Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Shahin Novrasli|From Baku to New York City

From Baku to New York City

Shahin Novrasli

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Depuis 2014, les amateurs de jazz s’intéressent un peu plus à l’Azerbaïdjan. Cette année-là, Shahin Novrasli publiait l’album Bayati avec Nathan Peck et Ari Hoenig. Pianiste et compositeur jouant le Concerto n° 2 de Rachmaninoff à seulement 18 ans, le virtuose de Bakou mélangeait son éducation classique au jazz et surtout au mugham, genre traditionnel et savant de la musique azérie laissant une place prépondérante à l’improvisation. Avec sa façon bien à lui de tendre des ponts entre Orient et Occident, Novrasli fut adoubé par un certain Ahmad Jamal. Comme un signe divin pour n’importe quel pianiste de jazz… Après le superbe Emanation publié en 2017, l’année de ses 40 ans, Shahin Novrasli se met encore plus à nu avec le bien nommé From Baku to New York City.

Le maître Ahmad, producteur du disque, lui a même prêté sa rythmique (James Cammack à la contrebasse et Herlin Riley à la batterie) pour un disque ayant les traits du récit musical de toute une vie, la sienne, de Bakou à New York, où il a désormais jeté l’ancre. Entre un standard comme Salt Peanuts de Dizzy Gillepsie ou 52nd Street Theme de Thelonious Monk, et une reprise d’une chanson de Joni Mitchell (Both Side Now) ou de Michael Jackson (She's out of My Life), Novrasli offre aussi avec Memories une porte d’entrée à l’univers musical de son auteur, Vagif Mustafazadeh, le grand gourour de ce mugham dont la mélancolie possède les cambrures d’un blues caucasien… Comme souvent avec Novrasli, impossible de ne pas voir apparaître et disparaître les ombres d’Ahmad Jamal, de Bill Evans et surtout de Keith Jarrett. Pourtant, From Baku to New York City impose un peu plus ce voile de mélancolie dont il est l’unique artisan et qui drape son jeu poétique. Superbe. © Marc Zisman/Qobuz

Plus d'informations

From Baku to New York City

Shahin Novrasli

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Both Sides Now
00:07:03

Joni Mitchell, Composer - Shahin Novrasli, MainArtist - Vincent Mahey, MixingEngineer

2019 JAZZ VILLAGE 2019 JAZZ VILLAGE

2
52nd Street Theme
00:03:04

Thelonious Monk, Composer - Shahin Novrasli, MainArtist - Vincent Mahey, MixingEngineer

2019 JAZZ VILLAGE 2019 JAZZ VILLAGE

3
Night Song
00:05:55

CHARLES STROUSE, Composer - LEE ADAMS, Composer - Shahin Novrasli, MainArtist - Vincent Mahey, MixingEngineer

2019 JAZZ VILLAGE 2019 JAZZ VILLAGE

4
Shahin's Day
00:04:12

Shahin Novrasli, Composer, MainArtist - Vincent Mahey, MixingEngineer

2019 JAZZ VILLAGE 2019 JAZZ VILLAGE

5
She's Out Of My Life
00:06:29

TOM BAHLER, Composer - Shahin Novrasli, MainArtist - Vincent Mahey, MixingEngineer

2019 JAZZ VILLAGE 2019 JAZZ VILLAGE

6
Salt Peanuts
00:05:47

Kenny Clark, Composer - Dizzy Gillepsie, Composer - Shahin Novrasli, MainArtist - Vincent Mahey, MixingEngineer

2019 JAZZ VILLAGE 2019 JAZZ VILLAGE

7
Memories
00:04:58

Shahin Novrasli, MainArtist - Vagif Mustafazadeh, Composer - Vincent Mahey, MixingEngineer

2019 JAZZ VILLAGE 2019 JAZZ VILLAGE

8
Stella By Starlight
00:07:30

Victor Young, Composer - Shahin Novrasli, MainArtist - Vincent Mahey, MixingEngineer

2019 JAZZ VILLAGE 2019 JAZZ VILLAGE

9
Cry Of Gulchura
00:03:54

Shahin Novrasli, MainArtist - Vincent Mahey, MixingEngineer - Uzeyir Havibugli, Composer

2019 JAZZ VILLAGE 2019 JAZZ VILLAGE

Descriptif de l'album

Depuis 2014, les amateurs de jazz s’intéressent un peu plus à l’Azerbaïdjan. Cette année-là, Shahin Novrasli publiait l’album Bayati avec Nathan Peck et Ari Hoenig. Pianiste et compositeur jouant le Concerto n° 2 de Rachmaninoff à seulement 18 ans, le virtuose de Bakou mélangeait son éducation classique au jazz et surtout au mugham, genre traditionnel et savant de la musique azérie laissant une place prépondérante à l’improvisation. Avec sa façon bien à lui de tendre des ponts entre Orient et Occident, Novrasli fut adoubé par un certain Ahmad Jamal. Comme un signe divin pour n’importe quel pianiste de jazz… Après le superbe Emanation publié en 2017, l’année de ses 40 ans, Shahin Novrasli se met encore plus à nu avec le bien nommé From Baku to New York City.

