Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Vilde Frang - Korngold & Britten : Violin Concertos

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Korngold & Britten : Violin Concertos

Vilde Frang - Frankfurt Radio Symphony - James Gaffigan

Livret numérique

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

« Cela fait longtemps que je souhaitais réunir sur un même album deux de mes concertos préférés, l’univers postromantique de Korngold en contraste puissant avec celui, non moins intense, de Britten – pour moi l’un des drames les plus intenses du répertoire pour violon. » Ainsi s’exprime la violoniste norvégienne Vilde Frang, dont on peut se demander quelle est la portée du « longtemps » dans sa déclaration puisqu’elle n’avait pas trente ans lors de cet enregistrement ! Ce qui n’ôte rien à la parfaite maturité de son jeu, d’autant que l’on notera que sa carrière de soliste commença l’année de ses douze ans, avec le Philharmonique d’Oslo et Maris Jansons, pour se poursuivre inlassablement auprès des plus grands orchestres de ce monde, dont le Philharmonique de Vienne et Haitink en 2012. Les deux œuvres ici réunies furent composées autour des années 1940 (1939 pour Britten, 1945 certes pour Korngold mais en réalité, il recycle des musiques de film des années 36 à 39) par des compositeurs qui, de prime abord, témoignent de singulières similitudes. Korngold et Britten avaient été des enfants prodiges ; tous deux furent des immigrants venus d’Europe pour travailler aux Etats-Unis à une époque de grands bouleversements dans leurs pays respectifs. Mais Korngold reste fermement ancré dans un langage postromantique hérité de Strauss, dans un geste ample et lyrique à l’extrême – quand même, son concerto reprend des thèmes conçus pour Hollywood – tandis que Britten, qui a certes composé plusieurs musiques de film dans sa jeunesse, se détourne de toute ambiance « facile » (dans le bon sens du terme) pour poursuivre les nombreuses recherches sonores, harmoniques, mélodiques, contrapuntiques qui font tout son langage, et que l’on retrouvera d’ailleurs peu après dans Peter Grimes. Vilde Frang souligne tout à la fois les parentés dans la conception lyrique, et les différences dans la conduite thématique de l’un et de l’autre. Enregistré en août 2015 dans les studios de la Hessischer Rundfunk, Francfort. © SM/Qobuz

Plus d'info

Korngold & Britten : Violin Concertos

Vilde Frang

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Violin Concerto in D major, Op. 35

1
Violin Concerto in D Major, Op. 35: I. Moderato nobile 00:09:23

Erich Wolfgang Korngold, Composer - Vilde Frang, Violin, MainArtist - James Gaffigan, Conductor - hr Sinfonieorchester, Orchestra

2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company. 2016 Vilde Frang under exclusive license to Parlophone Records Limited, a Warner Music Group company.

2
Violin Concerto in D Major, Op. 35: II. Romanze 00:08:50

Erich Wolfgang Korngold, Composer - Vilde Frang, Violin, MainArtist - James Gaffigan, Conductor - hr Sinfonieorchester, Orchestra

2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company. 2016 Vilde Frang under exclusive license to Parlophone Records Limited, a Warner Music Group company.

3
Violin Concerto in D Major, Op. 35: IIII. Allegro assai vivace 00:07:31

Erich Wolfgang Korngold, Composer - Vilde Frang, Violin, MainArtist - James Gaffigan, Conductor - hr Sinfonieorchester, Orchestra

2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company. 2016 Vilde Frang under exclusive license to Parlophone Records Limited, a Warner Music Group company.

Violin Concerto in D minor, Op. 15

4
Violin Concerto in D Minor, Op. 15: I. Moderato con moto - Agitato - Tempo primo - 00:10:04

Benjamin Britten, Composer - Vilde Frang, Violin, MainArtist - James Gaffigan, Conductor - hr Sinfonieorchester, Orchestra

2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company. 2016 Vilde Frang under exclusive license to Parlophone Records Limited, a Warner Music Group company.

5
Violin Concerto in D Minor, Op. 15: II. Vivace - Animando - Largamente - Cadenza 00:08:10

Benjamin Britten, Composer - Vilde Frang, Violin, MainArtist - James Gaffigan, Conductor - hr Sinfonieorchester, Orchestra

2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company. 2016 Vilde Frang under exclusive license to Parlophone Records Limited, a Warner Music Group company.

