Les albums

29,99 €
19,99 €

Opéra - Paru le 14 juin 2019 | Oehms Classics

Hi-Res Livret
Composé en 1832 sur un livret refusé par Mendelssohn qui le trouvait trop proche du Freischütz de Weber, le Hans Heiling de Wolfgang Marschner n’a jamais reçu hors d’Allemagne le succès escompté. Cet opéra romantique possède en germe tous les ingrédients qui seront ensuite développés par Wagner, mais Marschner ne dépasse pas, selon Piotr Kaminski, une relative banalité d’inspiration que le livret ne parvient pas à masquer. Au-delà de ses qualités et défauts propres, Hans Heiling reste d’une grande importance historique pour l’opéra allemand. Il est, avec Le Vampire du même compositeur, le trait d’union entre le premier romantisme de Weber et les œuvres accomplies de Wagner. On y trouve déjà le destin tragique du héros romantique maudit et impuissant à concilier sa nature humaine et ses pulsions de mort. Cet enregistrement, réalisé en scène lors de représentations à l’opéra d’Essen en février 2018, vient donc apporter une précieuse information sur une période relativement oubliée et montre combien Marschner voulait concilier l’ancien (fête au village, chanson à boire, duos d’amour) et le moderne (un prologue précède l’ouverture jouée rideau ouvert pendant le changement de décor). Certains airs, dont celui de la Reine, « O bleib bei mir », sont fort bien troussés et Wagner s’en souviendra en citant plus tard un thème de Hans Heiling au deuxième Acte de sa Walkyrie. © François Hudry/Qobuz
11,98 €

Opéra - Paru le 17 mai 2019 | ICA Classics

Livret
9,99 €

Opéra - Paru le 3 mai 2019 | Stradivarius

Livret
14,99 €
9,99 €

Opéra - Paru le 12 avril 2019 | Oehms Classics

Hi-Res Livret
9,99 €

Opéra - Paru le 5 avril 2019 | CPO

Livret
29,99 €
19,99 €

Opéra - Paru le 5 avril 2019 | CapriccioNR

Hi-Res
29,99 €

Opéra - Paru le 15 mars 2019 | CPO

Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Victime des circonstances – des jalousies, des fielleries, des coups bas – l’opéra Flavio Crispo de Johann David Heinichen ne fut pas donné du vivant du compositeur ; au cours des répétitions à Dresde, les mots d’oiseaux fusèrent entre lui et certains chanteurs italiens, de sorte que l’ouvrage dut être retiré de la programmation, et pas même achevé. Même s’il ne manque, en vérité, que quelques pages de musique, si l’on se réfère au livret intégral… C’est donc l’intégralité de la musique effectivement conçue en 1720 pour cet opéra que voici en première discographique mondiale. On y découvre un compositeur à la fois à l’aise dans le langage tiré à quatre épingles de la tradition germanique, et dans la liberté formelle et vocale de l’opéra italien – que Heinichen avait étudié de près lors d’un long séjour à Venise. C’est d’ailleurs à Venise qu’il rencontra l’Électeur de Saxe (sous le nom de Frédéric-Auguste II de Saxe) et futur roi de Pologne (sous le nom d’Auguste III de Pologne), qui l’engagea à sa cour de Dresde, alors un des grands centres de la culture européenne. Heinichen reprit bientôt le flambeau d’Antonio Lotti qui avait composé des opéras italiens pour la cour de Dresde pendant quelques années, et son Flavio Crispo était sa contribution au genre. Mais à la différence de Lotti, Heinichen fait appel à un orchestre hautement parfumé : cors, hautbois, flûtes, en plus des cordes et du continuo, des vents auxquels il confie un bon nombre de moments de grande virtuosité. Hélas pour le compositeur, il n’eut jamais loisir d’entendre son chef-d’œuvre, puisque le roi de Pologne congédia les quelques chanteurs italiens qui s’étaient élevés contre la partition, sous un prétexte futile ; il ne restait plus personne pour chanter les rôles, et la partition sombra dans l’oubli. Jusqu’à être enfin redécouverte et remise à l’honneur par l’ensemble Il Gusto Barocco, son directeur musical Jörg Halubek, dans un enregistrement réalisé en concert en 2015. Bienvenue dans la cour des grands, Herr Heinichen ! © SM/Qobuz
19,99 €

