Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Renaud Capuçon - Lalo: Symphonie espagnole - Bruch: Violin Concerto

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Lalo: Symphonie espagnole - Bruch: Violin Concerto

Renaud Capuçon

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

On ne peut pas dire que le grand répertoire français déborde de concertos pour violon ; grâce éternelle soit donc rendue à Edouard Lalo qui a étoffé le genre avec sa Symphonie espagnole de 1874 qui, si elle ne porte pas officiellement le titre de « concerto », n’en est pas moins une œuvre totalement concertante pour violon solo. C’est ici Renaud Capuçon qui prête les accents de son Guarnerius, accompagné par le toujours impeccable Paavo Järvi à la tête de l’Orchestre de Paris. En complément de programme, les deux musiciens proposent le Premier concerto de Bruch, écrit à la même époque que la Symphonie espagnole – 1866, pour être précis – dans un style résolument romantique à l’ancienne, Bruch n’étant pas connu pour être un véritable révolutionnaire. Mais devant le succès toujours très vif de l’ouvrage cent cinquante ans plus tard, on ne peut que dire : chapeau, Meister Max. Capuçon nous offre également un petit bonbon entre les deux grands ouvrages, Zigeunerweisen de Sarasate. Même époque ici encore – 1878 – mais pas du tout les mêmes influences ibériques, puisque Sarasate emprunte au genre tzigane-viennois, en particulier un thème repris dès 1847 par Liszt dans sa treizième Rhapsodie hongroise. © SM/Qobuz

Plus d'informations

Lalo: Symphonie espagnole - Bruch: Violin Concerto

Renaud Capuçon

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Symphonie espagnole in D minor, Op. 21: I. Allegro non troppo
00:07:47

Paavo Jarvi, Conductor - Orchestre De Paris, Orchestra - Renaud Capucon, Violin, MainArtist - Edouard Lalo, Composer

© 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company ℗ 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

2
Symphonie espagnole in D minor, Op. 21: II. Scherzando - Allegro molto
00:04:18

Paavo Jarvi, Conductor - Orchestre De Paris, Orchestra - Renaud Capucon, Violin, MainArtist - Edouard Lalo, Composer

© 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company ℗ 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

3
Symphonie espagnole in D minor, Op. 21: III. Intermezzo - Allegretto non troppo
00:06:33

Paavo Jarvi, Conductor - Orchestre De Paris, Orchestra - Renaud Capucon, Violin, MainArtist - Edouard Lalo, Composer

© 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company ℗ 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

4
Symphonie espagnole in D minor, Op. 21: IV. Andante
00:06:11

Paavo Jarvi, Conductor - Orchestre De Paris, Orchestra - Renaud Capucon, Violin, MainArtist - Edouard Lalo, Composer

© 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company ℗ 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

5
Symphonie espagnole in D minor, Op. 21: V. Rondo - Allegro
00:08:01

Paavo Jarvi, Conductor - Orchestre De Paris, Orchestra - Renaud Capucon, Violin, MainArtist - Edouard Lalo, Composer

© 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company ℗ 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

6
Zigeunerweisen, Op. 20
00:07:52

Paavo Jarvi, Conductor - Orchestre De Paris, Orchestra - Renaud Capucon, Violin, MainArtist - Pablo de Sarasate, Composer

© 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company ℗ 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

7
Violin Concerto No. 1 in G Minor, Op. 26: I. Vorspiele - Allegro moderato
00:07:58

Max Bruch, Composer - Paavo Jarvi, Conductor - Orchestre De Paris, Orchestra - Renaud Capucon, Violin, MainArtist

© 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company ℗ 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

8
Violin Concerto No. 1 in G Minor, Op. 26: II. Adagio
00:08:11

Max Bruch, Composer - Paavo Jarvi, Conductor - Orchestre De Paris, Orchestra - Renaud Capucon, Violin, MainArtist

© 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company ℗ 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

9
Violin Concerto No. 1 in G Minor, Op. 26: III. Finale - Allegro energico
00:06:57

Max Bruch, Composer - Paavo Jarvi, Conductor - Orchestre De Paris, Orchestra - Renaud Capucon, Violin, MainArtist

© 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company ℗ 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

