Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD14,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 2008 | CM - Republic

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
HI-RES21,99 €
CD15,49 €

Rap - Paru le 28 septembre 2018 | Young Money Records, Inc.

Hi-Res
Succédant à l'album numérique Free Weezy Album (2015), Tha Carter constitue le cinquième volet de la série d'albums initiée en 2004, formant la colonne vertébrale de la discographie du rappeur américain Lil Wayne. Si le MC affirme haut et fort sa suprématie et déclare marcher main dans la main avec la mort, l'ombre d'une certaine angoisse plane sur ce très attendu cinquième épisode allant jusqu'à évoquer sa tentative de suicide adolescente sur "Let It All Work Out". Très en forme, le MC offre avec Tha Carter V une généreuse collection de vingt trois nouveaux titres portés par les featurings de Kendrick Lamar ("Mona Lisa"), Snoop Dogg ("Dope Niggaz"), Swizz Beatz ("Uproar") ou Nicki Minaj ("Dark Side of the Moon").
HI-RES19,99 €
CD14,49 €

Rap - Paru le 31 janvier 2020 | Young Money Records, Inc.

Hi-Res
Qu'on se rassure, le prodige de La Nouvelle-Orléans est loin de la retraite annoncée quelques années plus tôt. Sans promotion, Lil Wayne revient déjà avec Funeral, toujours sur son label Young Money, deux ans seulement après Tha Carter V qui, suite à des démêlés avec son mentor Birdman, avait failli ne jamais voir le jour. Optant pour un long format de 24 tracks bien loin des nouveaux standards mais ne dérogeant pas aux habitudes de Carter, il mise sur des featurings de choix. A 37 ans, dont vingt de carrière, Lil Wayne sait qu'il faut plus que jamais innover mais qu'il ne se refera pas ("I know that time change, I don't think I'll change" sur Stop Playin With Me). On retrouve ainsi Big Sean, Jay Rock, 2 Chainz, Takeoff, O.T. Genasis, son favori du moment Lil Baby, ou encore son protégé parti trop tôt XXXTentacion sur Get Outta My Head. Moins sombre qu'il n'y paraît, ce treizième chapitre donne plus l'impression d'une mixtape que d'un album arrivé à maturation.Bien sûr, il y a ces prods ultra-périlleuses, à l'instar des synthés difformes de Stop Playin With Me, des missives de Mama Mia ou ce Mahogany signé par Sacarstic Sounds et le fidèle Mannie Fresh, ravivant le Wayne d'A Milli, offrant le périmètre idoine pour prouver qu'il est – selon ses mots – "the best rapper alive" : capable de rapper tout terrain, user de rimes improbables ("Mahogany dashboard, I do the dash, boy / I think in my backyard, I need an airport") ou placer des hooks efficaces. Puis, il y a cette surenchère (Piano Trap, Line Em Up) qui lorgne une pop cheesy (Trust Nobody avec Adam Levine) et fait retomber l'ensemble comme un soufflé. Weezy verse aussi dans les standards et ne manque pas, avec notamment ce sample de Drag Rap de The Showboys (1986) sur Clap for Them, symbole de la bounce Music et du Dirty South, de rappeler d'où il vient. Après ses mixtapes The Prefix, The Suffix, ses quatre Sorry 4 the Wait, Rebirth (2010) et la série The Carter, Funeral trouve logiquement sa place. "Même si mes vraies funérailles avaient lieu demain, ce ne serait pas mon dernier album". Bientôt la réincarnation. © Charlotte Saintoin/Qobuz
CD15,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 2011 | CM - Republic

Livret
CD15,49 €

Rap - Paru le 28 septembre 2018 | Young Money Records, Inc.

