Le choix d'un Qobuzissime est réalisé par l'équipe de Qobuz à l'unanimité. Le plus souvent un Qobuzissime est "crossover" au meilleur sens du terme, c'est-à-dire qu'il doit pouvoir s'adresser à tous les publics de Qobuz.


En décernant un Qobuzissime, les disquaires de Qobuz veulent attirer l'attention sur des albums magnifiques, dans les genres les plus variés. Un Qobuzissime idéal vous parlera du premier album d'un artiste inconnu sur un répertoire improbable... mais cette pureté conceptuelle connaitra des exceptions ! Dans tous les cas, Qobuz soutiendra l'album à fond. Nous collaborons en amont avec le producteur afin de lui donner la meilleure exposition possible sur Qobuz et hors-Qobuz.


Notre plus grande satisfaction sera de permettre aux utilisateurs de Qobuz de partir à la découverte d'enregistrements qui ne seraient pas tous dans le champ premier de leurs préférences musicales.

Les albums

5,99 €

Musique indienne - Paru le 12 août 2013 | Lilith Records

Distinctions Qobuzissime
De nombreux Occidentaux découvrent la musique indienne avec cet album paru en 1956, sans doute l’un des meilleurs disques de Ravi Shankar pour le label World Pacific. Interprétés en trio, ces râgas offrent le cœur même de la musique hindoustani dans une approche intime au possible. Et les 28 minutes de Raga Jog, premier des trois titres de l’album, sont un feu d’artifice de sensations, du plus intérieur et épuré au plus flamboyant et virtuose. En ce milieu des années 50, Shankar n’est évidemment pas encore la star internationale qu’il deviendra et sa mission de vulgarisation de la musique indienne n’en est qu’à ses prémices. Aussi, Three Ragas conserve une réelle pureté, un visage sans artifice et, plus d’un demi-siècle après son enregistrement, une puissance sans égale. © CM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Yiddish & Klezmer - Paru le 5 novembre 2012 | Naïve

Studio Masters Livret Distinctions Qobuzissime - Qualité Studio Masters Garantie
Après Mon yiddish blues, Talila lorgne vers de nouvelles perspectives musicales sur ce Temps des bonheurs. Teddy Lasry en est toujours l’arrangeur et a voulu inviter des grands noms du jazz : André Ceccarelli, Christophe Wallemme, la guitare électrique de Denys Lable pour colorer et vivifier ces mélodies qui traversent le temps . Mais Le Temps des bonheurs c’est aussi la chanson qui ouvre l’album, en français, écrite par Jean Rouaud qui signe aussi La Vieille dame de la rue de Siam, sur des musiques de Lasry, une chanson qui annonce la couleur pourrait-on dire, à la fois tournée vers un passé révolu et douloureux, mais ouverte à tous les possibles d’un présent terriblement vivant, comme un résumé de cet album...
20,00 €
13,99 €

Musiques du monde - Paru le 25 juin 2012 | ECM

Studio Masters Livret Distinctions Qobuzissime - Qualité Studio Masters Garantie
"Hirundo Maris" est le mot latin pour hirondelle de mer (la Sterne) car tel le vol nomade de cet oiseau, le quintet de la harpiste Arianna Savall est un groupe de musique ancienne et de musiques traditionnelles du Nord et du Sud illustrées par la Norvège, la Catalogne et des chants séphardiques. Arianna Savall et son co-leader Petter Udland Johansen ont constitué un groupe aux mélanges de timbres scintillants sous la tutelle de la voix claire et limpide de la chanteuse.
13,49 €
8,99 €

Afrique - Paru le 8 juin 2012 | Le chant des fauves

Studio Masters Livret Distinctions Qobuzissime
Exil, droit à la liberté, lutte... Aziza Brahim est une voix. Un cri. Avec Mabruk, son véritable premier album, la chanteuse née dans les campements de réfugiés proches de Tindouf, en Algérie, évoque le combat pour l'indépendance du peuple sahraoui, la difficulté de vivre en exil et les morts tombés pour la cause du Front Polisario. Epaulé par le groupe Gulili Mankoo qui réunit musiciens sahraouis, espagnols, colombiens et sénégalais, elle fusionne musique africaine, rock, blues et funk. Un album Qobuzissime, produit par Aziza elle-même, qui offre aussi un subtil instrumentarium métissé avec tbel, la percussion sahraouie traditionnelle, guitares acoustiques et électriques et surtout la voix puissante et vibrante d'Aziza chantant en arabe hassinya et en espagnol. Un cri, vraiment.
10,49 €
6,99 €

Musiques du monde - Paru le 27 juin 2011 | InFiné

Studio Masters Livrets Distinctions Sélection Les Inrocks - Qobuzissime - Discothèque Insolite Qobuz - Qualité Studio Masters Garantie
Une guitare flamenca et un violoncelle. Un père et son fils. Barlande est pourtant tout, sauf un traité de pathos de seconde zone. De la lave musicale, plutôt. Le feu du flamenco de Pedro Soler embarqué dans les quatre cordes tendues de Gaspar Claus, loin des clichés, loin des idées reçues. La « discussion » entre les deux hommes est colorée, puissante, posée ou furieuse. Un duo atypique pour un disque hypnotique.
12,99 €

