Artistes similaires

Les albums

28,49 €
24,49 €

Rock - Paru le 24 février 1975 | Atlantic Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Reissue
Pour son sixième enregistrement studio qui parait en février 1975, Led Zeppelin a vu grand et déballe un double album de quinze titres ! Surtout, Jimmy Page et Robert Plant semblent revenir ici à la hargne du hard-rock de leurs débuts. Avec des embardées comme Custard Pie, The Rover ou bien encore In My Time Of Dying, l’énergie est de sortie et les riffs de Page font très mal. Mais Led Zep propose ici ce qu’il sait également faire, à savoir des ballades habitées comme avec avec Down By Seaside, des parenthèses acoustiques (Bron-Y-Aur) mais aussi des expériences de fusion world comme sur le mythique Kashmir, sommet de l’album où les violons arabisants donnent à la musique une saveur inédite. Cette réédition deluxe propose sept inédits comme notamment des versions alternatives et inédites de Brandy & Coke, Everybody Makes It Through et Driving Through Kashmir. © MD/Qobuz
27,49 €
23,99 €

Rock - Paru le 8 novembre 1971 | Atlantic Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Reissue
En trois albums, Led Zeppelin a prouvé l’étendu de la palette sonore qu’il pouvait proposer. Blues rustiques, ballades folk ou déflagrations rock’n’roll totalement homériques, le tandem Page/Plant réussit avec ce quatrième album publié à la fin de l’année 1971 à rester original et surtout juste génial en matière d’écriture. Il suffit juste de consulter certains des titres des chansons de ce Led Zeppelin IV pour tomber à la renverse : Black Dog, Rock’n’Roll, Going To California, When The Levee Breaks sans oublier Stairway To Heaven, l’une des chansons les plus célèbres et populaires de l’histoire du rock ! Et si chacun des quatre membres du groupe britannique est un maitre en son domaine, c’est l’unité, cette alchimie unique, qui impressionne sur Led Zeppelin IV totalement essentiel. © MD/Qobuz
23,99 €

Rock - Paru le 12 janvier 1969 | Atlantic Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Reissue
Dès leur premier album éponyme enregistré à Londres durant l’automne 1968, ces quatre chevelus britanniques plastiquent les Tables de la Loi du blues rock. Une voix élastique et rugissante digne des plus grands chanteurs noirs américains, un tsunami guitaristique et une rythmique bodybuildée comme jamais, Led Zeppelin invente un rock’n’roll poids lourd (heavy) porté par un son surpuissant. La source de cette musique est évidemment le blues de Chicago, urbain à souhait. Un blues qui d’ailleurs se fait joliment tabassé (I Can’t Quit You Baby et You Shook Me de Willie Dixon) et peut virer au folk mystique (Black Mountain Side). Avec Hendrix, Beck et Clapton, Jimmy Page – déjà impressionnant au sein des Yardbirds – révolutionne ici la guitare électrique, osant toutes les figures stylistiques possibles et imaginables. Aucun doute, cet acte de naissance est déjà un acte de bravoure. © MZ/Qobuz
27,49 €
23,99 €

Rock - Paru le 5 octobre 1970 | Atlantic Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Reissue
En deux albums seulement, la révolution zeppelinienne a dévasté la planète rock. Page et Plant ont secoué le blues électrique comme personne, il est temps de montrer comment leur univers électrique peut évoluer et grandir. Avec Led Zeppelin III,enregistré de mai à août 1970, ils élargissent leur champ de vision, s’ouvrant au folk (Bron-Y-Aur Stomp) et même aux effluves de l’Orient (Friends). A l’arrivée, avec ses autres perles que sont notamment Immigrant Song et Since I’ve Been Loving You, ce troisième opus est un indispensable pour bien cerner le cas de l’un des groupes les plus populaires et influents des années 70. © MZ/Qobuz
27,49 €
23,99 €

