Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 1963 | Legacy Recordings

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
How does one recover enough to hear an album in its entirety when the first cut is "In Dreams"? Whoa! Roy Orbison's 1963 album of the same name, recorded for the Monument label, is devastating for a number of reasons, namely that his "Blue Bayou" and his readings of Johnny Mercer's "Dreams" and Stephen Foster's "Beautiful Dreamer" are here, as is his gorgeous reading of Cindy Walker's "Shahdaroba." Half of these cuts were recorded during the sessions for Sings Lonely and Blue, the other half in Nash Vegas in 1963 with Fred Foster producing both. The big difference on this set is the less intrusive presence of the Anita Kerr Singers. There are even more strings here, but they are relegated to a lesser place as well. Orbison's voice was never better than on this recording. The heights he reaches on the title cut, "Lonely Wine," the swaggering country and R&B of "Blue Avenue," and "My Prayer" are simply mind-blowing. The emotion and deep atmospherics of the tunes here reflect Foster's sophistication, but also Orbison's willingness to develop himself as a singer and as a persona. Orbison wrote or co-wrote four tracks this time out, but the song choices are impeccable. In addition to the original album being wonderfully remastered, the Legacy reissue contains four bonus cuts. These include a woolly read of "Mean Woman Blues," simpatico versions of Cindy Walker's "Distant Drum" and Willie Nelson's "Pretty Paper," and his own beautiful "Falling." © Thom Jurek /TiVo
A partir de :
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Rock - Paru le 3 novembre 2017 | Legacy Recordings

Hi-Res
A partir de :
CD14,49 €

Pop - Paru le 22 octobre 2007 | Orbison Records - Legacy

Roy Orbison, emporté l’année précédente par une crise cardiaque, ne connaîtra donc jamais le triomphe de Mystery Girl, album posthume qu’on ne peut, en conséquence, écouter à l’instar d’une production anodine. D’autant que, durant les derniers mois de son existence, honoré par le Rock And Roll Hall of Fame, et participant emblématique à l’aimable escapade du super groupe The Traveling Wilburys, tout va bien pour l’Américain. Le plus rageant de l’histoire, c’est que le chanteur n’apparaît ici en rien diminué : contrairement à certains retours pathétiques, la voix est toujours aussi impériale, toujours aussi à l’aise dans la vertigineuse ascension des octaves. Encadré par deux fans absolus, Jeff Otis Wilbury Lynne et Tom Charlie T. Junior Wilbury Petty, Orbison se montre au meilleur de sa forme, comme toujours impeccable dans le rendu de ses petits drames rock and roll qui déchirent le cœur, tout en n’interdisant pas de danser. Les deux producteurs (figurent également dans l’équipe rien moins qu’Al Kooper, ou Steve Cropper, légendaire guitariste d’Otis Redding), parviennent à gérer la quadrature du cercle qui consiste à offrir une acception moderne à un art séculaire (celui de la romance binaire), et Roy ne semble pas forcer son talent (la décontraction des très grands), même dans le galop effréné de « You Got It ». L’un des sommets du disque reste la contribution de Bono et de son compère de U2 The Edge, suffisamment investis dans le projet pour offrir avec « She’s A Mystery To Me » une sorte de smoking haute couture dans lequel le père de « Oh, Pretty Woman » peut déployer tout son talent. Même si cela n’a pas grande importance dans le contexte, jamais un album d’Orbison n’aura connu pareil parcours dans les classements internationaux. En ce qui concerne les hit-parades de son pays d’origine, Mystery Girl – certifié Disque doublement platine - parviendra à la cinquième place des charts américains, et le single « You Got It » atteindra une très flatteuse neuvième place dans sa catégorie. © ©Copyright Music Story Christian Larrède 2017
A partir de :
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Pop - Paru le 29 avril 2014 | Monument - Orbison Records - Legacy

Hi-Res
A partir de :
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Country - Paru le 1 janvier 1960 | Legacy Recordings

Hi-Res
A partir de :
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 1962 | Columbia Nashville Legacy

