Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Neil Young - Everybody Knows This Is Nowhere

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Everybody Knows This Is Nowhere

Neil Young with Crazy Horse

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Quelques mois après la fin du Buffalo Springfield au sein duquel il n’a jamais réussi à se faire un nom, Neil Young lance sa carrière solo avec un album éponyme très (trop ?) sage, qui paraît en janvier 1969 et n’émeut pas grand monde. Un disque sur lequel une composition comme The Old Laughing Lady, arrangée par Jack Nitzsche, soulignait pourtant son originalité. Il enchaîne seulement quatre mois plus tard avec son exact opposé, Everybody Knows This Is Nowhere, son premier chef-d’œuvre qui entremêle toutes ses passions stylistiques et sonores. Le Canadien – qui n’a que 23 ans – est entouré de musiciens essentiels qui formeront son groupe Crazy Horse : le guitariste Danny Whitten, le bassiste Billy Talbot et le batteur Ralph Molina. Pour la première fois, il assume sa passion pour l’électricité et les guitares rugueuses (les classiques Down by the River et Cinnamon Girl). Dans une ambiance de rock’n’roll débraillé aux lointains accents folk et country, Young laisse pas mal de place à l’improvisation (le long solo indompté de Down by the River). C’est ce style d’embardée, où les guitares sont lâchées comme des pur-sang en liberté, qui créera ce son Crazy Horse si singulier, sauvage et spontané, et sur lequel il plaquera sa voix tout aussi rageuse. Mais le songwriter canadien est aussi expert en miniatures boisées plus apaisées. Et dans ce registre, Round & Round (It Won't Be Long) est un sommet de subtilité porté par son fameux falsetto inimitable. Aucun doute, dès 1969, Neil Young est au-dessus de la mêlée. © Marc Zisman/Qobuz

Plus d'informations

Everybody Knows This Is Nowhere

Neil Young

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Cinnamon Girl
00:03:01

Danny Whitten, Electric Guitar, Lead Vocals, Harmony Vocals - NEIL YOUNG, Electric Guitar, Lead Vocals, Writer - DAVID BRIGGS, Engineer - Ralph Molina, Drums, Harmony Vocals - Billy Talbot, Bass Guitar - Henry Saskowski, Engineer - Neil Young with Crazy Horse, MainArtist - Kendal Pacios, Engineer

1969 Reprise Records 1969 Reprise Records

2
Everybody Knows This Is Nowhere
00:02:32

Danny Whitten, Guitar, Harmony Vocals - NEIL YOUNG, Guitar, Lead Vocals, Writer - DAVID BRIGGS, Engineer - Ralph Molina, Drums, Harmony Vocals - Billy Talbot, Bass Guitar - Henry Saskowski, Engineer - Neil Young with Crazy Horse, MainArtist - Kendal Pacios, Engineer

1969 Reprise Records 1969 Reprise Records

3
Round & Round (It Won't Be Long)
00:05:55

Danny Whitten, Guitar, Harmony Vocals - Robin Lane, Harmony Vocals - NEIL YOUNG, Guitar, Lead Vocals, Writer - DAVID BRIGGS, Engineer - Ralph Molina, Drums, Harmony Vocals - Billy Talbot, Bass Guitar - Henry Saskowski, Engineer - Neil Young with Crazy Horse, MainArtist - Kendal Pacios, Engineer

1969 Reprise Records 1969 Reprise Records

4
Down by the River
00:09:27

Danny Whitten, Electric Guitar, Harmony Vocals - NEIL YOUNG, Electric Guitar, Lead Vocals, Writer - DAVID BRIGGS, Engineer - Ralph Molina, Drums, Harmony Vocals - Billy Talbot, Bass Guitar - Henry Saskowski, Engineer - Neil Young with Crazy Horse, MainArtist - Kendal Pacios, Engineer

1969 Reprise Records 1969 Reprise Records

5
The Losing End (When You're On)
00:04:08

Danny Whitten, Guitar, Harmony Vocals - NEIL YOUNG, Guitar, Lead Vocals, Writer - DAVID BRIGGS, Engineer - Ralph Molina, Drums, Harmony Vocals - Billy Talbot, Bass Guitar - Henry Saskowski, Engineer - Neil Young with Crazy Horse, MainArtist - Kendal Pacios, Engineer

