Gidon Kremer, Daniil Trifonov, Giedré Dirvanauskaité Preghiera (Rachmaninov : Piano Trios)

"Preghiera" (Rachmaninov : Piano Trios)

Gidon Kremer, Daniil Trifonov, Giedré Dirvanauskaité

Hi-Res 24 bits – 96.00 kHz

Inclus: 1 Livret numérique

Paru le 24 février 2017 chez Deutsche Grammophon (DG)

Artiste principal : Gidon Kremer

Genre : Classique > Musique de chambre > Trios

Choisissez votre téléchargement
Ajouter au panier
Améliorer cette page album

Qualité d'écoute

MP3 (CBR 320 kbps)

FLAC (16 bits - 44.1 kHz)

1.45

Web Player
Des problèmes d'écoute avec le Player HI-FI HTML ? Cliquez-ici pour utiliser notre Player Flash (MP3 seulement)
Afficher le détail des pistes

Album : 1 disque - 5 pistes Durée totale : 01:07:04

    Preghiera (Sergei Rachmaninov)
  1. 1 Preghiera (Arr. by Fritz Kreisler from Piano Concerto No. 2 in C Minor, Op. 18, 2nd Movement)

    Gidon Kremer, Violin - Daniil Trifonov, Piano - Sergei Rachmaninov, Composer - Fritz Kreisler, Arranger - Carl Fischer Inc., New York

  2. Trio élégiaque No. 2 in D Minor, Op. 9
  3. 2 I. Moderato

    Gidon Kremer, Violin - Daniil Trifonov, Piano - Giedré Dirvanauskaité, Cello - Sergei Rachmaninov, Composer

  4. 3 II. Quasi variazione

    Gidon Kremer, Violin - Daniil Trifonov, Piano - Giedré Dirvanauskaité, Cello - Sergei Rachmaninov, Composer

  5. 4 III. Allegro risoluto

    Gidon Kremer, Violin - Daniil Trifonov, Piano - Giedré Dirvanauskaité, Cello - Sergei Rachmaninov, Composer

  6. Trio élégiaque No. 1 in G Minor
  7. 5 Trio élégiaque No. 1 in G Minor

    Gidon Kremer, Violin - Daniil Trifonov, Piano - Giedré Dirvanauskaité, Cello - Sergei Rachmaninov, Composer

À propos

« [...] L’immense Opus 9, deuxième Trio élégiaque (1893), déploie ses tourments dans une magnificence rare, avec un piano dont l’autorité, la variété dynamique, la rondeur traversée de fulgurances… sont l’apanage des tout grands. Discuté ces derniers temps, Trifonov impressionne ici par l’éloquence et la beauté du son (Fazioli). Le violon de Kremer, lui, est une voix humaine qui étreint et interpelle par son timbre si reconnaissable, tour à tour maugréant et lumineux, avec une qualité du discours, un parler-vrai sans ambages, allant au cœur sans verser de larmes de caramel ! Et Dirvanauskaité ? Elle trouve son ton propre : entre une limousine puissante et un pur-sang indomptable.» (Diapason, avril 2017 / Michel Stockhem)

Hi-Res 24 bits – 96.00 kHz

À découvrir

Dans la même thématique

L'artiste principal

Gidon Kremer dans le magazine

Plus d'articles

L'époque

Musique Post-romantique dans le magazine

Plus d'articles

Le genre

Trios dans le magazine

Plus d'articles

Le genre

Classique dans le magazine

Plus d'articles

Actualités

Plus d'articles