Artistes similaires

Les albums

1,68 €

Alternatif et Indé - Paru le 22 avril 2013 | Vertigo Berlin

1,68 €

Dance - Paru le 1 janvier 2013 | Universal Music Division Polydor

19,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2013 | Universal Music Division Polydor

9,09 €

Rock - Paru le 1 janvier 2011 | Universal Music Division Polydor

1,68 €

Pop - Paru le 6 janvier 2012 | Universal Music Division Polydor

Produit par Justin Parker et Robopop (Gym Class Heroes), Video Games est le premier EP de l'une des nouvelles vedettes de 2011, la chanteuse new-yorkaise glamour Lana Del Rey, qui fait couler beaucoup d'encre. Dans un style qu'elle décrit elle-même comme "Nancy Sinatra gangsta" et "sadcore Hollywood", l'opus inclut le titre éponyme, classé au Top 10 britannique, ainsi que ses versions remixées par Mr. Fingers et Omid 16B, et "Blue Jeans".
9,09 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2012 | Universal Music Division Polydor

1,68 €

Bandes originales de films - Paru le 1 janvier 2014 | Vertigo Berlin

5,19 €

Alternatif et Indé - Paru le 9 avril 2012 | Universal Music Division Polydor

Produit par Justin Parker et Robopop (Gym Class Heroes), Video Games est le premier EP de l'une des nouvelles vedettes de 2011, la chanteuse new-yorkaise glamour Lana Del Rey, qui fait couler beaucoup d'encre. Dans un style qu'elle décrit elle-même comme "Nancy Sinatra gangsta" et "sadcore Hollywood", l'opus inclut le titre éponyme, classé au Top 10 britannique, ainsi que ses versions remixées par Mr. Fingers et Omid 16B, et "Blue Jeans".
5,19 €

Pop - Paru le 1 janvier 2012 | Universal Music Division Polydor

1,68 €

Alternatif et Indé - Paru le 25 août 2017 | Universal Music Division Polydor

1,68 €

Alternatif et Indé - Paru le 25 août 2017 | Universal Music Division Polydor

1,68 €

Alternatif et Indé - Paru le 25 août 2017 | Universal Music Division Polydor

1,68 €

Alternatif et Indé - Paru le 25 août 2017 | Universal Music Division Polydor

19,23 €
14,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 21 juillet 2017 | Vertigo Berlin

Hi-Res Livret
Deux ans après Honey Moon, Lana del Rey revient avec le très attendu Lust for Life, son cinquième album studio. La voix est magnétique, plus charnelle que jamais, les mélodies solides. Si le monde version Lana reste empesé, lent, pensif, les featuring savamment choisis lui offrent quelques éclaircies bienvenues. La baby doll a ainsi convié quelques friends à son bal. A$ap Rocky officie sur Groupie Love et Summer Bummer où il ramène le jeune loup d’Atlanta Playboi Carti, The Weeknd sur Lust for Life, Jonathan Wilson sur Love. D’autres, et non des moindres, ont reçu leur carton d’invitation. Stevie Nicks, chanteuse emblématique de Fleetwood Mac et Sean Ono Lennon. 16 titres, 72 minutes. Et un mélange des genres allant du hip hop, avec des accents de trap, au psyché, en passant par la ballade au piano, avec toujours une attention portée sur l’acoustique. Un furieux désir de vivre donc, qui renoue avec celui qui la fait reine, Born To Die. Presque ironique. Une boucle est-elle bouclée ? En tous les cas, une mélancolie aux couleurs fanées toujours aussi attractive dont le vernis ne craque plus seulement pour découvrir les affres béantes d’une idole, mais qui aborde aussi une Amérique actuelle à la dérive, entre passé et futur. © MD/Qobuz
14,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 21 juillet 2017 | Universal Music Division Polydor

Livret
Deux ans après Honey Moon, Lana del Rey revient avec le très attendu Lust for Life, son cinquième album studio. La voix est magnétique, plus charnelle que jamais, les mélodies solides. Si le monde version Lana reste empesé, lent, pensif, les featuring savamment choisis lui offrent quelques éclaircies bienvenues. La baby doll a ainsi convié quelques friends à son bal. A$ap Rocky officie sur Groupie Love et Summer Bummer où il ramène le jeune loup d’Atlanta Playboi Carti, The Weeknd sur Lust for Life, Jonathan Wilson sur Love. D’autres, et non des moindres, ont reçu leur carton d’invitation. Stevie Nicks, chanteuse emblématique de Fleetwood Mac et Sean Ono Lennon. 16 titres, 72 minutes. Et un mélange des genres allant du hip hop, avec des accents de trap, au psyché, en passant par la ballade au piano, avec toujours une attention portée sur l’acoustique. Un furieux désir de vivre donc, qui renoue avec celui qui la fait reine, Born To Die. Presque ironique. Une boucle est-elle bouclée ? En tous les cas, une mélancolie aux couleurs fanées toujours aussi attractive dont le vernis ne craque plus seulement pour découvrir les affres béantes d’une idole, mais qui aborde aussi une Amérique actuelle à la dérive, entre passé et futur. © MD/Qobuz

L'interprète

Lana Del Rey dans le magazine