Les albums

3625 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Musique de chambre
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 13 octobre 2017 | Cedille

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 13 octobre 2017 | Navona

Hi-Res Livret
9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 6 octobre 2017 | BIS

Livret
9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 6 octobre 2017 | BIS

Livret
9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 6 octobre 2017 | Albany

Livret
35,96 €
23,96 €

Musique de chambre - À paraître le 29 septembre 2017 | PentaTone

Hi-Res Livret
17,99 €
13,49 €

Trios - À paraître le 29 septembre 2017 | Berlin Classics

Hi-Res Livret
Il va sans dire que le Trio avec cor, Op. 40 de Brahms est l’œuvre la plus célèbre de tout le répertoire pour cette formation (cor, violon, piano), voire de tout le répertoire de chambre tout court. Brahms, qui touchait du cor depuis sa jeunesse, a su mieux que quiconque tirer de l’instrument les accents qui lui convenaient le mieux, de sorte que son Trio fait l’objet d’un véritable culte auprès des solistes. Il est donc normal qu’il soit en quelque sorte le « pilier » de cet album. Mais on peut se demander s’il existe d’autres ouvrages pour le même effectif, et si Brahms a été le premier à l’utiliser. Eh oui pour la première question, eh non pour la seconde. Le corniste Felix Klieser a entouré le Trio en question de quelques œuvres antérieures, dues à Frédéric Duvernoy – actif au début du XIXe siècle et dont la musique reste très empreinte des grands classiques viennois – et de quelques œuvres du XXe siècle de Koechlin et Kahn, lui permettant ainsi de couvrir une période de plus de cent ans. Que ni Duvernoy, ni Koechlin ni Kahn ne fassent pâlir la lumière brahmsienne est une évidence, mais il n’en reste pas moins que leurs œuvres présentent d’autres facettes de la formation, d’autres techniques instrumentales aussi, et l’on peut à ce titre se réjouir des Trois trios concertants de Duvernoy (1765-1838) écrits aux alentours de 1820 ; en effet, le compositeur était avant tout corniste solo de l’Opéra de Paris, il écrivit donc surtout à son usage personnel, et ses trios offrent un très précieux regard sur ce qu’un grand spécialiste d’alors estimait comme le summum de la technique instrumentale. Les Quatre petites pièces Op. 32 de Koechlin (1867-1950) offrent chacune un caractère fort différent et personnel, tandis que l’ultime œuvre de l’album, la Sérénade Op. 73 de Robert Kahn (1865-1951), parue en 1923, ne se cache pas de l’influence de Schumann et encore plus de Brahms – la boucle étant ainsi bouclée ! © SM/Qobuz
17,99 €
13,49 €

Quatuors - À paraître le 24 septembre 2017 | Rattle

Hi-Res
9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 22 septembre 2017 | Groupe Analekta, Inc

17,99 €
13,49 €

Musique de chambre - À paraître le 22 septembre 2017 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret
Pauvre Reger ! Avec sa silhouette bouboule, son expression maussade, les apparences ont pris le pas sur sa musique que bien des commentateurs voient comme bouboule et maussade. Que nenni ! Oui, Reger était un fervent champion de la musique absolue, il suivait les traditions de Beethoven et Brahms qu’il enrichissait d’harmonies wagnériennes et de contrepoint hérité de Bach ; certaines de ses œuvres sont denses et complexes. Mais ce n’est pas le cas de la musique de chambre – le genre qui représente la majeure partie de son œuvre, soit dit en passant –, qui représente une sorte de condensé de son développement stylistique. Et à la différence de ses quatuors, de conception quasiment symphonique, les Trios Op. 77b et Op. 141b semblent bien moins symbolistes-expressifs que classicistes-historiques. Leur caractère confiant, souvent même joyeux (donc ni bouboule, ni maussade), semblent empreint de simplicité – une simple apparence, en réalité – tout en restant fermement ancrés dans le langage du compositeur. Lui-même expliquait à son éditeur que cette musique n’était « absolument pas non-regerienne », même si les caractéristiques regeriennes (modulations complexes, ruptures rythmiques, riche conception contrapuntique pour chaque instrument) sont par nécessité soumises au nombre réduit d’instruments, et ne se font pas jour d’emblée. Reger cherchait une « nouvelle simplicité », clairement décelable dans une lettre de 1904 : « ce qui manque à la musique d’aujourd’hui, c’est un Mozart ! ». C’est sans doute l’esprit mozartien qui l’inspira dans sa « musique de chambre miniature » qu’est le Trio à cordes Op. 141b de 1915. La même année il créait son Quatuor avec piano, dont la critique loua les « glorieuses sonorités » et les thèmes « vocaux, vifs et accrocheurs ». Le Trio Op. 77b, lui, semble directement inspiré par le Divertimento K. 563 de Mozart et les Trios Op. 9 de Beethoven – on sait que Reger aimait à entrer en dialogue avec les œuvres antérieures du répertoire. La violoniste Franziska Pietsch est rejointe, dans son ensemble Trio Lirico, par de brillants collègues, qui donnent vie à cette musique si méritante et si négligée. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 22 septembre 2017 | XAS Records

Hi-Res Livret
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 15 septembre 2017 | Christophorus

Livret
19,99 €

Musique de chambre - Paru le 15 septembre 2017 | Tactus

Livret
29,99 €
19,99 €

Musique de chambre - Paru le 15 septembre 2017 | Leaf Music

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 15 septembre 2017 | Leaf Music

Hi-Res Livret

Le genre

Musique de chambre dans le magazine