Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Barn

Neil Young

Rock - À paraître le 10 décembre 2021 | Reprise

Hi-Res
À 76 ans, Neil Young ne lâche pas l’affaire. Tant mieux. Avec Barn, le Loner signe tout de même son 41e album. Et le 14e avec Crazy Horse, son groupe le plus rustique, le plus cru, le plus sauvage, sans filtre ni enluminure. Une sorte de diamant brut se nourrissant de ses imperfections pour alimenter une sincérité rock’n’roll originelle et dont les dernières news dataient de 2019 avec l’album Colorado… Une fois de plus, à la cool, le vieux bison canadien tire sur tout ce qui bouge. Rock massif, écarts country, envolées lyriques ou déambulations folk, il slalome entre ces différentes facettes du rock roots, épaulé par sa vieille rythmique complice – le bassiste Billy Talbot et le batteur Ralph Molina – qui maintient une structure ébranlée par les guitares de Nils Lofgren, délicat remplaçant du tueur retraité, Frank Sampedro. Comme Colorado, Barn est moins violent que les ruades de Crazy Horse au XXe siècle. Le ton est plus… convivial ? Comme Song of the Seasons qui, avec sa guitare nue, son harmonica typiquement youngien et l’accordéon impressionniste de Lofgren, semble échappé de son chef d’œuvre de 1992, Harvest Moon.Militant écolo de la première heure, Neil Young lève toujours son poing pour rappeler que la planète est cassée de partout (Change Ain't Never Gonna ne cause que de ça) mais fait aussi dans l’introspectif, l’autobiographique (sa seconde nationalité, américaine, obtenue en 2020, évoquée sur Canarican), le temps qui passe et les amours se floutent (Tumblin’ Thru the Years et son piano titubant). Bref, toute la quincaillerie nécessaire à tous songwriters dignes de ce nom… Enregistré durant l'été 2021 dans une grange (barn) située dans les Rocheuses, réplique exacte en pins ponderosa de celle construite en 1850 et qui s'était effondrée au même endroit, cet album de Neil Young et Crazy Horse sonne bien plus improvisé et décousu que Colorado. D’où parfois cette sensation de jam infinie plus que d’une farandole de vraies compositions très fortes et très structurées. Ici, le matériel se fait plutôt simple mais pas simpliste. « Ce sont des temps nouveaux, avec de nouvelles chansons et de nouveaux sentiments après ce que notre monde a vécu et continue de vivre », précise le Loner. « C’est de la musique que nous faisons pour nos âmes. C'est comme de l'eau fraîche dans un désert. La vie continue. » Les grooves sont chamaniques. Et l’ambiance générale « entre vieux potes » prédomine. Bref, du Neil Young pur jus. Et celui qui reste le mieux placé pour faire justement du Neil Young… © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

BBC Sessions

Green Day

Alternatif et Indé - À paraître le 10 décembre 2021 | Reprise

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Welcome Back

Neil Young

Rock - Paru le 3 décembre 2021 | Reprise

Hi-Res

First Listen

Michael Bublé

Pop - Paru le 3 décembre 2021 | Reprise

Téléchargement indisponible
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Waiting

Green Day

Alternatif et Indé - Paru le 3 décembre 2021 | Reprise

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Hitchin' a Ride

Green Day

Alternatif et Indé - Paru le 26 novembre 2021 | Reprise

Hi-Res
A partir de :
HI-RES22,49 €
CD19,49 €

Christmas

Michael Bublé

Musiques de Noël - Paru le 14 octobre 2011 | Reprise

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Walking Contradiction

Green Day

Alternatif et Indé - Paru le 19 novembre 2021 | Reprise

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Stuck with Me

Green Day

Alternatif et Indé - Paru le 12 novembre 2021 | Reprise

Hi-Res
A partir de :
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Hushed and Grim

