Les albums

2254 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Opéra et 10,00 € à 20,00 €
14,99 €

Opéra - À paraître le 3 mai 2019 | Sterling

19,99 €

Opéra - À paraître le 5 avril 2019 | Klanglogo

Livret
19,99 €

Opéra - À paraître le 5 avril 2019 | Glossa

Livret
19,99 €

Opéra - Paru le 22 mars 2019 | Orfeo

19,99 €

Opéra - Paru le 15 mars 2019 | Orfeo

19,99 €

Opéra - Paru le 15 mars 2019 | Bongiovanni

19,99 €

Opéra - Paru le 15 mars 2019 | Bongiovanni

29,99 €
19,99 €

Opéra - Paru le 8 mars 2019 | Oehms Classics

Hi-Res Livret
19,99 €

Opéra - Paru le 8 mars 2019 | Orfeo

19,99 €

Opéra - Paru le 8 mars 2019 | Orfeo

19,99 €

Opéra - Paru le 8 mars 2019 | Orfeo

19,99 €

Opéra - Paru le 8 mars 2019 | Orfeo

19,99 €

Opéra - Paru le 8 mars 2019 | Orfeo

19,99 €

Opéra - Paru le 8 mars 2019 | Orfeo

19,99 €

Opéra - Paru le 8 mars 2019 | Orfeo

19,99 €

Opéra - Paru le 1 mars 2019 | Orfeo

17,99 €
11,99 €

Opéra - Paru le 8 février 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
Bien que né allemand, Simon Mayr vécut toute sa vie d’adulte en Italie et c’est là qu’il se tailla une somptueuse place de compositeur du haut de sa forte soixantaine d’opéras, tous produits dans les plus prestigieux théâtres transalpins – Milan, Rome, Venise, Naples, Turin – et redonnés ensuite à travers toute l’Europe : Vienne, Prague, Dresde, Munich, Londres... I Cherusci de 1808 déroule une de ces intemporelles histoires de lien entre père et fille, de devoir sacré, de sacrifice, dans un emballage pseudo-historique qui place l’intrigue au temps de la Rome antique, en Germanie ; les Chérusques en question étant une fière et belliqueuse nation germanique de l’actuelle Basse-Saxe. On y trouve un prince Treuta, un Tamaro (chanté par une soprano ; c’est le barde), un grand druide Zarasto (non, pas un ZarastRo, mais bien un Zarasto), une Tusnelda, tous des Germains qui chantent comme il se doit… en italien, sur une musique qui annonce déjà clairement Rossini, y compris dans l’harmonie assez recherchée et le soin de l’orchestration : ce n’est donc en rien du proto-belcanto. Notez qu’il s’agit là de la première mondiale discographique, qui bénéficie de la lumineuse présence vocale de Markus Schäfer et de l’aérien soprano d’Yvonne Prentki. Franchement, on se demande pourquoi diable Simon Mayr n’est pas beaucoup, beaucoup plus souvent donné sur les grandes scènes mondiales, car c’est un fantastique compositeur de son temps, autant à l’aise dans le drame lyrique que dans la facétieuse comédie en musique. © SM/Qobuz

Le genre

Opéra dans le magazine