Rock - Paru le 12 janvier 1969 | Atlantic Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Reissue
Dès leur premier album éponyme enregistré à Londres durant l’automne 1968, ces quatre chevelus britanniques plastiquent les Tables de la Loi du blues rock. Une voix élastique et rugissante digne des plus grands chanteurs noirs américains, un tsunami guitaristique et une rythmique bodybuildée comme jamais, Led Zeppelin invente un rock’n’roll poids lourd (heavy) porté par un son surpuissant. La source de cette musique est évidemment le blues de Chicago, urbain à souhait. Un blues qui d’ailleurs se fait joliment tabassé (I Can’t Quit You Baby et You Shook Me de Willie Dixon) et peut virer au folk mystique (Black Mountain Side). Avec Hendrix, Beck et Clapton, Jimmy Page – déjà impressionnant au sein des Yardbirds – révolutionne ici la guitare électrique, osant toutes les figures stylistiques possibles et imaginables. Aucun doute, cet acte de naissance est déjà un acte de bravoure. © MZ/Qobuz
27,49 €
23,99 €

Rock - Paru le 24 octobre 2014 | Atlantic Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Reissue
La recette a beau être la même, on croque dans Houses Of The Holy avec toujours la même envie. L’alliage de blues musclé (The Ocean), de rock en 3D (The Song Remains The Same), de folk lumineux, voire des trois à la fois (Over The Hills And Far Away) est à nouveau au programme d’un cinquième album doté d’une production encore plus puissante mais d’un tempo parfois plus apaisé (superbe Rain Song baigné dans un mellotron féérique). Led Zep s’amuse même à joliment dérouter comme sur le reggae D'yer Mak'er ou le funky The Crunge. Après quatre albums mythiques, Page et Plant avaient donc encore assez d’imagination débordante et de génie musical pour accoucher d’un nouveau disque indispensable. © MD/Qobuz
23,99 €

Rock - Paru le 5 octobre 1970 | Atlantic Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Reissue
En deux albums seulement, la révolution zeppelinienne a dévasté la planète rock. Page et Plant ont secoué le blues électrique comme personne, il est temps de montrer comment leur univers électrique peut évoluer et grandir. Avec Led Zeppelin III,enregistré de mai à août 1970, ils élargissent leur champ de vision, s’ouvrant au folk (Bron-Y-Aur Stomp) et même aux effluves de l’Orient (Friends). A l’arrivée, avec ses autres perles que sont notamment Immigrant Song et Since I’ve Been Loving You, ce troisième opus est un indispensable pour bien cerner le cas de l’un des groupes les plus populaires et influents des années 70. © MZ/Qobuz
19,49 €
16,99 €

Rock - Paru le 8 novembre 1971 | Atlantic Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En trois albums, Led Zeppelin a prouvé l’étendu de la palette sonore qu’il pouvait proposer. Blues rustiques, ballades folk ou déflagrations rock’n’roll totalement homériques, le tandem Page/Plant réussit avec ce quatrième album publié à la fin de l’année 1971 à rester original et surtout juste génial en matière d’écriture. Il suffit juste de consulter certains des titres des chansons de ce Led Zeppelin IV pour tomber à la renverse : Black Dog, Rock’n’Roll, Going To California, When The Levee Breaks sans oublier Stairway To Heaven, l’une des chansons les plus célèbres et populaires de l’histoire du rock ! Et si chacun des quatre membres du groupe britannique est un maitre en son domaine, c’est l’unité, cette alchimie unique, qui impressionne sur Led Zeppelin IV totalement essentiel. © MD/Qobuz
19,49 €
16,99 €