Mastodon

Metal - Paru le 29 octobre 2021 | Reprise

Hi-Res
L’exercice du double album est une prise de risque véritable sur laquelle de nombreux artistes se sont cassés les dents. Comment rendre un long contenu aussi digeste que passionnant quand on a tant à dire ? Mastodon ne semble pas s’être posé la question ni s’être embarrassé d’une quelconque problématique. Il a fait les choses le plus naturellement du monde. Hushed and Grim est avant tout un hommage à Nick John, ami proche et manager disparu après une douloureuse lutte contre un cancer qui l’a emporté en 2018. Un homme qui, selon les quatre musiciens, méritait bien un album. Une source d’inspiration qui a donné naissance à 15 chansons étalées sur presque une heure et demie.Si Hushed and Grim tient sur deux disques, c’est avant tout pour une raison de durée. Il n’est guère question de concept en deux volets laissant apparaître un côté sombre puis un autre plus lumineux ou une face électrique et une plus acoustique… Non, cet album est tout simplement d’une cohérence incroyable et se déguste sur toute sa longueur sans chercher à essayer de savoir si une quelconque feinte se cache derrière ce généreux menu. Mastodon y laisse exploser son incroyable sens de l’écriture et de la mélodie couplé à cette puissance de feu dévastatrice, quelque part entre metal, stoner et rock progressif, qu’il maîtrise comme jamais.Un voyage qui allie férocité et mélancolie dès l’entrée en matière Pain with an Anchor avant de laisser le groupe lâcher un redoutable Savage Lands sans concession non sans avoir fait un détour du côté de la ballade via le sublime Had it All sur lequel Kim Thayil (Soundgarden) vient poser un solo inspiré et à propos. Un disque qui met en avant l’incroyable travail vocal réalisé par Troy Sanders et Brann Dailor, Bent Hinds s’étant mis plus en retrait le temps de ce majestueux périple sonore. Aucune faiblesse, aucune faute de goût et ce, sur une durée qui d’ordinaire laisse toujours un espace pour un ventre mou ou une certaine forme de relâchement, quelle qu’elle soit. Mastodon réussit l’exploit de livrer un album aussi sublime qu’ambitieux, qui se déguste d’une traite, flirtant avec le meilleur du prog sans jamais verser dans le cliché (Peace and Tranquility) et ce, jusqu’au grandiose Gigantium de clôture. L’album de l’année est un pavé qui se savoure avec une aisance désarmante. Il est réalisé par un des plus grands groupes de metal de ces vingt dernières années, si ce n’est le meilleur, tout simplement. © Chief Brody/Qobuz
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Heading West

Neil Young

Rock - Paru le 29 octobre 2021 | Reprise

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Basket Case

Green Day

Alternatif et Indé - Paru le 29 octobre 2021 | Reprise

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

2000 Light Years Away

Green Day

Alternatif et Indé - Paru le 22 octobre 2021 | Reprise

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Sickle and Peace

Mastodon

Metal - Paru le 20 octobre 2021 | Reprise

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Song Of The Seasons

Neil Young

Rock - Paru le 15 octobre 2021 | Reprise

Hi-Res
A partir de :
HI-RES22,49 €
CD19,49 €

Carnegie Hall 1970

Neil Young

Rock - Paru le 1 octobre 2021 | Reprise

Hi-Res
Même si les fans de Neil Young sont à la fête quasiment chaque mois, octobre 2021 est à marquer au fer rouge avec le lancement d’une nouvelle collection d’inédits. Comme son nom l’indique, la Neil Young Official Bootleg Serie se concentre sur des live jusqu’ici pirates et édités enfin officiellement. Les festivités débutent avec un concert donné en solo par le Loner au prestigieux Carnegie Hall de New York, le 4 décembre 1970. L’époque est alors intense pour le Canadien. Quelques semaines après Everybody Knows This is Nowhere paru en mai 1969, Neil Young a signé un pacte lucratif avec David Crosby, Stephen Stills et Graham Nash, concrétisé sur l’album Déjà Vu, un rêve hippie à quatre qui s’envole à la première place des charts et fait de leurs auteurs des stars mondiales ! Dans cette cadence infernale, il en profite pour publier au cœur de l’été 1970 After the Goldrush, son troisième opus solo qui renferme certaines de ses plus belles chansons captées essentiellement dans sa maison de Topanga Canyon, en Californie. Un équilibre parfait entre rock, folk et même country qu’il embarque à la fin de l’année sur une tournée solo faisant escale à Big Apple. Le répertoire de Carnegie Hall 1970 mêle chansons du Buffalo Springfield, de Crosby, Stills, Nash & Young et de son tout frais After the Goldrush. Neil Young donne même un avant-goût de la suite avec Old Man qui ouvrira son fameux Harvest de février 1972. L’exercice du show solo et acoustique (un piano, une guitare) peut être un brin aride sur la longueur mais les chansons de Neil Young de cette période sont de tels chefs d’œuvre qu’on ne pique jamais du nez, ni ne perd le fil de cette balade mélodique rurale et colorée de plus d’une heure et demie. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Teardrinker

Mastodon

Metal - Paru le 1 octobre 2021 | Reprise

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Let It Snow!

Michael Bublé

Ambiance - Paru le 1 octobre 2021 | Reprise

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

See the Sky About to Rain

Neil Young

Rock - Paru le 24 septembre 2021 | Reprise

Hi-Res
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Lindsey Buckingham

Lindsey Buckingham

Rock - Paru le 17 septembre 2021 | Reprise

Hi-Res

Le label

Reprise dans le magazine