Catégories :

Les albums

HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Musique symphonique - Paru le 18 janvier 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica
De nouvelles formes pour une nouvelle esthétique, c’est tout l’enjeu des deux œuvres proposées ici. Dans Les Nuits d’été, Berlioz invente, bien avant Mahler ou Ravel, la mélodie avec orchestre, dans l’autre, il expérimente le genre du poème symphonique pour grand orchestre avec soliste. Deux interprétations sur instruments anciens que proposent Les Siècles, Tabea Zimmermann et François-Xavier Roth avec le choix, plus rare, du timbre masculin de Stéphane Degout dans les mélodies. Rien de commun. © harmonia mundi
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Musique symphonique - Paru le 30 novembre 2018 | San Francisco Symphony

Hi-Res Livret
Citons la préface de Berlioz pour sa symphonie dramatique Roméo et Juliette : « Bien que les voix y soient souvent employées, ce n’est ni un opéra de concert, ni une cantate, mais une symphonie avec chœurs. Si le chant y figure presque dès le début, c’est afin de préparer l’esprit de l’auditeur aux scènes dramatiques dont les sentiments et les passions doivent être exprimées par l’orchestre. La dernière scène de la réconciliation des deux familles est seule du domaine de l’opéra ou de l’oratorio. Si le dialogue des deux amants, les apartés de Juliette et les élans passionnés de Roméo ne sont pas chantés, si enfin les duos d’amour et du désespoir sont confiés à l’orchestre, c’est d’abord parce qu’il s’agit d’une symphonie et non d’un opéra. Ensuite, les duos de cette nature ayant été traités mille fois vocalement, il était prudent autant que curieux de tenter un autre mode d’expression. C’est aussi parce que la sublimité de cet amour en rendait la peinture si dangereuse pour le musicien, qu’il a dû recourir à la langue instrumentale, langue plus riche, plus variée, moins arrêtée, et incomparablement plus puissante en pareil cas. » Ce nouvel enregistrement de l’Orchestre Symphonique de San Francisco rassemble, autour de son directeur musical Michael Tilson Thomas, la mezzo-soprano et le ténor états-uniens Sasha Cooke et Nicholas Phan, ainsi que le baryton-basse italien Luca Pisaroni. Des esprits chagrins regretteront peut-être l’absence de voix francophones ; il est vrai que la prononciation des solistes est un brin vague par moments, mais rappelons-le avec Berlioz : l’écrasante majorité de la partition est symphonique, et c’est là que l’Orchestre Symphonique de San Francisco tire fort bien son épingle du jeu. © SM/Qobuz
CD17,49 €

Musique symphonique - Paru le 30 novembre 2018 | San Francisco Symphony

Livret
CD10,99 €

Symphonies - Paru le 1 janvier 1952 | Universal Music Australia Pty Ltd.

HI-RES21,99 €
CD14,99 €

Musique symphonique - Paru le 11 septembre 2015 | CSO Resound

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Cet enregistrement de la Symphonie fantastique et de Lélio de Berlioz fut réalisé lors de concerts donnés à Chicago en septembre 2010, avec Riccardo Muti aux commandes. L’interprétation de cette « double affiche », rarement proposée au concert et peu représentée au disque, entend recréer l’essence de la conception même de Berlioz qui souhaitait que les deux œuvres fussent couplées : l’évolution du drame instrumental que représente la Symphonie fantastique jusqu’au monde théâtral de Lélio, avec Gérard Depardieu sur scène au titre de récitant. Ainsi que prescrit par Berlioz, un rideau de tulle séparait les musiciens et le public au début de Lélio, et n’était levé que pour le Finale. On remarquera peut-être que la voix de Depardieu se rapproche ou s’éloigne pendant la narration, et que les voix solistes, l’orchestre et le chœur semblent peut-être plus éloignés que sur d’autres enregistrements réalisés en studio. En effet, le narrateur évoluait d’un bout à l’autre de la scène devant le rideau, et se trouvait donc tantôt plus près, tantôt plus loin des microphones. De plus, le rideau crée ici cette sonorité « voilée » pour le chœur et l’orchestre, avant d’être ouvert pour la Fantaisie sur La Tempête de Shakespeare. Ces aspects spatiaux doivent être perçus non pas comme un défaut, mais bien comme le résultat d’une parfaite fidélité aux recommandations de Berlioz, et comme partie intégrante de cette extraordinaire expérience musicale. © SM/Qobuz« [...] L’impact de la Symphonie fantastique est si puissant qu’on la place toujours en fin de programme ; donner Lélio à sa suite relève de la mission impossible. C’est pourtant ce que Muti a tenté en 2007 au Festival de Salzbourg avec un éclat retentissant, prolongé par cet enregistrement public, à Chicago, en septembre 2010. La présence souveraine, irrésistible, de Gérard Depardieu dans le rôle de l’Artiste a été l’élément décisif du succès. Trouvant pour ce texte si difficile à dire de vrais accents de sincérité, des emportements habités, des suspensions impressionnantes, l’acteur n’a pas failli un instant à l’exigence de paraître convaincu de ce qu’il dit, et d’être excessif à bon escient. Unis par une diction française impeccable, la voix de ténor romantique (idéale pour Le Pêcheur) de Mario Zeffiri, qui conjugue les aigus de poitrine et le falsetto, la truculence de Kyle Ketelsen en chef de brigands d’opéra-comique, la qualité des chœurs s’imbriquent dans le discours avec un naturel qui n’est pas le fruit du hasard. Tout est pensé et senti. On doit en dire autant de la symphonie, dont Riccardo Muti livre ici une interprétation intense sous les dehors d’une grande simplicité.» (Diapason, juin 2016 / Gérard Condé)
HI-RES3,74 €
CD2,49 €

