Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Chick Corea|Return To Forever

Return To Forever

Chick Corea

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Le jazz-fusion a engendré des cargaisons d’albums affligeants mais heureusement bien des chefs-d’œuvre. Comme ce disque enregistré les 2 et 3 février 1972 à New York. Sous ce nom de Return to Forever, le pianiste Chick Corea, qui vient de quitter Miles Davis, a réuni à ses côtés le dieu de la basse électrique Stanley Clarke, le sous-estimé flûtiste et saxophoniste Joe Farrell mais aussi le couple brésilien réunissant la chanteuse Flora Purim et son mari batteur et percussionniste Airto Moreira. Cette légère « touche brésilienne » est d’ailleurs un des éléments intéressants de cette fusion qui offre une alternative à celle proposée à la même époque par Miles ou le Mahavishnu Orchestra de John McLaughlin, nettement plus rock. Aux commandes de ses claviers électriques, Corea reste attaché à la trame mélodique de ses compositions. Et le mysticisme ambiant – cher à l’époque – ne prend jamais trop le dessus. Surtout, l’incontinence de notes qui pollue alors tant de projets électriques n’est jamais à l’ordre du jour. Sur Crystal Silence, le solo de saxo de Farrell est à tomber, et celui de Corea, léger comme une plume, n’est pas en reste. Taxé d’animal de foire par ses détracteurs, Stanley Clarke est aussi d’une subtilité bluffante et son intervention sur Sometime Ago - La Fiesta compte parmi ses plus bouleversantes. A l’arrivée, Return to Forever est peut-être considéré comme un des plus grands albums de jazz-fusion car il en balaie les poncifs. Par la suite, le succès public de la formation, malgré un line-up changeant régulièrement, s’avérera colossal (six albums studio suivront en cinq ans), sans doute pour sa formule nettement plus « rock », finalement assez éloignée de ce premier chapitre. © Marc Zisman/Qobuz

Plus d'informations

Return To Forever

Chick Corea

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Return To Forever
00:12:14

Joe Farrell, Soprano Saxophone, AssociatedPerformer - Airto Moreira, Drums, Percussion, AssociatedPerformer - CHICK COREA, Composer, Piano, MainArtist, AssociatedPerformer - Flora Purim, Percussion, AssociatedPerformer - Tony May, Recording Engineer, StudioPersonnel - STANLEY CLARKE, Double Bass, AssociatedPerformer - Manfred Eicher, Producer

℗ 1972 ECM Records GmbH, under exclusive license to Universal Music Classics & Jazz - a division of Universal Music GmbH

2
Crystal Silence
00:06:58

Joe Farrell, Soprano Saxophone, AssociatedPerformer - Airto Moreira, Drums, Percussion, AssociatedPerformer - CHICK COREA, Composer, Piano, MainArtist, AssociatedPerformer - Flora Purim, Percussion, AssociatedPerformer - Tony May, Recording Engineer, StudioPersonnel - STANLEY CLARKE, Double Bass, AssociatedPerformer - Manfred Eicher, Producer

℗ 1972 ECM Records GmbH, under exclusive license to Universal Music Classics & Jazz - a division of Universal Music GmbH

3
What Game Shall We Play Today
00:04:31

Joe Farrell, Soprano Saxophone, AssociatedPerformer - Airto Moreira, Drums, Percussion, AssociatedPerformer - CHICK COREA, Composer, Piano, MainArtist, AssociatedPerformer - Flora Purim, Percussion, AssociatedPerformer - Tony May, Recording Engineer, StudioPersonnel - STANLEY CLARKE, Double Bass, AssociatedPerformer - Manfred Eicher, Producer - Neville Potter, Author

℗ 1972 ECM Records GmbH, under exclusive license to Universal Music Classics & Jazz - a division of Universal Music GmbH

4
Sometime Ago / La Fiesta
00:23:14

Joe Farrell, Soprano Saxophone, AssociatedPerformer - Airto Moreira, Drums, Percussion, AssociatedPerformer - CHICK COREA, Composer, Piano, MainArtist, AssociatedPerformer - Flora Purim, Percussion, AssociatedPerformer - Tony May, Recording Engineer, StudioPersonnel - STANLEY CLARKE, Double Bass, AssociatedPerformer - Manfred Eicher, Producer - Neville Potter, Author

℗ 1972 ECM Records GmbH, under exclusive license to Universal Music Classics & Jazz - a division of Universal Music GmbH