6
Violin Concerto in D Minor, Op. 15: III. Passacaglia - Andante lento (Un poco meno mosso) 00:14:09

Benjamin Britten, Composer - Vilde Frang, Violin, MainArtist - James Gaffigan, Conductor - hr Sinfonieorchester, Orchestra

2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company. 2016 Vilde Frang under exclusive license to Parlophone Records Limited, a Warner Music Group company.

Descriptif de l'album

« Cela fait longtemps que je souhaitais réunir sur un même album deux de mes concertos préférés, l’univers postromantique de Korngold en contraste puissant avec celui, non moins intense, de Britten – pour moi l’un des drames les plus intenses du répertoire pour violon. » Ainsi s’exprime la violoniste norvégienne Vilde Frang, dont on peut se demander quelle est la portée du « longtemps » dans sa déclaration puisqu’elle n’avait pas trente ans lors de cet enregistrement ! Ce qui n’ôte rien à la parfaite maturité de son jeu, d’autant que l’on notera que sa carrière de soliste commença l’année de ses douze ans, avec le Philharmonique d’Oslo et Maris Jansons, pour se poursuivre inlassablement auprès des plus grands orchestres de ce monde, dont le Philharmonique de Vienne et Haitink en 2012. Les deux œuvres ici réunies furent composées autour des années 1940 (1939 pour Britten, 1945 certes pour Korngold mais en réalité, il recycle des musiques de film des années 36 à 39) par des compositeurs qui, de prime abord, témoignent de singulières similitudes. Korngold et Britten avaient été des enfants prodiges ; tous deux furent des immigrants venus d’Europe pour travailler aux Etats-Unis à une époque de grands bouleversements dans leurs pays respectifs. Mais Korngold reste fermement ancré dans un langage postromantique hérité de Strauss, dans un geste ample et lyrique à l’extrême – quand même, son concerto reprend des thèmes conçus pour Hollywood – tandis que Britten, qui a certes composé plusieurs musiques de film dans sa jeunesse, se détourne de toute ambiance « facile » (dans le bon sens du terme) pour poursuivre les nombreuses recherches sonores, harmoniques, mélodiques, contrapuntiques qui font tout son langage, et que l’on retrouvera d’ailleurs peu après dans Peter Grimes. Vilde Frang souligne tout à la fois les parentés dans la conception lyrique, et les différences dans la conduite thématique de l’un et de l’autre. Enregistré en août 2015 dans les studios de la Hessischer Rundfunk, Francfort. © SM/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Vilde Frang

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Tim Burton en 10 albums

Qu’il tourne en prises de vues réelles ou en stop motion, Tim Burton a construit en plus de trente ans un monde cinématographique où le merveilleux poétique côtoie le gothique et l’humour macabre. À quelques exceptions près, c’est le compositeur Danny Elfman qui l’a épaulé dans cette aventure, formant un duo symbiotique : sans les images de Burton, la musique de Elfman n’aurait pas la même saveur et vice versa, ce qu’ils ont encore prouvé en 2019 avec le bouleversant “Dumbo”.

Julius Katchen, 50 nuances de Brahms

Si les pianistes de notre époque, toutes générations confondues, enregistrent la musique pour piano de Brahms à tour de doigts – surtout les derniers opus, 116 à 119, qui ont la cote –, il n’en a pas toujours été ainsi. Lorsque le pianiste américain Julius Katchen commence ses enregistrements brahmsiens en 1962, il signe pour Decca la toute première intégrale des œuvres pour clavier du compositeur allemand. Il sera suivi une dizaine d’années plus tard par celle de l’Allemand Peter Rösel, et, plus récemment, d’une douzaine de pianistes.

Le paradoxe du studio d’Esa-Pekka Salonen

De passage en France cet été 2018 aux Rencontres musicales d'Evian, où il dirigeait l’Orchestre Symphonique de La Grange au lac, le Finlandais Esa-Pekka Salonen, chef d’orchestre acclamé et compositeur prolifique aux plus de 60 disques, évoque son approche du travail en studio si spécifique de la musique classique.

Dans l'actualité...