Les albums

854 albums triés par Date: du plus récent au moins récent et filtrés par Musique vocale (profane et sacrée)
9,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 10 février 2017 | Alpha

Livret
Évidemment, la couverture n’annonce pas grand’chose : « Azahar », c’est la fleur d’oranger en espagnol, un mot venu de l’arabe « zahr », fleur. On n’est pas plus avancé. « La Tempête » ? C’est le nom de l’ensemble vocal que dirige Simon-Pierre Bestion, qui affirme d’ailleurs dans le livret qu’il « aime l’idée de désorienter l’auditeur dans les époques ». C’est réussi ! Heureusement, Qobuz est là pour défricher le terrain ; vous apprendrez donc que cet album entrelace la polyphonie de Machaut et la poésie des cantigas espagnoles, celles d’Alphonse le Sage (aux accents arabo-andalous, mais sérieusement modernisées dans les sonorités) du XIIIe siècle mais aussi celles de Maurice Ohana ; le tout alternant avec les numéros de la Messe pour chœur mixte et double quintette à vents de Stravinski. Une sorte de grand voyage qui se préoccupe moins du temps et de l’époque que de l’esprit, car même à sept cent ans d’écart la spiritualité reste identique. D’autant que l’acoustique du lieu d’enregistrement, les caractéristiques vocales des chanteurs de l’ensemble, le diapason lui-même, sont les mêmes d’un bout à l’autre de l’album. La continuité, à tant de siècles de distance, reste étonnante. © SM/Qobuz
17,48 €
12,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 6 janvier 2017 | Decca

Hi-Res Livret
Après Knoxville de Samuel Barber qui fait office, en quelque sorte, d’ancrage dans la tradition, Renée Fleming aborde des répertoires autrement inhabituels, du moins pour l’auditeur français, puisque le compositeur suédois Anders Hillborg (*1954) est par ailleurs joué par le Philharmonique de Berlin, celui de Los Angeles, celui de New York, l’Orchestre de Chicago, la Tonhalle de Zürich… excusez du peu. Son cycle The Strand Settings, créé en 2013 par Renée Fleming qui était à l’origine de la composition – pas tellement une commande, mais une suggestion appuyée – est un extraordinaire arc-en-ciel orchestral dont les coloris se reposent sur Strauss, sur Britten, sur Ligeti, sur Penderecki, sur Messiaen parfois dans les étagements harmoniques irisés, tout en explorant son propre monde d’une beauté époustouflante. Si l’auditeur souhaite découvrir un tout nouveau répertoire nordique qui ne serait pas assujetti à l’avant-garde atonale ou sérielle, Hilborg deviendra rapidement son idéal. Pour finir cet album, Fleming a choisi quelques chansons de la pop-star Björk, de son nom complet Björk Guðmundsdóttir (mais en Icelande on se présente surtout par le prénom), dûment réécrites pour orchestre symphonique « classique », même si Fleming propose une voix à mi-chemin entre la variété et le style lyrique. On aime, on n’aime pas, mais c’est fichtrement bien fait ; et quoi qu’il en soit cet album se singularise tellement avec l’œuvre de Hillborg que tout est pardonné ! © SM/Qobuz
15,39 €
10,39 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 18 novembre 2016 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Le principe de cet album de l’excellent Ensemble Huelgas est de présenter les cinq numéros de la Missa in illo tempore à six voix de Monteverdi encadrant quatre œuvres plus anciennes de quatre autres compositeurs – Vicentino, Tudino, de Wert et Marenzio –, plus anciennes et pourtant plus « progressistes » ! Cela dit, il ne faut pas forcément s’étonner que la Messe de Monteverdi, publiée en 1610, sonne plus « ancienne » puisque le compositeur lui-même l’avait délibérément conçue dans le style polyphonique du XVIe siècle d’après Gombert, dans une écriture en partie parodique (parodique dans le sens musicologique du terme : il ne s’agit donc pas de se moquer de quiconque, mais d’user d’emprunts et de citations, para-odia qui, par contraction, devient parodie). Les quatre motets des collègues, tous plus anciens au moins d’une génération, repoussent toutes les frontières harmoniques et mélodiques avec usage de hardis chromatismes que n’aurait pas reniés un Gesualdo, ce qui n’est pas peu dire. Précisons que l’Ensemble Huelgas, malgré son nom, n’est pas du tout espagnol mais tout simplement belge ; le nom, d’ailleurs, ne signifie pas « grève » ou « protestation » selon le mot espagnol, mais reprend le titre du codex Las Huelgas, un manuscrit médiéval cistercien contenant quelque deux cents œuvres musicales fondamentales pour la compréhension de l’art de cette époque. © SM/Qobuz « Messe-parodie sur le motet In illo tempore de Nicholas Gombert, la Missa fut choisie par Monteverdi pour ouvrir le recueil dont la seconde partie n'est autre que Les Vêpres. [...] L'interprétation bénéficie d'une belle lisibilité dès le Kyrie et ses mélismes brodés autour du cantus firmus, avec un souci constant du texte. [...] Pas de couleurs expressionnistes avec Las Huelgas : la lumière semble toujours filtrée par un vitrail : elle illumine sans éblouir. [...] L'hiératisme byzantin de Tudino, le chromatisme digne de Vicentino, la supplique de Marenzio rythment ce parcours spirituel culminant dans un Agnus Dei d'une suffocante beauté. Aux côtés d'Herreweghe, voilà la nouvelle référence de l'œuvre.» (Classica, février 2017 / Jérémie Bigorie)
14,99 €
9,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 14 octobre 2016 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama
Pour les auditeurs qui connaissent par cœur le Concerto pour la nuit de Noël de Corelli, cette version viendra comme une surprise : le « concertino », normalement dévolu à un trio composé de deux violons et un violoncelle, est ici tenu par deux flûtes à bec et un basson. Couleur pastorale assurée, et on ne peut en aucun cas parler de trahison moderniste, puisque dès la parution des douze Concerti grossi de l’Op. 6 de Corelli fleurirent nombre d’adaptations en tout genre, dont une à Londres en 1725 pour ce même trio, mais en solo. Ici, le concerto reste un concerto. Ce chef-d’œuvre est entouré d’un beau nombre de pièces, françaises pour la plupart, conçues aux alentours de la charnière entre les XVIIe et XVIIIe siècles pour célébrer Noël. Elles sont présentées dans des réécritures, signées François Lazarévitch, faisant la part belle à la Maîtrise de Radio-France et à l’ensemble des Musiciens de Saint-Julien – un collectif de musiciens composé des instruments habituels de l’époque baroque, mais aussi de nombre d’instruments plus populaires et traditionnels, pour un parfum de la Nativité plus authentique encore. © SM/Qobuz
9,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 2 septembre 2016 | Signum Records

