Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

1296 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Blues/Country/Folk
14,99 €
9,99 €

Folk - À paraître le 28 juillet 2017 | Solo Sounds

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Country - À paraître le 14 juillet 2017 | Solo Sounds

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Folk - À paraître le 14 juillet 2017 | Solo Sounds

Hi-Res
22,49 €
14,99 €

Folk - À paraître le 23 juin 2017 | Owsley Stanley Foundation

Hi-Res
14,99 €
12,99 €

Country - À paraître le 16 juin 2017 | Warner Bros.

Hi-Res
11,99 €
10,39 €

Country - À paraître le 16 juin 2017 | Warner Bros.

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Country - À paraître le 2 juin 2017 | Pepper Hill Records

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Folk - À paraître le 12 mai 2017 | Bonsound Records

Hi-Res Livret
11,99 €
10,39 €

Folk - À paraître le 12 mai 2017 | Nonesuch

Hi-Res Livret
1,49 €
0,99 €

Folk - À paraître le 5 mai 2017 | Little Cabin Entertainment

Hi-Res
13,49 €
11,69 €

Folk - À paraître le 5 mai 2017 | Anti - Epitaph

Hi-Res
17,48 €
12,99 €

Country - À paraître le 5 mai 2017 | Mercury

Hi-Res
Son Traveller fut l’un des meilleurs disques country de 2015. Durant des années, Chris Stapleton a loué sa plume à tout Nashville (mais pas que), signant du tube au kilomètre pour Kenny Chesney, George Strait, Adele, Luke Bryan, Tim McGraw, Brad Paisley et Dierks Bentley, et co-écrivant avec Vince Gill, Peter Frampton et Sheryl Crow. Le natif du Kentucky n’avait alors donc plus trop à faire ses preuves niveau songwriting… Passer côté micro étant une toute autre affaire, ce premier album solo qu’il se décidait à enregistrer à déjà 37 ans se devait d’être à la hauteur. Il le fut. Certes, de 2008 à 2010, Stapleton avait piloté les SteelDrivers, sympathique groupe de bluegrass, mais cette fois, l’heure était à la rédaction de sa copie perso à lui tout seul avec son nom et rien que son nom sur le fronton de la boutique… Produit par les doigts de fée et l’ouïe d’or de Dave Cobb (Sturgill Simpson, Jason Isbell…), Traveller montrait que Stapleton possédait une vraie voix. Dans les ballades comme dans les titres nettement plus up-tempo, il habitait ses chansons de fond en comble et y apportait parfois même une touche de soul sudiste. Avec From A Room: Volume 1 qui lui fait suite deux ans plus tard, le songwriter livre un bien joli deuxième album de country contemporaine, attaché à une certaine tradition mais gardant ses bottes dans son époque. Capté lui aussi avec Cobb aux manettes dans l’antre du fameux RCA Studio A de Nashville où Elvis, Waylon Jennings et quelques autres légendes trainèrent au siècle dernier, il offre une face plus roots de son auteur. Chris Stapleton chante toujours comme un dieu, braillant comme un loup blessé quand il le faut (Either Way) et jouant le lover soul sudiste si nécessaire (I Was Wrong). Il déballe même de bonnes vieilles ruades rock’n’roll si on le chatouille trop (Second One To Know). Et lorsqu’il revisite Last Thing I Needed, First Thing This Morning popularisé par Willie Nelson en 1982, tout le monde met un genou à terre ! Bref, le barbu de Lexington slalome surtout à la perfection entre le très personnel et le plus commercial et accouche, au bout de la route, d’un disque qui fait du bien. Le Volume 2, please ! © MD/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Country - Paru le 28 avril 2017 | CMH Records

Hi-Res
15,39 €
10,39 €

Country - Paru le 28 avril 2017 | Blue Chair Records, LLC - Columbia Nashville

Hi-Res
15,39 €
10,39 €

Country - Paru le 28 avril 2017 | Legacy Recordings

Hi-Res
Infatigable. Increvable. Indéboulonnable. Inébranlable. En plus d’être une légende et un mythe (deux pour le prix d’un !), Willie Nelson n’est-il pas en train de devenir un… surhomme ? A 84 ans passés, celui que beaucoup considèrent comme le plus grand songwriter country encore en activité publie des albums comme d’autres boivent des bières. Et force est de reconnaître que la qualité de ses livraisons annuelles (quand ça n’est pas bi-annuelles !) reste toujours de qualité. Ce God's Problem Child prouve ainsi que le temps glisse sur l’auteur d’Hello Walls sans affecter son talent. Surtout que cette cuvée du printemps 2017 comprend essentiellement des chansons inédites, composées pour la plupart par Willie et Buddy Cannon. Des titres musicalement assez laid-back dans l’ensemble (et jamais sur-produits !) et toujours aussi variés dans leurs thèmes. Sur la chanson-titre écrite par Jamey Johnson et Tony Joe White, Willie partage le micro avec les deux compositeurs mais aussi Leon Russell, dans l’un de ses derniers enregistrements avant sa mort le 13 novembre 2016. L’amusant I'm Not Dead se gausse d’une fausse rumeur propagée sur internet sur sa supposée mort. Delete And Fast-Forward glisse quelques commentaires acerbes sur les dernières élections américaines. Enfin, He Won't Ever Be Gone qui boucle le disque est un sobre et bel hommage à Merle Haggard, son vieux complice disparu le 6 avril 2016, avec lequel il venait de co-signer l’impeccable Django & Jimmie l’année précédente… Evidemment ce God’s Problem Child ne joue pas dans la même catégorie que ses chefs d’œuvre d’antan comme Shotgun Willie et Phases And Stages. Mais chaque album de Willie Nelson, modeste soit-il, restera toujours au-dessus de 80% de la production country ambiante, rappelant à chacun le b.a.-ba et les bases d’une bonne chanson et de son interprétation adéquate. Et rien que pour ça, ce disque se déguste comme une énième bière fraiche dégustée avec un vieil ami… © CM/Qobuz