, Marie et Gustav Leonhardt : réuni vers 1950, ce quatuor historique à tous les sens du terme aura transformé son siècle. Et si, à la différence d'Alice, Marie a quitté l'orchestre de l'époux, elle n'en est pas moins restée une merveilleuse violoniste et un professeur éminent — le seul dont se réclame toujours Reinhard Goebel. Elle-même disciple de Michel Schwalbé, Kapellmeister favori de Karajan, son style ne s'est jamais réclamé d'une école ou d'un dogme. Sa vérité : le chant. [...] Quel violon ! s'est dit Jean-Paul Combet, fondateur du label Alpha qui ouvre un nouveau label "L'Autre Monde". D'où son beau geste : joindre aux douze plages du CD originel (paru chez Canal Grande en 1992) la Chaconne en ré mineur de Bach captée onze ans plus tard sur le prodigieux Jakob Stainer de 1676, grave et registré commme un orgue.» (Diapason, février 2016 / Ivan A. Alexandre)
14,99 €
9,99 €

Piano solo - Paru le 3 janvier 2016 | EPR-Classic

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« La belle découverte ! On n'avait jamais entendu Julien Libeer, pianiste belge de vingt-huit ans qui jouit d'une notoriété certaine dans son pays. Il se produit régulièrement à quatre mains avec son mentor, Maria-Joao Pires. [...] "Lignes claires" : titre évident pour un pianiste au jeu finement sensible, d'une précision singulière et animé d'un sens du récit jamais pris en défaut.» (Diapason, janvier 2016 / Bertrand Boissard)
14,99 €
9,99 €

Piano solo - Paru le 1 janvier 2016 | Timpani

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Bien qu’il fut l’élève de d’Indy, Antoine Mariotte (1875 – 1944 ; ce qui en fait le contemporain de Schönberg, Ravel, Rachmaninov ou de Falla) se situe en marge du style français de sa génération, fortement teinté de debussysme. D’autant que les Impressions urbaines datent de 1921, une époque à laquelle les Russes – Mossolov ou Prokofiev par exemple – commencent à définir le genre « motorique » : ces cinq pièces pour piano, en particulier Usines, Guinguettes ou Gares, déploient cet irrésistible élan pianistique qui dépasse bel et bien le debussysme du début du siècle. On découvrira aussi, par la voix de Sabine Revault d’Allonnes, les trois mélodies d’Intimité de 1925, dans lesquelles Ravel n’est peut-être pas trop loin par moments. Le pianiste Daniel Blumenthal termine cette très intéressante monographie de Mariotte, un compositeur étonnamment négligé, avec les trois Kakémonos eux aussi de 1925, fruits de la veine orientalisante alors dans l’air du temps : pour mémoire, un kakémono est un de ces tableaux japonais en rouleau, tendu entre deux baguettes de bois. © SM/Qobuz 2016 « Une nouvelle étape dans la redécouverte d'Antoine Mariotte, élève de d'Indy au style "dru et direct, volontiers dissonant" comme l'écrit Michel Fleury dans la notice. [...] Sa tragédie lyrique Salomé [...] gravée par Accord nous avait captivés par son climat délétère — que l'on retrouve dans les cinq Impressions urbaines pour piano, clou du florilège proposé par Daniel Blumenthal. [...] Curieusement, Mariotte n'a consacré que trois partitions à ce qui était pourtant son instrument. Blumenthal a écarté la Sonate de 1907 au profit de Kakemonos (1924) où les talents de coloriste et le sens des atmosphères du pianiste américain font une nouvelle fois merveille. [...] Les séductions acidulées des mélodies de 1925 demandent une voix plus souple et sensuelle que la soprano vibratile de la jolie Sabine Revault d'Allonnes : ces onze minutes n'ôtent rien à l'intérêt et à la rareté d'une monographie très soignée.» (Diapason, janvier 2016 / François Laurent)
14,99 €

Violon solo - Paru le 24 décembre 2015 | Oehms Classics

9,99 €

Musique de chambre - Paru le 24 décembre 2015 | Oehms Classics

The Silver Garburg Piano Duo, qui a déjà gravé plusieurs albums pour Oehms Classics nous propose ici des arrangements pour deux pianos d'œuvres célèbres de Félix Mendelssohn-Bartholdy, dont une version virevoltante, pleine d'alacrité du Songe d'une nuit d'été - la musique de scène intégrale!- et quelques Romances sans paroles parmi les plus charmeuses(op. 62 n°1, 5 & 6, op. 67 n°1).
8,99 €

