Les albums

975 albums triés par Date: du plus récent au moins récent
11,99 €
10,39 €

Piano solo - Paru le 3 février 2017 | Erato - Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
Le nouveau disque Chopin de David Fray correspond assez bien à ce qu'on peut aujourd'hui attendre de la parution d'un nouveau disque Chopin - alors qu'on ne devrait plus raisonnablement attendre quoi que ce soit d'un nouveau disque Chopin, et de qui que ce soit ! Le plaisir ici est simple : il est dans la joie de retrouver l'artiste à la maison toute l'année, ou dans les oreilles de son casque, sa voix singulière, qu'on aime tant, jusqu'à la prochaine occasion de l'entendre en concert ! David Fray est un chouchou de Qobuz depuis longtemps. Il avait signé un magnifique précédent album Schubert à quatre mains et deux cœurs battants avec Jacques Rouvier. La façon avec laquelle il répond aujourd'hui à la question "Pourquoi un nouveau disque Chopin ? " tient bien sûr dans cette manière qui lui est propre de ne jamais rien oser autrement qu'avec une autorité naturelle. Ici, elle se présente sous les attraits d'une sorte d'émerveillement de faire sonner les notes dans l'espace — la prise de son de Etienne Collard à Notre-Dame du Liban est à cet égard très agréable et naturelle. Si vous aimez David Fray, vous adorerez retrouver son élégance un peu indolente, son toucher ravissant, cette manière si particulière de laisser le son voler. Si vous ne l'aimez pas, on ne vous en veut pas ! © Qobuz « [...] Ce tout neuf ensemble Chopin certes n'est pas de beau ciel nocturne et de salon : mettant au contraire très en évidence la turbulence d'humeur et d'âme, les à-coups, sursauts et spasmes d'une sensibilité (celle de Chopin) tout sauf vouée à modeler de beaux camées. [...] De bout en bout, et culminant dans sa Polonaise Fantaisie centrale, le cœur qui bat dans ce Chopin n'est pas un cœur rêveur, mais dramaturge, déchiré, avec des chutes. [...] C'est un Chopin non pas noir [...] mais trouble et surtout troublé ; étonnamment libre et moderne, comme si le pianiste osait, se faisant lui-même Chopin, dire le fond de sa pensée, que la perfection de la forme et la simple beauté du son, chez lui, trop souvent occultent. » (Classica, février 2017 / André Tubeuf)
15,39 €
10,99 €

Piano solo - Paru le 20 janvier 2017 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
« Metanoïa », kéxéxa ? une indication de tempo oubliée, le nom d’un piano marchant au méthanol ? Que nenni, aimable qobuzonaute : la pianiste Beatrice Berrut nous explique qu’il s’agit, selon Carl Jung, de la « transformation et guérison de l’âme par les forces du subconscient qui permettent aux éléments conflictuels et contradictoires de cohabiter dans notre psyché. » Dans le cas de Liszt en particulier et même du Romantisme en général, cela pourrait décrire le cortège de contradictions entre guérison ou consolation par la musique, et à l’inverse, la souffrance comme inspiration directe de la création. Ainsi en est-il de l’abîme entre Enfer et Paradis d’Après une lecture du Dante, du Galop bohémien et Dernière illusion – indication portée par le compositeur dans sa Première Ballade ! –, et finalement des Consolations qui referment ce chaotique album. Chaotique en termes musicaux, s’entend, puisque la pianiste suisse Beatrice Berrut, de son côté, nous joue ces partitions quand même assez diaboliques avec une grande transparence et ce qu’il faut de contrastes entre violence et douceur, sur un Bösendorfer – un instrument dont le compositeur lui-même était ravi aux nues. © SM/Qobuz « [...] Dès les premières mesures de Après une lecture du Dante, on comprend qu'une véritable artiste est à l'œuvre. L'instrument ? Un grand Bösendorfer, dont les basses d'outre-tombe qui inaugurent le sommet de la Deuxième Année de Pélerinage offrent un bel aperçu des ressources timbriques. Reste à construire le discours : Béatrice Berrut sait où elle va, et si ses tempos semblent parfois frôler l'asphyxie par la tension qu'elle insuffle et les phrasés en longues périodes qu'elle adopte, ils servent une architecture cohérente et murement pensée. [...] Même les vibrations les plus infimes trouvent, sous les doigts de la pianiste suisse, une plénitude à leur mesure. [...] L'un des récitals Liszt les plus remarquables de ces dernières années.» (Classica, février 2017 / Jérémie Bigorie)
9,99 €