Rock - Paru le 22 octobre 1969 | Atlantic Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Après la déflagration de son premier album éponyme, Led Zep ne baisse pas la cadence et retourne en studio quelques mois plus tard. Et Whole Lotta Love,tubesque chanson qui ouvre ce bal électrique, confirme que le quartet britannique poursuit son embardée sur les terres d’un blues rock revisité. Guitare au poing, Jimmy Page est un pyrotechnicien fabuleux tandis qu’au micro, Robert Plant joue les muezzins habités. La force de ce Led Zeppelin II est de faire évoluer ce rock musclé tout en conservant en permanence un pied bien ancré dans la tradition blues. Le groupe anglais conçoit ici ce qui deviendra le hard rock. Riffs entrés dans la légende (Heartbreaker), solos de batterie apocalyptiques (Moby Dick), incantations vocales impressionnantes (Whole Lotta Love), cet opus est l’orgie de tous les excès, le passage du rock’n’roll du Super 8 au Cinémascope en quelque sorte… © MZ/Qobuz
19,49 €
16,99 €

Rock - Paru le 12 janvier 1969 | Atlantic Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Dès leur premier album éponyme enregistré à Londres durant l’automne 1968, ces quatre chevelus britanniques plastiquent les Tables de la Loi du blues rock. Une voix élastique et rugissante digne des plus grands chanteurs noirs américains, un tsunami guitaristique et une rythmique bodybuildée comme jamais, Led Zeppelin invente un rock’n’roll poids lourd (heavy) porté par un son surpuissant. La source de cette musique est évidemment le blues de Chicago, urbain à souhait. Un blues qui d’ailleurs se fait joliment tabassé (I Can’t Quit You Baby et You Shook Me de Willie Dixon) et peut virer au folk mystique (Black Mountain Side). Avec Hendrix, Beck et Clapton, Jimmy Page – déjà impressionnant au sein des Yardbirds – révolutionne ici la guitare électrique, osant toutes les figures stylistiques possibles et imaginables. Aucun doute, cet acte de naissance est déjà un acte de bravoure. © MZ/Qobuz
19,49 €
16,99 €

Rock - Paru le 24 octobre 2014 | Atlantic Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
La recette a beau être la même, on croque dans Houses Of The Holy avec toujours la même envie. L’alliage de blues musclé (The Ocean), de rock en 3D (The Song Remains The Same), de folk lumineux, voire des trois à la fois (Over The Hills And Far Away) est à nouveau au programme d’un cinquième album doté d’une production encore plus puissante mais d’un tempo parfois plus apaisé (superbe Rain Song baigné dans un mellotron féérique). Led Zep s’amuse même à joliment dérouter comme sur le reggae D'yer Mak'er ou le funky The Crunge. Après quatre albums mythiques, Page et Plant avaient donc encore assez d’imagination débordante et de génie musical pour accoucher d’un nouveau disque indispensable. © MD/Qobuz
20,49 €
17,49 €

Rock - Paru le 19 novembre 2012 | Rhino Atlantic

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
Le 10 décembre 2007, Led Zeppelin remontait sur scène à l’O2 Arena de Londres pour un concert hommage en l’honneur de leur ami et co-fondateur d’Atlantic Records Ahmet Ertegun. Ce qui suivi fût un tour de force de plus deux heures de leur marque de fabrique : un rock n’ roll enraciné dans le blues qui devint instantanément une part de la légende Led Zeppelin et voit naitre le hard rock. John Paul Jones, Jimmy Page et Robert Plant furent rejoints par Jason Bonham, le fils de leur batteur historique John Bonham. A l’arrivée, leurs relectures de Whole Lotta Love, Rock And Roll, Kashmir et autres Stairway To Heaven n’ont pas perdu la verve et l’énergie d’origine.
27,49 €
23,99 €