1969 Reprise Records 1969 Reprise Records

6
Running Dry (Requiem for the Rockets)
00:05:37

Danny Whitten, Guitar, Harmony Vocals - NEIL YOUNG, Guitar, Lead Vocals, Writer - DAVID BRIGGS, Engineer - Bobby Notkoff, Violin - Ralph Molina, Drums, Harmony Vocals - Billy Talbot, Bass Guitar - Henry Saskowski, Engineer - Neil Young with Crazy Horse, MainArtist - Kendal Pacios, Engineer

1969 Reprise Records 1969 Reprise Records

7
Cowgirl in the Sand
00:10:07

Danny Whitten, Electric Guitar, Harmony Vocals - NEIL YOUNG, Electric Guitar, Lead Vocals, Writer - DAVID BRIGGS, Engineer - Ralph Molina, Drums, Harmony Vocals - Billy Talbot, Bass Guitar - Henry Saskowski, Engineer - Neil Young with Crazy Horse, MainArtist - Kendal Pacios, Engineer

1969 Reprise Records 1969 Reprise Records

Descriptif de l'album

Quelques mois après la fin du Buffalo Springfield au sein duquel il n’a jamais réussi à se faire un nom, Neil Young lance sa carrière solo avec un album éponyme très (trop ?) sage, qui paraît en janvier 1969 et n’émeut pas grand monde. Un disque sur lequel une composition comme The Old Laughing Lady, arrangée par Jack Nitzsche, soulignait pourtant son originalité. Il enchaîne seulement quatre mois plus tard avec son exact opposé, Everybody Knows This Is Nowhere, son premier chef-d’œuvre qui entremêle toutes ses passions stylistiques et sonores. Le Canadien – qui n’a que 23 ans – est entouré de musiciens essentiels qui formeront son groupe Crazy Horse : le guitariste Danny Whitten, le bassiste Billy Talbot et le batteur Ralph Molina. Pour la première fois, il assume sa passion pour l’électricité et les guitares rugueuses (les classiques Down by the River et Cinnamon Girl). Dans une ambiance de rock’n’roll débraillé aux lointains accents folk et country, Young laisse pas mal de place à l’improvisation (le long solo indompté de Down by the River). C’est ce style d’embardée, où les guitares sont lâchées comme des pur-sang en liberté, qui créera ce son Crazy Horse si singulier, sauvage et spontané, et sur lequel il plaquera sa voix tout aussi rageuse. Mais le songwriter canadien est aussi expert en miniatures boisées plus apaisées. Et dans ce registre, Round & Round (It Won't Be Long) est un sommet de subtilité porté par son fameux falsetto inimitable. Aucun doute, dès 1969, Neil Young est au-dessus de la mêlée. © Marc Zisman/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Songs From The Big Chair Tears For Fears
Who's Next The Who
Slowhand Eric Clapton
À découvrir également
Par Neil Young
Homegrown Neil Young
Colorado Neil Young
Harvest Neil Young
After The Gold Rush Neil Young

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Americana, l’Amérique par les racines

L’étiquette a beau sentir le coup marketing fumeux, l’americana synthétise pourtant bien depuis une vingtaine d’années cette fusion du rock, de la country, du blues et du rhythm’n’blues. Et comme dans toutes les grandes familles, on y croise à peu près tout le monde : la fille rebelle, l’oncle cultivé, le père agité, la cousine habitée…

Le monde selon Peter Gabriel

Porte-drapeau du rock progressif britannique avec Genesis, Peter Gabriel, qui fête ses 70 ans le 13 février, est devenu le champion de la world music et la figure de l’artiste engagé à travers son label Real World, la série de festivals Womad et bien sûr la protest song “Biko”, passée à la postérité via la tournée de concerts Amnesty International. Retour sur le parcours d’une pop star pas comme les autres.

Johnny Cash derrière les barreaux

Grâce à deux albums live entrés dans la légende, Johnny Cash a relancé sa carrière à la fin des 60’s, devenant une véritable superstar. Deux disques pas comme les autres car enregistrés en prison. Mais comment l’Homme en noir s’est-il retrouvé dans une salle de concert aussi inhabituelle ?

Dans l'actualité...