Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Pop - Paru le 12 juillet 2019 | Atlantic Records UK

Hi-Res
Skrillex, Eminem, Justin Bieber, YEBBA… Ce ne sont que quelques noms parmi la guest-list 24 carats de No.6 Collaborations Project, qui se veut la suite de No.5, un EP de collaborations grime sorti en 2011. Entre-temps, Ed Sheeran a été propulsé au rang de superstar. Il était clairement temps pour lui de revisiter l’exercice. Au menu, une palette sonore impressionnante : du rap, avec les incontournables 50 Cent et Eminem sur Remember the Name, une ballade romantique avec Cardi B et Camila Cabello, titrée South of the Border, et enfin un duo rock avec Bruno Mars, BLOW, qui rappelle Lenny Kravitz pour son mélange de groove et de mélodies catchy. Cette démarche collaborative affirme une bonne fois pour toutes le talent de compositeur de Sheeran, capable de sortir des hits avec une régularité et une aisance déconcertantes, sans jamais perdre en humilité et en candeur. La formule magique à base de rap, de rythmes hip-hop et de guitares acoustiques a encore de longues années devant elle. ©Alexis Renaudat/Qobuz
HI-RES22,49 €
CD19,49 €

Pop - Paru le 3 mars 2017 | Atlantic Records UK

Hi-Res
Après plus et multiplié, il fallait bien qu’Ed Sheeran prouve qu’il maîtrise tous les recoins des mathématiques avec ce divisé. Par-delà le phénomène qu’il est devenu en seulement quelques années, le jeune rouquin d’Halifax prouve surtout qu’il est un vrai maître de la pop contemporaine. Ce troisième album comprend tous les ingrédients du genre, que la chanson soit mélancolique ou nerveuse, engagée ou exclusivement consacrée à l’aaaaaamour. Sheeran est expert pour trouver le petit gimmick qui fait basculer une simple composition en tube intergalactique comme ces percussions world sur Shape Of You ou cet alliage folk’n’rap sur Eraser. Même dans les slows classiques (Perfect), il arrive à ne pas sombrer dans le sirupeux. Et dans l’épure totale (Happier), il touche au sublime et s’offre sous son visage le plus sincère. © CM/Qobuz
CD23,99 €

Pop - Paru le 20 juin 2014 | Atlantic Records UK

Avec X (lire : Multiply), Ed Sheeran livre un album mature qui aura nécessité trois années de travail. Le jeune britannique dévoile dans cet opus une voix affirmée et des textes toujours ciselés. Cet enregistrement ruisselle de paroles mélancoliques sur fond de guitare et de rythmes lancinants. La langueur de ces ballades intimistes est salutairement contrebalancée par des titres rythmés et entraînants pour un ensemble vivant et singulier. La voix d’Ed Sheeran est puissante dans ses graves et délicates dans ses aiguës, servant parfaitement le hip-hop de l’enregistrement. Pas de révolution dans ce second album mais une évolution plus personnelle pour un joli résultat. © TDB/Qobuz
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Pop - Paru le 12 juillet 2019 | Atlantic Records UK

Hi-Res
Si ce n’est pas la première fois que Ed Sheeran se livre à une série de collaborations puisqu’un EP baptisé N°5 Collaborations Project avait déjà fleuri au début de sa carrière, cette fois, le chanteur britannique à la coupe rougeoyante et ébouriffée a décidé d’en faire un album à part entière. Il faut dire que les noms ronflants alignés pour cette série de duos (voire trios) avaient de quoi attirer le chaland tout en permettant à l’artiste de défricher de nouvelles voies pour la suite de sa carrière, car ces pistes sont autant d’incursions sur des terrains stylistiques qui ne lui sont pas familiers. Véritable caméléon, confirmant son immense potentiel musical, Ed Sheeran se révèle aussi agile et bondissant sur du rap, de la pop ou même du rock bien musclé, que sur la folk-pop percussive qui constitue son pré-carré. Au milieu de ces beautiful people que sont Camila Cabello, Justin Bieber ou encore Bruno Mars, le chanteur le plus « bankable » de la pop britannique a du mal à faire croire au statut d’outsider qu’il dessine dans le premier titre, assuré avec l’appui de Khalid au cours d’un titre electro pop ultra-produit porté par une basse très présente ou dans « I Don’t Care », assuré avec Justin Bieber, dont le timbre se révèle très proche de son confrère. « South of the Border » conduit sur un terrain plus connu avec une guitare acoustique rythmée et délicate, qui se met progressivement en retrait au profit du chant sensuel latin et pop de Camila Cabello et le flow plus rugueux de Cardi B. La collaboration avec Chance the Rapper sur un instrumental rampant et une basse lancinante se révèle beaucoup plus surprenante. Autant que la capacité d’Ed Sheeran à soutenir des flows exigeants comme celui qui l’oppose à Stormzy sur « Take Me Back to London ». La trap de Travis Scott ne le déstabilise pas plus, même si l’intérêt de « Antisocial » se limite aux refrains addictifs. Les véritables satisfactions de ce disque ne sont pas à aller chercher du côté des noms les plus attirants. Le tempérament laidback de « I Don’t Want Your Money », avec H.E.R., un titre serti de cuivres parfaitement distillés, ou l’ambiance pesante de « 1000 Nights » avec Meek Mill, peinent moins à convaincre que l’anomalie rock conçue avec Chris Stapleton et Bruno Mars, aussi naturelle et appétissante que de la gelée anglaise fondant sous du chocolat chaud (le chocolat chaud étant les soli de guitare techniques et parfaitement exécutés mais reposant sur des fondations faibles), ou le parodique « Remember the Name » avec – quand même – Eminem et 50 Cent, aux paroles creuses et à l’instrumentation indigente.Il sera difficile de contenter tous les esprits avec ce genre de disque qui ressemble davantage à une récréation ou un exercice de style disparate qu’à une œuvre complète. © ©Copyright Music Story Music Story 2019
CD7,99 €
+