Rock - Paru le 22 octobre 1969 | Atlantic Records

Hi-Res Distinctions Pitchfork: Best New Reissue
Après la déflagration de son premier album éponyme, Led Zep ne baisse pas la cadence et retourne en studio quelques mois plus tard. Et Whole Lotta Love,tubesque chanson qui ouvre ce bal électrique, confirme que le quartet britannique poursuit son embardée sur les terres d’un blues rock revisité. Guitare au poing, Jimmy Page est un pyrotechnicien fabuleux tandis qu’au micro, Robert Plant joue les muezzins habités. La force de ce Led Zeppelin II est de faire évoluer ce rock musclé tout en conservant en permanence un pied bien ancré dans la tradition blues. Le groupe anglais conçoit ici ce qui deviendra le hard rock. Riffs entrés dans la légende (Heartbreaker), solos de batterie apocalyptiques (Moby Dick), incantations vocales impressionnantes (Whole Lotta Love), cet opus est l’orgie de tous les excès, le passage du rock’n’roll du Super 8 au Cinémascope en quelque sorte… © MZ/Qobuz
23,99 €

Rock - Paru le 12 janvier 1969 | Atlantic Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En trois albums, Led Zeppelin a prouvé l’étendu de la palette sonore qu’il pouvait proposer. Blues rustiques, ballades folk ou déflagrations rock’n’roll totalement homériques, le tandem Page/Plant réussit avec ce quatrième album publié à la fin de l’année 1971 à rester original et surtout juste génial en matière d’écriture. Il suffit juste de consulter certains des titres des chansons de ce Led Zeppelin IV pour tomber à la renverse : Black Dog, Rock’n’Roll, Going To California, When The Levee Breaks sans oublier Stairway To Heaven, l’une des chansons les plus célèbres et populaires de l’histoire du rock ! Et si chacun des quatre membres du groupe britannique est un maitre en son domaine, c’est l’unité, cette alchimie unique, qui impressionne sur Led Zeppelin IV totalement essentiel. © MD/Qobuz
16,99 €

Rock - Paru le 5 octobre 1970 | Atlantic Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En deux albums seulement, la révolution zeppelinienne a dévasté la planète rock. Page et Plant ont secoué le blues électrique comme personne, il est temps de montrer comment leur univers électrique peut évoluer et grandir. Avec Led Zeppelin III,enregistré de mai à août 1970, ils élargissent leur champ de vision, s’ouvrant au folk (Bron-Y-Aur Stomp) et même aux effluves de l’Orient (Friends). A l’arrivée, avec ses autres perles que sont notamment Immigrant Song et Since I’ve Been Loving You, ce troisième opus est un indispensable pour bien cerner le cas de l’un des groupes les plus populaires et influents des années 70. © MZ/Qobuz
16,99 €

Rock - Paru le 12 janvier 1969 | Atlantic Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Dès leur premier album éponyme enregistré à Londres durant l’automne 1968, ces quatre chevelus britanniques plastiquent les Tables de la Loi du blues rock. Une voix élastique et rugissante digne des plus grands chanteurs noirs américains, un tsunami guitaristique et une rythmique bodybuildée comme jamais, Led Zeppelin invente un rock’n’roll poids lourd (heavy) porté par un son surpuissant. La source de cette musique est évidemment le blues de Chicago, urbain à souhait. Un blues qui d’ailleurs se fait joliment tabassé (I Can’t Quit You Baby et You Shook Me de Willie Dixon) et peut virer au folk mystique (Black Mountain Side). Avec Hendrix, Beck et Clapton, Jimmy Page – déjà impressionnant au sein des Yardbirds – révolutionne ici la guitare électrique, osant toutes les figures stylistiques possibles et imaginables. Aucun doute, cet acte de naissance est déjà un acte de bravoure. © MZ/Qobuz
16,99 €

