Les albums

1660 albums triés par Date: du plus récent au moins récent et filtrés par Jazz vocal
13,98 €

Jazz vocal - À paraître le 7 octobre 2016 | Blue Note Records

Hi-Res
Il est toujours bon de rappeler que Norah Jones n’est pas une vague héroïne de magazines sur papier glacé ou juste une « belle gueule ». Pas vraiment, non… Day Breaks est même une nouvelle preuve de son talent bien réel mais surtout grandissant. Mêlant compositions originales de toute beauté et reprises de goût (Horace Silver, Neil Young et Duke Ellington), le sixième album de la Newyorkaise ayant grandi au Texas réunit ses nombreuses passions. Qu’elles fussent purement jazz ou soul ; voire pop ou folk. Mais c’est tout de même son sincère et viscéral amour pour le jazz qui habite ce disque élégant qui ne cherche jamais à capter l’éphémère ère du temps. Au fil des années, son piano comme sa voix se sont clairement musclés pour alterner entre nonchalance et épure ou pugnacité et gouaille. Le saxophoniste Wayne Shorter, le bassiste John Patitucci et le batteur Brian Blade comptent parmi les complices conviés à cette grande messe raffinée et feutrée. D’une certaine manière, Day Breaks lorgne vers Come Away With Me, son premier disque de 2002 qui l’a propulsé au sommet des charts. Cette cuvée 2016 est pourtant bien plus charpentée. Mieux maitrisée. Et tout simplement plus intense. Intense comme l’est le final du disque : une impressionnante reprise de Fleurette Africaine (African Flower), chef d’œuvre d’Ellington interprété ici avec Shorter et Blade (Vicente Archer est également à la contrebasse) tout au long de laquelle Norah Jones apporte sa grâce si singulière que ses nombreux clones n’ont jamais réussi à approcher… © MZ/Qobuz
15,39 €
10,99 €

Jazz vocal - À paraître le 7 octobre 2016 | jazz&people

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Jazz vocal - À paraître le 30 septembre 2016 | Laborie Jazz

Hi-Res Livret
De la personnalité à revendre, une virtuosité époustouflante et du feeling à foison : Leïla Martial n’est pas une énième chanteuse de jazz cliché tentant en vain d’égaler la sainte trinité Billie/Ella/Sarah. Pas le genre de la maison. Après sa collaboration avec Anne Paceo, celle qui fut formée au Collège de Marciac et décrocha le premier prix soliste du Concours National de Jazz à La Défense en 2009, signe ici un disque intrépide, capable des renversements les plus subtils comme les plus inattendus. Dompteuse d’onomatopées à l’aise dans tous les types de paysages sonores, elle transforme ce sens de la théâtralité en une énergie positive porteuse d’émotions fortes. Une approche inédite qu’elle pousse dans ses retranchements sur Baabel, son deuxième disque en leader avec un nouveau quartet, le Baabox, aux côtés d’Eric Perez (batterie), son alter ego, Pierre Tereygeol (guitare) et Emile Parisien (saxophone), en invité de luxe. Un disque fou pour oublier les parcours balisés du genre. Loin de singer la tradition scat ou celle du jazz vocal traditionnel, Leïla Martial invente son propre langage et l‘envoie percuter un jazz ouvert aux musiques les plus modernes, électro, rock ou pop. L’album beau et osé d’une véritable aventurière de la saga jazz. © MD/Qobuz
3,99 €

Jazz vocal - Paru le 20 septembre 2016 | Famous Records, Corp.

3,99 €

Jazz vocal - Paru le 18 septembre 2016 | Famous Records, Corp.

12,99 €

Jazz vocal - Paru le 16 septembre 2016 | Impulse!

Digne héritière de Billie Holiday et Karen Dalton, dans sa voix comme dans son esprit, Madeleine Peyroux n’est pas une chanteuse de jazz comme les autres. Cette grande prêtresse de la mélancolie est déjà une interprète magistrale, capable de vivifier un standard mille fois entendu. Cette fois, l’Américaine a enregistré ce recueil de reprises dans une vieille église de la campagne britannique, près d’Oxford, impressionnée qu’elle fut par l’acoustique de ce lieu dans lequel elle donna un concert quelques mois plus tôt. Elle revient donc sur ce lieu du crime, juste accompagnée par le guitariste Jon Herington et le contrebassiste Barak Mori, ses complices réguliers de tournée de ces dernières années. Ensemble, ils revisitent des chansons à l’âme blues piochées dans des répertoires on ne peut plus variés. Tom Waits, Willie Dixon, Allen Toussaint, Townes Van Zandt et même Linton Kwesi Johnson comptent parmi les « repris » du jour. Rarement, Madeleine Peyroux avait paru aussi habitée (la singularité du lieu ?) mais aussi versatile. L’intemporalité de ses relectures, l’épure de l’instrumentation et le minimalisme des arrangements apportent une originalité à ce disque qu’il n’y avait jamais eu dans ses enregistrements précédents. Des Secular Hymns réellement envoûtants. © MD/Qobuz
17,48 €
12,99 €

Jazz vocal - Paru le 16 septembre 2016 | Impulse!

