Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

King Crimson - Live in Vienna (1 December 2016)

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Live in Vienna (1 December 2016)

King Crimson

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 48.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Ce live n’est pas le premier, c’est certain, mais ça ne devrait pas déranger les nombreux dévots qui possèdent ou écoutent régulièrement les 356 précédents, d’autant que ce n’est pas le plus mauvais. On pourrait sans doute le classer parmi les vingt meilleurs, voire le faire figurer dans le top 10 si la troisième partie avait été aussi soignée que celle du formidable Radical Action to Unseat the Hold of Monkey Mind (live) de 2016, bien que la “pièce maîtresse” (c’est David Singleton, le bras droit de Robert Fripp, qui le dit) soit inclue sur ce “CD 3”. King Crimson n’avait en effet plus rejoué le monumental Fracture sur scène depuis le 1er juillet 1974 (au Central Park de New York) et la version enregistrée au Falconer Center de Copenhague le 23 septembre 2016 vaut, il est vrai, largement le détour. Mais les trois « paysages sonores » qui suivent l’interprétation heavy à souhait de l’immortel 21st Century Schizoid Man pourront quelque peu interpeller ceux qui n’écoutent pas en boucle Brian Ferneyhough ou Fausto Romitelli. On n’en voudra pas à certains de regretter la précédente édition de ce live destinée au marché nippon qui proposait à la place quelques extraits d’un concert à Tokyo en 2015, dont un Peace chanté en japonais.

Le concert au Museumsquartier de Vienne ne souffre en revanche d’aucune faiblesse, même infime. Le son est idéal pour une écoute en HD et l’interprétation est aussi rigoureuse qu’éblouissante. C’en est presque agaçant, d’autant que les protagonistes semblent s’amuser, y compris dans les passages les plus périlleux et on sait qu’ils sont nombreux. Même Robert Fripp, qui pouvait sembler quelque peu cénobitique tout au long des quatre premières décennies de son groupe, semble au comble de l’allégresse. On le voit même sourire sur certaines photos prises par Tony Levin, bassiste et seul autre « ancien » de la formation (depuis 1981) avec Mel Collins (saxophone, flûte, depuis 1970). Il manque certes Bill Rieflin parmi les « jeunes » recrues, l’ancien batteur de Ministry étant alors en congé sabbatique (il est revenu depuis), mais les quatre experts convoqués dans cette incarnation du groupe qu’on ne saurait numéroter ne font regretter aucun de leurs innombrables prédécesseurs.

Fripp a baptisé cette équipe qui l’entoure depuis 2010, avec quelques changements mineurs, de « bête à sept têtes » (Seven-headed Beast), c’est dire s’il se sent en confiance. Saluons en premier lieu les louables efforts de Jakko Jakszyk. Non seulement il reprend à la guitare le rôle de complément idéal du patron (Fripp), assuré pendant plus de trente ans par l’imposant Adrian Belew mais, vocalement, il se montre supérieur à ce dernier. Pour compliquer cette difficile tâche, il se devait de rendre un digne hommage à trois chanteurs disparus en moins d’un an et étroitement associés à King Crimson ou Robert Fripp. Ne pas être ridicule en passant du registre de Greg Lake (The Court of the Crimson King, Epitaph, Peace, 21st Century Schizoid Man) ou John Wetton (Easy Money, Starless) à celui de David Bowie (Heroes) est une performance plus que remarquable. Grâce à cette formation, King Crimson pourra fêter sans crainte ses 50 ans le 30 novembre. À l’image de son leader « apaisé », le groupe assume aussi bien son passé et les grands classiques de ses débuts que ses explorations les plus avant-gardistes. L’un des grands fantasmes du rock progressif était de devenir aussi estimable que la musique classique. Dans le cadre idéal de Vienne, King Crimson y est certainement parvenu, même si c’était probablement le dernier groupe du genre à ambitionner ce type de reconnaissance. © Jean-Pierre Sabouret/Qobuz

Plus d'informations

Live in Vienna (1 December 2016)

King Crimson

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Walk On - Monk Morph Music of the Chamber (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:02:31

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

2
The Hell Hounds of Krim (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:03:39

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

3
Pictures of a City (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:08:41

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

4
Dawn Song (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:02:19

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

5
Suitable Grounds for the Blues (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:04:46

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

6
VROOOM (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:05:14

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

7
The ConstruKction of Light (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:06:36

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

8
The Court of the Crimson King (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:07:18

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

9
The Letters (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:06:14

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

10
Sailor's Tale (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:06:19

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

11
Interlude (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:02:44

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

12
Radical Action II (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:02:15

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

13
Level Five (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:07:28

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

DISQUE 2

1
Fairy Dust of the Drumsons (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:01:42

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

2
Peace (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:01:56

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

3
Cirkus (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:07:32

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

4
Indiscipline (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:08:49

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

5
Epitaph (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:08:46

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

6
Easy Money (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:10:07

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

7
Devil Dogs of Tessellation Row (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:03:04

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

8
Red (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:06:41

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

9
Meltdown (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:04:15

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

10
Larks' Tongues in Aspic, Pt. Two (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:07:01

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

11
Starless (Live in Vienna, 1 December 2016)
00:13:02

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

DISQUE 3

1
Heroes (Live in Vienna 1 December 2016)
00:05:24

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

2
Fracture (Live in Vienna 1 December 2016)
00:10:56

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

3
21st Century Schizoid Man (Live in Vienna 1 December 2016)
00:13:07

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

4
Schoenberg Softened His Hat (Live in Vienna 1 December 2016)
00:11:46

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

5
Ahriman's Ceaseless Corruptions (Live in Vienna 1 December 2016)
00:06:05

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

6
Spenta's Counter Claim (Live in Vienna 1 December 2016)
00:00:57

King Crimson, MainArtist

2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson 2018 Robert Fripp on behalf of King Crimson