Le rap va tellement vite qu'on en oublie parfois de regarder dans le rétroviseur. À quoi ressemblerait-il aujourd'hui sans l'apport décisif de Lil Wayne, découvert à la fin des années 90 en tant que plus jeune membre des Hot Boys ? Lancé en solo dès 1999 avec l'album The Block Is Hot, le prodige de La Nouvelle-Orléans deviendra l’icône qu'il n'a jamais cessé d'être depuis en 2004 quand il inaugure sa série Tha Carter. Réalisé par le producteur maison du label Cash Money, Mannie Fresh, à qui Wayne dédie l'un de ses premiers classiques Go D.J., le premier volume est une pierre de touche du rap du Sud des États-Unis. Mais que dire des deux suivants qui ont littéralement changé le cours de l'histoire du genre et fait de Lil Wayne le "best rapper alive" ? Dans le documentaire qui accompagnait la sortie de Tha Carter 3, serti de tubes tels que A Milli ou Lollipop, on découvrait que l'un des personnages les plus iconiques de son temps était aussi un stakhanoviste et un fou de musique, qui installe un studio de fortune dans chaque chambre d’hôtel qu'il visite et un homme solitaire, dépendant à la drogue et bien plus sombre que ses clips et ses frasques ont pu le laisser penser. Au moment où sort Tha Carter V, que des conflits avec son producteur et mentor de toujours Birdman ont bien failli torpiller, il est légitime de douter de la capacité de Lil Wayne à se renouveler une énième fois, à rivaliser avec la jeune garde qu'il a largement influencée. D'autant que Weezy, empêtré dans des problèmes légaux et personnels, n'était pas à son meilleur ces dernières années. Mais son premier album officiel depuis 2013, qui s'ouvre sur une déclaration d'amour de sa mère et le déchirant Don't Cry avec l'un de ses derniers disciples XXXTENTACION, est un classique instantané à la hauteur du statut de l'artiste et de la prestigieuse série dans laquelle il s'inscrit. Ses prestations sur le single Uproar, sur une production typique de Swizz Beats ou Problems, œuvre du grand manitou de la trap Zaytoven, son couplet ahurissant sur Let it Fly (avec Travis Scott) et la démonstration Mona Lisa avec Kendrick Lamar n'ont rien à envier à ses classiques. Il se permet même de rappeler Mannie Fresh pour un trip nostalgique avec Ashanti (Start This Shit Off Right) et de démarquer un classique de Dr Dre pour l'honorer avec Snoop Dogg (Dope Niggaz). C'est presque un sans-faute et un vrai cadeau pour toute une génération d'auditeurs de rap chez qui Lil Wayne est l'égal de Jay Z ou Rakim. © Damien Besançon/Qobuz
CD13,49 €

Rap - Paru le 6 décembre 2005 | CM - Republic

HI-RES19,99 €
CD14,49 €

Rap - Paru le 31 janvier 2020 | Young Money Records, Inc.

Hi-Res
CD23,99 €

Rap - Paru le 1 janvier 2008 | CM - Republic

Rap - Paru le 1 janvier 2008 | CM - Republic

Téléchargement indisponible
CD17,99 €

Rap - Paru le 29 juin 2004 | CM - Republic

CD14,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 2013 | CM - Republic

Livret
CD15,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 2010 | CM - Republic

Livret
Sorti en 2010 entre les volets III et IV de sa série d'albums Tha Carter, I Am Not A Human Being est un maxi 10 titres publié alors que son auteur, Dwayne Michael Carter, Jr, alias Lil Wayne est derrière les barreaux de la prison de Rikers Island. Il fait également suite à une autre parenthèse artistique lorgnant sur le rap-rock la même année, Rebirth. A noter la participation de Drake à 4 des 10 titres, ainsi que les apparitions de Nicki Minaj ("What's Wrong With Them") ou Jay Sean ("That Ain't Me"). ~ Olivier Duboc
CD13,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 2010 | CM - Republic

Le hip hop était trop facile pour lui… L’autoproclamé Best Rapper Alive s’essaie au rock et transforme. Un opus étonnant mais agréable.
CD1,99 €