Flamenco - Paru le 19 juin 2008 | Universal Music Division Classics Jazz

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuzissime
Un avant et un après Camarón. Ainsi est faite l'histoire du flamenco. Et pour que cette secousse sismique atteigne les cimes de l'échelle de Richter, la fulgurance fut effectivement fulgurante. Quarante et une années seulement. Entre le 5 décembre 1950 et le 2 juillet 1992. Elle fut chaotique également tant la vie d'El Camarón de la Isla, né José Monje Cruz, fut instable, insaisissable et gorgée de turbulences opiacées et alcoolisées. Il mélangera flamenco traditionnel et archaïque et innovations personnelles, marquant ainsi profondément le genre avec ses albums. Pour habiller sa voix, Camarón se para de deux essentiels habits de lumière : Paco de Lucia d'abord, Tomatito ensuite. Ces deux immenses guitaristes seront d'incontournables écrins à l'organe du cantaor. Paru en 1970, Cada Vez Que Nos Miramos - El Camaron de la Isla con la colaboracion especial de Paco de Lucia est le deuxième album de l’Espagnol. Son art est évidemment en devenir mais l’on sent déjà ici une originalité dans le chant et une fougue sans égale dans l’envie. Et dès ce disque, sa complicité avec Paco de Lucia tétanise les aficionados de flamenco. Déjà bluffant et impressionnant. © MZ/Qobuz
12,99 €

Bossa Nova & Brésil - Paru le 16 juin 2008 | Philips

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuzissime
Sublime traité de bossa enregistré en 1967, le premier album de Caetano Veloso n'est finalement pas un véritable plaisir solitaire puisque Gal Costa, de trois ans sa cadette, épaule le songwriter bahianais durant ce périple sensuel à souhait. La langueur est de rigueur. Les deux voix se lovent l'une dans l'autre. Chaque mot suinte un érotisme unique. Veloso n'est pas encore au disque le Dylan brésilien qu'il incarnera plus tard pour beaucoup de ses concitoyens. Mais l'artiste militant à la prose engagée est déjà sur la liste noire de la junte militaire alors au pouvoir. Cuivres en apesanteur, rythmes épurés, mélodies climatiques, les arrangements de cet opus sont juste sublimissimes. Même les compositions, essentiellement signées Veloso, font preuve d'une maîtrise harmonique hors du commun. C'est après ce Domingo que Veloso et ses amis Gilberto Gil, Tom Zé et les allumés d'Os Mutantes, fusionneront la musique brésilienne à la pop, au rock et au psychédélisme d'alors pour accoucher du tropicalisme. Ce mouvement fut l'enfant du coup d'état de 1964 qui portera la dictature militaire au pouvoir au Brésil. Le tropicalisme synthétisera divers courants sonores et lancera l'idée d'une musique universelle. Les tropicalistes contestaient le nationalisme et la musique populaire brésilienne de l'époque et adapteront psychédélisme et pensée hippie à la réalité brésilienne. Mais avant cette tempête, place à la douceur d'un Domingo hors du temps... © MZ/Qobuz
6,49 €

Afrique - Paru le 27 novembre 2004 | AZ

Distinctions Qobuzissime
Lorsque parait Soro en 1987, Salif Keita a déjà œuvré et brillé au sein de diverses formations maliennes comme le Rail Band de Bamako et les Ambassadeurs. Son arrivée à Paris au milieu des années 80 coïncide avec l’engouement croissant des Occidentaux pour les sons venus d’Afrique. Produit par Ibrahima Sylla et arrangé par François Bréant et Jean-Philippe Rykiel, ce premier album synthétisera cette quête réussie d’une musique nouvelle, mêlant sonorités afro-pop et mandingues. Un concept par la suite étiqueté world music et qui atteint ici une forme de perfection car tous les acteurs impliqués sont encore vierge de tout formatage. L’instrumentarium est d’une rare richesse et la voix de Salif Keita, puissance et prenante, donne à ce disque une saveur unique. A l’arrivée, grâce à Soro, l’albinos malien se fera un nom sur la scène internationale. © CM/Qobuz
8,99 €

Bossa Nova & Brésil - Paru le 1 janvier 2002 | Mr Bongo

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuzissime
Si son nom ne traverse l’Atlantique qu’en 2003, Seu Jorge est déjà une star de la nouvelle scène brésilienne depuis 1998. Avec ce Carolina qui parait sur sa terre natale en 2001(sous le titre Samba Esporte Fino), le chanteur ayant grandi dans les favelas de Belford Roxo, au nord de Rio de Janeiro, fusionne à sa manière la MPB, la samba, le funk, la pop et le rock. Comme ses maîtres et aînés Jorge Ben, Gilberto Gil et Milton Nascimento, il embarque les sonorités brésiliennes vers des ailleurs cosmopolites. Mais c’est sa voix et sa plume qui font de cette musique, un art original, attachant et furieusement groovy. © MD/Qobuz
8,99 €

Amérique latine - Paru le 23 juin 1997 | World Circuit

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuzissime
Il y eut le film (de Wim Wenders) et la tournée internationale (à New York et à Amsterdam) mais avant toute chose, il y eut la musique… En 1996, le chef d’orchestre Juan de Marcos González et le guitariste Ry Cooder réunissent des musiciens de tous âges pour monter un groupe qui revisitera le répertoire des grandes formations de La Havane des années 40 et 50. Les plus vieux d’entre eux se produisaient à l’époque dans un club baptisé Buena Vista Social Club. Mais si certains de ces touchants Cubains sont plus que septuagénaires, leur talent est intact. De cet étonnant casting, on gardera l’incroyable pianiste Ruben Gonzales, le crooner Ibrahim Ferrer ou la bouleversante Omara Portuondo, tous embarqué dans ce voyage dans le temps et les teintes sépias d’un Cuba révolu mais toujours aussi charmeur… © MD/Qobuz