Genre populaire portugais, nostalgique et sensuel, inspiré de styles musicaux brésiliens en vogue au Portugal au XVIIIe siècle, le fado prend la forme d'un chant mélancolique généralement accompagné par des instruments à cordes pincées. Le fadiste exploite alors des thèmes récurrents : saudade, amour inaccompli, jalousie, nostalgie des morts et du passé, difficulté à vivre, chagrin, exil...

Un chant qui fut d'abord poussé dans les quartiers mal famés avant d'atteindre la bourgeoisie. Durant la dictature de Salazar, le fado fut le chant national du Portugal. La première chanteuse de fado dont on a connaissance fut Maria Severa, durant la première moitié du XIXe siècle. Dans les années 20 et 30, une série d'enregistrements de fado de Coimbra connurent un certain succès. Le 27 novembre 2011, le fado est inscrit au Patrimoine culturel immatériel de l'humanité.

Amália Rodrigues (1920 - 1999) reste considérée encore aujourd’hui comme la reine du genre. Mais de nombreuses héritières, telles Cristina Branco, Katia Guerreiro ou Mariza, ayant apporté leur pierre très personnelle à l’édifice, font vivre le fado dans l’époque actuelle.

"Le fado est une sorte de château magique sans limites d'espace, dans lequel chacun peut vivre ses émotions en toute intimité, y rencontrer les fantômes qui lui ressemblent, et y puiser sa propre lumière." Le fado - Mario Pontifice

Les albums

19,49 €

Fado - Paru le 2 décembre 2016 | Universal Music

22,09 €

Fado - Paru le 25 novembre 2016 | Universal Music

10,39 €
Eu

Fado - Paru le 23 septembre 2016 | Sony Music Entertainment

12,99 €

Fado - Paru le 18 juillet 2016 | Polydor

12,99 €

Fado - Paru le 18 juillet 2016 | Polydor

12,99 €

Fado - Paru le 18 juillet 2016 | Polydor

12,99 €

Fado - Paru le 18 juillet 2016 | Polydor

1,68 €

Fado - Paru le 30 juin 2016 | Mercury

2,09 €

Fado - Paru le 17 juin 2016 | Sony Music Entertainment

Fado - Paru le 6 mai 2016 | Ruela Music Management

10,39 €

Fado - Paru le 4 mars 2016 | Carmo, Carmo & Carmo - Produções e Espectáculos, Lda

1,68 €

Fado - Paru le 20 janvier 2016 | Universal Music GmbH

12,99 €

Fado - Paru le 1 janvier 2016 | Universal Music Portugal, S.A.

La reine Amália Rodrigues peut reposer en paix, ses filles et autres héritières offrant régulièrement des relectures belles et personnelles du fado éternel. La preuve avec ce sixième album d’Ana Moura qui reprend avec une émotion chaude et vibrante les traditions du genre en le rendant accessible à un public plus large. Il n’y a pas de voix fado comme celle d’Ana Moura. C’est une voix qui déambule librement dans les recoins de la tradition, mais qui creuse d’une manière très singulière l’étendue de cette forme de chanson née à Lisbonne. Et aussi, prend le temps de draguer les musiques pop avec élégance. Ce qui la distingue des autres cependant, ce n’est pas seulement ce timbre profond et sensuel — peu sont capables de le reproduire —mais surtout cette habileté à transformer immédiatement en fado toute mélodie à laquelle Moura prête sa voix. Guère étonnant que la fadiste portugaise ait ainsi croisé le fer avec des stars comme Prince, les Rolling Stones, Caetano Veloso, Gilberto Gil ou bien encore Herbie Hancock. Produit par Larry Klein, ce Moura de velours enveloppe le fado de légères guitares électriques ici, d’orgue Hammond là, plus loin l’ambiance est bossa voire jazz, plus loin encore, sur Eu Entrego, elle partage le micro avec la grande chanteuse cubaine Omara Portuondo et reprend aussi le standard Lilac Wine (repris par la terre entière dont Jeff Buckley, Nina Simone, Jeff Beck et Eartha Kitt). Les puristes grimperont au rideau mais pourtant Ana Moura reste toujours respectueuse au possible du fado quel que soit le cadre qu’elle choisit. © CM/Qobuz
10,39 €

Fado - Paru le 13 novembre 2015 | WM FR Affiliated - Verycords

Distinctions 4F de Télérama
Sur la planète fado, le nom d'Amália Rodrigues fait figure de Graal ultime. Mísia le sait très bien, elle qui n'a cessé d'ancrer son art à elle dans celui de son illustre aînée pour l'embarquer ailleurs (même en terre rock) et toujours faire autrement... A 60 ans, Mísia fait un superbe retour à la source d'Amália avec ce bien nommé Para Amália, double album enregistré à Lisbonne fin 2014, l’année où l’on fêtait le quinzième anniversaire de la disparition de cette icône du fado. Il a été construit non seulement avec un répertoire amalien mais aussi avec des thèmes inédits créés spécialement à cette occasion.Le premier disque, piano et voix, est constitué essentiellement par les musiques d’Alain Oulman mais aussi de Carlos Gonçalves, Fontes Rocha. Les poèmes sont de David Mourão Ferreira, Afonso Lopes Vieira, Pedro Homem de Mello, etc. Le deuxième disque, guitares de fado, est composé d’une ambiance musicale plus traditionnelle, incluant des fados très populaires et un thème issu du folklore portugais. L’album contient des textes inédits de Amélia Muge, Tiago Torres da Silva, Mário Cláudio et Mísia qui ont été écrits en hommage à Amália Rodrigues. La grande chanteuse brésilienne Maria Bethânia interprète avec Mísia Amália Sempre e Agora, l’un des quatre thèmes inédits de ce disque (musique de Mário Pacheco et poème de Amélia Muge). L'acteur Rogério Samora, en alternance avec la voix de Mísia, lit magistralement le poème Amor sem Casa de Teresa Rita Lopes, et la très charismatique chanteuse espagnole Martírio, dans un autre duo avec Mísia, interprète Maria La Portuguesa, une chanson que Carlos Cano a composée en hommage à Amália Rodrigues. Enfin, tous les arrangements du premier disque de ce brillant double Para Amália sont signés du maestro napolitain Fabrizio Romano. A l'arrivée, rarement Mísia avait été aussi bouleversante, émouvante, libre, bref magistrale ! © CM/Qobuz
1,68 €

Fado - Paru le 3 novembre 2015 | Universal Music GmbH

Le genre

Fado dans le magazine