Hector Berlioz Hector Berlioz : OuverturesPromozione

Hector Berlioz : Ouvertures

Hector Berlioz

Hi-Res 24 bit – 96.00 kHz

Compresi: 1 libretto digitale(1,+Inf] 1 Libretti digitali

Uscito il 05 febbraio 2013 presso Chandos

Artista principale: Sir Andrew Davis

Genere: Classica > Musica sinfonica

Riconoscimenti: HD Audio

Prezzo speciale : Solo 13 giorni per cogliere l'occasione
Scegli il tuo download
Metti nel carrello
Migliorare la pagina di questo album
Visualizza i dettagli delle tracce

Album : 1 disco - 7 tracce Durata totale : 01:12:47

    Le corsaire, Op. 21, H. 101 (Hector Berlioz)
  1. 1 Le corsaire, Op. 21, H. 101: Le corsaire, Op. 21

    Bergen Philharmonic Orchestra - Andrew Davis, Conductor Copyright : 2013 Chandos 2013 Chandos

  2. Beatrice and Benedict: Overture
  3. 2 Beatrice and Benedict: Overture

    Bergen Philharmonic Orchestra - Andrew Davis, Conductor Copyright : 2013 Chandos 2013 Chandos

  4. Les francs-juges
  5. 3 Les francs-juges, Op. 3: Les francs-juges: Overture

    Bergen Philharmonic Orchestra - Andrew Davis, Conductor Copyright : 2013 Chandos 2013 Chandos

  6. Le carnaval romain, Op. 9, H. 95
  7. 4 Le carnaval romain, Op. 9, H. 95: Le carnaval romain, Op. 9

    Bergen Philharmonic Orchestra - Andrew Davis, Conductor Copyright : 2013 Chandos 2013 Chandos

  8. Waverley, Op. 1
  9. 5 Waverley, Op. 1

    Bergen Philharmonic Orchestra - Andrew Davis, Conductor Copyright : 2013 Chandos 2013 Chandos

  10. Le roi Lear, Op. 4
  11. 6 Le roi Lear, Op. 4: Le roi Lear Overture, Op. 4

    Bergen Philharmonic Orchestra - Andrew Davis, Conductor Copyright : 2013 Chandos 2013 Chandos

  12. Overture to "Benvenuto Cellini", Op. 23, H. 76b (Live)
  13. 7 Overture to "Benvenuto Cellini", Op. 23, H. 76b (Live): Benvenuto Cellini, Op. 23: Overture

    Bergen Philharmonic Orchestra - Andrew Davis, Conductor Copyright : 2013 Chandos 2013 Chandos

Informazioni

Riconoscimenti : HD Audio

Hi-Res 24 bit – 96.00 kHz

Più dettagli sulla registrazione originale:

72:52 - DDD - Enregistré du 11 au 14 juin 2012 à Bergen en Norvège - Notes en français, anglais et allemand


Hector Berlioz (1803–1869)

Le corsaire, op. 21 (ouverture / 1844)
Béatrice et Bénédict (ouverture / 1862)
Les francs-juges, op. 3 (ouverture / 1826)
Le carnaval romain, op. 9 (ouverture caractéristique / 1844)
Waverley, op. 1 (grande ouverture / 1827-28)
Le roi Lear, op. 4 (grande ouverture / 1831)
Benvenuto Cellini, op. 23 (ouverture / 1838)

Bergen Philharmonic Orchestra
Direction Sir Andrew Davis


Lorsqu’il écrivit ses opéras ou ses ouvertures de concert entre 1826 et 1862, Berlioz ne s’imaginait pas qu’il serait un jour joué (la notion d’enregistrement étant encore limitée à d’autres domaines) au fin fond de la Norvège, par un orchestre pourtant fondé en 1765 et, donc, l’un des plus anciens au monde. Certes, au milieu du XIXe siècle, l’Orchestre de Bergen avait pour usage de jouer plutôt les classiques et bien moins la musique contemporaine, alors que des villes étrangères comme Weimar (ou l’on jouera le Carnaval romain, Benvenuto Cellini, Béatrice et Bénédict ainsi que Les Francs-juges) ou Baden-Baden (où fut carrément créé Béatrice et Bénédict) le fêtèrent largement de son vivant. Il fallut attendre quelques décennies encore avant que l’orchestre norvégien s’attache définitivement à présenter à son public des œuvres plus modernes. Mais depuis, quelle vie, quelle imagination dans la programmation !

    Ce n’est donc que justice que l’Orchestre Philharmonique de Bergen nous propose aujourd’hui quelques pages de l’un des plus avant-gardistes compositeurs de son temps, Berlioz, dont les ouvrages ici présentés firent fureur auprès du public tout en soulevant la fureur de bien des vieux birbes de la critique et de la musique officielle. Morts, enterrés et oubliés dorénavant, alors que Berlioz… Goûtez l’interprétation explosive et colorée d’Andrew Davis à la tête de ce superbe orchestre qui n’a diablement rien à envier à tant d’autres plus célèbres – car ne sont que plus lourdement marketés, en réalité, mais point meilleurs. On retrouvera aussi avec plaisir Waverley, l’Op. 1 de Berlioz, ici défendu avec ardeur, car c’est vraiment une belle partition, trop rarement jouée.

Da scoprire

Sullo stesso tema

Genere

Classica nella rivista

Più articoli

Attualità

Più articoli