Les albums

4480 albums triés par Date: du plus récent au moins récent et filtrés par Opéra
22,49 €
14,99 €

Opéra - À paraître le 10 mars 2017 | Alpha

Hi-Res Livret
À l’écoute de ce Persée de Lully, l’auditeur aura droit de se gratter la tête : comment cet ouvrage de 1682 peut-il à ce point sonner comme s’il avait été écrit cent ans plus tard ? Simple : c’est qu’il a vraiment été écrit, ou plutôt réécrit, en 1770, remis au goût du jour pour servir de plat de résistance théâtral aux cérémonies de mariage de Louis dauphin, le futur Louis XVI, et Marie-Antoinette d’Autriche. Pour cette re-composition, l’on fit appel à trois musiciens officiels : Bernard de Bury, François Rebel (fils de Jean-Féry Rebel) et Antoine Dauvergne, tous trois aujourd’hui quelque peu négligés, ce qui n’empêche pas qu’ils réalisèrent là un excellent travail. Sans doute les représentations furent-elles un grandiose événement, puisque le livret d’époque fait état de quelque quatre-vingt instrumentistes, autant de choristes et de danseurs, sans compter les figurants, dans une mise en scène rutilante d’effets spéciaux en tout genre. Lully n’y aurait sans doute pas vraiment reconnu son œuvre, puisque seule une moitié de l’original est exploitée, le reste étant de la plume des adaptateurs. C’est bien sûr cette partition de 1770 que nous propose Hervé Niquet à la tête de son Concert spirituel et une excellente distribution, enregistrés dans le même théâtre du Château de Versailles qui vit sa création. © SM/Qobuz
7,99 €

Opéra - Paru le 18 février 2017 | G.O.P.

7,99 €

Opéra - Paru le 13 février 2017 | G.O.P.

23,99 €
15,99 €

Opéra - Paru le 10 février 2017 | Alpha

Hi-Res Livret
Le Théâtre des Champs-Élysées et Alpha poursuivent leur collection d’enregistrements des opéras de Mozart, dirigés par Jérémie Rhorer. Après un Enlèvement au Sérail qui a reçu d’excellentes critiques internationales (FFFF Télérama…), voici La Clémence de Titus. Comme l’écrivait Gilles Macassar dans Télérama fin 2014, « direction musicale divinatrice, distribution vocale proche de l'idéal… Le dernier opéra composé par Mozart, longtemps déprécié, tourne la page du baroque pour aller de l’avant, frayer une voie neuve qui annonce le XIXème siècle…». Cette version exceptionnelle est désormais disponible dans ce coffret 2 CD. Avec une distribution de haut vol - Kurt Streit (Titus), Karina Gauvin (Vitellia), Julie Fuchs (Servilia), Julie Boulianne (Annius), Robert Gleadow (Publius) et, dans le rôle de Sextus, celle qui reçut un accueil triomphal du public lors de chaque représentation : Kate Lindsey.
7,99 €

Opéra - Paru le 10 février 2017 | G.O.P.

7,99 €

Opéra - Paru le 7 février 2017 | G.O.P.

15,39 €
10,39 €

Extraits d'opéra - Paru le 3 février 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret
La soprano bulgare Sonya Yoncheva poursuit son ascension fulgurante avec ce nouvel album d’héroïnes de Haendel, des airs tirés d’opéras majeurs tels que Giulio Cesare, Rinaldo, Alcina et quelques autres – car une partie considérable de sa carrière se développe encore et toujours dans le domaine baroque, en particulier avec Les Arts Florissants de William Christie, ce qui ne l’empêche pas de se retrouver aussi dans Rossini, Offenbach, Bizet ou Janáček quand l’occasion se présente. Accompagnée de l’Academia Montis Regalis, elle termine l’album avec un air qui n’a rien d’italien ni de haendelien, puisqu’il s’agit du déchirant lamento de Didon dans Didon et Enée de Purcell, preuve que sa voix lui permet aussi d’aborder des répertoires habituellement confiés à des mezzo-sopranos. © SM/Qobuz
7,99 €

Opéra - Paru le 31 janvier 2017 | G.O.P.

7,99 €

Opéra - Paru le 30 janvier 2017 | G.O.P.

4,99 €

Opéra - Paru le 26 janvier 2017 | G.O.P.

4,99 €

Opéra - Paru le 25 janvier 2017 | G.O.P.

7,99 €

Opéra - Paru le 22 janvier 2017 | G.O.P.

4,99 €

Opéra - Paru le 18 janvier 2017 | G.O.P.

7,99 €

Opéra - Paru le 18 janvier 2017 | G.O.P.

14,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 13 janvier 2017 | Dynamic

Livret
En octobre 1785, Salieri présentait à Vienne un opéra du nom de La grotta di Trofonio ; deux mois plus tard, c’est le présent Giovanni Paisiello qui offrait au public napolitain un ouvrage certes du même titre, mais radicalement différent sous tous les points. Outre que la musique de l’un et de l’autre est personnelle jusqu’à la dernière note, Paisiello fait de son opéra un moment de grand divertissement, avec force dialecte napolitain pour quelques personnages, et incessants rebondissements. Pour qui voudra voir dans La grotta – autant chez Salieri que chez Paisiello – l’ouvrage précurseur de Cosi fan tutte de Mozart, il aurait mille fois raison : des couples dont les personnalités et les caractères sont (ici par le sort jeté par le magicien Trofonio) intervertis, avec « happy end » comme il se doit. La musique de Paisiello, truculente en diable, constamment sur la brèche, se joue des personnages en leur offrant des couleurs et des tournures propres. Première discographique mondiale (si, si, cela existe encore, y compris pour des chefs-d’œuvre oubliés !) réalisée en concert public lors du Festival della Valle d'Itria à Martina Franca. © SM/Qobuz Résumé de l'argument : Piastrone veut que ses deux filles, Dori et Eufelia, épousent respectivement Gasparone et Artemidoro. Les deux couples ont des personnalités contrastées : Dori et Gasparone sont extravertis et enthousiastes, Eufelia et Artemidoro, au contraire, introvertis et réservés. Le philosophe et sorcier Trofonio les invite dans sa grotte magique où les personnages sont intervertis, créant ainsi des situations déconcertantes qui susciteront fuites et retours. Mais tout est bien qui finit bien puisque personne ne reste seul, chacun à la fin du compte se réjouissant de son sort.

Le genre

Opéra dans le magazine