Artistes similaires

Les albums

14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 24 septembre 2013 | Ondine

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - Hi-Res Audio
Hannu Lintu prend la direction musicale de l'Orchestre Symphonique de la Radio Finlandaise pour la nouvelle saison 2013-2014. À cette occasion, il présente chez Ondine un programme de György Ligeti (1923-2006), compositeur majeur de la seconde moitié du vingtième siècle, avec des pièces orchestrales de toute première importance : Atmosphères (1961), Lontano (1967), et San Francisco Polyphony (1974). Autre pièce maîtresse de ce programme, le Concerto pour violon, qui incorpore des influences diverses pour finir dans une impression de chaos total et pourtant très structuré, un défi technique remporté ici par le violoniste Benjamin Schmid. C'est la seconde collaboration de Benjamin Schmid et Hannu Lintu chez Ondine après le Concerto de Reger.
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 7 août 2012 | Ondine

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Hi-Res Audio
Dans ce nouvel opus avec l'Orchestre Symphonique de la Radio Finlandaise, le chef d'orchestre Sakari Oramo défend deux des symphonies les plus complexes de Prokofiev. Composée en 1944, la Cinquième, ample, grandiose, sarcastique, sans ironie, permit au compositeur, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, de recevoir le Prix Staline. D'une difficulté d'interprétation redoutable - elle exige une concentration dans l'architecture implacable, un épanouissement de la texture sonore en même temps qu'une énergie rythmique de tous les instants, la Cinquième n'atteint pas l'intensité sombre et terrifiante de la Sixième, la plus méconnue des grandes symphoniques du XXe siècle. On y embarque pour un déluge de sensations cuivrées et poignantes, autrefois défendues à merveille par Ansermet (Decca, 1951), Leinsdorf (RCA, 1966), Martinon (Vox, 1971) et naturellement Evgeni Mravinski.
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 13 octobre 2017 | Ondine

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 10 juin 2016 | Ondine

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Bien qu’il fut actif plus ou moins à la même époque que son compatriote Sibelius, Erkki Melartin (un exact contemporain de Ravel : 1875-1937) n’en subit ni l’influence ; par contre, il dut se suffire d’une place de « second rang » dans le firmament musical finlandais, et se fit surtout connaître comme chef d’orchestre – c’est lui qui introduisit Mahler dans la sphère nordique. Son œuvre, qui comporte rien moins que six symphonies, des poèmes symphoniques, quatre quatuors à cordes et de nombreuses autres pièces de musique de chambre, des ouvrages pour piano, des Lieder, ainsi qu’un opéra et deux ballets, mérite pourtant le détour : et si les influences ne se trouvent pas du côté de Sibelius, c’est que Melartin écouta bien des choses venues de France et d'ailleurs : Debussy évidemment, Ravel, Rimsky-Korsakov et Dukas sans nul doute, ainsi qu’en témoigne sa chatoyante orchestration et son langage harmonique plus proche de ce que l’on appelle « l’impressionnisme » que des vagues sonores nordiques. Ce superbe enregistrement de l’Orchestre de la Radio Finlandaise propose, en pièce de résistance, une très grande suite établie d’après sa musique de ballet La perle bleue (Sininen Helmi) de 1930. C’est là un ouvrage de l’ultime maturité, puissamment original, sans doute très chorégraphique mais aussi, en termes orchestraux, d’une superbe facture. En guise d’introduction, on pourra découvrir un poème symphonique, Traumgesicht (« Visage de rêve ») et une mélodie avec orchestre que chante Soile Isokoski. Melartin, un musicien négligé bien à tort, et que cet enregistrement remet brillamment à l’honneur. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 4 mars 2016 | Ondine

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
« Trois œuvres récentes rappellent avec quelle maestria le compositeur finlandais Magnus Lindberg compose pour l'orchestre. Al largo (2009-2010), partiellement inspiré par Ma Mère L'Oye de Ravel, s'ouvre par une fanfare de cuivres [...] Le début d'Era (2012) porte l'empreinte manifeste, par son irruption des cordes graves, de celui de la Symphonie n° 4 de Sibelius. Lindberg ne s'en cache pas et d'autres allusions sonores sont encore décelables. [...] L'Orchestre de la Radio d'Helsinki et Hannu Lintu, son chef depuis 2013, sont chez eux dans cette musique de haut vol.» (Classica, juin 2016 / Marc Vignal)
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 14 avril 2015 | Ondine

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 14 octobre 2014 | Ondine

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
16,99 €

Classique - Paru le 31 octobre 2011 | Fazer Records - Finlandia

9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1992 | Ondine

Absolument inconnu en France, Väinö Raitio est un compositeur finlandais dont la musique est emplie de merveilleux et de poésie. Formé à la polyphonie de Bach comme à la musique romantique allemande, russe et nordique, Raitio a été aussi fortement marqué par l'influence de Debussy. C'est ce dernier qui va lui permettre de rompre les ponts avec un certain académisme pour créer une musique tout à fait personnelle et riche de chatoiements chamarrés. Sa musique devient alors expressionniste, flirtant même avec l'atonalisme. Mais c'est dans les années 1930 qu'il trouve véritablement son langage ; une synthèse de toutes les influences reçues qui lui permettent de créer un univers magique. Le présent album, magnifiquement dirigé par Jukka-Pekka Saraste, est une excellente introduction pour partir à la découverte d'un créateur original et qui a su se distinguer de l'influence obsédante de Sibelius. FH
9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2003 | Ondine

Livret
9,99 €

Classique - Paru le 13 novembre 2015 | Ondine

Livret
Cahoteuse genèse que celle de la Première symphonie de Mahler ! La première version, écrite en 1888, comporte deux parties et cinq mouvements, et le compositeur la crée lui-même à Budapest l’année suivante sous forme de « poème symphonique ». Sans grand succès, public comme critique ne voyant pas trop d’un bon œil trop de nouveauté. Le compositeur revoit sa copie et tente vainement de la faire éditer sous le titre de Aus dem Leben eines Einsamen (« De la vie d’un solitaire »). Puis il parvient à la redonner à Hambourg en 1893, cette fois avec le titre plus marquant de Titan, et un deuxième mouvement intitulé « Blumine » (« Floral », si l’on veut) qui l’année suivante à Weimar devient « Bluminenkapitel » (« Chapitre floral »). Enfin, c’est la consécration à Berlin en 1896, mais sans le nom Titan ni le mouvement Blumine qui passe entièrement à la trappe : c’est tout simplement sous forme de Première symphonie que l’œuvre s’y fait copieusement siffler… Le présent enregistrement de la symphonie « habituelle », avec l’Orchestre de la Radio finlandaise dirigée par Hannu Lintu, nous offre en prime une version avec ce Blumine longtemps perdu, qui ne fut redécouvert qu’en 1966 et recréé en 1967 par Benjamin Britten. © SM/Qobuz
19,99 €

Opéra - Paru le 1 mars 2014 | Ondine