Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 2 août 2019 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret
György Kurtág est une figure à part dans l’histoire de la musique. Né en Hongrie en 1926, il est resté à l’écart des grands mouvements idéologiques de son temps, créant son langage particulier en solitaire, pensant la musique, ainsi qu’il le dit lui-même « comme une recherche continue ». Mais ce farouche indépendant est un homme de culture dont le langage se développe à l’ombre de ses deux grandes figures tutélaires : Bartók et Beethoven, le premier étant d’ailleurs largement issu du second. Champion de la petite forme, Kurtág est aussi inspiré, quand ils ne les revisitent pas expressément, par Bach, Schubert et Schumann. Ce passionnant album propose un itinéraire dans l’univers intime du compositeur avec des pièces où interviennent le chant (un des leitmotivs de toute son œuvre), le violon, le cymbalum et la contrebasse, instruments typiques du folklore hongrois. Des enluminures poétiques des Stsenï iz romana (« Scènes de roman sur des poèmes de Rimma Dalos ») chantées en langue russe à l’Hommage à son ami peintre Berényi Ferenc, cet enregistrement idéalement interprété rend compte de l’itinéraire d’un compositeur particulièrement secret et captivant. Les Huit Duos pour violon et cymbalum, Op. 4, commandés par un virtuose hongrois lui permettent d’utiliser un de ses instruments favoris, le cymbalum, à la fois typique de la culture magyare et trait d’union avec le psaltérion médiéval. Les Sept Chansons, Op. 22 évoquent par leur brièveté et leur contenu les haïkus japonais avec l’étonnante image finale d’un escargot escaladant le Mont Fuji. Egy Téli alkony emlékére (« En mémoire d’une soirée d’hiver ») illustre de manière très expressive et émouvante les longues veillées au coin du feu. La poétesse russe Rimma Dalos a bien su cerner la personnalité de Kurtág : « Toujours, Kurtág choisit ce qui est minimaliste et romantique. La poétique des petites formes, le caractère aphoristique, l’apesanteur et en même temps un grand poids. Dire sans tout dire, effleurer mais ne pas rompre, pénétrer mais ne pas trahir. » On ne saurait mieux dire. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 2 août 2019 | Avie Records

Hi-Res Livret
György Kurtág est une figure à part dans l’histoire de la musique. Né en Hongrie en 1926, il est resté à l’écart des grands mouvements idéologiques de son temps, créant son langage particulier en solitaire, pensant la musique, ainsi qu’il le dit lui-même « comme une recherche continue ». Mais ce farouche indépendant est un homme de culture dont le langage se développe à l’ombre de ses deux grandes figures tutélaires : Bartók et Beethoven, le premier étant d’ailleurs largement issu du second. Champion de la petite forme, Kurtág est aussi inspiré, quand ils ne les revisitent pas expressément, par Bach, Schubert et Schumann. La soliste de cet album, Susan Narucki, a décrit avec perspicacité le contenu de son programme : Troussova pour soprano et grand ensemble instrumental est le premier ouvrage de Kurtág qui lui a valu une exposition internationale ; il a achevé Scènes d’un roman quelques années plus tard. Ces pièces utilisent toutes les deux des textes de la poétesse russe Rimma Dalos. En surface, leurs narrations sont similaires : elles racontent une histoire d’amour malheureuse. Toutefois, par certains aspects, Scènes d’un roman est plus âpre. L’extase des amants est de courte durée, et l’incertitude et la frustration des protagonistes sont palpables à mesure que leur relation se fait plus précaire. Dans Troussova, on comprend implicitement que la protagoniste met fin à ses jours ; celle de Scènes d’un roman supporte et résiste – ce message, même s’il est bien moins dramatique, est plus mordant et corrosif. Bruit-souvenir pour soprano et violon met en musique de brefs poèmes de Dezső Tandori. En souvenir d’un soir d’hiver, sur un texte du poète hongrois Pál Gulyás, est une œuvre de jeunesse qui fait appel au cymbalum – cet instrument folklorique hongrois emblématique – pour l’associer au violon et à la voix. Pour les Sept Chansons, Op. 22, l’écriture de Kurtág pour le cymbalum était alors devenue complètement intégrée à son style de la maturité ; dans ces six courts poèmes sur des œuvres d’Amy Károlyi et d’Issa Kobayashi, la ligne vocale et le cymbalum s’unissent pour illuminer pleinement le texte – tour à tour envoûtants, passionnés et évanescents. © François Hudry/Qobuz
HI-RES1,39 €
CD1,07 €