Descriptif de l'album

Le jazz-fusion a engendré des cargaisons d’albums affligeants mais heureusement bien des chefs-d’œuvre. Comme ce disque enregistré les 2 et 3 février 1972 à New York. Sous ce nom de Return to Forever, le pianiste Chick Corea, qui vient de quitter Miles Davis, a réuni à ses côtés le dieu de la basse électrique Stanley Clarke, le sous-estimé flûtiste et saxophoniste Joe Farrell mais aussi le couple brésilien réunissant la chanteuse Flora Purim et son mari batteur et percussionniste Airto Moreira. Cette légère « touche brésilienne » est d’ailleurs un des éléments intéressants de cette fusion qui offre une alternative à celle proposée à la même époque par Miles ou le Mahavishnu Orchestra de John McLaughlin, nettement plus rock. Aux commandes de ses claviers électriques, Corea reste attaché à la trame mélodique de ses compositions. Et le mysticisme ambiant – cher à l’époque – ne prend jamais trop le dessus. Surtout, l’incontinence de notes qui pollue alors tant de projets électriques n’est jamais à l’ordre du jour. Sur Crystal Silence, le solo de saxo de Farrell est à tomber, et celui de Corea, léger comme une plume, n’est pas en reste. Taxé d’animal de foire par ses détracteurs, Stanley Clarke est aussi d’une subtilité bluffante et son intervention sur Sometime Ago - La Fiesta compte parmi ses plus bouleversantes. A l’arrivée, Return to Forever est peut-être considéré comme un des plus grands albums de jazz-fusion car il en balaie les poncifs. Par la suite, le succès public de la formation, malgré un line-up changeant régulièrement, s’avérera colossal (six albums studio suivront en cinq ans), sans doute pour sa formule nettement plus « rock », finalement assez éloignée de ce premier chapitre. © Marc Zisman/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Abba Gold Anniversary Edition

ABBA

Super Trouper

ABBA

Arrival

ABBA

Arrival ABBA

The Essential Collection

ABBA

À découvrir également
Par Chick Corea

Plays

Chick Corea

Plays Chick Corea

Light As A Feather

Chick Corea

Light As A Feather Chick Corea

Trilogy 2

Chick Corea

Trilogy 2 Chick Corea

Return To Forever

Chick Corea

Return To Forever Chick Corea

Trilogy 2

Chick Corea

Trilogy 2 Chick Corea

Playlists

Dans la même thématique...

I Dream Of Christmas

Norah Jones

I Dream Of Christmas Norah Jones

BD Music Presents Miles Davis

Miles Davis

Sunset In The Blue

Melody Gardot

Sunset In The Blue Melody Gardot

Ascenseur pour l'échafaud

Miles Davis

On Vacation

Till Brönner

On Vacation Till Brönner
Les Grands Angles...
ECM en 10 albums

Le plus beau son après le silence. C’est la formule qui colle à la peau d’ECM depuis cinquante ans et la sortie du séminal « Free at Last » du Mal Waldron Trio, en novembre 1969. Manfred Eicher, le charismatique fondateur du label munichois, ne vit pas « hors du temps » mais plus précisément dans « un temps parallèle » à celui de la société, faisant d’ECM une planète de toute beauté où le jazz résonne autrement. Et c’est souvent pour ECM que Keith Jarrett, Charles Lloyd, Jan Garbarek, Chick Corea et tant d’autres ont enregistré leurs disques les plus intenses. Plus encore que pour Blue Note ou Impulse!, se limiter à 10 albums pour raconter toute l’histoire de ce label hors-norme est mission impossible. Aussi, les 10 sélectionnés raconteront « une » histoire d’ECM.

Ray Charles, styliste sous influence

Père fondateur de la soul dont la carrière a duré un demi-siècle, Ray Charles ne saurait se résumer à la poignée de tubes que tout le monde connaît. C’est surtout le maître du crossover musical, la variété haut de gamme qui fait du mélange des genres un art, en approche un pour mieux embrasser l’autre. Ray Charles a sécularisé le gospel, enrichi le blues, joué du jazz, chanté de la country et frôlé le rock’n’roll. Retour sur son style unique fondé sur les cinq qui précèdent.

Le quartet américain de Keith Jarrett

Au début de sa dense carrière, Keith Jarrett passa sept années à expérimenter comme jamais à la tête de son quartet américain. Avec Charlie Haden, Paul Motian et Dewey Redman, le pianiste dirigera, entre 1971 et 1976, une sorte de laboratoire fou dans lequel se caramboleront hard bop, free-jazz, world et avant-garde. Une parenthèse spontanée à redécouvrir.

Dans l'actualité...