Les albums

1667 albums triés par Date: du plus récent au moins récent et filtrés par Jazz vocal
14,99 €
9,99 €

Jazz vocal - À paraître le 27 janvier 2017 | Eden River Records

Hi-Res

Jazz vocal - Paru le 19 janvier 2017 | Body & Soul

Livret
12,99 €

Jazz vocal - Paru le 13 janvier 2017 | Impulse!

Livret
Avec We Could Be Lovers, son troisième album paru en 2015, Sarah McKenzie avait confirmé qu’elle n’était guère une énième pianiste/chanteuse de jazz lisse et sans saveur destinée aux oubliettes. A 27 ans, cette Australienne biberonnée à Betty Carter, Abbey Lincoln, Duke Ellington, Oscar Peterson, Gene Harris et Shirley Horn et diplômée du prestigieux Berklee College of Music réussissait à jongler avec la tradition sans faire de la simple copie polie… Avec Paris In The Rain publié un an plus tard, elle enfonce le clou de son talent. Entre standards éternels (Tea For Two, Little Girl Blue, I'm Old Fashioned, Day In Day Out) et compositions personnelles, McKenzie sait être sensuelle ou espiègle, torride ou mélancolique, bref elle sait être à peu près tout faire. Rien n‘est anodin chez cette musicienne douée et chaque élément de ce disque est soupesé, maitrisé et surtout raffiné. Un classicisme de façade qui laisse apparaitre à l’arrivée une grande classe. © CM/Qobuz
17,48 €
12,99 €

Jazz vocal - Paru le 13 janvier 2017 | Impulse!

Hi-Res Livret
Avec We Could Be Lovers, son troisième album paru en 2015, Sarah McKenzie avait confirmé qu’elle n’était guère une énième pianiste/chanteuse de jazz lisse et sans saveur destinée aux oubliettes. A 27 ans, cette Australienne biberonnée à Betty Carter, Abbey Lincoln, Duke Ellington, Oscar Peterson, Gene Harris et Shirley Horn et diplômée du prestigieux Berklee College of Music réussissait à jongler avec la tradition sans faire de la simple copie polie… Avec Paris In The Rain publié un an plus tard, elle enfonce le clou de son talent. Entre standards éternels (Tea For Two, Little Girl Blue, I'm Old Fashioned, Day In Day Out) et compositions personnelles, McKenzie sait être sensuelle ou espiègle, torride ou mélancolique, bref elle sait être à peu près tout faire. Rien n‘est anodin chez cette musicienne douée et chaque élément de ce disque est soupesé, maitrisé et surtout raffiné. Un classicisme de façade qui laisse apparaitre à l’arrivée une grande classe. © CM/Qobuz
17,19 €
14,29 €

Jazz vocal - Paru le 2 décembre 2016 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Plus proche des crooners des années cinquante que du genre classique, Nathalie Dessay s’éloigne ici très sérieusement du répertoire lyrique qui avait fait sa gloire. Pour ces standards signés (ou chantés ou joués) par Leonard Bernstein, Frank Sinatra, Thelonious Monk, Duke Ellkington, Bill Evans, Irving Berlin, mais totalement réécrits par Patrice Caratini, Pierre Boussaguet ou Baptiste Trotignon, la soprano change totalement de voix – parfois granuleuse, graveleuse, crooneuse –, de registre, de couleurs, d’émission vocale – vibrato retenu, passagio nettement décalé comme le font les chanteurs de variété –, tout en embrassant le micro de près pour s’approcher non seulement du micro, mais aussi du genre qu’elle aborde. Le parallèle avec Edward Hopper n’est pas vain ici, avec ses images de femmes seules perdues dans la nuit new-yorkaise... Accompagnée à la fois par un ensemble de cordes « classique » et par quelques musiciens de jazz – basse, batterie –, Natalie Dessay risque de dérouter ses fans, mais aussi de dérouter les habitués du répertoire de Broadway et de Las Vegas de l’après-guerre ; autrement dit, n’hésitez pas ! © SM/Qobuz
15,39 €
10,39 €

Jazz vocal - Paru le 2 décembre 2016 | Sony Classical

Hi-Res
Plus proche des crooners des années cinquante que du genre classique, Nathalie Dessay s’éloigne ici très sérieusement du répertoire lyrique qui avait fait sa gloire. Pour ces standards signés (ou chantés ou joués) par Leonard Bernstein, Frank Sinatra, Thelonious Monk, Duke Ellkington, Bill Evans, Irving Berlin, mais totalement réécrits par Patrice Caratini, Pierre Boussaguet ou Baptiste Trotignon, la soprano change totalement de voix – parfois granuleuse, graveleuse, crooneuse –, de registre, de couleurs, d’émission vocale – vibrato retenu, passagio nettement décalé comme le font les chanteurs de variété –, tout en embrassant le micro de près pour s’approcher non seulement du micro, mais aussi du genre qu’elle aborde. Le parallèle avec Edward Hopper n’est pas vain ici, avec ses images de femmes seules perdues dans la nuit new-yorkaise... Accompagnée à la fois par un ensemble de cordes « classique » et par quelques musiciens de jazz – basse, batterie –, Natalie Dessay risque de dérouter ses fans, mais aussi de dérouter les habitués du répertoire de Broadway et de Las Vegas de l’après-guerre ; autrement dit, n’hésitez pas ! © SM/Qobuz
9,09 €