Le maître Ahmad, producteur du disque, lui a même prêté sa rythmique (James Cammack à la contrebasse et Herlin Riley à la batterie) pour un disque ayant les traits du récit musical de toute une vie, la sienne, de Bakou à New York, où il a désormais jeté l’ancre. Entre un standard comme Salt Peanuts de Dizzy Gillepsie ou 52nd Street Theme de Thelonious Monk, et une reprise d’une chanson de Joni Mitchell (Both Side Now) ou de Michael Jackson (She's out of My Life), Novrasli offre aussi avec Memories une porte d’entrée à l’univers musical de son auteur, Vagif Mustafazadeh, le grand gourour de ce mugham dont la mélancolie possède les cambrures d’un blues caucasien… Comme souvent avec Novrasli, impossible de ne pas voir apparaître et disparaître les ombres d’Ahmad Jamal, de Bill Evans et surtout de Keith Jarrett. Pourtant, From Baku to New York City impose un peu plus ce voile de mélancolie dont il est l’unique artisan et qui drape son jeu poétique. Superbe. © Marc Zisman/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

The Black Saint And The Sinner Lady

Charles Mingus

The Köln Concert (Live at the Opera, Köln, 1975)

Keith Jarrett

A Love Supreme

John Coltrane

A Love Supreme John Coltrane

Nevermind

Nirvana

Nevermind Nirvana
À découvrir également
Par Shahin Novrasli

Quarantine

Shahin Novrasli

Quarantine Shahin Novrasli

Emanation

Shahin Novrasli

Emanation Shahin Novrasli

Memories

Shahin Novrasli

Memories Shahin Novrasli

She's Out Of My Life

Shahin Novrasli

She's Out Of My Life Shahin Novrasli

Playlists

Dans la même thématique...

Live at the Village Vanguard

Christian McBride

Live at the Village Vanguard Christian McBride

Promises

Floating Points

Promises Floating Points

Musica da lettura

Paolo Fresu

Musica da lettura Paolo Fresu

Love For Sale

Tony Bennett & Lady Gaga

Love For Sale Tony Bennett & Lady Gaga

Kind Of Blue

Miles Davis

Kind Of Blue Miles Davis
Les Grands Angles...
Herbie Hancock, chasse au funk

Avec son ancien employeur Miles Davis, le pianiste Herbie Hancock est l’autre père fondateur du jazz fusion. En 1973, son album "Head Hunters" établit les Saintes Ecritures de l’union la plus réussie entre improvisation jazz et transe psychédélique funk. Coupes afro et platform boots pour tous !

Norah Jones en 10 chansons

Même si ses albums paraissent sur le label Blue Note, Norah Jones n’a jamais été vraiment jazz. Comme elle n’a jamais vraiment été pop, ni folk, country ou soul… Depuis le début des années 2000, la chanteuse et pianiste américaine a toujours tout fait pour flouter, voire éradiquer, les frontières stylistiques au profit de sa propre musique apatride, qu’elle adore partager avec d’autres musiciens venus d’horizons divers. Petit tour de son monde en 10 titres.

ECM en 10 albums

Le plus beau son après le silence. C’est la formule qui colle à la peau d’ECM depuis cinquante ans et la sortie du séminal « Free at Last » du Mal Waldron Trio, en novembre 1969. Manfred Eicher, le charismatique fondateur du label munichois, ne vit pas « hors du temps » mais plus précisément dans « un temps parallèle » à celui de la société, faisant d’ECM une planète de toute beauté où le jazz résonne autrement. Et c’est souvent pour ECM que Keith Jarrett, Charles Lloyd, Jan Garbarek, Chick Corea et tant d’autres ont enregistré leurs disques les plus intenses. Plus encore que pour Blue Note ou Impulse!, se limiter à 10 albums pour raconter toute l’histoire de ce label hors-norme est mission impossible. Aussi, les 10 sélectionnés raconteront « une » histoire d’ECM.

Dans l'actualité...