Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

A partir de :
CD21,99 €

Pop - Paru le 9 avril 2021 | Polydor

A partir de :
HI-RES30,99 €
CD21,99 €

Pop - Paru le 9 avril 2021 | Polydor

Hi-Res
A partir de :
HI-RES3,99 €
CD2,99 €

Pop - Paru le 23 mars 2021 | Polydor

Hi-Res
A partir de :
CD2,99 €

Pop - Paru le 23 mars 2021 | Polydor

A partir de :
HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Pop - Paru le 12 mars 2021 | Polydor

Hi-Res
A partir de :
CD1,99 €

Pop - Paru le 12 mars 2021 | Polydor

A partir de :
HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Dance - Paru le 12 mars 2021 | Polydor

Hi-Res
A partir de :
CD1,99 €

Dance - Paru le 12 mars 2021 | Polydor

A partir de :
HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Pop - Paru le 5 mars 2021 | Polydor

Hi-Res
A partir de :
CD1,99 €

Pop - Paru le 5 mars 2021 | Polydor

A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 26 février 2021 | Polydor

Hi-Res
Au cinéma, Annie Girardot pouvait passer d’un drame de Luchino Visconti à une comédie de Claude Zidi avec la même aisance. Dans la chanson c’était la même chose. L’éclectisme de ses rôles et son image de femme entière l’ont amenée, en 1967, à sortir un album où la poésie la plus classique côtoie un humour raillant gentiment les mœurs de son époque. Car Vivre pour vivre (qui, à l’époque, ne parut qu’au Canada) est un Polaroïd de la France des années 1960, celle de l’essor de la société des loisirs (Bons baisers), et d’une conception plus libre de l’amour (Oui non). Toujours dans la veine « sociétale », et à l’heure où une grande partie des rencontres amoureuses se font désormais via des applications de rencontre comme Tinder, il est stupéfiant de croiser IBM, une chanson visionnaire qui conjugue algorithmes et sentiments. « Si je t’avais choisi dans un ordinateur électronique (…) ta carte perforée, ma carte perforée auraient coïncidé et voilà c’était fait », chante-t-elle sur une musique diablement pop, aux cordes psychédéliques. Musicalement, l’album fait également des incursions dans le jazz (Petites annonces), la valse façon « thé dansant » (Isalaide) ou encore la musique de cabaret grinçante (La Chanson empoisonnée).  Mais ce disque est aussi celui d’une femme d’âge moyen qui, tout en incarnant encore la séduction (la chanson courtoise Mon prince), commence à sentir le poids du temps qui passe (Ça m’empêche de dormir). Et bien entendu, Annie Girardot, c’est la personnification de la passion électrique, la pulsion de vie par excellence. A cet égard, le morceau Vivre pour vivre pourrait être un portrait fidèle de la comédienne, sur un très beau texte parlé-chanté, signé Pierre Barouh. Il s’agit du thème principal du film éponyme de Claude Lelouch, sorti en 1967. Tout le long de ce disque, on aura l’immense plaisir de retrouver les intonations inimitables d’Annie Girardot, son humour débridé et sa sensibilité extrême, sur des textes aussi malicieux qu’émouvants. © Nicolas Magenham/Qobuz
A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 26 février 2021 | Polydor

Au cinéma, Annie Girardot pouvait passer d’un drame de Luchino Visconti à une comédie de Claude Zidi avec la même aisance. Dans la chanson c’était la même chose. L’éclectisme de ses rôles et son image de femme entière l’ont amenée, en 1967, à sortir un album où la poésie la plus classique côtoie un humour raillant gentiment les mœurs de son époque. Car Vivre pour vivre (qui, à l’époque, ne parut qu’au Canada) est un Polaroïd de la France des années 1960, celle de l’essor de la société des loisirs (Bons baisers), et d’une conception plus libre de l’amour (Oui non). Toujours dans la veine « sociétale », et à l’heure où une grande partie des rencontres amoureuses se font désormais via des applications de rencontre comme Tinder, il est stupéfiant de croiser IBM, une chanson visionnaire qui conjugue algorithmes et sentiments. « Si je t’avais choisi dans un ordinateur électronique (…) ta carte perforée, ma carte perforée auraient coïncidé et voilà c’était fait », chante-t-elle sur une musique diablement pop, aux cordes psychédéliques. Musicalement, l’album fait également des incursions dans le jazz (Petites annonces), la valse façon « thé dansant » (Isalaide) ou encore la musique de cabaret grinçante (La Chanson empoisonnée). Mais ce disque est aussi celui d’une femme d’âge moyen qui, tout en incarnant encore la séduction (la chanson courtoise Mon prince), commence à sentir le poids du temps qui passe (Ça m’empêche de dormir). Et bien entendu, Annie Girardot, c’est la personnification de la passion électrique, la pulsion de vie par excellence. A cet égard, le morceau Vivre pour vivre pourrait être un portrait fidèle de la comédienne, sur un très beau texte parlé-chanté, signé Pierre Barouh. Il s’agit du thème principal du film éponyme de Claude Lelouch, sorti en 1967. Tout le long de ce disque, on aura l’immense plaisir de retrouver les intonations inimitables d’Annie Girardot, son humour débridé et sa sensibilité extrême, sur des textes aussi malicieux qu’émouvants. © Nicolas Magenham/Qobuz
A partir de :
HI-RES5,99 €
CD3,99 €

Allemagne - Paru le 26 février 2021 | Polydor

Hi-Res
A partir de :
CD1,99 €

Allemagne - Paru le 26 février 2021 | Polydor

A partir de :
CD3,99 €

Allemagne - Paru le 26 février 2021 | Polydor

A partir de :
HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Allemagne - Paru le 26 février 2021 | Polydor

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Pop - Paru le 25 février 2021 | Polydor

Hi-Res
A partir de :
CD1,99 €

Pop - Paru le 25 février 2021 | Polydor

A partir de :
CD14,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 19 février 2021 | Polydor

A partir de :
CD1,99 €

Pop - Paru le 19 février 2021 | Polydor

Les Collections

Le label

Polydor dans le magazine