Pop - Paru le 9 septembre 2011 | Atlantic Records UK

Cinqnep’s sortis par le biais de productions indépendantes ont doncnpréparé le véritable sentier de la gloire que connaît depuis sansortie outre-Manche le premier album du chanteur britannique,ncertifié disque multiple platine à peine l’étiquetage dans lesnbacs de disquaires achevé.nnnÁnla réserve que nul ne peut prédire un triomphe (nous serions déjànen studio, enregistrant le tube de demain), la première raison de censuccès reste d’évidence l’extrême banalité du garçon denvingt ans. Pas la production matoise de Jake Gosling (par ailleursnvéritable homme d’affaires, si l’on en croit la coursenrémunératrice de son studio et de sa maison d’éditions, ce quinest tout sauf anecdotique dans le contexte), ni l’adjonction surnquelques titres du hip-hoper No I.D. (en outre vice-président de DefnJam Records, on n’en sort décidément pas). Mais bien le fait quenSheeran propose, dans un charme commun et quotidien, une faciliténmélodique évidente, mais également une totale vacuité denl’inspiration en matière de paroles en parallèle, des refrainsnfaciles que pourrait fredonner le fils des voisins. Ainsi, en unensynthèse bien troussée mais parfaitement artificielle, le garçonnnous parle des désirs de son âge, des périls de l’addiction (auxnfilles et à l’alcool, ces deux plaies des temps modernes), et nousnoffre un rap sans danger, qui reste, face aux fulgurances d’unnautre petit blanc – Eminem – d’une redoutable approximation. Ilnest toutefois troublant que le chanteur ait mis aussi peu de lui dansnce premier effort, et que l’on ait tant de mal à cerner sanpersonnalité à travers ses refrains inoffensifs. Précisons enfinnque, lorsqu’il s’essaie à une pâle resucée d’un archétype ànla Cat Stevens (« This »),ncela procure a minima à l’auditeur une bonne occasion dens’esclaffer jusqu’à l’étouffement.nnnEdnSheeran ne chante pas la réalité, mais des comptines pastel, ce quinn’a strictement aucune importance pour un public adolescent, quintrouvera le chanteur charmant, jusqu’à la fin de ses propresnpulsions pubertaires. © Christian Larrède / Music-Story
HI-RES17,49 €
CD14,99 €
÷

Pop - Paru le 3 mars 2017 | Atlantic Records UK

Hi-Res
Après plus et multiplié, il fallait bien qu’Ed Sheeran prouve qu’il maîtrise tous les recoins des mathématiques avec ce divisé. Par-delà le phénomène qu’il est devenu en seulement quelques années, le jeune rouquin d’Halifax prouve surtout qu’il est un vrai maître de la pop contemporaine. Ce troisième album comprend tous les ingrédients du genre, que la chanson soit mélancolique ou nerveuse, engagée ou exclusivement consacrée à l’aaaaaamour. Sheeran est expert pour trouver le petit gimmick qui fait basculer une simple composition en tube intergalactique comme ces percussions world sur Shape Of You ou cet alliage folk’n’rap sur Eraser. Même dans les slows classiques (Perfect), il arrive à ne pas sombrer dans le sirupeux. Et dans l’épure totale (Happier), il touche au sublime et s’offre sous son visage le plus sincère. © CM/Qobuz
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Pop - Paru le 10 mai 2019 | Atlantic Records UK

Hi-Res
CD2,29 €

Pop - Paru le 30 novembre 2017 | Atlantic Records UK

CD2,29 €

Pop - Paru le 10 novembre 2017 | Atlantic Records UK

HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Pop - Paru le 6 janvier 2017 | Atlantic Records UK

Hi-Res
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Pop - Paru le 28 juin 2019 | Atlantic Records UK

