Artistes similaires

Les albums

8,99 €11,99 €
7,99 €
AM

Alternatif et Indé - Paru le 9 septembre 2013 | Domino Recording Co

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Hi-Res Audio - Sélection du Mercury Prize
Avec ce cinquième album, les agités de Sheffield prouvent qu’ils ont non seulement mûri mais que leur talent, tant au niveau de l’écriture que de la production, atteint désormais de vrais sommets. Alex Turner montre ici que le son de ses Arctic Monkeys s’est étoffé de sons plus soul ou, à l’opposé, plus massif. Il y a du glam, du hard rock, de la soul bodybuildée, de la pop carrée, bref toute une palette assez bluffante dans ce AM qui fleure bon les seventies mais reste bien un disque de 2013.
9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 29 janvier 2006 | Domino Recording Co

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Sélection du Mercury Prize
Aux questions qui s'élèvent par milliers sur eux, les Arctic Monkeys répondent avec Whatever People Say I Am, I Am Not. Leur success story née dans les bars puis sur Internet a été fulgurante. Pulvérisant les records de ventes britanniques – plus de 360 000 albums en une semaine –, ils décrochent ce titre mémorable du Times : Bigger than the Beatles ! En Grande-Bretagne, depuis la combustion des Libertines, l'horizon était passé au gris. Jusqu'à l'arrivée de ce quatuor ad(fluo)lescent de Sheffield. Menés par le timide Alex Turner, les Monkeys concoctent dans ce premier album, parfait, treize morceaux frénétiques frisant le génie et que le NME classe 19e de son Top 500 des meilleurs albums. Il y a dedans tout ce qui manquait dans le paysage du rock. Les riffs incisifs pour compositions débraillées de Turner (The View from the Afternoon, I Bet You Look Better on the Dancefloor, Dancing Shoes) et la batterie insolente de Matt Helders, Andy Nicholson tenant pour la dernière fois la basse. Ça joue. Fort et vite. Ça déborde de paroles à rallonge sur le quotidien d'Anglais de la working class. C'est poli mais pas policé, juvénile mais déjà bien formé. Enregistré à la campagne, aux Chapel Studios de Lincolnshire, l'opus puise dans la nonchalance des Strokes (Riot Van), l’énergie dansante de Franz Ferdinand (Red Lights Indicates Door Are Secured) et le flegme des Libertines (Mardy Bum), tout en s'inspirant de leurs modèles, les Jam, les Smiths ou Oasis, et en imprimant déjà pour les années à venir leur marque de fabrique. © Charlotte Saintoin/Qobuz
13,49 €14,99 €
9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 11 mai 2018 | Domino Recording Co

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
Impossible de reprocher à Alex Turner de se reposer sur ses lauriers : avec ce sixième album, les Arctic Monkeys jouent le contre-pied total ! L’uppercut AM de 2013 semble en effet à des années-lumière des mélodies soul, sensuelles et sublimes de Tranquility Base Hotel + Casino. Et dès les premières mesures de ce disque aux cambrures late sixties, on comprend pourquoi le cerveau du quartet de Sheffield cite l’incontournable Melody Nelson de Serge Gainsbourg, le démentiel et trop sous-estimé Born yo Be With You de Dion produit par Phil Spector, mais aussi la BO de François de Roubaix pour Le Samouraï de Jean-Pierre Melville, comme de fortes influences de cette cuvée 2018. Dans cet esprit, le piano prend logiquement le pouvoir et relègue les guitares énervées sur le banc des remplaçants. Mais les Monkeys restent un groupe à l’âme rock’n’roll et manipulent donc ses influences à la manière de certains de leurs illustres aînés comme David Bowie (auquel on pense souvent) ou Pulp. Et si Tranquility Base Hotel + Casino s’écoute davantage vautré dans un canapé de cuir que dans le pit d’une salle de concert sans clim’, c’est aussi pour mieux mesurer la teneur et le niveau des chansons de leur auteur. Des compositions là pour s’inscrire dans la durée et confirmer que les Arctic Monkeys ne sont vraiment pas un énième groupe de rock anglais comme les autres… © Marc Zisman/Qobuz
9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 22 avril 2007 | Domino Recording Co

Distinctions Sélection du Mercury Prize
Les Arctic Monkeys laissaient déjà entrevoir leur potentiel sur leur premier album, Whatever People Say I Am (2006), mais la vigueur de leurs jeunes années masquait souvent leur dette envers d'autres groupes. Sur leur album suivant, Favorite Worst Nightmare, ils absorbent ces influences, transformant leurs vastes emprunts aux Libertines, aux Strokes et à Jam en une identité propre. Mais contrairement à ces trois groupes, le deuxième album n’a pas fait trébucher les Arctic Monkeys. Une année de travail intensif leur a permis d’évoluer de manière surprenante, le groupe testant les limites de ce qu'il pouvait faire et des lieux à explorer. Tout au long de l’écoute de Favorite Worst Nightmare, on vérifie que les Arctic Monkeys forment un groupe unique et plein de vie. En révélant leur profondeur et leur ambition, cet opus transformera les sceptiques en croyants. ~ Stephen Thomas Erlewine
7,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 6 juin 2011 | Domino Recording Co

Le quatuor de Sheffield est de retour avec un quatrième album mariant à merveille la pop typiquement british de ses ainés et le rock incandescent qui a marqué les débuts du groupe. Enregistré à Los Angeles (dans le même studio que le fameux Nevermind de Nirvana) et produit par James Ford (Simian Mobile Disco, The Last Shadow Puppets...) Suck It and See signe le retour fracassant des Arctic Monkeys.
9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 20 août 2009 | Domino Recording Co

Pour leur troisième album, the Arctic Monkeys ont fait appel aux talents de producteur de Josh Homme (éminence grise des Queens of the Stone Age). À première vue, cette association des héritiers de Paul Weller et du grand mystique du désert est singulière. Mais on n’a là pas une équipe d'égal à égal : c'est plutôt un grand frère qui aide ses frères et sœurs à se rebeller et à suivre leur propre voie. Homme encourage les Monkeys à suivre leurs instincts étranges, que ce soit une obsession sur Nick Cave ou une tendance à privilégier l'atmosphère plus que l'énergie. Au fil du temps, il devient évident que le terrain d'entente entre les Monkeys et Homme est bien l’acte même de faire de la musique, et chaque élément de l'album nous montre un groupe qui teste ses limites et qui cherche à savoir ce qu’il pourra, sans nécessairement le faire, explorer par la suite. ~ Stephen Thomas Erlewine
1,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 17 octobre 2005 | Domino Recording Co

0,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 16 août 2009 | Domino Recording Co

0,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 18 juillet 2013 | Domino Recording Co

0,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 2 septembre 2013 | Domino Recording Co

2,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 8 juillet 2007 | Domino Recording Co

2,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 22 avril 2006 | Domino Recording Co

2,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 15 avril 2007 | Domino Recording Co

0,99 €

Pop/Rock - Paru le 23 avril 2012 | Domino Recording Co

0,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 14 août 2006 | Domino Recording Co

0,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 9 décembre 2013 | Domino Recording Co

0,69 €

Alternatif et Indé - Paru le 20 juin 2013 | Domino Recording Co

0,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 16 janvier 2006 | Domino Recording Co

2,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 22 mars 2010 | Domino Recording Co

2,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 16 novembre 2009 | Domino Recording Co

L'interprète

Arctic Monkeys dans le magazine