Paru le 16 juin 2009 chez Hyperion
Artiste principal : The Nash Ensemble
Genre : Classique
Inclus 1 Livret numérique
Plus d'informations
Disponible en
En savoir plus
Qualité Studio Masters (24 bits)
Qualité CD (Lossless 16 bits 44,1 kHz) 9,99 €
Cet album est uniquement disponible à l'achat en téléchargement : le détenteur des droits ne souhaite pas qu'il soit disponible en streaming. Vous pouvez télécharger cet album, ou écouter des extraits de 60 secondes, en MP3 320.
 Afficher tous les interprètes
Album : 1 disque - 9 pistes - Durée totale : 01:09:56
Les pistes écoutées dans le lecteur intégré sont en Qualité Standard (320 kbps).
    String Quintet in C minor, Op. 104 (Ludwig van Beethoven)
  1. 1 Allegro con brio The Nash Ensemble - Marianne Thorsen, violin - Malin Broman, violin - Lawrence Power, viola - Philip Dukes, viola - Paul Watkins, cello
  2. 2 Andante cantabile, con variazioni The Nash Ensemble - Marianne Thorsen, violin - Malin Broman, violin - Lawrence Power, viola - Philip Dukes, viola - Paul Watkins, cello
  3. 3 Menuetto: Quasi allegro The Nash Ensemble - Marianne Thorsen, violin - Malin Broman, violin - Lawrence Power, viola - Philip Dukes, viola - Paul Watkins, cello
  4. 4 Prestissimo The Nash Ensemble - Marianne Thorsen, violin - Malin Broman, violin - Lawrence Power, viola - Philip Dukes, viola - Paul Watkins, cello
  5. Duo in E flat major for viola and cello, WoO32 'Eyeglass'
  6. 5 Allegro The Nash Ensemble - Lawrence Power, viola - Paul Watkins, cello
  7. 6 Minuetto The Nash Ensemble - Lawrence Power, viola - Paul Watkins, cello
  8. Piano Quartet in E flat major, Op. 16
  9. 7 Grave — Allegro ma non troppo The Nash Ensemble - Ian Brown, piano - Marianne Thorsen, violin - Lawrence Power, viola - Paul Watkins, cello
  10. 8 Andante cantabile The Nash Ensemble - Ian Brown, piano - Marianne Thorsen, violin - Lawrence Power, viola - Paul Watkins, cello
  11. 9 Rondo: Allegro ma non troppo The Nash Ensemble - Ian Brown, piano - Marianne Thorsen, violin - Lawrence Power, viola - Paul Watkins, cello

À propos

Quintette à cordes op.104 - Duo pour alto & violoncelle mit zwei obligaten Augengläsern "Eyeglass Duo" WoO32 - Quatuor pour piano op.16 / The Nash Ensemble
Inclus 1 Livret numérique
Détails de l'enregistrement original: 70:03 - DDD - Enregistré du 25 au 27 juin 2008 en l'église Saint Paul, Deptford, Londres - Notes en français, anglais et allemand

Ludwig van Beethoven (1770–1827)

Quintette à cordes en ut mineur, op. 104 *
Duo pour alto & violoncelle en mi bémol majeur, WoO 32 "avec deux paires de lunettes obligées"
Quatuor avec piano en mi bémol majeur, op. 16

The Nash Ensemble
(Marianne Thorsen & * Malin Broman, violon - Lawrence Power & * Philip Dukes, alto - Paul Watkins, violoncelle - Ian Brown, piano)

Il ne faut pas se laisser tromper par le numéro d’opus de ce Quintette pour cordes, Op. 104 : certes, l’ouvrage fut publié seulement en 1819, mais il s’agit en réalité d’un arrangement de la main de Beethoven réalisé à partir de l’un de ses premiers trios piano-violon-violoncelle, l’Op. 1 n°3 de 1792 ! Cela dit, dès l’origine, l’œuvre comportait déjà de nombreux éléments de cette colère véhémente puissamment beethovenienne, à mille lieues du langage encore assez classique et « rangé » des autres pièces de l’époque. Haydn lui-même accueillit le Trio avec un certain scepticisme, ce qui n’est pas peu dire considérant ses propres hardiesses. Bon, il est certain qu’entre la version de 1792 et celle de 1819, Beethoven a remanié certaines tournures, tandis que son écriture instrumentale s’est libérée des carcans classiques. Mais quand même…

    C’est Mozart plus que Haydn qui lui a servi de modèle pour le Quatuor avec piano de 1796, initialement écrit pour quintette piano-vents (exactement comme le K452 de Mozart)  ; mais Beethoven, conscient qu’il pourrait doubler les ventes en réalisant une seconde version, n’hésita pas à transcrire lui-même son œuvre ; les deux versions parurent en 1801 sous le numéro d'Op. 16. Là où Mozart avait soigneusement entrelacé les voix du piano et des vents, Beethoven opte pour une sorte de concerto où le piano serait le soliste, les autres instruments « l’orchestre ».

    Plus rare, le Duo en mi bémol majeur pour alto et violoncelle, plaisamment sous-titré « Duo avec deux lorgnons obligés » par le compositeur lui-même : il fait ainsi allusion au fait que lui-même (qui tenait la partie d’alto) et le dédicataire, le baron Smeskall von Domanowecz – violoncelliste amateur – dussent tous deux porter des besicles pour le jouer ! En cette année 1796, Beethoven n’est peut-être pas encore le rebelle sanguin qu’il deviendra plus tard ; voici donc un ouvrage aimable, mutin même, même s’il ne manque pas de profondeur musicale.

À découvrir

Dans la même thématique

Le compositeur principal

Ludwig van Beethoven dans le magazine
  • Lettre à Elise : mais qui était cette Elise ?
    Lettre à Elise : mais qui était cette Elise ? Un musicologue allemand expert de Ludwig van Beethoven déclare que la fameuse destinataire de la Bagatelle pour piano en la mineur serait une cantatrice allemande venue à Vienne vers 1807…
  • Reconstruire Beethoven…
    Reconstruire Beethoven… La reconstruction du Concerto pour violon en do majeur ‘oublié’ de Ludwig van Beethoven, écrite par le Hollandais Cees Nieuwenhuizen, est jouée cette semaine en Autriche et aux Pays-Bas.

Le label

Hyperion
Hyperion était dans la mythologie un titan, père du soleil et de la lune, et des muses. Apporter la musique au monde - quel beau projet ! Créé en 1980, le plus prestigieux des grands labels classiques britanniques, fondé par le regretté Ted Perry, continue de surprendre chaque mois ses amou...
À lire dans le magazine

L'époque

Musique Classique dans le magazine

Le genre

Classique dans le magazine

Actualités