Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Boston Modern Orchestra Project - George Antheil : Ballet Mécanique

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

George Antheil : Ballet Mécanique

Boston Modern Orchestra Project - Gil Rose

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Quelque part entre la farce sérieuse et l’œuvre sérieusement farceuse, le Ballet mécanique de George Antheil reste toujours inclassable, presque un siècle après sa composition. Eh oui, un siècle, même si l’écoute de cet invraisemblable martelage de férocités hurlantes et explosives donnerait volontiers accroire que l’œuvre a été écrite hier au soir. Avec ses seize pianos (mécaniques selon la partition initiale, martelés par des pianistes dans la version révisée), ses sirènes, son arsenal de percussions, des sonnettes électriques, des hélices d’avion, Antheil a créé une terrifiante cacophonie organisée qui, lors de sa création, déchaîna les passions bien au-delà de ce qui s’était passé peu avant pour le Sacre. Hélas, pendant des décennies, on ne joua que (rarement, qui plus est) la version remaniée, eu égard à l’insurmontable difficulté de synchroniser les seize pianos pneumatiques. Or, de nos jours, un simple système électronique permet de contrôler des pianos « normaux » comme s’ils jouaient la partie originale conçue pour pianos mécaniques. Et hop, l’excellent Boston Modern Orchestra Project s’est empressé d’enregistrer la vraie version originale, celle qui dure quasiment une demi-heure, avec toutes ses exaspérantes sonorités, ses crispantissimes ostinatos, son violent discours qui ne lâche pas l’auditeur d’une semelle de la première à la dernière seconde. Oui, on pourra crier « au fou » mais diable, quel absolu chef-d’œuvre de la conception musico-mécanique ! Comment se fait-il que cet excellent enregistrement ne figure pas encore dans la Discothèque idéale de Qobuz ? Hop, c’est fait. A ne pas écouter dans votre voiture sur l’autoroute, vous vous retrouveriez rapidement à faire du 350 km/h par excès d’enthousiasme. © SM/Qobuz

Plus d'informations

George Antheil : Ballet Mécanique

Boston Modern Orchestra Project

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

A Jazz Symphony (George Antheil)

1
A Jazz Symphony 00:13:14

Boston Modern Orchestra Project - Gil Rose, Conductor - George Antheil, Composer - Associated Music Publishers, Inc. (BMI)

(C) 2013 BMOP/sound (P) 2013 BMOP/sound

Ballet pour Instruments Mécaniques et Percussion (George Antheil)

2
Ballet pour instruments mécaniques et percussion 00:26:36

Boston Modern Orchestra Project - Gil Rose, Conductor - George Antheil, Composer - Associated Music Publishers, Inc. (BMI)

(C) 2013 BMOP/sound (P) 2013 BMOP/sound

Descriptif de l'album

Quelque part entre la farce sérieuse et l’œuvre sérieusement farceuse, le Ballet mécanique de George Antheil reste toujours inclassable, presque un siècle après sa composition. Eh oui, un siècle, même si l’écoute de cet invraisemblable martelage de férocités hurlantes et explosives donnerait volontiers accroire que l’œuvre a été écrite hier au soir. Avec ses seize pianos (mécaniques selon la partition initiale, martelés par des pianistes dans la version révisée), ses sirènes, son arsenal de percussions, des sonnettes électriques, des hélices d’avion, Antheil a créé une terrifiante cacophonie organisée qui, lors de sa création, déchaîna les passions bien au-delà de ce qui s’était passé peu avant pour le Sacre. Hélas, pendant des décennies, on ne joua que (rarement, qui plus est) la version remaniée, eu égard à l’insurmontable difficulté de synchroniser les seize pianos pneumatiques. Or, de nos jours, un simple système électronique permet de contrôler des pianos « normaux » comme s’ils jouaient la partie originale conçue pour pianos mécaniques. Et hop, l’excellent Boston Modern Orchestra Project s’est empressé d’enregistrer la vraie version originale, celle qui dure quasiment une demi-heure, avec toutes ses exaspérantes sonorités, ses crispantissimes ostinatos, son violent discours qui ne lâche pas l’auditeur d’une semelle de la première à la dernière seconde. Oui, on pourra crier « au fou » mais diable, quel absolu chef-d’œuvre de la conception musico-mécanique ! Comment se fait-il que cet excellent enregistrement ne figure pas encore dans la Discothèque idéale de Qobuz ? Hop, c’est fait. A ne pas écouter dans votre voiture sur l’autoroute, vous vous retrouveriez rapidement à faire du 350 km/h par excès d’enthousiasme. © SM/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Boston Modern Orchestra Project
Keeril Makan: Dream Lightly Boston Modern Orchestra Project
Leon Kirchner: Music for Orchestra Boston Modern Orchestra Project
Elena Ruehr: Toussaint Before the Spirits Boston Modern Orchestra Project
David Sanford: Black Noise Boston Modern Orchestra Project
Bernard Rands: Canti Dell'Eclisse Boston Modern Orchestra Project
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Orfeo Orchestra, le chaînon manquant du XVIIIe siècle français

Très actif dans la musique baroque française depuis ses premières parutions au début des années 90, l'Orfeo Orchestra, dirigé par György Vashegyi, a été, ces dernières années, distingué par le Palazzetto Bru Zane et surtout le Centre de musique baroque de Versailles pour sa série d'explorations discographiques ambitieuses du répertoire lyrique français – baroque et classique.

Compositrices, ces méconnues

De Sappho de Mytilène à Kaija Saariaho, l’histoire de la musique est jalonnée par des figures de femmes qui ont « osé » écrire de la musique. La création serait l’apanage des hommes ? Notre musée sonore compte en effet plus de compositeurs, connus et reconnus, que de compositrices. Pourtant, leurs œuvres ne sont pas moins passionnantes et il n’y a aucune raison de les considérer comme des objets de second ordre ni de les ignorer. Défense et illustration de la composition au féminin en onze portraits musicaux.

Picasso & la Musique

Le génie moderniste de Picasso a très vite dépassé le cadre pictural pour irradier la musique et la danse, deux arts avec lesquels le peintre espagnol a toujours entretenu un rapport étroit, allant jusqu’à influencer ses amis compositeurs rencontrés en cours de route.

Dans l'actualité...