Classique - Paru le 19 juillet 2019 | audite Musikproduktion

Hi-Res
CD9,99 €

Classique - Paru le 2 août 2019 | Audite

Livret
György Kurtág est une figure à part dans l’histoire de la musique. Né en Hongrie en 1926, il est resté à l’écart des grands mouvements idéologiques de son temps, créant son langage particulier en solitaire, pensant la musique, ainsi qu’il le dit lui-même « comme une recherche continue ». Mais ce farouche indépendant est un homme de culture dont le langage se développe à l’ombre de ses deux grandes figures tutélaires : Bartók et Beethoven, le premier étant d’ailleurs largement issu du second. Champion de la petite forme, Kurtág est aussi inspiré, quand ils ne les revisitent pas expressément, par Bach, Schubert et Schumann. Ce passionnant album propose un itinéraire dans l’univers intime du compositeur avec des pièces où interviennent le chant (un des leitmotivs de toute son œuvre), le violon, le cymbalum et la contrebasse, instruments typiques du folklore hongrois. Des enluminures poétiques des Stsenï iz romana (« Scènes de roman sur des poèmes de Rimma Dalos ») chantées en langue russe à l’Hommage à son ami peintre Berényi Ferenc, cet enregistrement idéalement interprété rend compte de l’itinéraire d’un compositeur particulièrement secret et captivant. Les Huit Duos pour violon et cymbalum, Op. 4, commandés par un virtuose hongrois lui permettent d’utiliser un de ses instruments favoris, le cymbalum, à la fois typique de la culture magyare et trait d’union avec le psaltérion médiéval. Les Sept Chansons, Op. 22 évoquent par leur brièveté et leur contenu les haïkus japonais avec l’étonnante image finale d’un escargot escaladant le Mont Fuji. Egy Téli alkony emlékére (« En mémoire d’une soirée d’hiver ») illustre de manière très expressive et émouvante les longues veillées au coin du feu. La poétesse russe Rimma Dalos a bien su cerner la personnalité de Kurtág : « Toujours, Kurtág choisit ce qui est minimaliste et romantique. La poétique des petites formes, le caractère aphoristique, l’apesanteur et en même temps un grand poids. Dire sans tout dire, effleurer mais ne pas rompre, pénétrer mais ne pas trahir. » On ne saurait mieux dire. © François Hudry/Qobuz
HI-RES30,99 €
CD21,99 €

Classique - Paru le 23 juin 2017 | ECM New Series

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - 5 Sterne Fono Forum Klassik - Preis der deutschen Schallplattenkritik
CD14,99 €

Classique - Paru le 14 février 2006 | ECM New Series

Kafka-Fragmente, op.24 / Juliane Banse, soprano - Andras Keller, violon
CD14,99 €

Classique - Paru le 14 octobre 1996 | ECM New Series

Aus der Ferne III - Officium Breve In Memoriam Andreae Szervánszky - Ligatura - Message To Frances-Marie... / Keller Quartett (András Keller, violon - János Pilz, violon - Zoltán Gál, alto - Ottó Kertész, violoncelle) - György Kurtág, celesta...
CD16,49 €

Classique - Paru le 2 novembre 2018 | ECM New Series

Livret
CD1,99 €

Classique - Paru le 26 avril 2019 | ECM New Series

CD9,99 €

Classique - Paru le 22 mars 2011 | Mode Records

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 9 septembre 2016 | ATMA Classique

Hi-Res Livrets Distinctions Diapason d'or
CD9,99 €

Quatuors - Paru le 21 décembre 2013 | NEOS Music

Distinctions Diapason d'or
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2007 | Haenssler Classic

CD9,99 €

Classique - Paru le 1 novembre 2006 | SWR Classic

CD9,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 15 juillet 2014 | Hungaroton

CD9,99 €

Classique - Paru le 1 avril 2016 | BMC Records

Livret
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 février 2009 | Bridge Records, Inc.

CD9,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 1 février 2015 | Hungaroton

Le compositeur

György Kurtag dans le magazine