Les albums

2224 albums triés par Date: du plus récent au moins récent et filtrés par Musique de chambre
17,99 €
12,99 €

Quatuors - Paru le 9 février 2016 | Myrios Classics

Hi-Res Livret
7,99 €

Musique de chambre - Paru le 5 février 2016 | Musical Concepts

14,99 €
9,99 €

Trios - Paru le 5 février 2016 | ABC Classics

Hi-Res
17,99 €
12,99 €

Quatuors - Paru le 4 février 2016 | Myrios Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
« [...] Est-ce leur génial cycle Beethoven, en 2013, qui a montré aux Hagen la voie d'un Mozart aussi expérimental ? Est-ce d'avoir à leur disposition depuis deux ans le "quatuor Paganini" ? Il faut croire que ce lot de Stradivarius, longtemps joué par le Quatuor de Tokyo, a stimulé jusqu'aux racines de leur imagination et ouvert de nouvelles possibilités sous leurs doigts. On devine partout, sous l'évidente sophistication, une tendresse plus épanouie qu'hier. Et la couleur s'émancipe. [...] La domination intellectuelle et technique du propos a de quoi sidérer, et pourtant elle se fait oublier derrière sa force magnétique de séduction. » (Diapason, février 2016 / Gaëtan Naulleau) « Le Quatuor Hagen semble avoir appris son Mozart auprès du compositeur. Il en révèle la singularité et la modernité dans cette interprétation aboutie au raffinement sonore inouï. » (Classica, février 2016 / Antoine Mignon)
16,79 €
11,99 €

Musique de chambre - Paru le 22 janvier 2016 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
De Dowland au XXIe siècle, voici l’Angleterre musicale vu du côté de l’alto – certes, le XIXe siècle est assez absent, le victorianisme n’ayant guère été une époque de grande création locale, le pays préférant alors importer des Mendelssohn, des Liszt ou des Dvořák… – par l’altiste français Adrien La Marca, « Révélation soliste instrumental » aux Victoires de la musique cuvée 2014. Ajoutons que ce fin musicien, qui s’est perfectionné auprès de Tabea Zimmermann, Yuri Bashmet et Kim Kashkashian, fait partie du quatuor formé par Renaud Capuçon en hommage à Adolf Busch, et que ses autres partenaires de musique de chambre s’appellent Michel Portal, David Kadouch, Frank Braley et tant d’autres. C’est là son tout premier disque en tant que soliste. On y découvrira quelques raretés, telle la très impressionniste Sonate de Rebecca Clarke, compositrice trop négligée de la génération de Vaughan Williams, le même Vaughan Williams avec ses six délicieuses Études sur des chansons folkloriques anglaises, l’incontournable Britten avec son aussi incontournable Lacrymae d’après Dowland, le Dowland en question et l’incontournable Purcell. Oui, les pièces baroques sont jouées avec accompagnement de piano ; La Marca et son complice Thomas Hoppe assument pleinement ce choix et ils ont bien raison. © SM/Qobuz « Disque remarquable, ardu, secret, comme le Guadagnini qui le porte, aux couleurs tranchées, à l'ampleur d'un quasi-violoncelle.» (Diapason, février 2016 / Jean-Charles Hoffelé)
7,99 €

Quatuors - Paru le 22 janvier 2016 | Musical Concepts

9,99 €

Musique de chambre - Paru le 18 janvier 2016 | L'Autre Monde

Livret Distinctions Diapason d'or
« Alice et Nikolaus Harnoncourt, Marie et Gustav Leonhardt : réuni vers 1950, ce quatuor historique à tous les sens du terme aura transformé son siècle. Et si, à la différence d'Alice, Marie a quitté l'orchestre de l'époux, elle n'en est pas moins restée une merveilleuse violoniste et un professeur éminent — le seul dont se réclame toujours Reinhard Goebel. Elle-même disciple de Michel Schwalbé, Kapellmeister favori de Karajan, son style ne s'est jamais réclamé d'une école ou d'un dogme. Sa vérité : le chant. [...] Quel violon ! s'est dit Jean-Paul Combet, fondateur du label Alpha qui ouvre un nouveau label "L'Autre Monde". D'où son beau geste : joindre aux douze plages du CD originel (paru chez Canal Grande en 1992) la Chaconne en ré mineur de Bach captée onze ans plus tard sur le prodigieux Jakob Stainer de 1676, grave et registré commme un orgue.» (Diapason, février 2016 / Ivan A. Alexandre)
16,89 €