Hi-Res
CD19,49 €

Pop - Paru le 3 mars 2017 | Atlantic Records UK

Troisième album d'Ed Sheeran, Divide, symbolisé par le signe de la division, est aussi le troisième à se classer au sommet des ventes dans son pays, au Royaume-Uni. Une position qui prend la forme d'une hégémonie dans plusieurs pays européens dont la France, où les titres individuels en font de même.Passé en douceur d'un style folk très mélodique à une pop teintée de rap et de soul, le chanteur roux et joufflu s'est accomodé des tendances de l'époque et ne manque pas de le montrer dans une sélection de titres assez dissemblables : « Eraser » accroche par son accord acoustique sous un phrasé rap qui lui est cher, qu'il reprend avec un arrangement celtique de rigueur dans « Galway Girl ». Mené à un rythme de cavalcade, l'un des meilleurs moments de l'album, « Castles on the Hill », se passe des effets d'electro tropicale superflus qui enjolivent le tube « Shape of You ».À cet éventail de styles à donner le tournis, il faut ajouter le penchant de l'interprète pour la soul aux yeux bleus (blue eyed soul), qui lui fait prendre les accents de Marvin Gaye dans « Dive ». Dans cet album produit avec Benny Bianco, Steve Mac, Mike Elizondo et Labrinth, la révélation anglaise de ces dernières années garde le contrôle sur toutes les compositions. Pour « Happier », co-écrit par Ryan Tedder, il renoue avec l'esprit épuré piano-guitare-voix des débuts, tandis que « New Man », titre derrière lequel se cache Jessie Ware, se pare d'une mélodie simple, à la joie communicative. Le ton se fait plus mélancolique sur « Hearts Don't Break Around Here », avant la fin d'album au piano sur « How Would You Feel (Paean) » et « Supermarket Flowers », qui font office de remplissage, alors que l'édition deluxe compte quatre titres supplémentaires. © Loïc Picaud / Music-Story
CD16,99 €

Pop - Paru le 13 novembre 2015 | Atlantic Records UK

Avec X (à prononcer Multiply), paru en 2014, le jeune auteur-compositeur-interprète britannique Ed Sheeran offre un successeur à son premier effort de 2011, +. Il continue d'y creuser la veine du crossover folk/hip-hop tout en incorporant à sa recette un zeste de R&B. Enregistré avec Pharrell Wiliiams, Jake Gosling et Rick Rubin, c'est ce dernier qui aura encouragé Sheeran à mettre ses nouvelles chansons à l'épreuve de l'acoustique avant de leur offrir un arrangement. © TiVo
CD2,29 €

Pop - Paru le 15 décembre 2017 | Atlantic Records UK

CD11,49 €

Pop - Paru le 9 décembre 2011 | Atlantic Records UK

CD16,99 €
+

Pop - Paru le 9 septembre 2011 | Atlantic Records UK

Cinqnep’s sortis par le biais de productions indépendantes ont doncnpréparé le véritable sentier de la gloire que connaît depuis sansortie outre-Manche le premier album du chanteur britannique,ncertifié disque multiple platine à peine l’étiquetage dans lesnbacs de disquaires achevé.nnnÁnla réserve que nul ne peut prédire un triomphe (nous serions déjànen studio, enregistrant le tube de demain), la première raison de censuccès reste d’évidence l’extrême banalité du garçon denvingt ans. Pas la production matoise de Jake Gosling (par ailleursnvéritable homme d’affaires, si l’on en croit la coursenrémunératrice de son studio et de sa maison d’éditions, ce quinest tout sauf anecdotique dans le contexte), ni l’adjonction surnquelques titres du hip-hoper No I.D. (en outre vice-président de DefnJam Records, on n’en sort décidément pas). Mais bien le fait quenSheeran propose, dans un charme commun et quotidien, une faciliténmélodique évidente, mais également une totale vacuité denl’inspiration en matière de paroles en parallèle, des refrainsnfaciles que pourrait fredonner le fils des voisins. Ainsi, en unensynthèse bien troussée mais parfaitement artificielle, le garçonnnous parle des désirs de son âge, des périls de l’addiction (auxnfilles et à l’alcool, ces deux plaies des temps modernes), et nousnoffre un rap sans danger, qui reste, face aux fulgurances d’unnautre petit blanc – Eminem – d’une redoutable approximation. Ilnest toutefois troublant que le chanteur ait mis aussi peu de lui dansnce premier effort, et que l’on ait tant de mal à cerner sanpersonnalité à travers ses refrains inoffensifs. Précisons enfinnque, lorsqu’il s’essaie à une pâle resucée d’un archétype ànla Cat Stevens (« This »),ncela procure a minima à l’auditeur une bonne occasion dens’esclaffer jusqu’à l’étouffement.nnnEdnSheeran ne chante pas la réalité, mais des comptines pastel, ce quinn’a strictement aucune importance pour un public adolescent, quintrouvera le chanteur charmant, jusqu’à la fin de ses propresnpulsions pubertaires. © Christian Larrède / Music-Story
CD2,29 €

Pop - Paru le 6 janvier 2017 | Atlantic Records UK

CD2,29 €

Pop - Paru le 10 février 2017 | Atlantic Records UK

HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Pop - Paru le 31 mai 2019 | Atlantic Records UK

Hi-Res
CD33,99 €
5

Pop - Paru le 23 juin 2014 | Gingerbread Man Records

L'interprète

Ed Sheeran dans le magazine