Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 22 février 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 29 mars 2019 | Onyx Classics

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 7 juin 2019 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
La carrière d’Andrea Lucchesini se poursuit discrètement, à l’ombre de celle beaucoup plus médiatisée d’autres pianistes italiens. Brillant élève, comme Nelson Goerner, de la grande Maria Tipo, Lucchesini s’est beaucoup investi dans la péninsule au concert et au disque. Après s’être fait connaître pour ses interprétations de la musique de Luciano Berio, en particulier de son concerto Echoing Curves dirigé par le compositeur lui-même, il a enregistré l’intégrale des sonates de Beethoven pour le label Stradivarius. Au cours de ces dernières années, c’est Schubert qu’il a pour compagnon de route, « mon grand amour », dit-il. Ces deux compositeurs si différents de l’orée du romantisme fascinent Andrea Lucchesini qui présente ici un premier volume dédié aux œuvres tardives de Schubert, à l’époque où le compositeur de lieder se remet à composer des sonates dans le pesant voisinage d’un génie comme Beethoven, qui habitait de surcroît la même ville que lui. Pour Lucchesini, Schubert reste une énigme. L’homme ne nous laisse presque aucun écrit, il ne se fixa jamais à un domicile précis et personne ne saura jamais comprendre sa timidité, son agitation, ni son homosexualité latente. « Redécouvrir ses dernières œuvres », dit encore Andrea Lucchesini, « m’a montré la différence entre l’artiste qui a diverti ses amis et le compositeur travaillant dans la solitude, sans aucune perspective d’être publié ni joué. » Cette solitude au bord de la rupture s’entend bien dans cet album, particulièrement dans l’interprétation de l’Andantino de la Sonate D. 959 où passent d’inquiétants fantômes. © François Hudry/Qobuz
HI-RES26,99 €
CD20,24 €

Musique de chambre - Paru le 3 mai 2019 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 18 janvier 2019 | Aparté

Hi-Res Livret
Placé sous le signe du romantisme noir, le nouveau disque du Novus Quartet réunit deux œuvres majeures du répertoire. Les quatre musiciens de la très exigeante formation coréenne, dont l'esthétique romantique est le terrain musical de prédilection, mettent ici leur virtuosité au service de l’expression des bouleversantes Suite lyrique d'Alban Berg et du Quatuor "La Jeune fille et la mort" de Schubert. Chacune à leur manière, ces œuvres procèdent d'un cryptage. Berg camoufle son amour dans un jeu de correspondance lettre/note. Schubert sublime la peur de la mort par une mise en abyme d’un lied de jeunesse intitulé "La Jeune fille et la Mort" qui transforme cette dernière en réconfort ultime. De la sorte, le mystère des liens entre Éros et Thanatos est exprimé plus puissamment encore qu’avec les mots. Car l’entremêlement des réminiscences – Schubert se citant lui-même et Berg rendant hommage à la Symphonie lyrique de Zemlinsky – tisse un discours poétique irrésistible et halluciné. Plus que l’amour, c’est peut-être la folie qui unit ces deux œuvres dans un disque où le Novus Quartet fait entendre l’étendue de ses talents. © Aparté
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 26 avril 2019 | MUSO

Hi-Res Livret
Composées alors qu’il n’a que dix-neuf ans, Schubert réinvente le genre de la sonate pour violon et piano héritée de Mozart, la romantise pour l’inscrire dans le nouveau siècle et l'âge romantique. Stéphanie Paulet et Daniel Isoir, complices de longue date en musique de chambre, font chanter ces magnifiques pages annonciatrices du style inimitable de compositeur viennois. © Muso/PIAS
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Piano solo - Paru le 15 mars 2019 | RUBICON