Piano solo - Paru le 15 janvier 2016 | Deutsche Grammophon

Livret Distinctions Choc de Classica
La plupart des ultimes pièces pour piano de Schubert datent des deux dernières années de sa vie, 1827 et 1828 – l’œuvre d’un vieillard de trente ans… Certes, elles semblent plus « faciles » à jouer, en termes purement techniques, que bien des sonates du même Schubert, mais de par leur substance musicale elle font partie des ouvrages les plus intenses qui soient. L’appellation courante de « plus petites pièces pour le piano » (« kleinere Klavierstücke ») est fondamentalement trompeuse : les Impromptus D. 899 et D. 935, ainsi que les Trois pièces D. 946 sont de colossaux ouvrages, que Grigori Sokolov traite d’ailleurs avec la révérence qui leur est due. D’emblée, il conçoit le premier Impromptu comme un ample drame psychologique dont il nous dévoile les abîmes et les terreurs, faisant appel à une infinie palette de sonorités, de rubatos, alternant précipitations et infinies retenues… Pour la première des Trois Pièces D. 946, Sokolov a choisi de restituer le très ample deuxième trio que Schubert avait coupé, redonnant ainsi à ce moment musical/impromptu sa grandeur initiale. Après Schubert, Sokolov a choisi de donner la monumentale Hammerklavier de Beethoven, dont le pianiste s’attelle à souligner l’aspect lyrique bien plus que le geste impérieux et héroïque : tempi « raisonnables », clarté des strates polyphoniques, voilà une lecture qui changera bien des visions sur l’ouvrage trop souvent joué comme un bloc de béton. Pour finir, Sokolov offrait le Premier Livre de pièces de clavecin de Rameau, certes à mille lieues de Schubert et de Beethoven, mais dans lesquelles il cherche à souligner les passions que dépeint le compositeur. En baisser de rideau, un des ultimes chefs-d’œuvre de Brahms, véritable adieu du compositeur, que Sokolov interprète d’ailleurs comme tel. Enregistrements réalisés en public en mai 2013 à Varsovie et en août 2013 à Salzbourg. © SM/Qobuz « Au bord du gouffre : entre contrôle millimétré et prises de risque, Grigory Sokolov joue avec le feu. Comme pour mieux révéler les brûlures intérieures de Schubert et Beethoven. » (Classica, février 2016 / Stéphane Friédérich)
14,99 €
9,99 €

Piano solo - Paru le 3 janvier 2016 | EPR-Classic

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« La belle découverte ! On n'avait jamais entendu Julien Libeer, pianiste belge de vingt-huit ans qui jouit d'une notoriété certaine dans son pays. Il se produit régulièrement à quatre mains avec son mentor, Maria-Joao Pires. [...] "Lignes claires" : titre évident pour un pianiste au jeu finement sensible, d'une précision singulière et animé d'un sens du récit jamais pris en défaut.» (Diapason, janvier 2016 / Bertrand Boissard)
14,99 €
9,99 €