Piano solo - Paru le 4 décembre 2015 | Ligia

Livret Distinctions 4 étoiles Classica
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 27 novembre 2015 | HORTUS

Hi-Res Livret
22,49 €
14,99 €

Quatuors - Paru le 26 novembre 2015 | Aeolus

Hi-Res Livret
On ne sait pas trop grand’chose de Nicola Matteis (ca. 1645 – ca. 1695), si ce n’est qu’il est peut-être né à Naples et que, dès les années 1670, il s’est rendu à Londres (à pied, pensent certains) pour n’en jamais revenir. C’est à Londres qu’il s’est taillé une place des plus enviables, au titre de tout premier grand musicien italien dans une mégalopole friande de nouveautés musicales, après les années de vaches maigres imposées par le glacial despotisme puritain, une chape de plomb sur toute activité culturelle qui ne s’était levée qu’avec le retour de Charles II en 1661. Violoniste apparemment génial, Matteis écrivit de nombreuses œuvres destinées à la gentry cultivée désireuse de s’amuser en musique ; seul peu de pièces nous sont parvenues, hélas, mais suffisamment pour que l’on comprenne l’importance historique du personnage, qui offrit au public anglais les richesses de la mélodie à l’italienne, mâtinée de science contrapuntique à l’allemande et d’un brin de pompe à la française. Surtout, ses éditions sont préfacées de précis particulièrement explicatifs quant à l’art de l’ornementation et, plus ou moins, de l’improvisation selon un canevas donné. Entre sérieux et humour, virtuosité et profondeur, Matteis offre un regard des plus indispensables sur toute une époque, et permet de mieux comprendre comment les styles nationaux commencent à se mêler dans le grand creuset que sera la musique baroque au cours des décennies à venir. L’ensemble Theatrum Affectum, composé d’une flûte à bec, d’un violon, d’un violoncelle et de la basse continue, nous restitue avec délectation ces Choses ravissantes, pour reprendre le titre d’un des manuscrits de Matteis. © SM/Qobuz
22,49 €
14,99 €

Duos - Paru le 26 novembre 2015 | Aeolus

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason
La version tant espérée depuis l'antique et éternelle gravure de Sigiswald Kuijken et Gustav Leonhardt en 1974 chez deutsche harmonia mundi? Le violoniste Erich Höbarth, qui sillonne magnifiquement depuis trente ans dans le compagnonnage des pionniers du mouvement "baroqueux", et le claveciniste finlandais Aapo Hakkinen, savaient le poids qu'ils portaient sur leurs épaules en abordant ces six joyaux de la musique de chambre de Johann Sebastian Bach. Habités par des phrasés toujours inspirés, et guidés par une expressivité doucement mélancolique, les deux musiciens se distinguent avant tout par un sens de l'écoute admirable. Leur dialogue foisonne d'une intelligence et d'une luminosité si grandes qu'il en devient irrémédiablement conquérant. À découvrir de toute urgence, car il est si rare d'entendre ainsi rayonner la musique. © TG/Qobuz « Depuis Sigiswald Kuijken, presque tous les violonistes "historiquement informés" se sont frottés en concert et au disque aux six sonates avec clavecin obligé, tous sauf Erich Höbarth. [...] Face à ce merveilleux musicien (pilier du Quatuor Mosaïques et premier violon du Concentus Musicus de Vienne), Aapo Häkkinen, ancien élève de Bob Van Asperen et Pierre Hantaï, apporte la sûreté de toucher et de construction musicale qu'on lui connaît [...] Une des singularités de leur dialogue tient au clavecin choisi, une belle copie de Hass avec jeu de seize pieds. [...] Imposant, il invite les interprètes à varier largement les couleurs [...] La profondeur harmonique est prodigieuse, la palette est aussi généreuse que son emploi est subtil. [...] Höbarth et Häkkinen mettent en scène une conversation entre esprits cultivés. [...] Si l'on considère que l'idéal du contrepoint au XVIIIe siècle est de combiner science et expression, le projet est réussi de manière inédite et palpitante.» (Diapason, décembre 2015 / Philippe Ramin)

Le genre

Musique de chambre dans le magazine