Rap - Paru le 1 janvier 2013 | CM - Republic

CD13,49 €

Rap - Paru le 1 janvier 2011 | CM - Republic

Livret
Après l’immense succès de « Tha Carter III » le nouvel opus de la série des « Carter » se faisait attendre. Lil Wayne revient à sa recette originale et dévoile le « Tha Carter IV ». 6 Foot, 7 Foot a annoncé, la couleur en featuring avec Cory Gunz. D’autres titres viennent ensuite confirmer nos attentes. Entre autres, John Legend, en featuring avec Rick Ross... ce qui promet un album original et éfficace, dans la droite lignée de ce qui a fait le succès des « Tha Carter ».
CD1,99 €

Rap - Paru le 1 janvier 2008 | CM - Republic

CD1,99 €

Rap - Paru le 1 janvier 2008 | CM - Republic

CD11,99 €

Rap - Paru le 22 mars 2013 | CM - Republic

Livret
CD9,99 €

Rap - Paru le 8 janvier 2015 | Goudeau Records

CD14,49 €

Rap - Paru le 31 janvier 2020 | Young Money Records, Inc.

Qu'on se rassure, le prodige de La Nouvelle-Orléans est loin de la retraite annoncée quelques années plus tôt. Sans promotion, Lil Wayne revient déjà avec Funeral, toujours sur son label Young Money, deux ans seulement après Tha Carter V qui, suite à des démêlés avec son mentor Birdman, avait failli ne jamais voir le jour. Optant pour un long format de 24 tracks bien loin des nouveaux standards mais ne dérogeant pas aux habitudes de Carter, il mise sur des featurings de choix. A 37 ans, dont vingt de carrière, Lil Wayne sait qu'il faut plus que jamais innover mais qu'il ne se refera pas ("I know that time change, I don't think I'll change" sur Stop Playin With Me). On retrouve ainsi Big Sean, Jay Rock, 2 Chainz, Takeoff, O.T. Genasis, son favori du moment Lil Baby, ou encore son protégé parti trop tôt XXXTentacion sur Get Outta My Head. Moins sombre qu'il n'y paraît, ce treizième chapitre donne plus l'impression d'une mixtape que d'un album arrivé à maturation.Bien sûr, il y a ces prods ultra-périlleuses, à l'instar des synthés difformes de Stop Playin With Me, des missives de Mama Mia ou ce Mahogany signé par Sacarstic Sounds et le fidèle Mannie Fresh, ravivant le Wayne d'A Milli, offrant le périmètre idoine pour prouver qu'il est – selon ses mots – "the best rapper alive" : capable de rapper tout terrain, user de rimes improbables ("Mahogany dashboard, I do the dash, boy / I think in my backyard, I need an airport") ou placer des hooks efficaces. Puis, il y a cette surenchère (Piano Trap, Line Em Up) qui lorgne une pop cheesy (Trust Nobody avec Adam Levine) et fait retomber l'ensemble comme un soufflé. Weezy verse aussi dans les standards et ne manque pas, avec notamment ce sample de Drag Rap de The Showboys (1986) sur Clap for Them, symbole de la bounce Music et du Dirty South, de rappeler d'où il vient. Après ses mixtapes The Prefix, The Suffix, ses quatre Sorry 4 the Wait, Rebirth (2010) et la série The Carter, Funeral trouve logiquement sa place. "Même si mes vraies funérailles avaient lieu demain, ce ne serait pas mon dernier album". Bientôt la réincarnation. © Charlotte Saintoin/Qobuz

L'interprète

Lil Wayne dans le magazine
  • QIBUZ / Lundi 25 mars 2013
    QIBUZ / Lundi 25 mars 2013 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • QIBUZ / Lundi 8 octobre 2012
    QIBUZ / Lundi 8 octobre 2012 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • Lil Wayne, le rap du bagne
    Lil Wayne, le rap du bagne Le rappeur américain a été condamné à un an de prison ferme pour détention d'arme.
  • Un an de prison ferme pour Lil Wayne ?
    Un an de prison ferme pour Lil Wayne ? Le rappeur bardé de Grammy Awards plaide coupable dans une affaire de port d’arme illégal. Verdict en février 2010.