Les albums

1184 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Musique vocale (profane et sacrée)
15,39 €
10,39 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 14 avril 2017 | Sony Music Entertainment

Hi-Res
2,59 €
2,09 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 17 mars 2017 | Sony Music Entertainment

Hi-Res
12,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 17 février 2017 | Antes Edition

6,49 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 10 février 2017 | Hv.Com

9,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 10 février 2017 | Alpha

Livret Distinctions 5 de Diapason
Évidemment, la couverture n’annonce pas grand’chose : « Azahar », c’est la fleur d’oranger en espagnol, un mot venu de l’arabe « zahr », fleur. On n’est pas plus avancé. « La Tempête » ? C’est le nom de l’ensemble vocal que dirige Simon-Pierre Bestion, qui affirme d’ailleurs dans le livret qu’il « aime l’idée de désorienter l’auditeur dans les époques ». C’est réussi ! Heureusement, Qobuz est là pour défricher le terrain ; vous apprendrez donc que cet album entrelace la polyphonie de Machaut et la poésie des cantigas espagnoles, celles d’Alphonse le Sage (aux accents arabo-andalous, mais sérieusement modernisées dans les sonorités) du XIIIe siècle mais aussi celles de Maurice Ohana ; le tout alternant avec les numéros de la Messe pour chœur mixte et double quintette à vents de Stravinski. Une sorte de grand voyage qui se préoccupe moins du temps et de l’époque que de l’esprit, car même à sept cent ans d’écart la spiritualité reste identique. D’autant que l’acoustique du lieu d’enregistrement, les caractéristiques vocales des chanteurs de l’ensemble, le diapason lui-même, sont les mêmes d’un bout à l’autre de l’album. La continuité, à tant de siècles de distance, reste étonnante. © SM/Qobuz
10,39 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 10 février 2017 | WM Korea

9,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 6 janvier 2017 | Carus

Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
« Coup de cœur pour les jeunes voix du Deutscher Jugendkammerchor de Hanovre, dont le florilège réunit des pages à l'humeur nocturne. Guidée par Florian Benfer, l'équipe allemande conjugue fraîcheur, clarté et netteté du trait. Elle plante ses décors et en change avec la virtuosité d’une formation aguerrie : néoromantisme dense du Finlandais Mäntyjärvi, onomatopées quasi animales du Wiigen-Lied du Danois Nørgard, archaïsmes entêtants de l’Estonien Sisask (Benedictio), Missa brevis colorée et suggestive du Norvégien Nystedt… Le récital embrasse un peu trop (jusqu’à Brahms et Ravel) mais il étreint si bien !» (Diapason, mai 2017 / Benoît Fauchet)
17,48 €
12,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 6 janvier 2017 | Decca

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Après Knoxville de Samuel Barber qui fait office, en quelque sorte, d’ancrage dans la tradition, Renée Fleming aborde des répertoires autrement inhabituels, du moins pour l’auditeur français, puisque le compositeur suédois Anders Hillborg (*1954) est par ailleurs joué par le Philharmonique de Berlin, celui de Los Angeles, celui de New York, l’Orchestre de Chicago, la Tonhalle de Zürich… excusez du peu. Son cycle The Strand Settings, créé en 2013 par Renée Fleming qui était à l’origine de la composition – pas tellement une commande, mais une suggestion appuyée – est un extraordinaire arc-en-ciel orchestral dont les coloris se reposent sur Strauss, sur Britten, sur Ligeti, sur Penderecki, sur Messiaen parfois dans les étagements harmoniques irisés, tout en explorant son propre monde d’une beauté époustouflante. Si l’auditeur souhaite découvrir un tout nouveau répertoire nordique qui ne serait pas assujetti à l’avant-garde atonale ou sérielle, Hilborg deviendra rapidement son idéal. Pour finir cet album, Fleming a choisi quelques chansons de la pop-star Björk, de son nom complet Björk Guðmundsdóttir (mais en Icelande on se présente surtout par le prénom), dûment réécrites pour orchestre symphonique « classique », même si Fleming propose une voix à mi-chemin entre la variété et le style lyrique. On aime, on n’aime pas, mais c’est fichtrement bien fait ; et quoi qu’il en soit cet album se singularise tellement avec l’œuvre de Hillborg que tout est pardonné ! © SM/Qobuz
18,89 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 30 décembre 2016 | Thorofon Records

12,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 2 décembre 2016 | Thorofon Records

12,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 2 décembre 2016 | Thorofon Records

8,39 €15,39 €
7,27 €10,39 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 18 novembre 2016 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Le principe de cet album de l’excellent Ensemble Huelgas est de présenter les cinq numéros de la Missa in illo tempore à six voix de Monteverdi encadrant quatre œuvres plus anciennes de quatre autres compositeurs – Vicentino, Tudino, de Wert et Marenzio –, plus anciennes et pourtant plus « progressistes » ! Cela dit, il ne faut pas forcément s’étonner que la Messe de Monteverdi, publiée en 1610, sonne plus « ancienne » puisque le compositeur lui-même l’avait délibérément conçue dans le style polyphonique du XVIe siècle d’après Gombert, dans une écriture en partie parodique (parodique dans le sens musicologique du terme : il ne s’agit donc pas de se moquer de quiconque, mais d’user d’emprunts et de citations, para-odia qui, par contraction, devient parodie). Les quatre motets des collègues, tous plus anciens au moins d’une génération, repoussent toutes les frontières harmoniques et mélodiques avec usage de hardis chromatismes que n’aurait pas reniés un Gesualdo, ce qui n’est pas peu dire. Précisons que l’Ensemble Huelgas, malgré son nom, n’est pas du tout espagnol mais tout simplement belge ; le nom, d’ailleurs, ne signifie pas « grève » ou « protestation » selon le mot espagnol, mais reprend le titre du codex Las Huelgas, un manuscrit médiéval cistercien contenant quelque deux cents œuvres musicales fondamentales pour la compréhension de l’art de cette époque. © SM/Qobuz « Messe-parodie sur le motet In illo tempore de Nicholas Gombert, la Missa fut choisie par Monteverdi pour ouvrir le recueil dont la seconde partie n'est autre que Les Vêpres. [...] L'interprétation bénéficie d'une belle lisibilité dès le Kyrie et ses mélismes brodés autour du cantus firmus, avec un souci constant du texte. [...] Pas de couleurs expressionnistes avec Las Huelgas : la lumière semble toujours filtrée par un vitrail : elle illumine sans éblouir. [...] L'hiératisme byzantin de Tudino, le chromatisme digne de Vicentino, la supplique de Marenzio rythment ce parcours spirituel culminant dans un Agnus Dei d'une suffocante beauté. Aux côtés d'Herreweghe, voilà la nouvelle référence de l'œuvre.» (Classica, février 2017 / Jérémie Bigorie)
2,85 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 29 octobre 2016 | WM Korea

12,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 28 octobre 2016 | East West Records

1,69 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 25 octobre 2016 | East West Records

Le genre

Musique vocale (profane et sacrée) dans le magazine