Rock - Paru le 22 octobre 1969 | Atlantic Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Après la déflagration de son premier album éponyme, Led Zep ne baisse pas la cadence et retourne en studio quelques mois plus tard. Et Whole Lotta Love,tubesque chanson qui ouvre ce bal électrique, confirme que le quartet britannique poursuit son embardée sur les terres d’un blues rock revisité. Guitare au poing, Jimmy Page est un pyrotechnicien fabuleux tandis qu’au micro, Robert Plant joue les muezzins habités. La force de ce Led Zeppelin II est de faire évoluer ce rock musclé tout en conservant en permanence un pied bien ancré dans la tradition blues. Le groupe anglais conçoit ici ce qui deviendra le hard rock. Riffs entrés dans la légende (Heartbreaker), solos de batterie apocalyptiques (Moby Dick), incantations vocales impressionnantes (Whole Lotta Love), cet opus est l’orgie de tous les excès, le passage du rock’n’roll du Super 8 au Cinémascope en quelque sorte… © MZ/Qobuz
25,99 €
22,49 €

Rock - Paru le 23 mars 2018 | Rhino Atlantic

Hi-Res
Juin 1972, Led Zeppelin a atteint le sommet, l’Amérique est à ses pieds, comme l’indique très immodestement la « conquête de l’Ouest » choisie pour baptiser ce live qu’on avait arrêté d’attendre lorsqu’il est sorti en mai 2003. La scène était son royaume, mais cela faisait surtout le bonheur des revendeurs de bootlegs, car pendant près de trente ans, le seul témoignage officiel disponible était le double The Song Remains the Same. Sorti en 1976 pour accompagner le film du même nom, il n’était guère représentatif de la puissance et de la créativité dégagée par le quartet, malgré quelques très bons moments. Le très inégal BBC Sessions de 1997 avait un peu comblé le manque, mais ce n’est que six ans plus tard que Jimmy Page a enfin daigné livrer au grand jour des bandes qu’il gardait, non sans une pointe de paranoïa, jusque-là. Alors qu’on va bientôt célébrer le cinquantenaire du groupe, la première répétition ayant eu lieu le 12 août 1968, les 18 morceaux extraits de deux concerts au Forum de Los Angeles et au Long Beach Arena les 25 et 27 juin 1972 feront presque office de « best of amélioré ». Outre l’immortel Stairway to Heaven, dans une version largement supérieure à celles de The Song Remains the Same ou des BBC Sessions, Immigrant Song, Heartbreaker, Black Dog, Since I’ve Been Loving You, Dazed and Confused, Whole Lotta Love ou Rock’n’roll sont ici délivrées avec autant de liberté que de maîtrise. Tant et si bien qu’on aura tôt fait de les écouter plus volontiers que les versions studio.  La grande qualité du dirigeable était évidemment cette incroyable faculté à improviser et donc à inventer en permanence sans que la performance s’en ressente au niveau technique, bien au contraire. Il faut cependant croire que le format numérique n’était pas encore au niveau en 2003 puisque Jimmy Page a éprouvé le besoin de reprendre le travail de mastering. La différence pourra sembler subtile, mais pour ceux qui ont tendance à monter le volume de manière déraisonnable, ce sera plus qu’appréciable. On pourra néanmoins regretter que le guitariste ne se soit pas fendu d’une version deluxe avec un companion disc proposant de nouveaux inédits, comme Tangerine et Communication Breakdown, qui manquent toujours à l’appel. À moins que le filou ne nous concocte un live encore plus copieux qui s’étendra notamment sur la période 1973-1980, couverte jusqu’à présent uniquement à travers The Song Remains the Same (avec les trois concerts de juillet 1973) et le Led Zeppelin DVD. Cela permettrait notamment de pouvoir enfin entendre une version live décente de l’immortel Kashmir… Avec ses 2 h 27 mn 23 s, ce How the West Was Won dépoussiéré saura néanmoins vous faire patienter. © Jean-Pierre Sabouret/Qobuz
19,49 €
16,99 €

