Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 4 décembre 2020 | Musiques Suisses

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musiques du monde - Paru le 28 février 2020 | Musiques Suisses

Hi-Res Livret
A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 17 mars 2017 | Musiques Suisses

Livret
Qui dit « violoncelle + Bloch », a priori, dit Schelomo mais cet album présente des œuvres de musique de chambre avec violoncelle de Bloch, or Schelomo, bien que son œuvre la plus célèbre pour l’instrument, est accompagné à l’orchestre. Par contre, le répertoire que Bloch a consacré au violoncelle compte, outre From Jewish Life de 1925 et la Méditation hébraïque de l’année précédente, les trois immenses Suites pour violoncelle solo qui, elles, datent de la toute fin de sa vie, 1956 et 1957. Deux considérations le poussèrent à s’essayer – et avec quel brio – à ce format : l’évocation de Bach, bien évidemment, mais aussi… l’état de sa santé qui le poussait à réduire considérablement le travail de rédaction ! Nécessité faisant loi, c’est au violoncelle qu’il confia quelques-unes de ses dernières grandes pensées (l’année suivante, ce serait le violon solo), une musique épurée, essentielle, que la violoncelliste Chiara Enderle (une disciple de Isserlis, et Premier Prix au Concours Lutosławski de Varsovie ainsi que du Pierre Fournier Award de Londres) nous donne ici avec la passion contenue qu’elle appelle. Pour les œuvres avec piano, Enderle est accompagnée de Hiroko Sakagami ; l’album s’achève avec les Trois Nocturnes pour violon, violoncelle et piano – toujours de 1924, une époque de frénétique production chez Bloch, lorsqu’il s’était installé aux États-Unis et poursuivait une double carrière de grand pédagogue et de compositeur. © SM/Qobuz
A partir de :
CD9,99 €

Musiques du monde - Paru le 3 février 2017 | Musiques Suisses

Livret
A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 février 2017 | Musiques Suisses

Livret
Deux compositeurs nés Polonais au tournant du XXe siècle, et tous deux émigrés en Suisse avant la Seconde Guerre mondiale : voilà une rareté qu’il convient de saluer. Paul Kletzki d’abord ; si on le connaît largement comme chef d’orchestre, on sait moins qu’il commença sa vie musicale comme compositeur. Furtwängler joua même l’une de ses œuvres avec le Gewandhaus de Leipzig dans les années 1920… Sa Deuxième Symphonie est ici donnée en première discographique mondiale. On remarquera sans doute quelques influences du tout dernier Mahler, mais aussi de l’atonalisme des Viennois – dans une conception « modérée », toutefois, sans jamais fuir les pôles de tonalité dans l’architecture générale. La redécouverte de cette ouvrage est un événement majeur de la vie musicale polonaise de cette époque : longtemps, Kletzki avait cru ses manuscrits perdus à jamais, car en émigrant en Suisse, il n’avait pu les emporter avec lui et les avait cachés dans une boite enterrée sous sa maison milanaise (il avait dû quitter l’Italie avec l’avènement des lois anti-juives mussoliniennes). La boite fut retrouvée par le plus grand des hasards, et les partitions mises à jour après sa mort. Découvrez cette musique inclassable, très personnelle, faramineusement bien orchestrée. Czesław Marek, lui, reste méconnu sur tous les plans. Installé en Suisse dès les années 1915, il vécut surtout comme pianiste de concert et pédagogue. Sa Sinfonia en un mouvement, écrite en 1928, se détourne résolument des Viennois ; voici ce qu’en disait le compositeur lui-même : « Le style de ma Sinfonia présente des traits communs avec le « nouveau classicisme »... mais ce qui le diffère du « nouveau classicisme » allemand d’aujourd’hui est la préférence accordée à des motifs dérivés du folklore lyrique de la Pologne orientale. Ceux-ci confèrent à l’ouvrage une empreinte slave spécifiquement ethnique... On pourrait donc décrire le style de ma Sinfonia comme une synthèse de tendances néo-classiques et d’un lyrisme apparenté à l’esprit du début du romantisme et dérivé du folklore polonais ». Une œuvre puissante, merveilleusement construite, d’un compositeur qui mériterait une bien plus grande place dans le panthéon polonais du XXe siècle. © SM/Qobuz
A partir de :
CD9,99 €

Jazz traditionnel & New Orleans - Paru le 20 janvier 2017 | Musiques Suisses

Livret
A partir de :
CD9,99 €

Musiques du monde - Paru le 18 novembre 2016 | Musiques Suisses

Livret
A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 28 octobre 2016 | Musiques Suisses

Livret
A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 28 octobre 2016 | Musiques Suisses

Livret
A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 29 juillet 2016 | Musiques Suisses

Livret
A partir de :
CD9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 27 mai 2016 | Musiques Suisses

Livret
A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 25 mars 2016 | Musiques Suisses

A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 25 mars 2016 | Musiques Suisses

« Ecoutez simplement avec attention, et laissez-vous emporter ! », aimerait-on dire de la musique de Michael Pelzel – et l’on souhaiterait surtout renoncer à tout autre commentaire ou tentative de médiation telle qu’en a longtemps été friande la musique contemporaine, dont les partitions étaient aussi ésotériques que fumeuses les explications. Pour l’organiste et compositeur suisse Michael Pelzel (* 1978), qui en tant qu’organiste confronte dimanche après dimanche les fidèles avec de la musique parfois complexe, de telles recommandations sont superflues : sa musique brille comme un fer rouge dès les premières mesures et déploie souvent une énergie foudroyante, que l’on ne connaît habituellement que du free jazz ou de l’improvisation libre (dont il emprunte parfois quelques accents). Pas besoin ici de mode d’emploi, il suffit de se laisser porter par cette fougue et cette extrême virtuosité. Ce qui n’empêche pas sa musique de déployer des trésors d’invention contemporaine, souvent d’une étonnante sauvagerie sonore. Mentionnons également que ses œuvres ont déjà été jouées par il collabore avec plusieurs ensembles dont l’Orchestre de Bâle, l’Orchestre de la Radio bavaroise à Munich, l’Ensemble Intercontemporain, le Klangforum Wien et le Quatuor Diotima (qui officient tous deux pour le présent album) ou encore le Quatuor Arditti : des références incontournables pour un nouveau compositeur contemporain à découvrir. © SM/Qobuz
A partir de :
CD9,99 €

Musiques du monde - Paru le 26 février 2016 | Musiques Suisses

A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 26 février 2016 | Musiques Suisses

A partir de :
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 29 janvier 2016 | Musiques Suisses

A partir de :
CD14,99 €

Musique de chambre - Paru le 29 janvier 2016 | Musiques Suisses

A partir de :
CD14,99 €

Musique de chambre - Paru le 13 novembre 2015 | Musiques Suisses

A partir de :
CD9,99 €

Classique - Paru le 13 novembre 2015 | Musiques Suisses