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES23,09 €
CD16,49 €

Classique - Paru le 22 mars 2019 | Paraty

Hi-Res
Les sonates pour violoncelle et piano de Beethoven couvrent toute sa vie créative. Les deux œuvres de l'Opus 5 ont été composées en 1796 et ont été dédiées au roi Frédéric-Guillaume ll de Prusse. Le compositeur, lui même pianiste virtuose, a incorporé de nombreuses techniques inspirées de Jean-Louis Duport, l'un des violoncellistes de la Cour de Frédéric ll et l'un des musiciens les plus vénérés de son époque. La Troisième Sonate Op. 69 a été composée au même moment que les 4e et 5e symphonies, et les quatuors à cordes dédiés au prince Razumovsky. Dédiée au baron Ignatz von Gleichenstein, il est probable qu'elle fut créée par le violoncelliste Joseph Linke, Czerny l'accompagnant au piano. La partition révèle une brillante invention thématique d'un esprit tendre et lyrique, très proche de la Pathétique. Les deux Sonates de l'Opus 102 ont été composées au début de la "période tardive", dans les années 1815-1816, considérée comme visionnaire. Elles étaient dédiées à la comtesse Marie Erdődy. Œuvres de la maturité, elles ouvrent les portes du romantisme, tant par leur liberté formelle que par leurs audaces rythmiques et mélodiques. © Paraty
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 24 mai 2019 | RUBICON

Hi-Res Livret
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Musique symphonique - Paru le 25 janvier 2019 | Philharmonia Records - Opernhaus Zürich

Hi-Res
HI-RES11,19 €15,99 €(30%)
CD8,04 €11,49 €(30%)

Duos - Paru le 26 avril 2019 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Cet album propose quatre sonates pour piano avec « accompagnement de violon » comme c’était d’usage à l’époque, bien que Mozart, violoniste lui-même, établisse ici un véritable équilibre entre les deux instruments. On y trouve des œuvres issues de deux cahiers différents. C’est au cours de son triste séjour parisien de 1778 que Mozart termine un cycle de six sonates pour violon et piano connues aujourd’hui sous le titre générique de « Sonates Palatines ». Wolfgang, qui n’aime ni la France ni les Français, voit toutes les portes de la capitale se fermer devant lui alors qu’il a le malheur de perdre sa mère venue l’accompagner. Faut-il voir dans le premier mouvement poignant de la Sonate en mi mineur K. 304 un écho de ces désillusions et de cette solitude ? C’est en tout cas la mélancolie qui perce ici sous le sourire de ce jeune homme de vingt-deux ans qui croit en lui mais qui se sent rejeté. Les Sonates K. 379 et K. 380 ont été composées trois ans plus tard à l’époque où Mozart dit un adieu définitif à Salzbourg et au terrible archevêque Colloredo. Il va s’installer à Vienne et fait publier alors un nouveau recueil destiné aux nombreux musiciens amateurs qui peuplent la ville impériale. © François Hudry/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 14 juin 2019 | Paraty

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 24 mai 2019 | NoMadMusic

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] Markus Werba, fameux Papageno et Beckmesser en scène, dit et chante Mahler dans sa langue de Vienne, trouvant un équilibre exceptionnel entre la franchise du discours, le raffinement vocal (jamais surexposé ni sentimental), la fidélité aux indications de la partition et l'épanouissement d'une personnalité. Le style parle, et l'imagination des couleurs épouse la mobilité du ton. Voilà un baryton qui sait passer, sans une trace d'affectation, de la rêverie à la noirceur, du sarcasme dense à une émission haute qui illumine le timbre. [...] Un album remarquable, et qui honore un artiste de premier ordre, trop peu présent au disque.» (Diapason, octobre 2019 / Jean-Philippe Grosperrin)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 7 juin 2019 | Musiques à la Chabotterie