Livret Distinctions Diapason d'or
14,99 €
9,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 29 avril 2016 | MONTHABOR Music

Hi-Res
15,39 €
10,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 15 avril 2016 | Les Chemins du Baroque

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
« On connaît peu aujourd’hui Domenico Mazzocchi, dont on fêtait en 2015 le trois cent cinquantième anniversaire de la mort. Le disque l’a peu honoré [...] Ce contemporain de Francesco Cavalli, s’il manifeste une maîtrise parfaite du stile moderno à même d’ouvrir le champ des affects, apparaît surtout comme un disciple de Carlo Gesualdo, ainsi que l’atteste sa fidélité à la forme du madrigal polyphonique qu’il enrichit d’un vocabulaire harmonique des plus fleuris. Un soin tout particulier pour l’instrumentation émaille en outre ses manuscrits. [...] On est heureux de retrouver le geste souple de Gabriel Garrido et le continuo frémissant de l’ensemble Elyma (superbes instruments à cordes pincées). Furio Zanesi accuse quelques signes de fatigue que rattrape une musicalité de tous les instants. Maria Cristina Kiehr et Claire Lefilliâtre, enchantent par leur sensibilité souveraine. Une excellente introduction à l’univers du compositeur. » (Classica, mai 2016 / Jérémie Bigorie)
14,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 1 avril 2016 | Champs Hill Records

Distinctions 5 de Diapason
« [...] les songs sont regroupés par cahiers reprenant les "opus" dont ils sont tirés – Harmonia Sacra Hymns, Orpheus Britannicus – ou joints en bouquets thématiques. La vaillante troupe s’installe très près du piano. Allan Clayton donne du caractère à son étonnant Music for a While – l’exact contraire de l’épure d’Alfred Deller. Partout où elle paraît mais d’abord dans un charmeur Fairest Isle ou dans les interrogations de The Blessed Virgin’s Expostulation, Ruby Hughes met le fruit de son timbre et ses mots argentés. Anna Grevelius délivre un émouvant If music be the food of love, Robin Blaze distille avec tendresse Sweeter than roses, les « basses » tonnent, ripaillent ou se lamentent. Sommet de l’album, le grand théâtre espressivo de Saul and the witch at Endor.» (Diapason, novembre 2016 / Jean-Charles Hoffelé)
0,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 1 avril 2016 | Celluloïd

9,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 25 mars 2016 | Black out Records

16,79 €
11,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 18 mars 2016 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica - Prise de Son d'Exception - 5 Sterne Fono Forum Klassik
« Raphaël Pichon délaisse Rossi, Bach et Rameau pour accoster sur les rives du Rhin au temps du romantisme allemand. [...] une sélection de chœurs féminins (Schubert, Schumann, Brahms) enchaînés avec une parfaite fluidité [...] Quatre cors aux couleurs denses et la harpe superlative d'Emmanuel Ceysson convoquent tout un monde de mystères, de légendes et de beautés liquides, moyennant quelques transcriptions réalisées sans ficelles apparentes par Vincent Manac'h. C'est lui qui permet aux voix de plonger, au début du périple, dans les flots du Prélude de L'Or du Rhin, si mobile dans son accord unique de mi bémol majeur. [...] Sirènes tressant et enroulant admirablement leurs voix dans la Meerfey de Schumann, ces dames offrent aussi une fraîche et subtile réplique au mezzo plus mature de Bernarda Fink dans la Ständchen de Schubert. [...] On prend congé avec les Vier Gesänge de Brahms, un accomplissement dans l'approche gourmande du mot, l'émission vocale généreuse, le relief de l'ensemble. » (Diapason, avril 2016 / Benoît Fauchet) « [...] Brahms, Schubert, Schumann et Wagner puisent leur inspiration à la source des légendes germaniques. [...] Nous sommes ainsi charmés par l'interprétation de l'ensemble Pygmalion, toute en finesse et en précision. La polyphonie est mise en lumière avec une clarté que magnifie la prise de son naturellement réverbérée. La harpe séraphique d'Emmanuel Ceysson mérite également une mention particulière. Elle renforce la magie de certains épisodes comme le rêveur Wiegenlied de Schumann, les quatre Gesänge de Brahms ou même dans le Prélude de l'Or du Rhin confié à vingt-quatre voix de femmes, harpe, quatre cors et deux contrebasses.» (Classica, avril 2016 / Jean-Noël Coucoureux)
13,49 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 27 janvier 2016 | Housemaster Records

13,49 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 22 janvier 2016 | Housemaster Records

0,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 8 janvier 2016 | Appleseed

Le genre

Musique vocale (profane et sacrée) dans le magazine