Rock - Paru le 5 octobre 1970 | Atlantic Records

Hi-Res
En deux albums seulement, la révolution zeppelinienne a dévasté la planète rock. Page et Plant ont secoué le blues électrique comme personne, il est temps de montrer comment leur univers électrique peut évoluer et grandir. Avec Led Zeppelin III,enregistré de mai à août 1970, ils élargissent leur champ de vision, s’ouvrant au folk (Bron-Y-Aur Stomp) et même aux effluves de l’Orient (Friends). A l’arrivée, avec ses autres perles que sont notamment Immigrant Song et Since I’ve Been Loving You, ce troisième opus est un indispensable pour bien cerner le cas de l’un des groupes les plus populaires et influents des années 70. © MZ/Qobuz
20,49 €
17,49 €

Rock - Paru le 7 septembre 2018 | Rhino Atlantic

Hi-Res
Toujours dans le cadre du cinquantenaire de Led Zeppelin, Jimmy Page a tenu à ajouter une nouvelle mouture au double live qui n'avait pas fait l'unanimité à l'époque de sa sortie. Certes, il l'avait une première fois dépoussiéré en 2007, lui ajoutant alors pas moins de six morceaux, dont, tout de même, Black Dog, Heartbreaker et surtout un épique Since I've Been Loving You qu'il ne sera pas interdit de préférer à l'original. Cela faisait pas moins de 34 minutes 40 de bonheur supplémentaire. Mais, malgré ces cadeaux, on pourra encore et toujours faire le même reproche : même en Hi-Res Audio (enfin !), The Song Remains the Same reste frustrant par rapport aux albums studio. Apparu un peu tard en 1976, à cause du film qui avait pris du retard, il paraissait bien décalé comparé aux deux dernières productions du groupe, Physical Graffiti et Presence. Cela signifiait aussi qu'il faisait fatalement l'impasse sur quelques merveilles, dont l'immortel Kashmir et quelques autres perles. Une injustice toujours pas réparée à ce jour, en mettant de côté le Led Zeppelin DVD et Celebration Day, le premier parce qu'il n'a pas été accompagné d'une version purement audio et le second parce qu'il a été enregistré en 2007, sans le regretté John Bonham, donc. Quatre décennies plus tard, cela pourra malgré tout sembler quelque peu secondaire. Il suffit de l'écouter dans la continuité des cinq premiers albums studio, enchaînant avec How the West Was Won puis The Complete BBC Sessions et enfin Celebration Day, pour constater qu’il tient parfaitement la route. Si l’on avait la dent dure à l'époque, on sera forcé de reconnaître que la qualité sonore des prises est exceptionnelle. Ceux qui apprécient les longues digressions instrumentales, qui font honneur au talent d'improvisation de Jimmy Page, Robert Plant, John Paul Jones et John Bonham, seront plus que comblés ici, avec un son tout neuf. En attendant un The Song Remains The Same II The Return, couvrant la période 1974-1980 ? © Jean-Pierre Sabouret/Qobuz

L'interprète

Led Zeppelin dans le magazine
  • Led Zep, bête de scène
    Led Zep, bête de scène Le live "The Song Remains The Same" enfin réédité en Hi-Res 24Bit...
  • Robert Plant sans Led Zep
    Robert Plant sans Led Zep Une rentrée en solo pour le chanteur britannique...
  • Led Zeppelin: Available Now For Download In Studio Masters!
    Led Zeppelin: Available Now For Download In Studio Masters! Rock legends Led Zeppelin achieved a winning trifecta with the release of their first three studio albums: I (1969), II (1969) and III (1970). Now, for the first time, these masterpieces are finally available in 24-bit Studio Master quality. A total of six discs are available for download in Stud...
  • QIBUZ / Lundi 17 mars 2014
    QIBUZ / Lundi 17 mars 2014 Indiscrétions, confidences, relectures, révélations et news : chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire, non ?
  • QIBUZ / Lundi 21 octobre 2013
    QIBUZ / Lundi 21 octobre 2013 Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire, non?
  • QIBUZ / Lundi 3 décembre 2012
    QIBUZ / Lundi 3 décembre 2012 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...