Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Kristian Bezuidenhout - Mozart : Keyboard Music, Vol. 7

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Mozart : Keyboard Music, Vol. 7

Kristian Bezuidenhout

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 88.2 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Inutile de jeter un n-ième pavé dans l’inutile mare du piano-moderne-contre-fortepiano : Kristian Bezuidenhout joue ici sur un fortepiano, c’est à prendre ou à laisser ! Prenons, prenons : car le fortepiano en question étant une copie moderne d’un Anton Walter de 1805 – pour mémoire, Mozart avait acheté un Walter vers 1782 et c’est pour cet instrument et nul autre qu’il conçut la majorité de ses grands concertos pour piano. Pour ce septième volume consacré à Mozart, Bezuidenhout a choisi d’encadrer l’une des plus grandes sonates, la sombre, désespérée et quasiment romantique sonate en la mineur de 1778 (l’une des deux seules, sur dix-huit, à embrasser une tonalité mineure), de deux séries de variations : celle sur « Lison dormait » de la même année 1778, puis celle sur « Moi caro Adone », écrite en 1773 d’après l’opéra La fiera di Venezia de Salieri, et qui sert de pendant à la Sonate en ré majeur K.284 de la même époque. Judicieuse mise en parallèle de deux sonates d’époques différentes, avec leurs séries de variations datant de la même période que les sonates respectives, car on peut aisément suivre les similitudes d’écriture et de conception claviéristique. A quiconque a du mal à soutenir le diapason à l’ancienne, l’on répondra que Bezuidenhout utilise un diapason très proche du nôtre : 430Hz, ce qui ne devrait pas déranger les auditeurs doués (ou affligés) de l’oreille absolue. © SM / Qobuz

Plus d'info

Mozart : Keyboard Music, Vol. 7

Kristian Bezuidenhout

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

9 Variations on 'Lison dormait' in C Major, K.264 (Wolfgang Amadeus Mozart)

1
9 Variations on 'Lison dormait' in C Major, K.264 00:16:29

Kristian Bezuidenhout, Fortepiano - Wolfgang Amadeus Mozart, Composer

harmonia mundi usa 2015

Piano Sonata in A Minor, K. 310 (Wolfgang Amadeus Mozart)

2
I. Allegro maestoso 00:05:31

Kristian Bezuidenhout, Fortepiano - Wolfgang Amadeus Mozart, Composer

harmonia mundi usa 2015

3
II. Andante cantabile con expressione 00:09:25

Kristian Bezuidenhout, Fortepiano - Wolfgang Amadeus Mozart, Composer

harmonia mundi usa 2015

4
III. Presto 00:03:07

Kristian Bezuidenhout, Fortepiano - Wolfgang Amadeus Mozart, Composer

harmonia mundi usa 2015

6 Variations on 'Mio caro Adone' in G Major, K.180 (Wolfgang Amadeus Mozart)

5
6 Variations on 'Mio caro Adone' in G Major, K.180 00:08:36

Kristian Bezuidenhout, Fortepiano - Wolfgang Amadeus Mozart, Composer

harmonia mundi usa 2015

Piano Sonata in D Major, K.284 (Wolfgang Amadeus Mozart)

6
I. Allegro 00:07:26

Kristian Bezuidenhout, Fortepiano - Wolfgang Amadeus Mozart, Composer

harmonia mundi usa 2015

7
II. Rondeau en polonaise: Andante 00:04:45

Kristian Bezuidenhout, Fortepiano - Wolfgang Amadeus Mozart, Composer

harmonia mundi usa 2015

8
III. Thema: Andante. Vars. I-XII 00:17:29

Kristian Bezuidenhout, Fortepiano - Wolfgang Amadeus Mozart, Composer

harmonia mundi usa 2015

Descriptif de l'album

Inutile de jeter un n-ième pavé dans l’inutile mare du piano-moderne-contre-fortepiano : Kristian Bezuidenhout joue ici sur un fortepiano, c’est à prendre ou à laisser ! Prenons, prenons : car le fortepiano en question étant une copie moderne d’un Anton Walter de 1805 – pour mémoire, Mozart avait acheté un Walter vers 1782 et c’est pour cet instrument et nul autre qu’il conçut la majorité de ses grands concertos pour piano. Pour ce septième volume consacré à Mozart, Bezuidenhout a choisi d’encadrer l’une des plus grandes sonates, la sombre, désespérée et quasiment romantique sonate en la mineur de 1778 (l’une des deux seules, sur dix-huit, à embrasser une tonalité mineure), de deux séries de variations : celle sur « Lison dormait » de la même année 1778, puis celle sur « Moi caro Adone », écrite en 1773 d’après l’opéra La fiera di Venezia de Salieri, et qui sert de pendant à la Sonate en ré majeur K.284 de la même époque. Judicieuse mise en parallèle de deux sonates d’époques différentes, avec leurs séries de variations datant de la même période que les sonates respectives, car on peut aisément suivre les similitudes d’écriture et de conception claviéristique. A quiconque a du mal à soutenir le diapason à l’ancienne, l’on répondra que Bezuidenhout utilise un diapason très proche du nôtre : 430Hz, ce qui ne devrait pas déranger les auditeurs doués (ou affligés) de l’oreille absolue. © SM / Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Kristian Bezuidenhout
Haydn: Piano Sonatas Kristian Bezuidenhout
Mendelssohn: Concertos Kristian Bezuidenhout
Mozart : Keyboard Music Vols. 8 & 9 Kristian Bezuidenhout

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Charlie Chaplin, compositeur

À l’occasion d’une grande exposition qui lui est consacrée à la Philharmonie de Paris, retour sur les liens étroits qu’entretenait Charlie Chaplin avec la musique. Interprète et réalisateur légendaire, l’homme à la canne et au chapeau melon était également l’auteur de la musique de ses films.

Compositrices, ces méconnues

De Sappho de Mytilène à Kaija Saariaho, l’histoire de la musique est jalonnée par des figures de femmes qui ont « osé » écrire de la musique. La création serait l’apanage des hommes ? Notre musée sonore compte en effet plus de compositeurs, connus et reconnus, que de compositrices. Pourtant, leurs œuvres ne sont pas moins passionnantes et il n’y a aucune raison de les considérer comme des objets de second ordre ni de les ignorer. Défense et illustration de la composition au féminin en onze portraits musicaux.

John Barry, factotum de génie

Composer pour l’écran nécessite un goût et un savoir-faire pour tous les styles : du disco pour une scène de night-club ou un madrigal pour un film en costumes, le musicien de cinéma doit pouvoir répondre présent partout ! Et John Barry est sans doute l’un des compositeurs de BO qui a su se fondre le mieux dans tous les genres cinématographiques et musicaux.

Dans l'actualité...