Jazz vocal - Paru le 25 novembre 2016 | Verve

8,99 €

Jazz vocal - Paru le 22 novembre 2016 | Youkali Music

12,99 €

Jazz vocal - Paru le 18 novembre 2016 | Family Entertainment

Livret
Tout le monde a en tête un air ou une mélodie d’un dessin animé de Walt Disney. Comme autant de madeleines proustiennes qui rappellent l’enfance… C’est un peu de cette émotion, de ce plaisir enfoui, qu’offrent les interprètes de ce Jazz Loves Disney produit par Jay Newland, arrangé et dirigé par Rob Mounsey, et qui voit Gregory Porter, Melody Gardot, China Moses, Hugh Coltman, Stacey Kent, Jamie Cullum et d’autres artistes actuels reprendre en version jazz, avec big-band, des chansons entrées dans le patrimoine intime de tous les (futurs et ex) bambins de la terre. Et comme Walt Disney aimait le jazz et portait un grand soin à la confection des musiques qui accompagnaient ses héros dans leurs aventures, ses équipes concoctaient des merveilles que revisiteront d’ailleurs de grands noms comme Louis Armstrong, Peggy Lee , Johnny Mathis, Bette Middler, Linda Ronstadt, Los Lobos, Robbie Williams …. Enregistré à Paris, Londres et Los Angeles, Jazz Loves Disney, avec son casting étoilé, prolonge cet héritage avec classe et raffinement.
8,99 €

Jazz vocal - Paru le 18 novembre 2016 | Bonsaï Music

Livret
Après Gotta Do It Right qui a révélé sa voix à part, Cecilia Bertolini opte ici pour une orientation musicale légèrement autre. Avec Back On Track, la chanteuse s’est associée à la saxophoniste Lisa Cat Berro qui cosigne neuf titres et est à la baguette de la direction artistique. Egalement de la partie, Olivier Koundouno au violoncelle, Julia Robert, Daniel Mizrahi aux guitares, Caroline Faber aux chœurs et Tony Paeleman en invité au piano pour un trip très personnel où le jazz fricote avec le folk voire la pop. Elle revisite même avec originalité I Go To Sleep des Kinks (qu’avait joliment repris les Pretenders de Chrissie Hynde – qui fut Madame Ray Davies à la ville – en 1981) et Corner Of The Earth de Jamiroquai ! Ce deuxième album est surtout le témoignage d’une artiste qui livre son histoire personnelle et ses questionnements de jeune femme et réussit à embarquer les codes du jazz vocal sur des sentiers atypiques. © CM/Qobuz
17,48 €
12,99 €

Jazz vocal - Paru le 18 novembre 2016 | Family Entertainment

Hi-Res Livret
Tout le monde a en tête un air ou une mélodie d’un dessin animé de Walt Disney. Comme autant de madeleines proustiennes qui rappellent l’enfance… C’est un peu de cette émotion, de ce plaisir enfoui, qu’offrent les interprètes de ce Jazz Loves Disney produit par Jay Newland, arrangé et dirigé par Rob Mounsey, et qui voit Gregory Porter, Melody Gardot, China Moses, Hugh Coltman, Stacey Kent, Jamie Cullum et d’autres artistes actuels reprendre en version jazz, avec big-band, des chansons entrées dans le patrimoine intime de tous les (futurs et ex) bambins de la terre. Et comme Walt Disney aimait le jazz et portait un grand soin à la confection des musiques qui accompagnaient ses héros dans leurs aventures, ses équipes concoctaient des merveilles que revisiteront d’ailleurs de grands noms comme Louis Armstrong, Peggy Lee , Johnny Mathis, Bette Middler, Linda Ronstadt, Los Lobos, Robbie Williams …. Enregistré à Paris, Londres et Los Angeles, Jazz Loves Disney, avec son casting étoilé, prolonge cet héritage avec classe et raffinement.
17,19 €
14,29 €

Jazz vocal - Paru le 18 novembre 2016 | Okeh

Hi-Res Livret
La voix de Nat King Cole a bercé l'enfance de Hugh Coltman. La musique de cette légende du Jazz était présente chez lui, grâce à sa mère, qui l’écoutait régulièrement et qui lui as transmis la passion de ce répertoire. Après une longue aventure au sein du groupe de blues anglais The Hoax, le succès de ses deux albums solo Stories From The Safe House et Zero Killed, et deux années en tournée, en tant qu'invité du pianiste de jazz Eric Legnini, le plus français des chanteurs britanniques a décidé de rendre hommage à ce musicien-chanteur hors pair et indirectement, à sa mère. Avec Shadows - Songs of Nat King Cole, Coltman revisite quelques standards comme Nature Boy et Mona Lisa, mais aussi des titres moins connus tels que Shadows ou Annabelle… Cette nouvelle édition qui parait en novembre 2016, un peu plus d’un an après la sortie de l’album studio, propose un second CD de huit titres live enregistrés au festival Jazz à Vienne. © CM/Qobuz
8,99 €

Jazz vocal - Paru le 18 novembre 2016 | Pavian records

1,68 €

Jazz vocal - Paru le 11 novembre 2016 | Verve

1,68 €

Jazz vocal - Paru le 4 novembre 2016 | Verve

Le genre

Jazz vocal dans le magazine