Poèmes symphoniques - Paru le 13 janvier 2017 | SWR Classic

Livret Distinctions 4 étoiles Classica
« François-Xavier Roth offre une lecture festive de la Symphonie domestique. Un tempo rapide laisse deviner un enthousiasme frénétique d'une vie de foyer, mise en relief par la diversité des timbres. [...] Viennent ensuite les Métamorphoses qui fournissent le parfait exemple d'une pureté chambriste, faisant de ce disque le plus réussi de cette sélection.» (Classica, février 2017 / Clément Serrano)
10,39 €

Duos - Paru le 13 janvier 2017 | Warner Classics

Livret Distinctions 4 étoiles Classica
« L’âme russe », déclare Dostoïevski (et cité par la violoncelliste russo-américaine Nina Kotova (*1969) qui nous propose cet album), « est une énigme, mystérieuse, insaisissable, cryptique et grandiose. » Voilà bien les mots justes pour tenter de circonscrire la Sonate pour violoncelle et piano de Rachmaninov, écrite en 1901 déjà, sans doute très « brouillon » dans son architecture, tellement le compositeur a voulu y mettre tout son être, toutes ses idées, tous ses penchants… mais ô combien attachante et russe dans son excès, son pathos, son débordement de sentiments (non, non, on ne parle pas de sentimentalisme !). Kotova, véritable star non seulement de son instrument mais aussi dans le domaine « people » nord-américain, accompagnée du pianiste Fabio Bidini, nous offre une lecture enflammée mais sans épanchements inutiles, la partition se suffisant à elle-même. On pourrait appliquer la même remarque à leur lecture de la Sonate de Prokofiev, écrite en 1949 à l’intention de Rostropovitch encore jeune mais déjà célèbre et incontournable sur la scène musicale russe. Pas d’excès, pas d’effets de manche : la partition dans toute sa richesse. En guise de bis, nos solistes proposent deux bonbons de Tchaïkovski, adaptés pour le violoncelle au début du XXe siècle, à partir de pièces pour piano dans le style de « musique de salon », dans le sens noble du terme. © SM/Qobuz
17,19 €
14,29 €

Jazz vocal - Paru le 2 décembre 2016 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
Plus proche des crooners des années cinquante que du genre classique, Natalie Dessay s’éloigne ici très sérieusement du répertoire lyrique qui avait fait sa gloire. Pour ces standards signés (ou chantés ou joués) par Leonard Bernstein, Frank Sinatra, Thelonious Monk, Duke Ellkington, Bill Evans, Irving Berlin, mais totalement réécrits par Patrice Caratini, Pierre Boussaguet ou Baptiste Trotignon, la soprano change totalement de voix – parfois granuleuse, graveleuse, crooneuse –, de registre, de couleurs, d’émission vocale – vibrato retenu, passagio nettement décalé comme le font les chanteurs de variété –, tout en embrassant le micro de près pour s’approcher non seulement du micro, mais aussi du genre qu’elle aborde. Le parallèle avec Edward Hopper n’est pas vain ici, avec ses images de femmes seules perdues dans la nuit new-yorkaise... Accompagnée à la fois par un ensemble de cordes « classique » et par quelques musiciens de jazz – basse, batterie –, Natalie Dessay risque de dérouter ses fans, mais aussi de dérouter les habitués du répertoire de Broadway et de Las Vegas de l’après-guerre ; autrement dit, n’hésitez pas ! © SM/Qobuz « [...] Natalie Dessay a trouvé une voie très originale méritant l'admiration. Tout d'abord parce que cet album est structuré en disque-concept autour des images iconiques d'Edward Hopper [...] conférant unité au projet. Ensuite parce que les arrangements et compositions de Graciane Finzi sont d'une finesse harmonique et d'une richesse de timbres remarquables que le Paris Mozart Orchestra et la direction de Claire Gibault mettent magistralement en valeur. [...] En outre parce que Natalie Dessay a trouvé la bonne tessiture adaptée à ce répertoire [...], la voix demeurant claire et agile, les intervalles parfois délicats étant interprétés avec naturel et aisance, bénéfice d'une technique sans faille. [...] Cet album est un enchantement constant et, pour singulier qu'il soit, une délectable réussite.» (Classica, février 2017 / Jean-Pierre Jackson)
26,23 €
19,49 €