Hi-Res

Pop - Paru le 28 mars 2006 | Monument - Orbison Records - Legacy

Téléchargement indisponible
Les quarante chansons offertes ici couvrent l’ensemble de la carrière d’Orbison, des débuts sous influence rockabilly dans les studios Sun, au come-back (inespéré ?) des années quatre-vingt, en passant par les monuments de pathos, et de rythme, gravés pour le compte de la firme Monument. Même l’album Mystery Girl, et quelques-unes de ses romances éternelles, répond présent à l’appel, car enregistré avant l’établissement dudit catalogue, ce qui rend précieuse – et inédite - cette compilation. Pour le reste, « Ooby Dooby » (le tout premier hit), « Only The Lonely » (premier numéro un en Grande-Bretagne), « Crying » (dans sa version originale), « Blue Bayou » (que Linda Ronstadt sut si bien faire fructifier), « Oh, Pretty Woman » (qui rendait captivant le cinéma au moins trois minutes), « You Got It », « She’s A Mystery To Me », « In Dreams », « Claudette » (jadis prêté aux Everly Brothers), et « I Drove All Night » (ultime chevauchée avant inventaire), rappellent deux évidences : le rock reste, viscéralement, une chose tragique, où les cœurs saignent d’abondance. Et il semble difficile de vivre sans Orbison, la voix, en ascenseur permanent sur les octaves, d’Orbison, la capacité d’Orbison d’inscrire plusieurs mélodies dans une seule chanson, la dignité d’Orbison face au temps qui passe, et aux malheurs qui vont avec. Cela dit, chacun fait comme il veut. Très bien vendu en Europe, The Essential Roy Orbison connaîtra un parcours flatteur dans les classements de vente de musique country (79ème), ce qui constitue une étiquette comme une autre. © ©Copyright Music Story Christian Larrède 2017
A partir de :
CD14,49 €

Pop - Paru le 3 février 1989 | Legacy - CBS - Sony

A partir de :
CD15,99 €

Pop - Paru le 24 février 2017 | Legacy Recordings

A partir de :
CD18,99 €

Pop - Paru le 22 avril 2011 | Monument - Orbison Records - Legacy

A partir de :
CD83,99 €

Rock - Paru le 23 octobre 2015 | Roy Orbison P&D

A partir de :
CD14,49 €

Rock - Paru le 16 novembre 2018 | Legacy Recordings

Rock - Paru le 10 février 2009 | Monument - Orbison Records - Legacy

Téléchargement indisponible
A partir de :
CD19,99 €

Rock - Paru le 28 février 2013 | Master Classics

A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Rock - Paru le 20 novembre 2019 | RevOla

Hi-Res
A partir de :
CD14,99 €

Rock - Paru le 1 octobre 1967 | Roy Orbison P&D

A partir de :
CD8,99 €

Pop - Paru le 20 octobre 1992 | Orbison Records - Legacy

Cet album est-il un bon album ? On ne sait pas. Cela dépend du temps qu’il fait, de la brume hivernale sur les arbres figés de froid, de celle qui est partie en laissant un simple mot griffonné sur le buffet de la cuisine, ou du vieux chien, qui ne peut plus aller que du sofa à sa niche. Cet album est-il un album pour faire des sous ? Bien sûr, comme tous les disques dont on parle ici. Espérons simplement que l’usage des royalties par les ayant droits aura été judicieux. Cet album est-il indispensable ? Pas davantage que le souvenir d’un vieil ami, sa voix sur une bande magnétique qui pleure, ou une silhouette qui s’efface sur un cliché argentique sépia. King Of Hearts, deuxième album posthume de Roy Orbison, est donc un merveilleux fourre-tout, alimenté de quelques chansons égarées (le duo de « Crying », où Orbison rencontrait k.d. lang dans la bande originale du film Hiding Out), ou simplement exploitées en singles, une poignée de démos, et autant de pistes chants judicieusement enrobées par Jeff Lynne, fan, producteur, et musicien. Qui prend toutefois la précaution de faire appel à quelques amis compétents, tels le guitariste T. Bone Burnett, le saxophoniste Clarence Clemons – qu’on a coutume de voir aux côtés de Bruce Springsteen – le batteur de Toto Jeff Porcaro, Booker T. Jones et son orgue – magique depuis l’ère Otis redding – ou le chanteur Albert Hammond). Une fine équipe donc, et un constat : même bricolées sur l’évier de la cuisine, ces chansons font toujours autant mouche, et The Big O y chante merveilleusement. Tout ce beau monde offre comme une fête, par tables tournantes interposées, à Orbison, et on est bien content d’apprendre que King Of Hearts atteindra la cent-soixante-dix-neuvième position des charts américains. Est-ce que cela fera revenir Roy Orbison ? Non. Alors, laissez-moi seul avec cet album, et fermez doucement la porte en partant. © ©Copyright Music Story Christian Larrède 2017
A partir de :
CD9,99 €

Variété internationale - Paru le 12 octobre 2018 | ELYONS

A partir de :
CD14,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 1970 | Roy Orbison P&D

A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Pop - Paru le 20 novembre 2019 | RevOla

Hi-Res

L'interprète

Roy Orbison dans le magazine
  • Le roi Roy
    Le roi Roy Le rossignol texan Roy Orbison, le Big O pour les intimes, aurait eu 76 ans aujourd’hui…
  • QIBUZ / Lundi 12 décembre 2011
    QIBUZ / Lundi 12 décembre 2011 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • The Big O
    The Big O Il y a 20 ans jour pour jour disparaissait le Caruso du rock, Roy Orbison. Le rossignol texan fut l’éblouissant alchimiste du rock, de la country et de l’opéra…