Descriptif de l'album

Ce live n’est pas le premier, c’est certain, mais ça ne devrait pas déranger les nombreux dévots qui possèdent ou écoutent régulièrement les 356 précédents, d’autant que ce n’est pas le plus mauvais. On pourrait sans doute le classer parmi les vingt meilleurs, voire le faire figurer dans le top 10 si la troisième partie avait été aussi soignée que celle du formidable Radical Action to Unseat the Hold of Monkey Mind (live) de 2016, bien que la “pièce maîtresse” (c’est David Singleton, le bras droit de Robert Fripp, qui le dit) soit inclue sur ce “CD 3”. King Crimson n’avait en effet plus rejoué le monumental Fracture sur scène depuis le 1er juillet 1974 (au Central Park de New York) et la version enregistrée au Falconer Center de Copenhague le 23 septembre 2016 vaut, il est vrai, largement le détour. Mais les trois « paysages sonores » qui suivent l’interprétation heavy à souhait de l’immortel 21st Century Schizoid Man pourront quelque peu interpeller ceux qui n’écoutent pas en boucle Brian Ferneyhough ou Fausto Romitelli. On n’en voudra pas à certains de regretter la précédente édition de ce live destinée au marché nippon qui proposait à la place quelques extraits d’un concert à Tokyo en 2015, dont un Peace chanté en japonais.

Le concert au Museumsquartier de Vienne ne souffre en revanche d’aucune faiblesse, même infime. Le son est idéal pour une écoute en HD et l’interprétation est aussi rigoureuse qu’éblouissante. C’en est presque agaçant, d’autant que les protagonistes semblent s’amuser, y compris dans les passages les plus périlleux et on sait qu’ils sont nombreux. Même Robert Fripp, qui pouvait sembler quelque peu cénobitique tout au long des quatre premières décennies de son groupe, semble au comble de l’allégresse. On le voit même sourire sur certaines photos prises par Tony Levin, bassiste et seul autre « ancien » de la formation (depuis 1981) avec Mel Collins (saxophone, flûte, depuis 1970). Il manque certes Bill Rieflin parmi les « jeunes » recrues, l’ancien batteur de Ministry étant alors en congé sabbatique (il est revenu depuis), mais les quatre experts convoqués dans cette incarnation du groupe qu’on ne saurait numéroter ne font regretter aucun de leurs innombrables prédécesseurs.

Fripp a baptisé cette équipe qui l’entoure depuis 2010, avec quelques changements mineurs, de « bête à sept têtes » (Seven-headed Beast), c’est dire s’il se sent en confiance. Saluons en premier lieu les louables efforts de Jakko Jakszyk. Non seulement il reprend à la guitare le rôle de complément idéal du patron (Fripp), assuré pendant plus de trente ans par l’imposant Adrian Belew mais, vocalement, il se montre supérieur à ce dernier. Pour compliquer cette difficile tâche, il se devait de rendre un digne hommage à trois chanteurs disparus en moins d’un an et étroitement associés à King Crimson ou Robert Fripp. Ne pas être ridicule en passant du registre de Greg Lake (The Court of the Crimson King, Epitaph, Peace, 21st Century Schizoid Man) ou John Wetton (Easy Money, Starless) à celui de David Bowie (Heroes) est une performance plus que remarquable. Grâce à cette formation, King Crimson pourra fêter sans crainte ses 50 ans le 30 novembre. À l’image de son leader « apaisé », le groupe assume aussi bien son passé et les grands classiques de ses débuts que ses explorations les plus avant-gardistes. L’un des grands fantasmes du rock progressif était de devenir aussi estimable que la musique classique. Dans le cadre idéal de Vienne, King Crimson y est certainement parvenu, même si c’était probablement le dernier groupe du genre à ambitionner ce type de reconnaissance. © Jean-Pierre Sabouret/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Munich 2016 Keith Jarrett
Songs In The Key Of Life Stevie Wonder
Innervisions Stevie Wonder
À découvrir également
Par King Crimson

Playlists

Dans la même thématique...
Reunions Jason Isbell and the 400 Unit
Western Stars Bruce Springsteen
Les Grands Angles...
Le monde selon Peter Gabriel

Porte-drapeau du rock progressif britannique avec Genesis, Peter Gabriel, qui fête ses 70 ans le 13 février, est devenu le champion de la world music et la figure de l’artiste engagé à travers son label Real World, la série de festivals Womad et bien sûr la protest song “Biko”, passée à la postérité via la tournée de concerts Amnesty International. Retour sur le parcours d’une pop star pas comme les autres.

Betty Davis, la panthère funk

Sans elle, point de Macy Gray, Erykah Badu, Amy Winehouse ou Janelle Monáe ! Disparue des radars depuis des années, Betty Davis reste la pionnière des soul sisters félines. La déesse funk par excellence. Egalement celle qui offrit l’électricité à un certain Miles Davis, dont elle sera l’éphémère épouse. Mais qui es-tu Betty ?

Diabolus in musica – 50 ans de Black Sabbath

A l’automne 1969, quatre jeunes de Birmingham s’entassent dans un studio de Londres pour ce qui ressemble à leur dernière chance de faire carrière dans la musique. Ils ont 24 heures pour enregistrer et faire basculer leur destin. Ils en ressortiront avec “Black Sabbath”, premier album du combo du même nom mené par Ozzy Osbourne et le guitariste Tony Iommi, qui convertira toute une génération au heavy metal. Retour sur une révolution sonique.

Dans l'actualité...