Classique - Paru le 25 novembre 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
« [...] Enregistrements pour piano à quatre mains et deux pianos, de Mozart au répertoire contemporain (la chanteuse de flamenco Mayte Martin) en passant par Schubert, Brahms, Satie, Ravel, Gershwin et Stravinsky. Les artistes à la technique sans faille s'approprient les partitions d'une façon spectaculaire et les investissent avec autant de détermination que d'humour. [...] » (Classica, février 2017)
15,39 €
10,99 €

Classique - Paru le 25 novembre 2016 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
[...] « Maya Villanueva est idéale ici par le ton, mais aussi l'atmosphère qu'elle sait créer dans chaque mélodie, d'un timbre aérien et clair, ici désincarné, et l'instant d'après, voluptueusement charnu. Le piano brillant, cristallin, mais aussi mélancolique, de Romain David sert parfaitement ces ambiances variées voguant de la sud-américanité vive à l'impressionnisme des Las horas, et le violoncelle, si cher à Ginastera, est pour moitié du CD un soubassement aussi solide que séduisant.» (Classica, février 2017 / Pierre Flinois)
14,99 €
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 8 novembre 2016 | NoMadMusic

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
« Les Métaboles proposent un beau panorama d'œuvres vocales, toutes empreintes d'une grande ferveur, sans jamais tomber dans un dramatisme pompier, écueil fatal à nombre de compositeurs américains actuels. [...] Malgré cette frilosité élective —des pages parfois moins connues ou entendues auraient été bienvenues—, il faut saluer la grande beauté de l'ensemble, la pureté des timbres et le raffinement de ces jeunes chanteurs qui leur pemettent d'avoir une sonorité unique qu'on aimerait entendre dans Rothko Chapel de Feldman plutôt que dans l'anecdotique Christian Wolff in Cambridge. Ainsi ce très beau disque nous ravit tout en manquant un peu de chair, d'audaces et de prises de risques. » (Classica, février 2017 / Romaric Gergorin)
10,39 €

Concertos pour instruments à vent - Paru le 4 novembre 2016 | Warner Classics

Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - 4 étoiles Classica
Quoi de plus « normal » que d’être accompagné par la Kammerakademie de Potsdam, la ville du palais de Sanssouci, pour jouer les concertos pour flûte de Carl Philipp Emanuel Bach ? Car à l’époque de leur composition, aux alentours des années 1745-1755, CPE était compositeur à la cour de Frédéric II de Prusse dans ce même palais, un roi flûtiste apparemment très doué. Et bien que l’ombre écrasante de Bach-père pesait encore sur l’esprit du roi lui-même (tout le monde connaît la célèbre rencontre de 1747), le fiston sut s’affranchir des formes « à l’ancienne » que cultivait son papa et écrivit ces concertos dans un genre tout à fait nouveau, déjà dégagé du gant baroque et pointant vers le classicisme naissant. Emmanuel Pahud (encore un Emmanuel, quand bien avec deux « m » ! décidément, les étoiles sont alignées…), le génial flûtiste solo de l’Orchestre Philharmonique de Berlin, prête sa sonorité cristalline-argentée à ces ouvrages qui méritent mille fois d’être ainsi présentés, avec passion et amour. © SM/Qobuz « [...] Emmanuel Pahud et Trevor Pinnock se confrontent à ces pages après avoir laissé chez EMI de mémorables sonates de Johann Sebastian Bach et "Musiques à la cour de Frédéric II" dans lesquelles ils mêlent habilement les jeux moderne et baroque. Ils n'hésitent pas à mettre ici, selon leur expression, "les mains dans le cambouis" au profit d'une interprétation incarnée magistrale.» (Classica, février 2017 / Pascal Gresset)
14,99 €
9,99 €