Piano solo - Paru le 1 janvier 2016 | Timpani

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
Bien qu’il fut l’élève de d’Indy, Antoine Mariotte (1875 – 1944 ; ce qui en fait le contemporain de Schönberg, Ravel, Rachmaninov ou de Falla) se situe en marge du style français de sa génération, fortement teinté de debussysme. D’autant que les Impressions urbaines datent de 1921, une époque à laquelle les Russes – Mossolov ou Prokofiev par exemple – commencent à définir le genre « motorique » : ces cinq pièces pour piano, en particulier Usines, Guinguettes ou Gares, déploient cet irrésistible élan pianistique qui dépasse bel et bien le debussysme du début du siècle. On découvrira aussi, par la voix de Sabine Revault d’Allonnes, les trois mélodies d’Intimité de 1925, dans lesquelles Ravel n’est peut-être pas trop loin par moments. Le pianiste Daniel Blumenthal termine cette très intéressante monographie de Mariotte, un compositeur étonnamment négligé, avec les trois Kakémonos eux aussi de 1925, fruits de la veine orientalisante alors dans l’air du temps : pour mémoire, un kakémono est un de ces tableaux japonais en rouleau, tendu entre deux baguettes de bois. © SM/Qobuz 2016 « Une nouvelle étape dans la redécouverte d'Antoine Mariotte, élève de d'Indy au style "dru et direct, volontiers dissonant" comme l'écrit Michel Fleury dans la notice. [...] Sa tragédie lyrique Salomé [...] gravée par Accord nous avait captivés par son climat délétère — que l'on retrouve dans les cinq Impressions urbaines pour piano, clou du florilège proposé par Daniel Blumenthal. [...] Curieusement, Mariotte n'a consacré que trois partitions à ce qui était pourtant son instrument. Blumenthal a écarté la Sonate de 1907 au profit de Kakemonos (1924) où les talents de coloriste et le sens des atmosphères du pianiste américain font une nouvelle fois merveille. [...] Les séductions acidulées des mélodies de 1925 demandent une voix plus souple et sensuelle que la soprano vibratile de la jolie Sabine Revault d'Allonnes : ces onze minutes n'ôtent rien à l'intérêt et à la rareté d'une monographie très soignée.» (Diapason, janvier 2016 / François Laurent)
14,99 €

Violon solo - Paru le 24 décembre 2015 | Oehms Classics

9,99 €

Musique de chambre - Paru le 24 décembre 2015 | Oehms Classics

The Silver Garburg Piano Duo, qui a déjà gravé plusieurs albums pour Oehms Classics nous propose ici des arrangements pour deux pianos d'œuvres célèbres de Félix Mendelssohn-Bartholdy, dont une version virevoltante, pleine d'alacrité du Songe d'une nuit d'été - la musique de scène intégrale!- et quelques Romances sans paroles parmi les plus charmeuses(op. 62 n°1, 5 & 6, op. 67 n°1).
15,39 €
10,99 €

Musique de chambre - Paru le 12 décembre 2015 | Flora

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason
« Révélation et Diapason d'or l'an dernier dans les Pièces de clavecin en concerts de Rameau, le trio Les Timbres remonte jusqu'aux sources de la musique instrumentale baroque, et s'associe pour cette expédition à l'ensemble japonais Harmonia Lenis. [...] On reste admiratif devant le travail accompli, devant le naturel de la virtuosité expressive. Dès la première pièce de Falconiero, le discours touche au cœur avec la plus sincère persuasion. La finesse du traitement mélodique et l'éloquence du contrepoint font mouche, la richesse du phrasé évite toute verticalité hors de propos. [...] Le savoir-faire du continuo est particulièrement mis en valeur dans la courte canzone de Gabrieli. Aisance du phrasé, virtuosité éblouissante et spirituelle [...] La lumière nouvelle jetée sur ce répertoire est d'autant plus séduisante qu'elle ne repose pas sur un attirail d'artifices mais sur l'épanouissement d'un dialogue amical, qui ne cède jamais aux sirènes de l'esthétisant ou du spectaculaire.» (Diapason, février 2016 / Philippe Ramin)
5,99 €

Quintettes - Paru le 4 décembre 2015 | Naxos

Livret Distinctions 4 étoiles Classica
« Voici deux des plus importants quintettes pour piano et cordes composés à une période particulièrement faste pour ce genre. [...] La plénitude, la beauté de timbre et l'engagement passionné des interprètes laissent loin derrière les versions Hyperion (Bridge) et Dutton (Scott). Cette réédition d'un enregistrement de la British Music Society donne l'occasion de rendre hommage à Raphael Terroni, un grand pianiste anglais trop tôt disparu.» (Classica, février 2016 / Michel Fleury)

Le genre

Musique de chambre dans le magazine