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 30 novembre 2018 | MUSO

Hi-Res Livret
Dès le milieu du XVIe siècle, la réputation d’excellence des compositeurs d’Allemagne du Nord est fermement établie. Les cités hanséatiques, Hambourg en tête, accueillent de nombreux artistes étrangers, dont les langages inspirent les tenants de la tradition germanique. À la fin du siècle suivant, Hambourg est devenu un havre pour les artistes et les grandes fortunes. Sa population compte en grand nombre négociants, banquiers, diplomates et sénateurs, autant d’hommes riches disposant du temps nécessaire pour jouir de la musique. En dehors de l’Italie, Hambourg est l’une des premières cités à proposer des concerts publics et à bénéficier d’un opéra dès 1678, l’Oper am Gänsemarkt, notamment sous l’impulsion de Johann Theile. Très proches, Johann Adam Reinken, Dietrich Buxtehude et Johann Theile appartiennent au cercle des contrapuntistes d’Allemagne du Nord, inspirés toutefois par le « stile nuovo » monodique italien. Ce cercle musical, professionnel et amical, jouit d’une solide réputation dans le monde des organistes et compositeurs d’Allemagne du Nord. C’est ainsi que le jeune Bach, qui se rend à Hambourg en 1705, fut très impressionné par sa rencontre avec Reinken. Son recueil Hortus musicus, composé de six partitas, est le seul véritable témoignage de son activité dans le domaine de la musique de chambre. Parfaite illustration du jardin d’Eden et vision du bonheur céleste, il a profondément influencé Bach. L’album présente également l’un de leurs contemporains, Philipp Erlebach, même s’il n’a jamais travaillé en Allemagne du Nord, dont hélas la grande majorité de l’œuvre fut détruite dans un incendie survenu en 1735, de sorte qu’il ne nous reste presque rien de lui. L’architecture de sa Sonata quinta rappelle la forme des partitas du Hortus Musicus de Reinken. © SM/Qobuz
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 2 août 2019 | TRPTK

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 13 avril 2019 | TRPTK

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 26 avril 2019 | Queen Elisabeth Competition

Hi-Res Livret
Héloïse Mas s’inscrit dans une tradition déjà longue de lauréates des sessions de chant du Concours Reine Elisabeth dont la présence scénique a su séduire jury, critiques et public. Héloïse Mas irradie; sitôt parue sur la scène, on l’imagine incarner des rôles, l’or de sa voix balance de la tragédie à l’humour. C’est un privilège d’entendre un tel talent à l’aube de sa carrière; elle paraît dans son élément, jouant ses rôles sans affectation, «en étant là», remplissant ces grands vaisseaux architecturaux d’une voix puissante et ronde, aux coloris chauds irrésistibles, avec une clarté de diction qui séduit en français comme elle séduit en italien et en allemand. On ne s’étonne pas que le jury du concours ait été aussi conquis que le public! © Queen Elisabeth Competition
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 23 novembre 2018 | MUSO

Hi-Res Livret
Oui, le titre porte quelque peu à confusion. Non, tous les numéros de cet album ne sont pas de Brassens – textes et/ou musique – et seules cinq pistes sur les vingt peuvent se réclamer du génial chansonnier. Et dans ces cas, Arnaud Marzorati chante des versions sérieusement remaniées, puisqu’il confie les accompagnements vocaux à un ensemble – Les Lunaisiens – composé avant tout d’instrumentistes de l’époque baroque ou de la Renaissance ! Cela dit, les flûtes à bec, le flageolet, le hautbois, les violes, l’archiluth semblent se fondre comme par magie dans cette musique à la fois populaire et si merveilleusement architecturée et dont les textes sont toujours mis en avant avec maestria. Les autres chansons proposées, dans un style analogue, reprennent des textes qu’aurait pu emprunter Brassens qui n’hésitait pas à puiser chez Villon, Ronsart, Hugo, Verlaine, Corneille, Lamartine ; les accompagnements de ces textes sont repris chez Lully, Grétry, Rousseau, dans des manuscrits médiévaux ou dans le fonds folklorique français. L’aimable lecteur est ainsi informé. Et Brassens aurait sans doute adoré, lui qui aimait à brouiller les pistes et mêler les genres et les gens. © SM/Qobuz
HI-RES23,09 €
CD16,49 €

Classique - Paru le 14 juin 2019 | Paraty

Hi-Res Livret