Musique vocale profane - Paru le 28 octobre 2016 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4 étoiles Classica
« Un Diapason d’or saluait déjà le Livre VI de la divine Compagnia. Un autre s’impose pour ce Livre III, et mérite encore plus de révérences vu la discographie clairsemée des quatre premiers opus du prince de Venosa. Pour le troisième (1595), aucune version de référence ne prévalait. La situation était d’autant plus regrettable qu’il revêt une importance considérable : sous l’influence manifeste de Luzzaschi (dont un madrigal est donné en complément de programme), son langage musical y gagne en hardiesse. Une théâtralité nouvelle apparaît [...] tandis que le contrepoint s’emplit d’expérimentations chromatiques et dissonantes. Toutes choses qui pouvaient passer inaperçues, [...] pas avec la fine équipe italienne – magnifiée par une captation superlative. La prise de risque, considérable, se fait presque oublier dans la perfection des six voix funambules. La justesse, du chant comme de l’émotion, met immédiatement l’oreille en confiance [...]. La fluidité des lignes, l’intelligence des mots captivent l’attention à chaque seconde. [...] Disque majeur : la dimension visionnaire du Livre III avait besoin de tels interprètes pour se révéler pleinement. » (Diapason, janvier 2017 / Denis Morrier)    
16,79 €
11,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 28 octobre 2016 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
« Les Kanon Pokajanen (Canons de la repentance) [...] se caractérisent par une écriture a cappella au plus proche du texte en slavon de Saint André de Crète (660-740), considéré comme l'inventeur du genre liturgique du canon, cette longue accumulation de strophes organisée autour des neuf odes bibliques traditionnelles. [...] C'est constamment beau mais, au disque plus encore qu'au concert, cela peut devenir lassant. Sans doute conscient de cet écueil, Daniel Reuss a préféré offrir une sélection d'une heure des Kanon, mettant de côté l'Ode V. Son interprétation, qui vise avant tout la clarté polyphonique, se démarque de celle des créateurs, le Chœur de chambre philharmonique estonien et Tõnu Kaljuste, plus proches de la tradition orthodoxe. Curieusement, malgré la permanence de la technique d'écriture, ce n'est pas une impression de ressassement mais de redéploiement perpétuel qui s'impose à l'écoute de cette musique qui combine efficacement symétrie et dissymétrie.» [...] (Classica, décembre 2016 / Bertrand Dermoncourt)
14,99 €
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 26 octobre 2016 | San Francisco Symphony

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Comme il est d’usage dans les enregistrements de l’Orchestre de San Francisco, ces programmes Debussy ont été enregistrés lors de concerts publics : c’est la politique de base, permettant à l’auditeur de se faire une image précise de ce que donnent l’orchestre et son chef Michael Tilson Thomas en situation « réelle ». Certes, il se peut que plusieurs concerts aient été exploités pour corriger d’éventuels toussotements ou la fausse note qui tue, mais il s’agit bel et bien d’une interprétation en continu de chacun de ces ouvrages. Images a été enregistré en mai 2014, Jeux en janvier 2013, La Plus que lente en septembre 2013. Cette dernière œuvre, assez rarement donnée car il s’agit d’une sorte de persiflage. Initialement conçue pour piano seul en 1910, elle se moquait gentiment de la mode d’alors des « valses lentes ». Pourtant, son tempo n’a rien de particulièrement lent : c’est plutôt une Valse lente pour mettre un point final à toutes les Valses lentes de la création. La version pour orchestre modeste – cordes plus quelques instruments de salon « à la tzigane » est de la plume du compositeur lui-même. Les Images sont ici données dans leur intégralité : Gigues, les trois mouvements d’Ibéria et Rondes de printemps. © SM/Qobuz « Michael Tilson Thomas avait à peine plus de vingt-cinq ans lorsqu’il gravait à Boston une stupéfiante version des trois Images (1971, DG). [...] Quarante ans plus tard, le chef américain remet le couvert. Certes, la palette du San Francisco Symphony n’a pas le même cachet que celle de la phalange bostonienne acclimatée à la musique française par Charles Munch (1949-1962). Davantage fondus dans la texture, le hautbois d’amour de Gigues sonne moins typé, comme l’alliage clarinette-hautbois-cor anglais des Rondes de printemps. Mais la musique respire avec la même hauteur de vue, et Les Parfums de la nuit virevoltent, plus capiteux que jadis. [...] » (Diapason, janvier 2017 / François Laurent)
9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 21 octobre 2016 | Label Bleu

Distinctions 4 étoiles Classica - Indispensable JAZZ NEWS
Contrairement aux pianistes et aux saxophonistes, les trombonistes de jazz se lancent assez peu en solo. Et quand certains franchissent le pas, on tend vite l’oreille. En 2013, Daniel Zimmermann avait ainsi montré avec son Bone Machine, l’étendue de son art en solitaire. Le tromboniste du dernier groupe de Claude Nougaro, de l'orchestre Le Sacre du Tympan de Fred Pallem, du Maraboutik Band de Manu Dibango et co-fondateur de DPZ avec Thomas de Pourquery, se montrait comme un soliste malicieux et inventif, virtuose funambule aux influences multiples. Les Montagnes russes que Zimmermann propose ici seraient-elles stylistiques ? C’est ce que l’on est en droit de croire au sortir de ce beau disque éclectique au possible. Avec Pierre Durand à la guitare, Jérôme Regard à la basse et Julien Charlet à la batterie sur un album entièrement constitué de compositions originales, le tromboniste slalome entre jazz et pop, funk et rock, world et soul. La nonchalance évanescente d’Au temps ôtant, le groove titubant de Mamelles, les effluves orientales de Dans le nu de la vie ou le rodéo de Mr. Squale sont quelques exemples de la versatilité affichée par ce génial quartet tout-terrain. © MD/Qobuz
15,39 €
10,99 €