Descriptif de l'album

On ne peut pas dire que le grand répertoire français déborde de concertos pour violon ; grâce éternelle soit donc rendue à Edouard Lalo qui a étoffé le genre avec sa Symphonie espagnole de 1874 qui, si elle ne porte pas officiellement le titre de « concerto », n’en est pas moins une œuvre totalement concertante pour violon solo. C’est ici Renaud Capuçon qui prête les accents de son Guarnerius, accompagné par le toujours impeccable Paavo Järvi à la tête de l’Orchestre de Paris. En complément de programme, les deux musiciens proposent le Premier concerto de Bruch, écrit à la même époque que la Symphonie espagnole – 1866, pour être précis – dans un style résolument romantique à l’ancienne, Bruch n’étant pas connu pour être un véritable révolutionnaire. Mais devant le succès toujours très vif de l’ouvrage cent cinquante ans plus tard, on ne peut que dire : chapeau, Meister Max. Capuçon nous offre également un petit bonbon entre les deux grands ouvrages, Zigeunerweisen de Sarasate. Même époque ici encore – 1878 – mais pas du tout les mêmes influences ibériques, puisque Sarasate emprunte au genre tzigane-viennois, en particulier un thème repris dès 1847 par Liszt dans sa treizième Rhapsodie hongroise. © SM/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Debussy – Rameau

Víkingur Ólafsson

Debussy – Rameau Víkingur Ólafsson

Philip Glass: Piano Works

Víkingur Ólafsson

Philip Glass: Piano Works Víkingur Ólafsson

Prokofiev: Piano Concerto No.3 / Ravel: Piano Concerto In G Major

Martha Argerich

The Köln Concert (Live at the Opera, Köln, 1975)

Keith Jarrett

À découvrir également
Par Renaud Capuçon

Elgar: Violin Concerto & Violin Sonata

Renaud Capuçon

Saint-Saëns: Violin Sonata No. 1, Cello Sonata No. 1 & Piano Trio No. 2

Renaud Capuçon

Beethoven : Piano Trios No.5 "Ghost" & No.7 "Archduke"

Renaud Capuçon

Bach : Sonatas for Violin & Keyboard Nos 3-6

Renaud Capuçon

Cinema

Renaud Capuçon

Cinema Renaud Capuçon

Playlists

Dans la même thématique...

Road to the Sun

Pat Metheny

Road to the Sun Pat Metheny

Debussy, Szymanowski, Hahn, Ravel

Fanny Robilliard

Seasons: Orchestral Music of Michael Fine

The Royal Scottish National Orchestra

Seasons: Orchestral Music of Michael Fine The Royal Scottish National Orchestra

All Shall Not Die - Haydn String Quartets

Quatuor Hanson

Händel: Suites pour clavecin

Pierre Hantaï

Les Grands Angles...
Martha Argerich, l'indomptable pianiste

Voilà plus de soixante ans que la pianiste argentine (naturalisée suisse) Martha Argerich enchante le public par son jeu sauvage et impulsif et par une prise de risques de chaque instant. Défiant les difficultés techniques, cette artiste flamboyante a fait de chacune de ses interprétations une aventure dont nous sommes les témoins admiratifs.

Le retour en grâce de Wilhelm Backhaus

Géant de la musique classique allemande, Wilhelm Backhaus (1884-1969) est souvent apparu comme un rigoriste dénué de fantaisie. Son immense legs discographique pour Decca, encore assez rare à l’époque, est réédité aujourd’hui dans d’excellentes conditions. Il permet de réévaluer à la hausse une réputation trop souvent injuste. Backhaus nous apparaît singulièrement plus moderne qu’autrefois grâce à son respect du texte et à ses interprétations sans esbroufe qui cernent au mieux les compositeurs, depuis le premier enregistrement jamais réalisé d’un concerto, celui de Grieg, sévèrement abrégé en 1909, jusqu’à son dernier concert quelques jours avant sa mort.

Dominique Visse ou la nouvelle Renaissance

Avec son look de vieux rockeur paré de bagues et de boucles d’oreilles, ses cheveux longs hirsutes, ses blousons en cuir semblant sortir de “Easy Rider”, le road movie culte de la génération hippie, et sa voix pointue comme une jambe de compas, Dominique Visse promène depuis plus de quarante ans sa personnalité singulière dans le monde souvent conventionnel de la musique classique. En 1978, il a fondé l’Ensemble Clément Janequin qui allait remettre au goût du jour la chanson polyphonique de la Renaissance française. On leur doit l’émergence de tout un répertoire à travers une discographie exceptionnelle pour le label Harmonia Mundi.

Dans l'actualité...