Opéra - Paru le 15 mars 2019 | Bongiovanni

9,99 €

Opéra - Paru le 15 mars 2019 | Intense Media GmbH

29,99 €
19,99 €

Opéra - Paru le 8 mars 2019 | Oehms Classics

Hi-Res Livret
8,99 €
5,99 €

Opéra - Paru le 11 janvier 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
29,99 €
19,99 €

Opéra - Paru le 11 janvier 2019 | Dynamic

Hi-Res Livret
19,99 €

Opéra - Paru le 1 décembre 2018 | Lyrita

Livret
19,99 €

Opéra - Paru le 16 novembre 2018 | Glossa

Livret
Voilà qui change radicalement du Verdi tel qu’on l’entend toujours : Fabio Biondi est à la tête de son orchestre Europa Galante jouant sur instruments d’époque et selon les équilibres alors en usage. Les habitués de versions lourdement philharmoniques en seront pour leurs frais, car Biondi « nettoie » la partition de toutes ses surcharges pondérales pour la restituer dans sa clarté originale. Il faut dire qu’il reprend ici la version originale florentine de 1847, à la faveur de la version que Verdi avait concoctée, avec force rajouts et modifications, les pires étant l’obligatoire ballet – et traduction en français au passage – pour l’Opéra de Paris, puis que l’usage avait finalement repris en italien avec lesdits rajouts. La version initiale, bien plus directe et « profilée » – on va à l’essentiel, sans se perdre dans les conventions imposées par le Grand opéra à la française. Les coloris orchestraux d’Europa Galante, d’une étonnante richesse, offrent un tout autre éclairage sur la partition, que l’on croit presque redécouvrir. A redécouvrir, donc ! © SM/Qobuz
35,96 €
23,96 €

Opéra - Paru le 16 novembre 2018 | PentaTone

Hi-Res Livret
Enregistrée en public en version de concert, donc sans bruit scénique parasite, cette Chauve-souris, ou plutôt Fledermaus (puisque l’ouvrage est chanté en allemand avec option accent viennois et hongrois) de Strauss rassemble un éblouissant plateau en tête duquel le ténor Nikolai Schukoff, la soprano Laura Aikin, le baryton Jochen Schmeckenbecher, la mezzo-soprano Elisabeth Kulman et le ténor Christian Elsner. Ils sont soutenus par un orchestre de la NDR de Hanovre électrisé par Lawrence Foster, vieux routier du grand répertoire, roué à toutes les finesses de cette truculente partition. Inutile de redonner l’argument, quelque peu loufoque et entrelacé de rebondissements tous plus boulevardiers les uns que les autres, avec faux-semblants, marquis et comtes bidons, quiproquos et cocufiages potentiels ; précisons que les dialogues sont bien sûr donnés en allemand, mais les aficionados auront loisir soit de les écouter pour s’amuser des accents, soit les supprimer dans leur liste de lecture afin de ne garder que les numéros chantés. Car la partie musicale est des plus réussies, et il serait bien dommage de s’en priver à cause de quelques dialogues… © SM/Qobuz
19,99 €

Opéra - Paru le 2 novembre 2018 | CPO

Livret
9,99 €

Opéra - Paru le 7 septembre 2018 | Stradivarius

19,99 €

Opéra - Paru le 31 août 2018 | Orfeo

Livret
29,99 €

Opéra - Paru le 31 août 2018 | Orfeo

Livret

Le genre

Opéra dans le magazine