Piano solo - Paru le 21 octobre 2016 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - 4 étoiles Classica
C’est là, hélas, la quasi-intégralité de l’œuvre pour piano de Manuel de Falla, si l’on exclut quelques petites pièces de jeunesse. « Hélas » car on aurait souhaité que le compositeur, dont il est vrai que l’on ne peut que regretter qu’il ait si peu écrit – dans l’absolu –, consacrât au piano nombre d’autres pages aussi géniales. Wilhelm Latchoumia donne bien évidemment les incontournables que sont la Fantaisie bétique et les Quatre pièces espagnoles, les deux grands tombeaux (Debussy et Dukas) et le troublant Chant des bateliers de la Volga avec son harmonisation si particulière ; il complète son programme avec les réécritures que de Falla a lui-même réalisé de quelques grands ouvrages pour orchestre : les trois danses du Tricorne ainsi que L’Amour sorcier. Une magnifique quasi-intégrale, du moins l’intégrale des grands ouvrages pour piano solo. © SM/Qobuz [...] Dans les Quatre pièces espagnoles, Wilhem Latchoumia entend donner, par la clarté du jeu, de la lumière andalouse qui nous aveuglera dans la Fantaisie bétique. Il y joint une agogique naturelle, un toucher félin faisant alterner la griffe et le velours [...] On rejoint les sommets avec la Fantaisie bétique dont Wilhem Latchoumia restitue l'âpreté et la modernité avec une compréhension approfondie de sa poétique [...], une version superbe digne de figurer aux côtés de celle signées par Alicia de Larrocha (EMI) et Jean-François Heisser (Erato). » (Classica, octobre 2016 / Jérémie Bigorie)
14,99 €
9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 14 octobre 2016 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
En 1817, deux ans après la restauration de la Monarchie par Louis XVIII, la Cour assiste à l’exécution du Requiem de Cherubini à la mémoire de Louis XVI, tandis qu’on saisira l’occasion des trente ans de la mort de Marie-Antoinette (1823) pour faire jouer la Messe des morts de Charles-Henri Plantade en sa mémoire. Berlioz vient d’arriver à Paris, et c’est au même moment que meurt Napoléon, en exil sur l’île de Sainte-Hélène. En 2015, le Château de Versailles présente ces deux oeuvres au cours d’un même concert. Si le Requiem de Cherubini, composé pour chœur mixte et orchestre, mais sans solistes, est bien connu, le Requiem de Charles-Henri Plantade, qui a la même forme, est une découverte totale. Il offre un pont saisissant entre les modèles de l’Ancien Régime et le premier Romantisme et fait preuve d’une richesse et d’une inventivité qui fait penser à Méhul, Cherubini et même Rossini. Exhumé par le Palazetto Bru Zane, cet ouvrage est ici enregistré pour la première fois. Grand spécialiste de la musique française et des grandes formes sacrées, Hervé Niquet donne toute la mesure de ces deux œuvres. Une belle redécouverte. « [...] Réunir ces deux partitions semble naturel tant les points communs fourmillent : richesse mélodique, rôle central confié au chœur et contrastes saillants [...] la Messe des Morts à la mémoire de Marie-Antoinette de Charles-Henri Plantade a été jouée en 1823 pour célébrer les trente ans de la mort de la reine. Fortement ancrée dans le classicisme, elle laisse filtrer les premières lueurs du romantisme décelables dans de surprenants effets d'orchestration, finement mis en lumière par les musiciens du Concert Spirituel. Les chœurs sont exceptionnels de ductilité, exacerbant les oppositions entre passages chambristes et tutti rutilants. La baguette précise du chef concilie en permanence le respect des équilibres sonores entre chœur et orchestre. Dans le Requiem à la mémoire de Louis XVI de Cherubini, la ferveur du Kyrie, éclairée par la délicatesse des chœurs, tranche sur la violence des trompettes du Dies Irae. Cette lecture analytique et théâtrale complètera celle, rutilante et marmoréenne, de Muti. [...] » (Classica, novembre 2016 / Jean-Noël Coucoureux)