Musique symphonique - Paru le 1 janvier 1953 | BnF Collection

Hi-Res Livret
CD14,99 €

Symphonies - Paru le 11 avril 2015 | Decca Music Group Limited

« La Fantastique se refuse aux déchaînements d'un Munch, à la noirceur d'un Markevitch à la même époque... Intensément lyrique, onirique, romanesque, elle ne cultive pas pour autant la fantaisie et le sentiment d'improvisation de Monteux à Paris. C'est que le chef peinait à trouver sa palette et ses rythmes vifs avec des Wiener Philharmoniker souvent à la peine — il n'a pas caché sa frustration après l'enregistrement. Ce volume intriguera par son complément, quatre extraits du Songe d'une nuit d'été inédits en CD. » (Diapason, janvier 2016 / Jean-Pierre Rousseau)
HI-RES3,74 €
CD2,49 €

Musique symphonique - Paru le 1 janvier 1958 | BnF Collection

Hi-Res Livret
HI-RES5,99 €
CD3,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 janvier 1958 | BnF Collection

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Musique symphonique - Paru le 29 septembre 2014 | LSO Live

Hi-Res Livret
CD4,99 €

Musique symphonique - Paru le 28 février 2014 | Sunday Club Records

CD11,49 €

Musique symphonique - Paru le 2 décembre 2013 | Musicales Actes Sud

Livret
HI-RES4,99 €
CD4,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 janvier 1962 | BnF Collection

Hi-Res Livret
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 4 juillet 2013 | Lodia Music International

CD6,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 juillet 2013 | Les Indispensables de Diapason

Livret Distinctions Diapason d'or
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 12 février 2013 | Meta - Vocación Musical

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 5 février 2013 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Sir Andrew Davis et l'Orchestre Philharmonique de Bergen, deux piliers du catalogue Chandos, inaugurent leur collaboration sur ce label, avec les ouvertures orchestrales d'Hector Berlioz ! L'Ouverture des Francs-Juges (1826), sa première oeuvre orchestrale d'envergure, l'ouverture de Béatrice et Bénédict, qui s'inspire de la pièce Beaucoup de bruit pour rien de Shakespeare, l'ouverture de La Damnation de Faust... mais aussi Le Roi Lear, Le Corsaire et Waverley, des pièces de concert indépendantes dont le titre "ouverture" provient de leur ressemblance à ce genre. Un répertoire hautement énergique joué avec vigueur et maestria. Grandiose !
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Musique symphonique - Paru le 4 septembre 2012 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
A l'occasion de sa prise fonction en tant que nouveau directeur musical de l'Orchestre National de Lyon, Leonard Slatkin revient chez NAXOS ! Fort d'une riche discographie à la tête de l'Orchestre Symphonique de Saint-Louis (RCA, Vox, Emi), l'Orchestre Symphonique de Nashville et l'Orchestre Symphonique de Detroit (Naxos), et plusieurs orchestres anglais (Chandos), Leonard Slatkin inaugure sa collaboration avec l'Orchestre National de Lyon avec la Symphonie fantastique de Berlioz, oeuvre fondatrice de la musique orchestrale française. Dans ce premier volet d'une série d'envergure qui se poursuivra avec la musique orchestrale de Ravel, le chef américain sert à merveille ce chef d'oeuvre avec ferveur et lyrisme. Un évènement !
CD8,99 €

Musique symphonique - Paru le 16 septembre 2011 | Sony Classical

Livret
Un disque à posséder absolument ou à écouter sans modération sur votre Qobuz. L'adéquation entre la folie visionnaire de Berlioz et l'exaltation d'un interprète survolté fait mouche dans cet enregistrement réalisé en 1963 à Manhattan. Les outrances généreuses de Leonard Bernstein trouvent dans cette œuvre un chant d'expression illimité. Cette singulière symphonie est ici traversée par un courant tellurique, par des fantômes grimaçants dans le sabbat final plein de démons et de sorcières. Une interprétation qui nous laisse pantelants comme les premiers auditeurs de cette Symphonie Fantastique en 1830. FH
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 février 2011 | BIS

Hi-Res Livret
Extraordinaire Anna Caterina Antonacci dans la scène de Cléopâtre. Diction sublime, incroyable intériorité dramatique, parfaitement rejointe dans sa vision ample et sombre par Yannick Nézet-Séguin, qui dans la Symphonie Fantastique, atteint le prodige de la constante élégance. Une interprétation intelligence, anti-spectaculaire, d'une grande expressivité !

Le genre

Opéra dans le magazine