Hi-Res
Digne héritière de Billie Holiday et de Karen Dalton, dans sa voix comme dans son esprit, Madeleine Peyroux n’est pas une chanteuse de jazz comme les autres. Cette grande prêtresse de la mélancolie est déjà une interprète magistrale, capable de vivifier un standard mille fois entendu. Cette fois, l’Américaine a enregistré ce recueil de reprises dans une vieille église de la campagne britannique, près d’Oxford, impressionnée qu’elle fut par l’acoustique de ce lieu dans lequel elle donna un concert quelques mois plus tôt. Elle revient donc sur ce lieu du crime, juste accompagnée par le guitariste Jon Herington et le contrebassiste Barak Mori, ses complices réguliers de tournée de ces dernières années. Ensemble, ils revisitent des chansons à l’âme blues piochées dans des répertoires on ne peut plus variés. Tom Waits, Willie Dixon, Allen Toussaint, Townes Van Zandt et même Linton Kwesi Johnson comptent parmi les « repris » du jour. Rarement, Madeleine Peyroux avait paru aussi habitée (la singularité du lieu ?) mais aussi versatile. L’intemporalité de ses relectures, l’épure de l’instrumentation et le minimalisme des arrangements apportent une originalité à ce disque qu’il n’y avait jamais eu dans ses enregistrements précédents. Des Secular Hymns réellement envoûtants. © MD/Qobuz
8,99 €

Jazz vocal - Paru le 9 septembre 2016 | Youkali Music

14,99 €
9,99 €

Jazz vocal - Paru le 2 septembre 2016 | Gaya Music Production

Hi-Res
Un grain atypique. Une sensualité qui se livre progressivement. Une virtuosité toujours maîtrisée. Nancy Harms a non seulement tout d’une grande mais elle possède déjà un style bien à elle. Avec Ellington At Night, la chanteuse originaire de Clara City dans le Minnesota aborde un répertoire maintes fois enregistrés mais qu’elle réussit à rendre original. Et que ses interprétations soient simples et douces ou troubles et sombres, Harms donne à ces mythiques standards des couleurs personnelles encore inexplorées. Le pianiste Jeremy Siskind, le contrebassiste Danton Boller et le batteur Willie Jones III lui fournissent l’écrin de rêve, raffiné et assez épuré, pour y lover ses belles relectures du Duke. © CM/Qobuz
17,48 €
12,99 €

Jazz vocal - Paru le 26 août 2016 | Concord Records

Hi-Res Livret
Grande gagnante de l’édition 2014 du Concours Sarah Vaughan, Ashleigh Smith fait ici son entrée au disque en mêlant compositions originales de sa plume et reprises judicieusement choisies (parmi lesquelles Blackbird des Beatles et Sara Smile d’Hall & Oates). Epaulée par ses vieux camarades de classe de jazz à l’University of North Texas (le bassiste Nigel Rivers et le guitariste Joel Cross) mais aussi par quelques cadors des studios, la chanteuse originaire de Georgie offre un chant soul à souhait de très haute tenue. Une voix qui, sans révolutionner le genre, s’adapte à tous les registres, du jazz pur au smooth jazz en passant par la soul, la bossa et la pop. Une chanteuse à suivre. © CM/Qobuz
12,99 €

Jazz vocal - Paru le 26 août 2016 | Concord Records

Grande gagnante de l’édition 2014 du Concours Sarah Vaughan, Ashleigh Smith fait ici son entrée au disque en mêlant compositions originales de sa plume et reprises judicieusement choisies (parmi lesquelles Blackbird des Beatles et Sara Smile d’Hall & Oates). Epaulée par ses vieux camarades de classe de jazz à l’University of North Texas (le bassiste Nigel Rivers et le guitariste Joel Cross) mais aussi par quelques cadors des studios, la chanteuse originaire de Georgie offre un chant soul à souhait de très haute tenue. Une voix qui, sans révolutionner le genre, s’adapte à tous les registres, du jazz pur au smooth jazz en passant par la soul, la bossa et la pop. Une chanteuse à suivre. © CM/Qobuz
8,99 €

Jazz vocal - Paru le 23 août 2016 | Install Records

8,99 €

Jazz vocal - Paru le 23 août 2016 | Install Records

9,99 €

Jazz vocal - Paru le 15 août 2016 | Fresh Sound Records

1,68 €

Jazz vocal - Paru le 12 août 2016 | Impulse!

Le genre

Jazz vocal dans le magazine